Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/08/2005

Lula et la corruption

Le 10 juin 2005




Messieurs,



Gémissons, gémissons, gémissons... Ainsi, malgré l’acharnement du juge Guzman, de tous les chantres de Mao et de Castro et du Monde, le sanguinaire dictateur Augusto Pinochet inculpé pour un mort et neuf disparitions dans l’opération Condor - un génocide - ne sera jugé que pour fraudes fiscales.
Je constate toutefois que ses détournements seraient très inférieurs aux indemnités de licenciement d’un gérant de supermarchés remercié et aux prélèvements opérés par la plus haute classe politique Française.
Mais là où j’ai vaiment de la peine pour vous c’est d’apprendre que le bon président Lula dont vous célébriez l’avènement avec enthousiasme en janvier 2003, avant de tempérer votre admiration après son ralliement au libéralisme le plus orthodoxe, serait lui aussi “frôlé” par la corruption au point de mettre en jeu “sa propre chair”
Décidément on n’arrêtera pas l’extension du Royaume du Danemark
Considération distinguée

16:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les 7 bougies d'une Angolaise

Le 4 juin 2005



Messieurs,



Je ne comprendrai jamais où Le Monde veut en venir en faisant régulièrement pleurer Margot sur le sort d’étrangers cherchant à s’installer en France sous de faux prétextes et en utilisant des faux papiers.
Il y a trois semaines je vous avais écrit une lettre que vous aviez jugée “douteuse” - en fait elle était tout sauf douteuse - à la suite de votre plaidoyer en faveur d’une jeune Ghanéenne de 5 ans arrivée avec un passeport falsifié et maintenue 3 jours en “ZAPI” avant d’être - quand même - remise à sa mère.
Le 3 juin vous nous entretenez du sort malheureux d’une famille faussement Angolaise - il a fallu deux ans pour s’en apercevoir - hébergée dans une résidence secondaire Bretonne après avoir été déboutée du droit d’asile.
La pauvre Joséphine a du “souffler ses sept bougies sous l’oeil des gendarmes”. Vous qualifiez leur situation d’ “ubuesque”, peut être, mais j’espère, sans en être sur, que vous ne contestez pas à la France le droit de choisir qui elle veut accueillir.
On ne peut regretter qu’une chose c’est qu’on ait laissé perdurer cette situation pendant cinq ans.
De toutes façons, il faut une certaine dose de racisme pour estimer que le renvoi d’un immigré dans son pays est un sort épouvantable.
Considération distinguée.

16:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Jeune Ghanéenne à Roissy

Le 18 mai 2005








Messieurs,



Le 17 mai 2005 vous nous informez qu “une Ghanéenne de 5 ans (a été) retenue en zone d’attente à Roissy”. Apparemment vous êtes indignés, moi j’aurais tendance à vous dire: “et alors?” Car si l’on vous lit on apprend qu’elle voyageait avec un passeport falsifié, quelle a “du” (!) passer trois nuits à l’hotel (avec une nurse et à nos frais je suppose) avant d’être placée dans un foyer avant décision.
Permettez moi de trouver que l’on est bien bon et que la réaction normale était de la remettre dans le premier avion à destination du Ghana.
Je suis persuadé que l’on va finir par la remettre à sa mère complice, qui deviendra inexpulsable, aura droit à la CMU, à des allocations, demandera un logement, sa régularisation etc...
Je ne comprends pas que par un humanisme bèlant, vous souteniez ce genre de comportement.
Considération distinguée.

16:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

"Victoire" du Viet Nam

Le 1 mai 2005








Messieurs,


Je m’explique mal le titre que vous avez choisi le 29 avril pour votre article “Trente ans après sa victoire, le Vietnam célèbre “la paix non la guerre”.
Que vous ayez parlé de “Victoire du Nord Viet Nam” ou de “Victoire du communisme”, j’aurais compris sans m’en féliciter pour autant avec vous, mais “Victoire du Vietnam” me fait penser à la libération de Phnom Penh que vous aviez tant admirée.
Car le million de Tonkinois qui avaient fui le nord en 1954 suivi du million d’ exilés et de “boat people” qui ont fui en 1975 le paradis communiste souvent au péril de leurs vies, montre que pour beaucoup la conquête communiste n’était pas supportable. Il est d’ailleurs amusant que vous avouiez que les deux millions de “viet kieu” alimentent l’économie du pays maintenue par le régime au niveau de tiers monde.
Considération distinguée.

16:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Le Monde et les Khmers rouges

Le 24 avril 2005






Messieurs,


Je l’avoue, j’attendais avec impatience de vous lire trente ans après la “libération” de Phnom Penh par les Khmers rouges le 17 avril 1975 qui suscita votre enthousiasme. Vous vous contentiez alors de qualifier de “geste spectaculaire” l’expulsion des deux millions d’habitants de la ville et l’évacuation totale des hôpitaux, 25000 blessés ou malades.
J’espèrais de votre part “repentance”. Je vous le dis tout de go, je ne l’ai pas trouvée dans votre éditorial “Khmers rouges, le crime” de votre numéro du 19 avril.
Expliquer votre silence quasi total devant un des pires génocides de l’histoire par une “indifférence générale autour d'un pays dont les nouveaux maîtres avaient hermétiquement scellé les frontières” est une explication trop facile: il n’est pas vrai que vous n’ayez pas su mais, par choix idéologique, vous n’avez pas voulu voir. Le Monde a constamment soutenu les tyrans communistes d’Asie du Sud Est de Mao à Pol Pot en passant par Ho Chi Minh, par “anticolonialisme” et “anti-impérialisme” se faisant ainsi le complice des pires régimes, les seuls d’ailleurs qui aient survécu.
Avant de demander que le “drame khmer rouge” ne passe pas “aux profits et pertes de l'Histoire” il conviendrait que Le Monde reconnaisse avoir failli à sa tâche par idéologie.
Considération distinguée

16:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)