Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2017

Sauver la planète

« Alors que les Ottomans étaient aux portes de Constantinople, le concile y discutait du sexe  des Anges »

De même Emmanuel Macron a cru bon de convoquer les puissants et les riches de ce monde à une conférence destinée à « sauver la planète ».

Il est plus facile de se consacrer à la lutte contre les « gaz à effet de serre » (GES) qui sont une menace certainement fantasmée, que de chercher à limiter les conséquences d’une menace certaine qui risque d’entrainer le fin de l’occident chrétien.

La croissance démographique de l’Afrique est de l’ordre de 5% par an alors que la croissance économique n’atteint qu’ 1,5%. Le PIB par habitant est donc en décroissance. Un jeune Terrien sur trois âgé de 15 à 29 ans vivra en Afrique en 2050. L’Afrique qui compte aujourd’hui 1,3 milliard d’habitants en totalisera près de 4,5 milliards en 2100 soit 40% de l’humanité. Cet accroissement n’est pas probable mais quasi-certain, sauf catastrophe ou guerre meurtrière, étant donnée l’inertie des évolutions démographiques.

Comme l’Afrique sera incapable d’offrir du travail et même de nourrir une telle population, le déferlement vers l’Europe, qui a déjà commencé, ne peut que s’amplifier, entrainant terrorisme, mutation culturelle, appauvrissement, troubles en tous genres et vraisemblablement guerre civile si toutefois les européens en plein suicide démographique ont encore le courage de réagir plutôt que de se soumettre.

Il est quand même intéressant de connaître les mesures concoctées à la conférence « One planet summit » si on en croit un article du Monde intitulé « Des solutions pour enrayer la surchauffe. »

Il faudra « un changement radical des modes de vie et de consommation, ces solutions sont aussi porteuses d'un mieux-vivre collectif ». Cela promet, voilà maintenant quelques mesures proposées : «  laisser enfouies dans le sous-sol les ressources fossiles, qui sont les fossoyeurs du climat ». Remarquons que le problème n’est pas la production mais la consommation et qu’en refusant de produire du pétrole nous nous obligeons à l’acheter ce qui accroit d’autant notre déficit commercial. Il est vrai que l’association négaWatt a bâti un scénario conduisant à un mix 100 % renouvelable en France en  2050 !

« Arrêter la déforestation » La déforestation est liée à la croissance démographique et existe en particulier en Afrique : en France la surface des forêts est en croissance.

« Manger moins de protéines animales » Nous allons venir au temps des restrictions et des tickets : la production mondiale de viande devrait augmenter de 75  % d'ici à 2050 pour satisfaire 10  milliards d'êtres humains. « …les Français ne mangeraient plus que 94  grammes de viande par jour et par adulte au milieu du siècle contre 185  g aujourd'hui. En contrepartie, la ration de légumineuses (lentilles, pois chiches, etc.) augmenterait de 15 g à 41 g » Quelle naïveté de croire que si nous mangeons moins de viande cela profitera aux populations d’autres continents.

Bien entendu on s’en prend à l’auto : « le recours au vélo et au covoiturage permettrait de faire baisser les émissions de CO2 dans les zones périurbaines françaises de 21  % à 60  % ».

Ce n’est qu’un simple échantillon de ce qu’on nous réserve « pour sauver la planète », remarquons que le recours à l’énergie nucléaire qui est la solution de nos problèmes énergétiques, n’a même pas été évoquée, par contre on veut faire passer le nombre des éoliennes en France, actuellement de 4000, à 10500 en 2023.

On peut penser que lorsque l’Afrique et l’Islam nous auront conquis, ce sera la fin du consumérisme, le retour au « labourage et pastourage » et que le problème des GES sera résolu.

 

 

 

 

 

14/03/2017

"Le nationalisme c'est la guerre"

Reprenant une déclaration de François Mitterand, le Président Hollande a affirmé « le nationalisme c’est la guerre », le patriotisme aussi, je pense, qui en est sa forme affirmée, un peu teintée de pétainisme.

Ainsi quand les Allemands se sont pointés à nos frontières en 1939 en recherche d’un Lebens Raum bien compréhensible, il eut fallu les accueillir voire aller les chercher au nom de la « tolérance » et du « vivre ensemble ». Les 26 millions de Russes morts pour défendre la Rodina seraient morts pour une cause condamnable.

Il est vrai que maintenant partie prenante d’un quasi quatrième Reich sous la houlette de la Fuehrerin Angela, notre situation ne serait peut être guère différente après avoir digéré le nazisme comme le communisme a été digéré.

Peut être aurions nous évité une invasion autrement pernicieuse, ces millions de maghrébins et d’africains qui veulent nous imposer l’islam, une religion de chameliers arriérés qui n’a réussi nulle part à quoi que ce soit sauf à créer le désordre.

Imaginons ce que serait le monde sans la civilisation héléno-chrétienne qui après l’endormissement de la Chine, a tout inventé, tout découvert et développé une culture qui est devenue une culture mondiale. Imaginons vivre sans Bach, sans Molière, sans Rembrandt, sans nos cathédrales.

Et pourtant des politiciens ouvrent les écluses à une population de plus en plus nombreuse qui refuse de s’assimiler et provoque le désordre et la mort.

Au début du siècle précédent, on pouvait déclarer, « à bas la calotte » « le cléricalisme voilà l’ennemi » et expulser les congrégations, maintenant pour le moindre mot sur l’islam et l’islamisme on se fait condamner pour « islamophobie », je n’augure rien de bon de l’avenir de notre pays.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

10/08/2016

Rodrigue as tu du coeur?

 « Un soufflet, l’insolent en eut perdu le vie », et Rodrigue trucida le père de Chimène.

Où est-il le temps où on considérait qu’un soufflet entrainait le déshonneur ? Maintenant on nous fusille, on nous égorge, on nous explose, on nous écrase et que font les Français ? Ils gémissent, allument des bougies, entassent des fleurs, et embrassent ceux qui sont à l’origine de leur malheur. Le terrorisme ce n’est pas l’islam, pas d’amalgame, le « vivre-ensemble ».

On leur ouvre même nos églises ce qui leur permet de venir reconnaître les lieux avant de les transformer en mosquées. Certains font semblant de pleurer avec nous, la « takiya », et combien se réjouissent de tous ces crimes.

Autrefois on payait des pleureuses pour les enterrements, maintenant tout le monde pleure, probablement une conséquence de la féminisation de la société : la pleurnicherie alors qu’il faudrait la guerre. Maintenant que l’Islam pousse de toutes parts pour nous faire adopter ses mœurs, on se demande comment financer cette religion au nom d’un impossible « Islam de France ». L’islam est multiple, sans structure, donc impossible à contrôler.

Bien sur tous les musulmans ne sont pas des terroristes, mais tous les terroristes sont des musulmans et on juge l’arbre à ses fruits, c’est par l’islam qu’ils ont été formés et poussés. Certains tuent d’autres insidieusement veulent que l’on vive comme eux.

C’est aux musulmans qui veulent être français, il y en a, de réagir, de dénoncer les radicalisés, les imams prêchant le djihad, de s’intégrer.

Maintenant il faut arrêter l’immigration extra européenne, ne plus donner automatiquement la nationalité française mais exiger un engagement, supprimer la double nationalité, arrêter le regroupement familial, contrôler nos frontières, expulser les étrangers délinquants et clandestins, supprimer toutes les incitations sociales, CMU, AME.

Or que fait-on ? Les bateaux de l’organisation Frontex , chargés d’assurer la garde des frontières de l’Europe en Méditerranée  ainsi que d’autres bateaux armés par des ONG, vont récupérer les migrants au large de la Libye se rendant complices des passeurs et les acheminent à bon port en Europe alors qu’il faudrait les reconduire à leur point de départ et établir un blocus des côtes. En une seule journée 3400 migrants, venant pour la plupart de l’Afrique subsaharienne incapable de contrôler sa croissance démographique, ont été conduits en Italie.

En France, l’école a un rôle primordial à jouer, seulement il faut abandonner les repentances pour des crimes généralement imaginaires. Il faut reprendre l’enseignement de l’histoire de France sans omission, Charles Martel, les croisades, Louis XIV, la colonisation et ses bienfaits, enseigner de nouveau « le roman national » y compris « nos ancêtres les Gaulois". Ceux qui veulent devenir Français doivent adhérer à l’histoire de la France et l’adopter comme leur.

Et puis plutôt que de balader des militaires sur les trottoirs et dans les gares, ce qui ne sert à rien, il faut comme on le fit pendant la bataille d’Alger, reconquérir une à une les multiples casbah qui se sont créées dans et autour des villes, quartiers où la loi française ne s’applique plus, ou on agresse policiers, pompiers, médecins, bus et où prospèrent tous les trafics, drogues, armes… Quand on est en guerre on la fait avec les méthodes les plus efficaces au besoin en déplaçant les limites du droit.

Bien entendu cela nécessite la remise à niveau des moyens, renseignement, policiers, militaires et justice.

Commençons par n’accepter aucun accommodement, aucune dérogation, interdisons les abattoirs qui ne respectent pas les règles pour l’hygiène et la souffrance des animaux, les menus adaptés, les piscines pour femmes, les exigences médicales.

La France est agressée non seulement dans sa chair mais dans son âme, il faut réagir contre cette idéologie invasive, peut être est-il déjà trop tard.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.

07/04/2016

soumission

La Semaine Sainte est toujours l’occasion d’écouter la Passion selon St Matthieu de Bach. Cette année elle était diffusée depuis la chapelle royale de Versailles sous la direction de Raphaël Pichon. Personnellement je considère cette Passion comme le sommet de la musique, ce fut ce soir là bouleversant. Parmi une distribution sans faille, chœur et solistes, l’Evangéliste, Julian Prégardien fut fascinant : il chantait le texte par cœur et semblait habité par ce qu’il récitait, une extraordinaire présence.

Composée il y a près de trois cents ans cette œuvre sublime, qui dure trois heures, touche encore comme si elle venait d’être écrite, on y sent une foi et une désolation totales.

Je me disais qu’une civilisation qui a produit de tels chefs d’œuvre, ne peut se comparer à aucune. Il est d’autant plus navrant de la voir de nos jours sombrer dans le consumérisme, l’hédonisme, l’individualisme et le relativisme. Comment, alors qu’elle a apporté au monde tout ce qu’il y a d’intelligent, en science, en médecine, en ingéniosité et en progrès au point qu’elle sert de norme en mode de vie, en tenue vestimentaire, en façon d’écrire les nombres et que les temps sont comptés à partir de la naissance du Christ, comment peut on comprendre qu’elle se complaise à une repentance sans fin, au point de s’excuser de ce qu’elle a réussi.

Il est triste de voir ces derniers temps des jeunes manipulés et sans ambition, ne croyant pas à leur avenir et rêvant d’être fonctionnaires, désertant leur lycée ou leur faculté, manifester pour la sécurité du travail et penser à leur retraite.

Il est encore plus incompréhensible de voir progresser chaque jour dans notre douce France parsemée de clochers et de cathédrales, une religion de bédouins illettrés qui n’a pas évolué depuis quinze siècles et qui refuse même toute évolution. Qu’ont produit les arabes depuis cette époque ? Les seuls monuments anciens que l’on peut admirer dans les pays qu’ils ont conquis sont les ruines de monuments grecs et romains, égyptiens et phéniciens ou ceux restant de la colonisation. Carthage était autrefois le grenier à blé des Romains, qu’en est il devenu ?

Pour en revenir à la Passion selon St Matthieu, comment peut on adopter une religion qui considère la musique comme diabolique. France déchristianisée il faut te réveiller ton avenir n’est pas dans l’Islam.

 

 

 http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

30/03/2016

Les jérémiades, ça suffit.

Toutes ces manifestations, ces marches blanches, en « hommage » aux victimes, ça suffit. On en est à pleurer sur tout, l’abattage des agneaux, les malheurs des baleines et des dauphins ou des petits oiseaux, quelle sensiblerie.

On nous montre un enfant noyé par la faute de ses parents et nous laissons librement débouler les « migrants ».

Quand Paris et Bruxelles sont victimes d’actes de terrorisme, on nous ballade de la place de la République à la place de la Bourse à Bruxelles, l’une et l’autre couvertes de fleurs, d’inscriptions et de petites bougies, nous en sommes à l’ère des pleureuses et des jérémiades, c’est totalement contre-productif et doit faire plaisir à ceux qui commettent les attentats, ceux qui les soutiennent et ceux qui les admirent.

Le plus beau ou le pire de tout a été le spectacle de Federica Mogharini, en charge pour l’Europe des affaires étrangères, pleurant sur l’épaule du ministre des affaires étrangères jordanien après les attentats de Bruxelles : Navrant, essayez d’imaginer Talleyrand dans une telle situation. Peut être vaudrait-il mieux ne pas confier ce genre de responsabilité à une femme au risque de tout voir partir en quenouille ?

On peut d’ailleurs se poser la même question au sujet de Frau Merkel, faisant entrer en Europe un million de migrants à l’évidence truffé de terroristes.

Où est la saine réaction de Poutine voulant poursuivre les terroristes « jusque dans les chiottes ». Lui au moins sait ce qu’il veut et le fait et ça marche : voyez la Syrie.

Nous n’avons pas besoin de pleureuses mais de guerriers.

Nous sommes en guerre et nous larmoyons, nous cherchons à comprendre et à excuser ce qui est inexcusable. L’Europe est devenue un club de bizounours heureux d’aller à l’abattoir. Les terroristes, il faut les terroriser, les poursuivre et les arrêter avant qu’ils commettent leurs crimes. Nous sommes en guerre et pour gagner une guerre il faut en avoir la volonté et y mettre les moyens. Ce n’est pas avec la « politique de la ville », les aides sociales, le regroupement familial et les cures de déradicalisation qu’on en viendra à bout. D’abord il faut nommer l’ennemi : le problème c’est l’islam et son implantation invasive sur tout le territoire qui dure depuis 40 ans. Il faut d’abord ne lui faire aucune concession, ni voile, ni repas de remplacement dans les cantines des écoles, ni aide à la construction de Mosquées. Plutôt que de faire balader 10 000 militaires dans les rues et les gares, il faut reconquérir la « centaine de Molenbeek français » avouée par le ministre de la ville en les traitant zone par zone, éradiquer les trafics en tout genre, les dépôts d’armes et d’explosifs ne plus accepter les caillassages, les incendies de voitures, les provocations contre les forces de l’ordre et les représentants de l’Etat au besoin avec l’aide de l’armée et il faut le faire vite sinon ce sera la guerre civile et l’islamisation du pays.

Il faut réintroduire la discipline et la rigueur dans l'enseignement, enseigner de nouveau l'histoire de France, ne pas laisser contester des enseignements sous des prétextes religieux, apprendre à écrire et parler correctement le français.

L’Islam est une religion de conquête qui n’a pas évolué depuis quatorze siècles, une religion de bédouins s’adonnant à la razzia, ce n’est pas avec nos bons sentiments, nos scrupules, nos repentances, qu’on en viendra à bout. L’anti-islamisme n’est pas plus du racisme que l’anticléricalisme.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com