Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/05/2012

Un grand ministère

 

Il paraît que les ministres vont voir réduits leurs émoluments de 30% … Si c’est pour faire des économies on peut penser que la France n’a pas besoin d’un gouvernement de 28 ministres, d’autant que dans un mois il risque d’être remanié voire remplacé.

On pouvait croire que les ministres étaient choisis pour leur compétence, il n’en est rien, il paraît qu’il faut qu’il y ait autant de femmes que d’hommes et que l’on trouve toutes les couleurs de peau ; vive le politiquement correct.

Dans les circonstances actuelles n’aurait-il pas fallu un petit « goum », comme disait Bigeard, ramassé, d’une quinzaine de personnes formant équipe sans autre considération et ambition que sortir le pays de la crise ?

Fallait il trois ministres ayant la double nationalité donc à moitié Français, une Garde des Sceaux qui n’assume pas l’histoire de la France et l’accuse de crime contre l’humanité ?

Faut il un ministre de la « Réussite éducative », un ministre de « l’Egalité des territoires », un ministre des « Droits des femmes » qui me semblent reconnus depuis longtemps, de « l’Economie sociale et solidaire », il y avait là des économies à faire d’autant qu’un ministère comporte un cabinet, du personnel et des voitures de fonction.

Si les entreprises étaient gérées comme l’Etat français pour faire plaisir à tout le monde et en fonction de considérations sans rapport avec l’efficacité, elles iraient à la ruine.

25/04/2012

Les élections dans les DOM COM

Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle dans les DOM COM sont riches d’enseignement :

D’abord les citoyens des DOM se considèrent comme Français à part entière mais ne le sont qu’à demi quand il s’agit de voter : abstention à 47% à la Guadeloupe, 48% en Martinique, 55% en Guyane, seulement 34% à la Réunion, 51% à Mayotte.

Les COM pareil: Polynésie 51%, Nouvelle Calédonie 45%, St Martin et St Barthélémy 64% pas vraiment intéressés, St Pierre et Miquelon 45% et la perle rare : Wallis et Futuna 28% seulement.

Remarquons que les DOM ont voté massivement Hollande : Guadeloupe 57%, Martinique 52%, Guyane 43% et Réunion 53% Hollande, 18% Sarkozy.
La Réunion qui doit son développement à Michel Debré n’est guère reconnaissante. Il faut dire qu’il y a 40 ans Paul Vergès maire de Port des Galets, bon maire d’ailleurs, et président du parti communiste réunionnais qui se disait indépendantiste, était considéré comme infréquentable. Il devint pourtant président du Conseil Régional de 1998 à 2010, fut député, député européen, il est encore sénateur. La politique dans les îles est une affaire spéciale.

Apparemment dans les DOM on a plus confiance dans la gauche pour les allocations et l’aide sociale.

Seule Mayotte a voté Sarkozy à 49%, Hollande 37%, par reconnaissance pour la départementalisation, il est peu probable que cette anomalie perdure.

Curieusement les communautés d’outremer (COM) ont voté Sarkozy, la Polynésie à 45%, la Nouvelle Calédonie à 50% alors que la gauche pousse ce territoire à l’indépendance.

St Pierre et Miquelon a voté Hollande à 34%, Sarkozy 19%, Le Pen et Mélenchon 15%  chacun, éclectiques. Seule Wallis et Futuna a voté massivement Hollande : 48%.

Il est à remarquer que sauf à St Pierre et Miquelon, les deux « grands » candidats monopolisent les voix, les « petits » étant à la portion congrue. La meilleure Marine Le Pen recueille pour l’ensemble des DOM COM 8,62% des voix.

Les DOM COM c’est quand même 1 731 742 d’électeurs inscrits et l’écart entre Hollande 47.5% des voix et Sarkozy 27,76% risque de peser lourd au second tour.

La crise de 2009 a probablement coûté très cher à Sarkozy. Si une analyse du malaise ultramarin a été ébauchée, aucune véritable solution n'a été apportée, puisque deux ans après, c'est Mayotte qui s'embrasait pour les mêmes raisons.

 

16:39 Publié dans actualites, Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dom com, élections

24/04/2012

Khmers rouges

 

Ils sont gonflés au Monde, le journal. Dans le N° du 18 avril on trouve une publicité pour 3 DVD intitulés « CAMBODGE La dictature des Khmers Rouges 1975 – 1979 » avec en sous-titre : « 6 heures de films essentiels pour comprendre la barbarie khmère rouge »

Apparemment Le Monde compte sur l’amnésie de ses lecteurs car, si le journal était bien présent à l’arrivée des khmers rouges à Phnom Penh ce fut pour décrire « l’enthousiasme » de la population de Phnom Penh « libérée » par les « Khmers révolutionnaires ».

Les khmers rouges ayant enfermé tous les étrangers et expulsés de la ville ses deux millions d’habitants Le Monde s’extasie : « Le premier et le plus spectaculaire geste des révolutionnaires khmers (…) a été de vider Phnom Penh de ses habitants (…) et d’appliquer la même mesure à toutes les villes, à tous les villages restés jusqu’à la dernière minute sous contrôle républicain ». Le rédacteur nullement choqué se contente de trouver cette « mesure »  « inattendue ». Les khmers rouges pillent  « mais pour ces hommes l’argent ne vaut rien. Sans doute considéraient-ils que ce n’est pas voler que de se servir chez les riches ou de bruler leurs biens ».

« Cette évacuation est jugée indispensable, compte tenu d’expériences antérieures afin de réorganiser la ville. Il fallait révolutionnariser les citadins, les purifier en les envoyant travailler dans les campagnes… »

Le rédacteur déclare ne pas comprendre l’évacuation totale des hôpitaux mais les conditions sanitaires y étaient déplorables et quand bien même beaucoup de ceux qui sont « partis sur un lit à roulettes ou un brancard » seraient morts en route, « combien seraient morts de toute façon dans la pourriture ? »

Toutes ces citations sont extraites du livre de Vladimir Volkoff  « Petite histoire de la désinformation » Editions du Rocher 1999.

Et maintenant toute honte bue Le Monde veut gagner de l’argent avec toute cette horreur et sans faire repentance.

 

19/04/2012

Les Iles Eparses

 

Actuellement au 13 heures de TF1, passe journellement un reportage sur les « Iles éparses ». Ces 4 îles ou plutôt 4,5, Bassas de India ne découvrant qu’à marée basse, sont la propriété de la France, Tromelin à l’est de Madagascar, les autres îles dans le Canal de Mozambique entre Madagascar et l’Afrique de l’Est.

Ces ilots minuscules, de un à quelques kilomètres de longs, sont inhabités et n’ont aucune ressource, ils sont en plus entourés de corail et très difficiles d’accès par mer. Leur seul intérêt est de générer une Zone Economique Exclusive (ZEE), considérable.

Ceux qui regardent ces reportages auront pu constater que sont stationnés sur les ilots du canal de Mozambique des militaires, treize hommes et un gendarme, relevés tous les deux mois à partir de la Réunion. Ils y sont depuis 1973 et voilà pourquoi.

A l’époque j’étais à Tananarive à l’état major du général Bigeard, commandant supérieur de la zone. J’avais appris d’une source « digne de foi » que les Malgaches qui revendiquent la propriété de ces îles avaient l’intention de s’y installer militairement. Le général Bigeard les devança et occupa, les Glorieuses, Juan de Nova et Europa en y envoyant un détachement et un gendarme. Ils y sont toujours malgré le coût de leur soutien, il faut même leur acheminer de l’eau. L’armée a des velléités de supprimer cette occupation qui dure maintenant depuis près de 40 ans, pour faire des économies, l’amusant est que ce sont les écolos qui demandent leur maintien pour la préservation de la faune et de la flore ; en particulier ces îles sont des lieux de ponte des tortues marines.

Il est curieux de constater qu’une décision à laquelle on a participé il y a quarante ans a encore des conséquences alors qu’il est probable que bien peu sont ceux qui en connaissent encore la raison.

 

11/04/2012

Total innocent

 

Grosse indignation : Total pourrait être disculpé pour le naufrage de l’Erika en 1999 et la marée noire qui s’en est suivie.

Beaucoup de marins qui sont très attachés à la liberté de navigation ne comprenaient pas ce que l’on pouvait reprocher à la compagnie pétrolière : Total avait affrété un cargo admis à naviguer par une société de certification reconnue que pouvait il faire de plus ?

Maintenant on constate que le naufrage a eu lieu à l’extérieur des eaux territoriales et qu’en raison de la convention de Montego bay que la France a signée, c’est à l’état du pavillon en l’occurrence Malte qu’il revient de juger l’affaire.

La France a signé il n’y a plus qu’appliquer, c’est le droit international.

Ce qui est remarquable dans cette affaire c’est la hargne dont fait l’objet Total parce que major pétrolière française elle fait des profits. Les Français n’aiment pas leurs industries surtout quand elles réussissent.

Eva Joly qui fut juge et est candidate à la présidence dénonce « une complicité entre l'Etat et Total » ,  une haute idée de la justice.

Le parti socialiste déclare : « La cour de cassation s'apprête par la voix de son avocat général et aussi du rapporteur de la chambre à rendre une décision rétrograde, étriquée, qui ne prend pas en compte les impératifs du monde moderne », une haute idée de la loi.

Le plus étonnant est que les communes touchées ont été indemnisées et que Total a versé 171,5 millions d’euros qu’il ne cherche pas à récupérer.

Dans cette affaire on a l’impression qu’on s’en est pris à Total non parce qu’il était coupable mais parce qu’il était riche et seul capable de payer les dégâts, en somme la justice de classe.

En 1919 on affirmait : « l’Allemagne paiera » maintenant c’est « Total paiera »