Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2005

Chère Christiane Taubira

le 21 décembre 2005






Messieurs,

Depuis pas mal de temps vous vous croyez autorisés à mettre au féminin des noms qui n’admettent que le masculin.
C’est comme cela que vous qualifiez Christiane Taubira, dans l’hagiographie que lui tresse, le 20 décembre, Benoît Hopquin, d’ “auteure” de la loi Taubira sur l’esclavage.
Il ne faudrait quand même pas pousser trop loin cette manie en accordant des adverbes au féminin. Je lis en effet par deux fois “Je paye très chère ma liberté de parole”. Je pense qu’effectivement la dame vous est chère mais quand même; retenez vous.
Considération distinguée.

18:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

04/12/2005

"l'esprit critique menacé"

le 4 décembre 2005






Messieurs,


J’applaudis très fort au “point de vue” d’ Anne Marie Le Pourhiet “L’esprit critique menacé” paru dans le n° du Monde du 3 décembre. Enfin quelqu’un qui ose s’élever contre “l’oppression” exercée “par des associations vindicatives et sectaires pratiquant l'intimidation judiciaire” contre l’expression “d'une opinion contraire à leurs prétentions ou revendications”.
Il est urgent de démanteler l’arsenal répressif peu à peu mis en place sous la pression de lobbies et d’en revenir à la liberté d’expression qui régnait sous la III° République.
Ce que j’aurais aimé c’est que cet article soit repris par Le Monde et non présenté comme un simple “point de vue”, car n’êtes vous pas à placer parmi les “liberticides”? N’êtes vous pas à l’origine, entre autres, de la ridicule “affaire Renaud Camus” qui a encombré vos colonnes pendant des semaines? Enfin je considérerai ça comme un premier pas vers la “repentance”, à moins qu’il ne s’agisse d’amnésie.
Anne Marie Le Pourhiet ne me semble pas non plus complètement délivrée du “politiquement correct”, car on ne trouve pas dans le florilège qu’elle dresse des victimes de l’oppression, Jean Marie Le Pen, Bruno Gollnisch, ni Roger Garaudy, à moins qu’ils ne soient représentés par les points de suspension.
Considération distinguée


P.S. Au fait quand Le Monde.fr réactivera t-il mon “blog” neutralisé sans explication depuis Juillet?

16:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

30/11/2005

"Le droit indivisible"

le 30 novembre 2005








Messieurs,


J’avoue ne pas avoir compris le sens de votre éditorial du 27 novembre “Le droit indivisible”.
D’abord votre indignation porte sur l’existence, à vrai dire nullement avérée, d’une succursale de la prison de Guantanamo, dans une base américaine du Kosovo, où seraient détenus des islamistes que vous supposez soumis aux pires traitements, pour conclure que le fait que l’affaire se passe au Kosovo “constitue une circonstance aggravante.(...) Les Occidentaux (n'ayant) pas mené une guerre au Kosovo en 1999 en invoquant des raisons humanitaires pour, aujourd'hui, y tolérer, voire y créer, des zones de non-droit.”
Je tiens à vous faire remarquer que l’indivisibilité du droit vous oblige à vous interroger sur la légitimité d’une guerre destinée à imposer la démocratie par la force, guerre que vous n’avez cessé d’approuver, alors qu’il s’agit, à l’évidence d’une méthode totalitaire.
Cette affaire de supposée prison n’est vraiment qu’une chiure de mouche.
Considération distinguée.

15:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

26/11/2005

Le rap à l'index

le 26 novembre 2005








Messieurs,

Votre refus (votre éditorial du 25 novembre "Le rap à l'index" ) de voir engager des poursuites contre des groupes de rap pour des propos que vous estimez vous mêmes, “inacceptables” et inadmissibles” serait à la rigueur compréhensible si, depuis des décennies, vous n’aviez pas applaudi aux condamnations au nom de la loi Gayssot des Le Pen, Gollnisch ou Garaudy dont les “dérapages” n’ont jamais eu de conséquences et je ne parle pas de l’ “affaire Renaud Camus”.
Mais vous ne pouvez qualifier de simple provocation “Quand j' vois la France, les jambes écartées j'l'encule sans huile. (...) J'rêve de loger dans la tête d'un flic une balle de G.L.OC.K." et dire ensuite que ce genre de textes “n'ont pas, à eux seuls, allumé l'étincelle qui a provoqué ces trois semaines d'explosion” sans au moins admettre qu’ils y ont participé.
Vos prises de positions sont décidément toujours aussi unilatérales et vous continuez à assumer votre rôle d’ “idiot utile” par votre soutien à toutes les mauvaises causes qui ont mis le France dans la situation où elle est actuellement.
Vous êtes définitivement incorrigibles.
Considération distinguée.

17:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

20/11/2005

Banlieues: la provocation coloniale

le 20 novembre 2005



Messieurs,

Le 13 avril 2000, qu’il s’en souvienne, Philippe Bernard “Au revoir l’intègration” constatait que les immigrés ne s’ intègreraient pas. Cela ne l’a pas empêché de se faire pendant cinq ans le chantre d’une immigration incontrôlée, d’ on ne sait combien de millions de maghrébins et de “subsahariens”.
Maintenant il nous explique que quand des “sauvageons” de 14 ans brûlent les voitures des voisins et leurs écoles, “leur rage est (...) d’ordre civique” .On les a provoqués en ressortant un “texte législatif conçu pour mater une rébellion coloniale”
Enfin quoi, c’était il y a 50 ans et la guerre d’Algérie c’était du temps de leur grand père, cela m’étonnerait que ce soit encore “une plaie à vif”.
Si scander “J'baiserai la France jusqu'à c'qu'elle m'aime” est un cri d’amour comment faut il interpréter: “Je crie haut , je baise votre nation”, “Retirer ma carte d’identité avec laquelle je me suis plusieurs fois torché”, “On s’est installé ici c’est vous qu’on va mettre dehors”...
Le problème est que “les enfants de l'immigration subsaharienne (...)entrent massivement sur la scène incandescente des quartiers populaires” avec leurs culture d’échec, la polygamie, et apportent violence, trafics, échec scolaire. A les voir prendre l’Europe d’assaut, ils ont peut être “la haine des Blancs” mais ils savent où est la soupe.
Le navrant est que ceux qui vont trinquer sont ceux qui travaillent pour réussir et se faire une place.
Enfin on peut espérer que ces émeutes, dépasseront la crainte de faire le jeu du Front National, et qu’on va enfin réagir et arrêter ce suicide par invasion. On peut toujours rêver.
Considération distinguée

15:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)