Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2015

Valeurs républicaines

J’avoue avoir une certaine compassion pour tous ceux qui, à travers le monde, n’ont pas la joie de connaître les « valeurs républicaines » comme les Anglais, les Belges, les Espagnols, les Hollandais, les Scandinaves… Ils doivent tous connaître un régime d’oppression et rêver au sort des Français.

Au fait qu’est ce que les « valeurs républicaines » ? Sont elles résumées par la devise de la République Française « Liberté, Egalité, Fraternité» ?

Est-t- on libre dans un pays ou on vous interdit des tas de choses ? De fumer, de faire des feux de bois, de choisir ses ampoules électriques, de ne pas mettre de ceinture en voiture, j’en oublie bien évidemment de ces contraintes infantilisantes. Est-on libre dans un pays où l’Histoire vous est imposée où l’on doit condamner l’œuvre coloniale française, ne pas pouvoir évoquer un génocide ou un autre, où on ne peut pas dire qu’un Sénégalais est plus costaud qu’un Japonais, que les Juifs ont de l’influence – 700 invités se sont précipités au diner du CRIF -, que tous les crimes terroristes sont commis par des musulmans ? Est-on libre dans un pays où on endoctrine les enfants avec des théories ridicules sur l’identité sexuelle ?

Quant à l’Egalité, considérons seulement les privilèges que s’attribuent les élus qui mènent grand train en prêchant la rigueur à ceux qui sont assez naïfs pour les élire ?

La Fraternité a été remplacée par la « tolérance » qui permet le « vivre ensemble » et par l’assistance généralisée.

Je vais faire un aveu, j’aime mieux la devise qui avait cours pendant les années les plus noires de notre histoire, « Travail, Famille, Patrie » me semble infiniment plus pertinent et motivant que ces fumeuses vertus issues des Lumières et de la Franc-maçonnerie. Le Travail c’est ce à quoi chacun aspire en cette époque de chômage généralisé, la Famille c’est le dernier rempart contre la précarité que l’on voit s’étendre, la Patrie c’est ce que l’on voit disparaître derrière un mondialisme, nous menant à l’individualisme et à l’asservissement.

En fait peut-on encore parler de valeurs à une époque où tout ce qui faisait l’unité et la solidarité de la France, toute spiritualité sont abandonnés au profit d’un consumérisme exacerbé et la recherche du plaisir immédiat.

Regardons les actualités à la télé, de quoi y parle-t-on ? Des sports d’hiver, et de la neige sur les autoroutes, du foot… La France est en guerre, nul ne le sait ou tout se monde s’en fout.

 

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com 

 

 

 

22/01/2015

La chauve-souris et les deux belettes.

« Je suis Oiseau : voyez mes ailes…Je suis Souris : vivent les Rats » (Jean de La Fontaine)

Le Monde du 21 janvier titre « Juifs de France : la tentation au départ ». « Juifs de France », l’expression fut très utilisée quand on parlait des déportations nazies pour regrouper, les Français israélites et les juifs qui avaient fui leur pays pour échapper aux persécutions nazies dans les années 30. Employée maintenant elle renvoie les citoyens israélites à leur seule appartenance ethnique et en fait une communauté alors que depuis Napoléon ils ont été parfaitement assimilés, y compris ceux revenus d’Afrique du nord.

La seule appellation correcte est Français israélites, comme on dirait les Français catholiques.

Quand on lit la presse, on a l’impression que tout à coup la France est devenue antisémite, ce qui est faux, les actes antisémites sont le fait de la seule communauté musulmane ; Merah, Fofana, Coulibaly, proviennent tous de la même mouvance religieuse, et ont transposé en France les luttes de Palestine.

D’un autre coté les juifs français se montrent pour beaucoup solidaires d’Israël et les institutions juives officielles, notamment le CRIF, ne cessent de manifester leur soutien y compris auprès des autorités gouvernementales françaises – voir le diner annuel du CRIF – pour les appeler à appuyer Israël dans sa lutte en Palestine.

Cette double allégeance apparente, française et israélienne, est à l’évidence la cause de l’antisémitisme qui se manifeste en France dans la communauté musulmane.

On ne peut que s’étonner de voir les autorités françaises admettre que l’Agence juive vienne faire du débauchage pour attirer en Israël, les juifs et seulement les juifs. Il est quand même étonnant d’entendre une mère française déclarer : « Ces attentats ne font que confirmer ce qu’on savait. Nos enfants n’ont plus d’avenir en France. C’est devenu une évidence ces dernières années. »

Sont ce des paroles de Français ? Et il ne faut quand même pas exagérer, les risques encourus en Israël sont certainement plus élevés que ceux qu’encourent les juifs en France.

Plus de 7000 juifs sont partis en 2014 en Israël faire leur alya, On ne sait combien sont revenus, il y en a, mais rien que cette expression veut faire croire que le destin de tout juif est en Israël. Dans ces conditions, peut-on se targuer d’être un Français comme les autres. ?

Le plus révélateur fut l’enterrement des quatre victimes de Coulibaly en Israël qui montrait bien leur appartenance première. Nétanyahou y déclara parlant des juifs, devant un ministre français qui ne dit rien : « Ils savent au fond d’eux qu’Israël est leur patrie historique qui les accueillera à tout moment comme ses enfants chéris ». Curieusement elle remit ensuite à chacune des victimes la Légion d’Honneur en déclarant : « l’histoire a créé une relation indestructible entre la République et les juifs de France ». Ne seraient t-ils pas des Français comme les autres ?

 

Le 22 janvier 2015

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com 

 

13/01/2015

Charlie Hebdo : Enfumage

Les manifestations d’unité organisées partout pour montrer l’unité des Français devant le terrorisme à la suite du massacre de Charlie Hebdo relèvent de l’enfumage, car enfin les criminels aussi bien les frères Kouachi que Coulibaly étaient de bons Français, nés natifs de France et non des étrangers. Ne parlons donc pas d’unité et soyez surs que dans les banlieues « sensibles » beaucoup approuvent et applaudissent se sentant solidaires des terroristes. Dans beaucoup d’écoles des « cités » nombreux sont les élèves qui ont refusé d’observer la minute de silence, certains s’éclipsant ou applaudissant au point que nombre d’enseignants avaient préféré ne rien faire.

J’observe aussi que seuls sont regrettés les dessinateurs de Charlie Hebdo alors que les victimes collatérales et les otages exécutés par Coulibaly ne sont guère évoqués.

D’ailleurs pourquoi parler de liberté d’expression au sujet de Charlie Hebdo, il y a beau-temps qu’elle n’existe plus en France, depuis les lois Pleven, Gayssot, la reconnaissance du génocide arménien, la condamnation de l’esclavage, du colonialisme, du racisme, de la xénophobie, de l’antisémitisme, pour lesquels il faut faire repentance, sans parler de l’extermination des juifs de France que l’on met à notre charge. La LICRA, la LDH, le CRAN, SOS Racisme, le CRIF, portent plainte pour le moindre écart de langage et se font indemniser.

La seule réaction sensée au massacre de Charlie Hebdo serait de démanteler tout cet arsenal juridique et de libérer la parole dans les limites de la loi de 1881. Mais les gardiens du temple veillent au créneau et rien ne se fera.

Il faut l’admettre, nous sommes en guerre contre l’islamisme, aussi bien au Sahel, en Irak que sur notre territoire et ce n’est pas cette guerre que nous avons préparée, elle sera longue et ce n’est pas avec notre Dissuasion et nos armements sophistiqués que nous cherchons à vendre que nous la gagnerons. Nous avons besoin d’effectifs, de matériels robustes et rustiques, adaptés au désert et en quantité. Juste ce que nous n’avons pas. Et ce n’est pas en s’en prenant à Poutine ou en voulant à tout prix déboulonner Bachar el Assad que nous viendrons à bout de l’islamisme.

 

 

 

 

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com 

 

06/03/2014

Oser l'antisémitisme

Avant hier, ils étaient 800 de tous les partis, sauf bien sur du FN, mais dont le Président de la République et beaucoup de ministres, à se précipiter à la convocation du CRIF pour un diner kacher. Comme d’habitude on a parlé du soutien nécessaire à Israël, condamné l’antisionisme, mais surtout de l’antisémitisme qui devrait être proclamé « cause nationale ». C’est quand même étonnant de voir dans un état laïc où les références ethniques sont interdites, une communauté ethnique ou religieuse, on ne sait, dicter sa politique au gouvernement et lui reprocher l’insuffisance de son action en sa faveur et de voir les ministres, qui savaient d’ailleurs ce qui les attendait en venant, écouter sans protester, sans se défendre et même sans ficher le camp. On voit là à quel degré de sidération on en est arrivé.

D’autant qu’on comprenait bien, à écouter le président du CRIF, que les responsables des agressions antisémites viendraient de l’extrême droite et principalement du Front National ce qui est faux.

Et bien moi je pense que, ceux qui se disent représenter les juifs faisant de la politique, ne serait-ce qu’en privant le front national mais aussi Mélenchon se ces agapes kacher, j’ai le droit de ne pas être d’accord avec cette politique et de proclamer mon antisémitisme. Je le dis bien fort, les juifs commencent à me gonfler sévère.