Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/04/2022

Cette guerre n'est pas la notre

Maintenant qu’il est évident que la guerre en Ukraine est en fait une guerre entre les Etats Unis et la Russie par Ukrainiens interposés, il faudrait quand même que nous en tirions les conclusions.

Depuis sept ans et la révolution du Maïdan qu’ils ont organisée pour mette au pouvoir Zelensky prêchant l’admission de l’Ukraine à l’Union Européenne et à l’OTAN, les Américains forment, équipent et même commandent l’armée ukrainienne pour préparer la reconquête des zones séparatistes du Donbass. Les Russes ont clairement indiqué qu’ils ne supporteraient pas de voir l’OTAN atteindre leur frontière, ils ont déclenché une guerre préventive.

Le but des Américains est d’empêcher tout rapprochement de l’Europe et des Russes politiquement et économiquement

Cette guerre n’est pas la notre, l’Ukraine n’appartient ni à l’Union Européenne ni à l’OTAN et toute aide militaire par fourniture de matériels, toute sanction imposée à la Russie ne fait que jeter de l’huile sur le feu et durer cette guerre avec ses pertes et ses atrocités. Il n’est que temps de nous limiter à l’accueil des réfugiés et à une aide humanitaire.
Les sanctions que nous appliquons et qui ne feront certainement pas plier Poutine, nous couteront très cher ne serait-ce que par le coût de l’énergie et des troubles qui vont s’en suivre. Si les européens étaient raisonnables, ils se désengageraient de cette guerre et rétabliraient leurs relations avec la Russie plutôt que de chanter les louanges de Zelensky qui n’est jamais qu’un clown aux ordres des Américains conduisant son pays à la ruine et à la désolation.

08/04/2022

Est on prêt à payer?

Je ne suis pas sur que tous ceux qui appellent aux sanctions contre la Russie soient prêts à en payer les conséquences : hausse de l’énergie, essence, fuel, gaz électricité voire pénurie, hausse du coût de la vie par insuffisance de blé, manque d’engrais. Sans parler des famines dans nombre d’états africains importateurs de blés etc…

On ne peut que déplorer la guerre en Ukraine avec ses désastres, ses atrocités, ces millions de réfugiés mais la responsabilité de l’Ukraine à l’origine de l’affaire est évidente et Zelensky est l’homme des Américains qui l’ont mis en place. Il n’a pas respecté les accords ce Minsk qu’il avait signés et n’a cessé de bombarder les régions séparatistes du Donbass qu’il s’apprêtait à attaquer quand las Russes sont intervenus.

Il eut fallu considérer cette guerre pour ce qu’elle est, une guerre civile qu’il fallait arrêter au plus vite et non aider les Ukrainiens en les formant, les armant.

Il aurait fallu se comporter en arbitre ce qui nécessitait de ne pas intervenir dans les combats d’une guerre qui ne nous concerne pas : l’Ukraine n’est pas notre alliée et a été instrumentalisée par les Etats Unis pour faire à leur place la guerre à la Russie, réveiller l’OTAN moribond et vendre leurs armes puis leur pétrole. L’Europe est durablement coupée de la Russie un fournisseur vital et un marché important. Elle va payer très cher son aveuglement.

25/02/2022

Les précédents américains

Je ne sais pas s’il faut approuver l’intervention russe en Ukraine mais je trouve que les Etats Unis et leurs vassaux européens sont bien mal placés pour le faire. Qui a depuis des décennies semé le désordre dans le proche et le moyen orient sinon les Américains parfois sous couvert de l’OTAN ? Rappelons nous l’Irak, la Syrie, la Lybie, l’Afghanistan, la Somalie, la Serbie amputée par nos soins du Kosovo, le Yemen sans parler de la Baie des Cochons et de la Grenade.Les Etats Unis ont été les principaux fauteurs de troubles généralement suivis par leurs vassaux européens.

La guerre contre les Tchétchènes était une guerre civile russe et l’intervention en Géorgie a été la conséquence d’une agression.Il y a eu bien sur l’annexion de la Crimée mais la presqu’ile était russe depuis deux cents ans.

Quant à l’Ukraine elle n’a jamais respecté les accords de Minsk et faisait des pieds et des mains pour entrer dans l’Union Européenne et l’OTAN, alliance constituée contre la Russie, elle recevait des armements de plusieurs états occidentaux et la révolution de Maïdan n’était certes pas spontanée mais suscitée ou encouragée par la CIA.

Admirons la rapidité avec laquelle on a pardonné les quinze ans de dictature nazie et ses atrocités, qui mirent l’Europe à feu et à sang et ne furent interrompus que par le sacrifice de plus de vingt millions de Russes.
Il y a beau temps que l’Europe aurait du, à la fin de la guerre froide, établir des rapports normaux avec la Russie qui en fait partie. Les Américains ont tout fait pour s’y opposer, voilà où nous en sommes.

10/05/2018

Trump et l'Iran

Il l’a fait, Trump a bien dénoncé comme il l’avait dit l’accord nucléaire avec l’Iran ainsi que le demandait Israël, qui refaisant le coup des « armes de destruction massive » prétend contre toute évidence que l’Iran continue à préparer sa bombe. Venant d’un pays qui s’est doté clandestinement de l’arme atomique, le procès ne manque pas de sel.

Il faut tirer maintenant les conséquences de cette décision, d’abord constater que la politique extérieure américaine ne se fait pas à Washington mais à Jérusalem. On ne peut que voir que les Etats-Unis qui ont déstabilisé le Proche et le Moyen-Orient – Afghanistan, Irak, Syrie - sans parler du Yemen où ils aident l’Arabie Saoudite dans une guerre ignorée, ne cherchent pas à y ramener la paix.

Par cette décision strictement unilatérale, Trump manifeste le mépris dans lequel il tient ses partenaires européens, cosignataires de l’accord avec l’Iran. Tirons en les conclusions.

Que l’Europe fasse bloc pour réaffirmer notre engagement vis à vis de l’Iran qui n’acceptera jamais une renégociation de l’accord. Commençons par lever les sanctions et réintroduire l’Iran dans notre monde économique en passant avec ce pays des accords industriels et commerciaux. Cela n’ira pas sans mal tant les Etats Unis disposent de moyens de pression voire de chantage en particulier pour les contrats libellés en dollars. Il faut que l’Europe pour une fois unie, combattent cette vassalisation.

Il convient aussi de nous rapprocher de la Russie voire de la Chine.

Pour ce qui est de la Russie abandonnons les derniers relents de guerre froide, cessons de nous immiscer dans la zone d’influence russe – la question ukrainienne n’a pour nous aucun intérêt, ce pays est ruiné et corrompu bien loin d’une démocratie et ne méritant pas qu’on le défende au nom des droits de l’homme. Egalement renonçons aux pressions militaires aux frontières russes Abandonnons les sanctions envers la Russie qui coutent à l’Europe autant qu’à la Russie. La Russie fait partie de l’Europe, reconnaissons le.

Les Etats Unis mènent une politique isolationniste et ne considèrent que leur intérêt immédiat. Ce n’est pas l’Iran qui est le pays le plus belligène de la région mais Israêl qui déjà n’hésite pas à intervenir militairement contre la Syrie et qui ne fait rien, bien au contraire, pour mettre fin à une guerre civile qui dure depuis sept ans et dont les origines et la poursuite viennent plus de l’extérieur que du pays lui même. Netanyahou n’hésite pas à réveiller ses fantasmes : « J’ai indiqué à Poutine que 73 ans après la Shoah, les Iraniens veulent exterminer les Juifs, et que nous sommes déterminés à nous défendre », a-t-il affirmé. Rien moins.

04/04/2018

Ce pelé, ce galeux

La présomption d’innocence ce n’est pas pour Poutine « ce pelé, ce galeux d’où venait tout leur mal »: Poutine est évidemment coupable dans l’affaire Sergueï Skripal, tentative d’assassinat de cet ancien agent double ayant fait l’objet d’un échange Est – Ouest.

On aurait utilisé du Novichok, or de cet agent « plus dangereux et sophistiqué que le sarin » on ne sait rien, on n’est même pas sur qu’il existe et sa composition reste inconnue. Alors comment les laboratoires britanniques ont-ils pu l’identifier ? On pense immédiatement aux armes de destruction massive de Saddam Hussein.

Personne ne se demande pourquoi Poutine qui est tout sauf idiot, aurait monté une telle affaire juste avant sa réélection.

Alors qui est à l’origine de cette manipulation destinée à accroitre encore les tensions entre la Russie et l’Europe ? On cite Israël pour qui l’intervention russe en Syrie est un soutien aux ennemis d’Israël au Moyen Orient notamment l’Iran.

Ce peut être aussi les Etats Unis, qui entretiennent un climat de guerre froide pour empêcher tout rapprochement Russie-Europe et dont la politique étrangère est entre les mains de l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee). Ou encore l’Angleterre la perfide Albion coutumière de ce genre de coups tordus.

Dans tous les cas la piste russe est très improbable : pas de mobile, très mauvaise exécution du travail, les victimes ne sont pas mortes à ce jour.

L’Union Européenne dans sa paranoïa anti Poutine se tire une fois de plus une balle dans le pied ajoutant à des sanctions contre-productives l’expulsion de 117 diplomates.

Déjà les sanctions appliquées à la Russie à la suite de l’affaire ukrainienne ont couté à l’Europe 60 milliards d’euros, 40 milliards à la Russie. Mais qui est à l’origine des provocations qui ont conduit à cette situation sinon l’occident ? Qui a amené l’OTAN aux frontières de la Russie, qui a monté la guerre de Géorgie, les accords d’association avec L’Ukraine, sans parler de l’intervention en Libye, et la déstabilisation de Bachar el Assad ?

Un jour il faudra que l’Europe comprenne qu’elle a tout à gagner à un rapprochement avec la Russie et à prendre ses distances avec les Etats Unis qui la traite en vassale et font tout pour maintenir cette sujétion.

De toute façon ce renégat ne valait pas tout ce tintouin.