Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/09/2015

BHL à l'IHEDN

L ‘Institut des hautes études de la défense nationale, IHEDN, qui relève du Premier Ministre « a pour mission de donner à des hauts fonctionnaires, officiers supérieurs, cadres des différents systèmes d’activité, une information approfondie sur la défense nationale comprise au sens large du terme ». On ne peut donc dans ces conditions que s’étonner de voir invité le 12 octobre 2015  (à 18h30 à l’Ecole Militaire) Bernard-Henri Lévy autrement dit BHL - cet oiseau de malheur absolu - dans le cadre des « Lundis de l’IHedn »

Je ne sais à quel titre, il n’est pas ancien auditeur et se qualifie au choix « Ecrivain, philosophe, cinéaste », toute qualité qui lui permet d’avoir des idées sur ce qu’il faut faire pour la défense des intérêts de la France.

Rappelons que cet homme qui se veut de gauche a servi indifféremment, François Mitterand, Jacques Chirac, Dominique Strauss Kahn, Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy et maintenant François Hollande dont il chante les actions dans la guerre de Syrie.

On l’a vu en 2008 conseiller Mikheil Saakachvili, président de la Géorgie, dans sa folle tentative de récupérer contre les Russes l’ Ossétie du sud. Plus tard en 2011, il poussera Nicolas Sarkozy à intervenir en Lybie, entrainant l’assassinat de Mouammar Kadhafi et l’éclatement du pays, la déstabilisation du Sahel et maintenant l’afflux de migrants à travers la Méditerranée. Il affirmera le 11 novembre 2011 s'être engagé en Libye en tant que juif et sioniste : « J'ai porté en étendard ma fidélité à mon nom et ma fidélité au sionisme et à Israël »

Et maintenant en Syrie, il défend l’intervention de la France sans voir que nous sommes à la remorque des Américains, estimant contre toute évidence que c’est Bachar el Assad qui est responsable de l’émergence de Daech et des 260 000 morts de la guerre Syrienne, que seuls les Kurdes, si on les arme pourront venir à bout de Daech, ne voyant pas que les Kurdes qu’il considère bizarrement comme de grands démocrates n’ont d’autre but que la reconquête du Kurdistan et que la seule armée à lutter encore efficacement contre Daech est l’armée Syrienne.

Pascal Boniface a un jour écrit dans un de ses articles intitulé « BHL n'est pas seulement ridicule, il est aussi dangereux » : « Il est de bon ton, dans de nombreux milieux, de se gausser de Bernard-Henri Lévy et d’affecter à son égard, une indifférence ironique. (…). La carrière de BHL est faite d’affabulations et de ratés monumentaux, qu’il veuille créer un journal, faire un film, écrire une pièce de théâtre ou un livre. Il y a un écart grandissant entre l’écho médiatique qui lui est donné et la désaffection du public, qui n’est pas dupe. » Malheureusement, il y a encore des gouvernants pour l’écouter.

 

28/03/2014

Tapis rouge et longues baguettes.

« Quand on dîne avec le diable, il faut une longue cuillère… »

Notre président a déroulé le tapis rouge pour accueillir l’oncle Xi, fort bien, je n’y vois pas grand inconvénient si on arrive à lui vendre beaucoup de ce que nous produisons encore.

Il n’empêche que quand on dine avec un Chinois il faut le faire avec de longues baguettes : les Chinois sont malins, têtus, et travailleurs et souvent ne sont pas longs à nous vendre ce que nous leur avons vendus peu de temps avant. Gare aux Airbus, avions et hélicoptères chinois, aux Peugeot chinoises et à nos vins qu’ils nous on déjà rachetés.

Ce qui me pose problème c’est que l’oncle Xi n’est guère un plus grand adepte des droits de l’homme que le cousin Vladimir, il réprime les Tibétains et les Ouïgours avec une grande violence. Personnellement ça ne me gène pas - je me demande toujours comment on peut être Ouïgour et je ne fais guère confiance au Dalaï Lama pour gouverner démocratiquement un Tibet libre - mais notre Président, Fabius et BHL comment peuvent-ils supporter ça, après que nous soyons partis guerroyer au Kosovo et en Libye contre les tyrans, sans parler de la Syrie et de la Crimée où on à tant de mal à se retenir d’intervenir?

Tapis rouge à l’oncle Xi et sanctions au cousin Vladimir qui n’a fait que récupérer avec adresse la Crimée qui lui appartenait, après que nous lui en ayons donné l’occasion par nos ingérences en Ukraine.

Est ce un bon choix ? Nous avons besoin du gaz russe et nous sommes bien contents de vendre nos produits à la Russie. Sur le long terme, il est probable que nous avons plus besoin du cousin Vladimir que de l’oncle Xi et en plus il est nettement plus près.

 

18/03/2014

Et si on dissolvait l'Otan?

La France n’hésite pas à appliquer des sanctions à 21 Russes et Ukrainiens supposés compromis dans l’annexion de la Crimée, si ce n’était pas triste ce serait ridicule. Imaginons le cas inverse que Poutine bloque les comptes de BHL de Fabius et de quelques autres, cela changerait-il, la politique française, j’espère que non.

Poutine n’a pas grand mal à estimer l’impuissance européenne après le désarmement du continent. Il est vrai que les Etats Unis ne sont guère mieux lotis, on ne les voit pas repartir à la conquête de Sébastopol, peut être avec l’aide des Turcs, pour la défense des détroits.

On ne voit pas d’ailleurs de quel droit, puisqu’il est question de légitimité, on s’en prend aux avoirs de citoyens étrangers.  Que leur reproche-t-on ?

Quoi qu’il en soit cette gesticulation un peu ridicule doit bien faire rire, Vladimir Vladimirovitch qui a réussi son coup sans tirer un coup de fusil aux applaudissements de son peuple.

Le deuxième niveau de sanction, un accord d’association avec l’Ukraine est autrement inquiétant, non pour la Russie mais pour l’Europe.

N’oublions pas qu’une première tentative est à l’origine de la crise Ukrainienne, que l’Ukraine est un pays failli auquel il manque 35 milliards de dollars, et qui est maintenant dirigé par un gouvernement de rencontre sans la moindre légitimité. Quel intérêt l’Europe aurait-elle à s’associer avec l’Ukraine, ce qui conduit toujours à l’adhésion, alors que c’est se brouiller avec la Russie qui considère à juste titre l’Ukraine comme faisant partie de sa zone d’influence et qui n’admettra an aucun cas l’adhésion de l’Ukraine à l’Union Européenne et encore moins à l’OTAN ?

A la dissolution du pacte de Varsovie en 1991 la Hongrie, la Pologne et la Slovaquie s’empressèrent malgré les engagements, de rejoindre l’OTAN, suivis par les Etats Baltes, la Bulgarie et la Roumanie, on comprend que la Russie n’ait pas envie que l’Ukraine en fasse autant.

Bien que la guerre froide soit officiellement finie et qu’économiquement les échanges des pays européens avec la Russie soient considérables, en particulier pour ce qui est des exportations russes de produits pétroliers, la Russie considère l’OTAN comme une menace et certains pays de l’ex Europe de l’Est, atteints d’une certaine paranoïa, craignent une éventuelle reconquête.

Il est vrai que derrière l’OTAN, il y a les Etats Unis qui n’ont certainement pas abandonné leurs idées de « containment » de l’ex URSS. On l’a bien vu au moment de la tentative d’implantation d’un bouclier antimissile dans l’Est de l’Europe. On peut aussi penser que la révolution ukrainienne a été quelque peu encouragée sinon fomentée par eux.

Quand on parle de l’Occident, actuellement on parle des Etats Unis et de l’Europe comme si, historiquement, la Russie avant la parenthèse soviétique n’appartenait pas à l’Europe.

Membre de l’OTAN nous sommes également bien mal placés pour donner des leçons de légalité à la Russie après que l’OTAN soit intervenue militairement en Serbie avec la sécession imposée du Kosovo, en Irak, en Libye en dehors de toute agression.

Comment la France peut elle faire semblant de s’indigner du referendum de Crimée alors que nous avons fait exactement la même chose pour séparer Mayotte de la République des Comores et l’annexer sans tenir compte de la condamnation de l’ONU. Maintenant Mayotte est région de l’Europe.

Chaque grande puissance dispose dans les faits, pour des raisons historiques ou culturelles d’une zone d’influence, c’est le cas de la Chine, de la Russie, des Etats Unis, dont il faut tenir compte dans les relations internationales si on veut éviter conflits et tensions. Les Etats Unis sont intervenus militairement, rappelons nous Cuba, la Grenade, mais surtout, politiquement, dans tous les pays de leur environnement - ils maintiennent depuis des décennies Cuba sous embargo – et n’admettraient pas une intervention extérieure.

Poutine rêve de rétablir la Russie dans ses frontières historiques qui comprennent notamment l’Ukraine et la Crimée, la France est influente dans son ancien empire africain comme la Grande Bretagne qui maintient le Commonwealth. Tout cela est dans la nature des choses et il faut en tenir compte.

Et dans tout cela à quoi nous sert l’OTAN ?  Les Etats Unis se désengagent de plus en plus de l’Europe où ils n’ont plus de troupes stationnées et portent leur effort vers l’océan Indien, l’Asie et le Pacifique. Ces dernières années l’OTAN nous a entrainés dans des interventions où nous n’avions rien à faire et qui plus est ont créé le désordre et l’insécurité.

Sous un parapluie américain de plus en plus percé, l’Europe a abandonné toute politique de défense commune, chaque pays désarme, et maintenant on s’aperçoit que le roi est nu. En particulier la France n’a plus les moyens de maintenir en Afrique les quelques milliers d’hommes nécessaires à sa politique et à la défense de nos intérêts et ailleurs se contente à jouer les Rodomont sous la houlette de BHL.

La dissolution de l’OTAN qui n’a plus d’objet et nous maintient comme satellites des américains, nous permettrait de normaliser définitivement nos rapports avec la Russie et d’entreprendre enfin la mise sur pied d’une défense européenne indépendante des Etats Unis.

 

02/05/2013

le boomerang Libyen

En décembre 2007, Mouammar Kadhafi, le dictateur Libyen était reçu en grande pompe par Nicolas Sarkozy, président  de la République. La France espérait en retour la signature d’une dizaine de milliards d’euros de contrats. En fait, hormis la vente d’une vingtaine d’airbus très peu de choses aboutirent.

En février 2011, dans le sillage du Printemps arabe tunisien, une contestation populaire se transforme en Libye en une révolte armée puis en guerre civile.

Convaincu par Bernard Henry Levy, Nicolas Sarkozy décide d’intervenir avec la Grande Bretagne pour appuyer l’insurrection, le Conseil de Sécurité votant en mars, la résolution 1973 autorisant l’intervention.

Avec l’appui décisif de la France et de la Grande Bretagne aidées par les Etats Unis et l’OTAN, les insurgés Libyens entrent en octobre 2011  à Tripoli la capitale et prennent le pouvoir.

Mouammar Kadhafi en fuite est capturé et exécuté.

La chute du régime de Kadhafi entraine le départ de milliers de mercenaires touareg qui regagnent le Sahel avec d’importants stocks d’armes.

Le Mali est déstabilisé, les touareg du nord accompagnés de mouvements salafistes et d’Al Qaida, mettent l’armée malienne en déroute et menacent l’ensemble du Mali.

En janvier 2013 la France intervient en application de la résolution 2085 des Nations Unies. C’est l’opération Serval qui permet, avec l’aide du Tchad, la reconquête du Nord Mali et l’éradication des mouvements terroristes.

Voilà donc la France en lutte aves les islamistes après avoir aidé au renversement de Kadhafi.

Le 23 avril un attentat, une voiture bourrée d’explosifs, détruit en partie l’ambassade de France à Tripoli, blessant deux gendarmes français.

Quand on fait le bilan de notre intervention en Libye, tribalisation du pays après une guerre civile ayant fait des milliers de morts, déstabilisation du Mali s’étendant à l’ensemble du Sahel, conflits encore en cours, destruction de notre ambassade en Libye, on se dit qu’on aurait mieux fait de ne pas s’en mêler et de laisser la colonel Kadhafi régler son problème. D’autant que nous n’en avons tiré aucun avantage économique.

Que cela nous serve de leçon pour la Syrie.

 

 

 

16/08/2012

BHL a encore sévi

BHL a encore sévi dans le Monde – dont il est membre du comité de surveillance -  il veut maintenant envoyer « Des avions pour Alep » pour créer une " no fly zone " comme il dit, et une " no drive zone ", sans parler de " no kill zones " où l’Armée syrienne libre (ASL) aurait toute liberté de massacrer qui elle voudra.

BHL dans son délire de « va-t-en guerre » - pas lui les autres - veut refaire la guerre de Libye : « Alep aujourd'hui, c'est Benghazi hier », comme si les conséquences de la guerre Libyenne n’étaient pas suffisamment dommageables.

Pour lui tout est la faute à Bachar : « la démence sans retour qui s'est emparée de Bachar Al-Assad, le martyre des civils canonnés par ses soudards » et il faut intervenir : « La cause est juste. L'intention est droite. Ce sont les Syriens eux-mêmes qui - paramètre essentiel - appellent à l'aide. » ne voyant pas ou ne voulant pas voir les interventions extérieures des pétrothéocraties sunnites, Arabie Saoudite et Qatar, dictatures bien pires que celle de Al-Assad, les combattants étrangers, djihadistes et salafistes et les encouragements américains voulant rompre le maillon faible de l’arc chiite.

« Le veto russe et chinois n'est pas un argument, c'est un alibi. C'est l'alibi de ceux qui, secrètement, comptent que Bachar Al-Assad soit assez fort pour écraser l'insurrection et nous décharger de nos remords. A lui, le bain de sang. A nous, les larmes de crocodile. »

Il n’y a donc qu’à y aller le fleur au fusil :« Assad est un tigre de papier. Il est fort de notre faiblesse. »

Peut être, mais qui nous dit que la majorité des Syriens et en particulier les chrétiens que nous devons défendre, ne souhaitent pas le maintien du régime et une évolution libérale qui avait été entamée. Ceux qui fuient les villes ne sont pas des rebelles mais des gens pris en otage qui veulent sauver leur peau, non hériter d’une dictature islamiste.

Et puis on tombe en plein délire, devant un Iran ayant « atteint ce fameux seuil nucléaire » et pratiquant chantage, prises d’otages. Là on voit l’arrière pensée de BHL : intervenir « ce sera aussi frapper au coeur, avant qu'il ne soit trop tard, ce triangle de la haine qui menace la région et, au-delà de la région, le monde. » autrement dit la sauvegarde d’Israël.

Quant aux chrétiens ils sont manipulés par « l’ancien régime et dont il voudrait faire croire qu'il fut le protecteur historique » et on pourra mettre en place une formule semblable à celle du Kosovo pour les Serbes, sombre perspective à laquelle ils préfèreront surement l’exil comme en Irak.

Terminons par le bouquet final qui montre à quel point BHL, rêve, s’illusionne ou ment : « Refus du terrorisme, réduction de la tentation islamiste, victoire électorale des modérés, évitement, enfin, de la vendetta généralisée : c'est le signe d'un peuple mûr que l'épreuve des combats a grandi, anobli, libéré d'une part de ses démons, éclairé ; mais c'est aussi le fruit d'une fraternité d'armes inédite entre une jeunesse arabe et des aviateurs et responsables européens qui apparaissaient comme les amis, non des tyrans, mais des peuples. Le souci de cette fraternité serait, si nécessaire, une autre raison d'appliquer sans tarder le devoir de protection des civils de Syrie.

Du pur délire.