Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2022

Cette guerre n’est pas la notre.

A la réunion des 44 dirigeants des pays de l’Europe qu’il avait suscitée, le Président Macron déclara : « Nous sommes là pour permettre à l’Ukraine de résister  » engageant une fois de plus la France aux cotés de l’OTAN dans la guerre contre la Russie. Pourtant cette guerre n’est pas la notre, l’Ukraine n’appartient ni à l’Union Européenne ni à l’OTAN, c’est un pays failli et corrompu. Les sanctions appliquées à la Russie étaient sensées mettre l ‘économie russe à genoux, c’est en fait l’Europe dont la France qui en supporte les conséquences : crise énergétique prévisible promettant un hiver difficile, récession économique, hausse du cout de la vie. Est-t-on sur que les Français soient d’accord pour supporter tout cela pour une guerre en fait suscitée par les Etats Unis pour affaiblir la Russie ? Une fois la crise passée, ce qui risque d’être long et dangereux, les Européens devront vivre avec la Russie et reprendre avec elle des relations économiques et politiques les meilleures possibles. Le sabotage des gazoducs Nord Stream qui est à l’évidence l’œuvre des Américains, est une agression contre l’Europe qu’il prive de possibilités d’approvisionnement en gaz et en pétrole à bas cout et l’oblige à rechercher d’autres fournisseurs bien plus chers dont les Américains. Et pourtant l’Union Européenne entrainée par le boutefeu irresponsable qu’est Ursula von der Leyen est engagée au coté de l’OTAN pour aider l’Ukraine sans que les peuples aient été consultés. La Constitution n’autorise pas Macron à nous entrainer dans cette aventure sans autorisation du Parlement. On en vient à espérer une révolte populaire obligeant à changer de politique. La France avait un rôle évident d’intermédiaire pour trouver une sortie de crise acceptable pour les deux partis. Elle a choisi de laisser ce rôle à Erdogan.

 

Écrire un commentaire