Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2014

Darius.

Il ne s’agit pas de Darius le grand (550-486 av. J.-C) roi de Perse, défait par les Grecs à Marathon mais de Darius le Rom, jeune homme trouvé dans le coma dans un caddy de supermarché, victime apparente d’un lynchage par des racistes antirom.

En fait l’histoire n’est pas si simple, l’enquête judiciaire montre que Darius qui s’appelle en fait Gheorge Franzu, habitait avec sa famille dans un camp à Pierrefitte en Seine St Denis, et aurait été victime d'un sombre règlement de compte entre Roms et habitants de la cité. Il aurait même été « vendu » par ses proches à ses agresseurs.

D’ailleurs Médecins du Monde qui avait pris Darius en charge  déclare maintenant ne pas vouloir communiquer. Quant au préfet il déclare : « Ce groupe ne semble pas avoir pour préoccupation première la santé de “Darius” ».

Quoiqu’il en soit Darius sorti de l’hôpital n’a plus besoin que de rééducation trois fois par semaine. Mais « Darius » fait partie d'une famille Rom isolée et abritée de façon extrêmement précaire. Chaque jour, ils « naviguent à droite et à gauche », explique Me Launois-Flacelière. Selon elle, ils ne peuvent plus regagner le camp où ils vivaient à Pierrefitte-sur-Seine car ils en ont été chassés par les autres occupants. Pour être proche de ses parents, « Darius » est donc obligé de suivre leurs errements quotidiens.

Devant cette situation la préfecture de Bobigny a réservé dans un hôtel du 18° arrondissement, à proximité de l’hôpital, deux chambres pouvant accueillir six personnes. Mais la famille ne veut pas les occuper, elle réclame un terrain pouvant accueillir la famille au sens des Roms soit 34 personnes : sa mère adoptive, ses grands-parents, ses oncles, ses tantes et ses cousins. « Ils ne souhaitent pas se séparer car “Darius” craint les représailles de ses agresseurs », justifie l'avocate.

Le préfet délégué à l'égalité des chances de Seine-Saint-Denis, Didier Leschi, explique qu’un « intermédiaire en Roumanie » a finalement dénoué la situation, convaincant « Darius » d’accepter, avec cinq membres de sa famille, cette proposition de logement. La famille Franzu pourrait occuper ces chambres « pour une longue durée », explique Didier Leschi. Tout va être mis en œuvre pour faciliter l’insertion de « Darius » et des siens, poursuit-il. Pour autant, il ne s’agit pas de dispositions spécifiquement mises en œuvre pour le jeune Rom. « 6000 personnes en difficulté en bénéficient chaque jour en Seine-Saint-Denis » précise le préfet délégué à l’égalité des chances.

Nous sommes en France dans une situation financière catastrophique et voilà où passe l’argent de nos impôts. Et si on renvoyait tout ce beau monde en Roumanie ? Comment croire à une éventuelle insertion.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.