Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2012

Où va la Syrie?

Voilà 20 mois que la guerre civile a commencé en Syrie, pour la première fois les Russes semblent avoir des doutes sur le maintien de Al-Assad au pouvoir. Comme eux on peut tout craindre.

Les Etats Unis mais aussi « les amis de la Syrie » surtout des pays arabes, ont reconnu la « Coalition Nationale Syrienne », amalgame de différents courants de l’opposition, créée à Doha sous la pression américaine, comme « la représentante légitime du peuple syrien opposé au régime d'Assad ».
A ce sujet il faut savoir qu’ Ahmed Mouaz Al Khatib Al_Hasani, le président de la CNS, que l’on présente comme un modéré, ancien prêcheur de la Mosquée des Omeyades de Damas, est en fait affilié aux Frères Musulmans et qu’ingénieur , il a longtemps travaillé pour la Shell, ce qui peut expliquer son choix par les Américains.

En même temps qu’ils reconnaissaient la CNS, les Etats Unis qui refusent de donner des armes à l’opposition craignant que l’on en fasse quelque part mauvais usage, mettaient sur la liste noire des organisations terroristes le Jabhat Al-Nosra, le groupe armé le plus puissant au sein de la mouvance djihadiste à l'oeuvre en Syrie. Ce groupe, diverticule de Al Quaida, regroupe des djihadistes venus de l’étranger, monde Arabe et Caucase, avec le but avoué de mettre en place un Etat islamique en Syrie mais, de manière plus générale, de lutter contre l'Occident et les gouvernements chiites.

Présents sur la plupart des fronts, ses hommes font preuve de bravoure, de discipline et d’ expertise militaire, acquise souvent sur d'anciennes terres de djihad, comme l'Irak ou l'Afghanistan. Ils sont responsables de nombreux attentats suicides en particulier dans les villes, ayant fait de nombreuses victimes civiles. On peut aussi leur attribuer le massacre d’une centaine d’Alaouites à Aqrab le 11 décembre.

Voilà avec qui nous sommes alliés : nous cherchons à arrêter les islamistes au Nord Mali où ils ont pris le pouvoir à la suite de notre intervention en Libye et nous les soutenons en Syrie.

Si Al-Assad tombe, ce n’est pas la démocratie qui s’installera en Syrie, on ne peut que craindre une confrontation pour le pouvoir entre la CNS avec l’ASL, très peu organisée et les milliers de combattants de Jahbat Al-Nosra ; nous aurons tiré les marrons du feu au profit du Djihad.

04/12/2012

De la démocratie en France

En France la composition d’un gouvernement est déterminée par différents critères incontournables :

L’appartenance partisane sensée respecter l’importance de l’électorat des différents partis de la coalition quitte à faire cohabiter chiens et chats.

Le sexe, la parité doit être impérativement respectée quoique le gouvernement actuel comportant 39 ministres, cela me semble difficile.

La couleur de peau, brun, jaune, plus ou moins brun, les diversités doivent être dument représentées.

L’appartenance à la franc-maçonnerie, malheureusement, il y en a peu chez les ministres femmes, les différentes obédiences ne les admettant pas.

Le judaïsme, un certain nombre de ministres juifs, les autres devant faire profession de sionisme.

L’appartenance à des groupes d’influence : club Le Siècle, French-American Foundation, Groupe Bilderberg…

Il est bon aussi de sortir de l’Ena.   

Compétence nullement exigée.

Cette dernière remarque explique que dés son arrivée au pouvoir, le Président de la République a demandé à Mr Gallois ce qu’il devait faire pour rétablir l’économie. Il me semble qu’il aurait été plus efficace de le choisir comme premier ministre, celui ci s’entourant d’une quinzaine de ministres choisis pour leur compétence et décidés à travailler en équipe. Un petit goum comme aurait dit le général Bigeard.

La suppression de 24 ministères aurait permis, pour une meilleure efficacité, de faire de solides économies et de vider des locaux dans les palais nationaux et les logements de fonction pour accueillir les sans logis au lieu de demander, comme le fait madame Duflot, la collaboration de l’Eglise.

Une dernière remarque, l’actuelle opposition respecte exactement les mêmes critères de recrutement, les alternances ne sont qu’apparentes : on prend les mêmes.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

02/12/2012

Lavage de cerveau

Elle s’appellerait Claudine Dupont, elle ne serait pas ministre, c’est du moins l’avis de Ségolène Royal. J’ajouterais que si elle n’était pas femme, Najat Vallaud-Belkacem, dans ce pays où on choisit les ministres en fonction de leur sexe et de leur origine, ne le serait pas non plus.

Quoiqu’il en soit cette féministe à tous crins veut lutter « contre les stéréotypes et le sexisme d’habitude »  et pour cela «  il faut agir sur les mentalités ».  C’est le retour de la Propagandastaffel et du lavage de cerveau.

Sont visés les enfants en maternelle et en primaire. D’abord on va former (?) les enseignants : « un module de formation à l’égalité et à la déconstruction des stéréotypes sera obligatoire dans les futures écoles supérieures du professorat ». Il paraît que les enseignants « créent plus d’interactions avec les garçons, développant chez eux davantage que chez les filles des qualités précieuses dans le monde du travail ». C’est grave docteur ?

L’autre jour on nous montrait un petit garçon, noir, baignant consciencieusement une poupée, noire. Ca sentait le montage mais c’était beau comme l’antique. Parents ! Voilà ce qui attend vos enfants.

« Enfin l’éducation à la sexualité deviendra effective : il ne s’agit pas de pratiques, (espérons le) mais d’apprendre l’égale dignité et le respect entre les sexes ».

A mon avis le mieux serait d’abandonner la mixité à l’école, on s’éviterait bien des ennuis.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

 

16/11/2012

J'y vais ou j'y vais pas: au Mali?

La décision d’intervenir au Mali pour éradiquer le terrorisme du nord du pays, n’est pas facile à prendre. En y allant nous risquons la vie des six otages français, détenus par les islamistes, si nous n’y allons pas nous perdons notre crédibilité auprès des pays d‘Afrique où nous avons encore influence et intérêts.

Une force constituée de détachements de la CEDEAO entrainée par nos soins sera certainement capable de reconquérir les villes, Tombouctou, Gao… mais les bandes gangstero-islamistes se disperseront dans le désert, où seul l’appui des Touaregs permettrait de les poursuivre. Comme l’explique Bernard Lugan dans son blog, cet appui ne pourra être acquis que moyennant un changement politique du Mali leur assurant une large autonomie :

« Dans sa conférence de presse du mardi 13 novembre, François Hollande a marché sur des œufs quand il a parlé de la question du Mali. Il sait en effet très bien que si nous intervenons, nos malheureux otages seront assassinés mais que, si nous n’intervenons pas, nous perdrons le peu d’influence qui nous reste encore sur le continent...

Face à ce dilemme, son choix peut ainsi être résumé: nous n’intervenons pas mais nous allons former ceux qui vont intervenir…en espérant que cette argutie permettra d’éviter de froisser les Algériens qui ne veulent pas entendre parler d’une action française...

Or, ce que le président de la République ne semble pas avoir compris c’est qu’une opération militaire ne se construit pas comme une synthèse entre divers courants, à l’image de ce qui se fait lors des congrès du parti socialiste. En la matière, alors qu’il faut des objectifs clairs et des moyens adaptés, nous sommes au contraire dans le flou. En effet:

1) Si l’expédition de la CEDEAO a pour seul but d’en revenir à la situation antérieure, c'est-à-dire permettre au sud Mali de continuer à coloniser le nord Mali, rien ne sera réglé. Une intervention qui ne serait pas précédée du règlement politique de la question  touareg ne ferait en effet que reporter le problème tout en l’amplifiant. Or, rien n’a été décidé  quant à la nécessaire réorganisation administrative du Mali après la reconquête de ses villes du nord car les responsables français ont été incapables d’imposer à Bamako un véritable fédéralisme ou mieux, un confédéralisme, en échange de l’intervention militaire.

2) Sans un étroit « coaching » français, la force de la CEDEAO qui va se lancer à la « reconquête » du nord Mali sera militairement incapable de mener l’opération à son terme, c'est-à-dire jusqu’à l’éradication des groupes gangstéro-islamistes qui occupent la région.

Entendons-nous bien : reprendre Tombouctou et Gao ne posera aucun problème à ce mini corps expéditionnaire ; d’autant plus que les terroristes refuseront un choc frontal et se replieront dès le début de l’offensive pour se diluer dans le désert. Comme leur poursuite n’est pas à la portée des troupes de la CEDEAO, le problème aura simplement été déplacé ; notamment vers le Nord, et c’est très précisément ce que ne veut pas l’Algérie.

Pour que l’expédition qui se prépare soit une réussite, pour éviter que les groupes terroristes contaminent tout le Sahara et toute la bande sahélienne, il est donc impératif de les fixer afin de pouvoir les éliminer. C’est pourquoi les forces françaises doivent être directement engagées. Sans compter que, même pour la reprise des villes du Nord, leur présence effective est une nécessité, ne serait-ce que pour donner un minimum de cohésion à des forces disparates, pour éventuellement être en mesure de les « engerber » et de leur fournir une colonne vertébrale.

Le président de la République ayant clairement déclaré lors de sa conférence de presse que tout cela était hors de question, il est donc d’ores et déjà possible d’annoncer que la question du terrorisme sahélien fera encore l’actualité dans les prochaines années. (Bernard Lugan 14/11/12)

Reste l’hypothèse d’une action conjointe avec l’Algérie qui serait certainement ce qu’il y aurait de plus efficace mais nécessite une modification radicale de nos rapports avec ce pays. On peut quand même rêver. Le temps de la réconciliation est peut être arrivé ?

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

 

27/10/2012

Honni soit qui Mali pense

Il faut, paraît-il, renoncer à la Françafrique, peut être, mais il n’empêche que nous avons encore en Afrique de nombreux intérêts qui, pour être les séquelles de la colonisation, n’en existent pas moins. Faut il les abandonner ?

De nombreux pays d’Afrique qui hantent avec constance les sommets de la Francophonie comptent encore sur nous pour maintenir et quelquefois rétablir l’ordre dans un continent traversé par des conflits en tous genres, religieux, tribaux, économiques, voire politiques, souvent hérités d’un partage entre les puissances coloniales sur lequel les Africains ne pouvaient mais.

C’est le cas au Mali où des frontières regroupent entre le nord et le sud des populations de race et de culture différentes. Les Touaregs du nord, toujours méprisés par les populations sédentaires du sud, de retour de Libye où ils servaient Kadhafi, avec leurs armes, ont déclenché un combat pour leur indépendance, celle de l’Azawad, et reconduit vite-fait l’armée malienne au sud du fleuve Niger.

Seulement leur mouvement a été détourné par des groupes islamistes AQMI et le Mujao déjà présents mais qui maintenant ont récupéré les armes venues de Libye.

Encore une conséquence de notre malencontreuse intervention en Libye.

Et maintenant les islamistes ont pris le pouvoir au nord Mali et y imposent la charia : exécutant, coupant des mains, fouettant, détruisant les mausolées de Tombouctou.

Les hommes et les femmes n’y ont pas le droit de se promener ensemble, le voile est obligatoire, la musique est interdite et on ne reçoit plus la télé.

Tombouctou est redevenue, sous la férule des islamistes, presque aussi fermée qu'il y a deux siècles, au temps de René Caillié.

Mais ces groupes qui regroupent quelques milliers de combattants bien armés, sont riches et puissants alliant islamisme et gangstérisme, vivant du trafic de drogue, de la contrebande, du proxénétisme et des enlèvements contre rançon, ils détiennent depuis deux ans six Français qu’ils menacent d’exécuter.

La communauté mondiale peut elle laisser faire au risque de voir s’établir et s’étendre à tout le Sahel une zone grise ou règneront islamisme et banditisme ?

A l’initiative de la France, le Conseil de sécurité de l’ONU a voté à l’unanimité le 12 octobre une résolution autorisant la préparation de l’ intervention d’une force militaire internationale en appui de l’armée malienne.

Officiellement c’est la CEDEAO (la Communauté économique des Etats d’Afrique occidentale) qui doit la fournir. Mais également l’Union européenne et l’Union africaine sont priées « de prêter, dès que possible et de manière coordonnée, aux forces armées et aux forces de sécurité maliennes leur concours et leur savoir-faire, ainsi que leur appui en matière de formation et de renforcement des capacités ».

Autrement dit on compte sur la CEDEAO pour fournir les troupes, on espère quelque trois mille hommes, mais actuellement les états de cette communauté sont pour certains comme le Nigeria pris par leurs problèmes internes ou ne possèdent pas les moyens nécessaires.

Bien entendu la France et d’autres pays notamment européens, pourraient fournir la logistique indispensable et les actions de formation pour arriver à une armée crédible mais ce n’est pas assuré, l’environnement désertique au nord Mali est difficile.

Il n’est guère possible à la France sous peine de se faire taxer de néocolonialisme, d’intervenir massivement au sol d’autant qu’AQMI détient six otages. Tout au plus pourrait elle faire intervenir ses forces spéciales, équiper et entrainer l’armée malienne en pleine déliquescence et les forces fournies par la CEDEAO, puis pendant l’intervention assurer renseignements, transmissions, transports, et éventuellement un appui aérien.

Mais la vraie solution est à Alger ; l’Algérie était bien décidée à ne pas intervenir tant que le conflit ne débordait pas chez elle, mais elle a été la cible du Mujao qui a commis des attentats contre des casernes et est surtout à l’origine de l’enlèvement de sept diplomates à Gao.

Peut être serait il temps pour la France et l’Algérie, plutôt que de se complaire dans des conflits mémoriels qui commencent à dater, d’enterrer la hache de guerre et de se décider à une coopération réelle, économique et politique, dans leur zone commune d’intérêt et d’influence.

L’Algérie est la seule puissance locale ayant les moyens d’intervenir efficacement, une action conjointe du Mali, de la France et de l’Algérie devrait pouvoir régler le problème au bénéfice de tous.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com