Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2014

Mare Nostrum.

Au lieu de patrouiller la Méditerranée pour arrêter l’immigration, notamment à partir de la Libye, la marine italienne, a mis en place fin octobre 2013, à la suite de la noyade de 366 immigrants au large de Lampedusa, l’opération Mare Nostrum destinée à porter secours aux réfugiés en mer.

On a ainsi sauvé des dizaines de milliers de personnes venues de toute l’Afrique et du Proche Orient, qui ont ensuite été conduites en Italie

Cette opération humanitaire a eu la conséquence que l’on pouvait prévoir, d’augmenter le nombre de candidats à l’immigration. Certains passeurs se contentaient d’entasser des immigrés dans des embarcations de fortune qu’ils abandonnaient au large avec l’espoir qu’elles soient récupérées par la marine Italienne.

Le nombre des fugitifs s’est multiplié ainsi que le risque de noyade qui a doublé. Il aurait mieux fallu ne rien faire.

L’Union Européenne veut remplacer Mare Nostrum par Triton mais en fait elle n’a pas de moyens, et les pays riverains ne veulent pas accueillir de réfugiés.

Il faudrait en fait patrouiller au large des côtes libyennes et empêcher les départs en reconduisant les embarcations à leur point de départ, cela nécessiterait l’accord de la Libye qui est devenue un état virtuel depuis la chute de Kadhafi.

C’est une des conséquences de l’intervention irresponsable menée par la France sous Sarkozy pour de faux prétextes. Kadhafi arrivait à contrôler et limiter les tentatives d’immigration.

A vrai dire le problème de l’immigration par voie maritime est la partie émergée de l’iceberg, Antonio Vitorino, ancien commissaire portugais européen, déclarait récemment au cours d’une conférence que 80% des passages se faisaient par voie terrestre notamment par la Grèce. Le nombre des immigrés clandestins est dans tous les pays un secret bien gardé toujours sous estimé plus ou moins volontairement et chacun cherche à s’en débarrasser  au profit de ses voisins .

La population de l’Afrique devant doubler d’ici à 2050, on peut penser que le « Camp des Saints » n’est pas loin.

 

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com 

 

22/08/2014

Voila venu le "Camp des Saints"

Voilà venu « le camp des saints » annoncé par Raspail, l’évolution actuelle du monde fait apparaître les menaces réelles auxquelles la civilisation occidentale va être confrontée. Il ne s’agit plus de défense de frontières, ni même d’intérêts commerciaux mais de la survie de notre civilisation hélèno-chrétienne.

La première menace est la naissance d’un islam conquérant par l’épée et par la terreur qui doit ressembler à l’islam du 7° siècle parti à la conquête du monde et qui subjugua en un siècle le proche et le moyen orient et le nord de l’Afrique jusqu’à l’Espagne, avant de s’étendre en Asie jusqu’à la Malaisie.

Après l’ère coloniale qui réussit à stabiliser le monde musulman, voilà le réveil de l’Islam conquérant voulant prendre sa revanche sur les non croyants. Réveil du en partie aux guerres américaines en Irak mais aussi à l’existence d’Israël.

L’étrange est que l’occident s’en est pris d’abord aux états laïcs, Irak, Lybie, Syrie et aussi à l’Iran qui serait ouvert à un débat rationnel, privilégiant les états sunnites, Arabie Saoudite, Qatar qui soutiennent l’Islam radical, le djihad et maintenant le caliphat de l’Etat Islamique.

Depuis une trentaine d’année, une politique d’immigration irresponsable a conduit à l’installation en Europe de millions de musulmans qui refusent l’intégration, les habitudes du pays d’accueil et veulent au contraire imposer leur mode de vie par une poussée progressive et insidieuse à laquelle un pays démocratique et libéral  a du mal à s’opposer.

Là est la première menace à laquelle est soumise la civilisation occidentale et devant laquelle il convient de réagir. Il y a en France plusieurs millions de musulmans qui ne se reconnaissant pas, pour beaucoup, comme Français, et qui en cas de conflit seront pris dans un conflit de légitimité. Déjà des centaines ont rejoints le djihad.

L’autre menace est la croissance démographique en Afrique ; un récent rapport de l’Unicef, souligne le hausse exponentielle de la population et l’urbanisation galopante : en 1950 l’Afrique ne représentait que 9% de la population mondiale, en 2050, l’Afrique passera de 1,2 milliard d’habitants actuellement à 2,4 milliards. En 1950, 14% des Africains vivaient en ville, ils devraient être 60% en 2050. Lagos devrait en 2030 regrouper 24 millions d’habitants et Le Caire 25 millions.

L’Afrique est potentiellement un continent riche en ressources minières et pétrolières et pourrait nourrir sa population du moins maintenant. Le continent annonce une croissance économique enviable, mais c’est un faux semblant, il s’agit surtout de production pétrolière et minière dont les retombées sur la population sont très faibles ne profitant qu’à une petite minorité.

L’Afrique n’a pas les infrastructures nécessaires à son développement ni n’investit suffisamment dans l’éducation et la recherche. L’actuelle épidémie de fièvre Ebola montre que pour la santé elle dépend entièrement de l’occident et il en est de même du sida en régression partout sauf en Afrique.

La croissance économique n’arrive pas à suivre la croissance démographique et la pauvreté ne régresse pas. Même l’Afrique du sud qui fut le pays le plus riche de l’Afrique est en régression et manque d’électricité. Le Nigéria qui regorge de pétrole est un des pays les moins surs du monde et est maintenant le berceau de Boko Haram, mouvement islamique et terroriste ; sa population sera multipliée par 2,5 en 35 ans pour atteindre 440 millions d’habitants en 2050

L’Afrique qui n’a jamais pu régler ses conflits ethniques ajoutés à un découpage artificiel hérité de la colonisation, n’a, que dans bien peu d’états, développé une gouvernance efficace et honnête et est partout livrée à la concussion et au pillage. Ce sont maintenant des conflits religieux qui ont déstabilisé une grande part du continent et nécessité notre intervention et celle de l’ONU.

Il ne faut pas espérer, étant donné le peu de temps qui reste, que les choses vont s’arranger et il est évident qu’un trop-plein de population va se répandre dans les pays riches d’Europe et en particulier en France.

C’est la seconde menace à laquelle l’occident est confronté et pour laquelle il va falloir trouver une parade pour éviter la submersion.

Devant ces menaces mortelles, l’Islamisation et l’invasion africaine, nous sommes tous menacés et il faudra mettre en place une défense commune. Les conflits comme celui d’Ukraine doivent être considérés comme d’un autre temps et d’une importance dérisoire. Il vaut mettre en place dans l’espace occidental européen qui comprend la Russie, des structures de concertation capable de régler nos conflits internes. Cela nécessite que l’Europe s’affranchisse de la tutelle américaine et reprenne son indépendance.

On peut bien craindre que notre défense soit bien mal adaptée à ce genre de menace, les dernières guerres au moyen-orient le montrent d’ailleurs

29/05/2014

" L'immigration aide l'emploi"

Alors que le nombre de chômeurs de catégorie A, n’ayant aucune activité, atteint le nombre de 3 364 100 avec une hausse en avril de 14 800, un chercheur du CNRS ose écrire le 28 mai dans le Monde cette affirmation péremptoire « L’immigration aide l’emploi ». Il faut quand même être courageux ; il est vrai qu’avec son statut de chercheur fonctionnaire il peut regarder l’affaire de Sirius.

Que prétend-t-il ? Faisant référence à un rapport d’un think-tank italien « les chercheurs ont établi que la concurrence des travailleurs immigrés augmente sensiblement la probabilité de promotion de travailleurs nationaux ». Il affirme même que « la concurrence des travailleurs immigrés n’affecte ni le taux d’emploi, ni la localisation des travailleurs nationaux. » et il conclue « L’immigration n’est donc pas une menace pour les travailleurs européens, mais une chance. En martelant le contraire, l’extrême droite mène inéluctablement à une régression économique et sociale ».

Cette dernière phrase montre bien que les convictions de ce « chercheur » que l’on appointe hélas, sont beaucoup plus idéologiques que scientifiques.

Ainsi il reste quelqu’un pour qui l’immigration est une chance pour la France. Je pensais que cette phrase éculée était tombée dans le domaine des affirmations mensongères comme « il ne manque pas un bouton de guêtre… » ou « la route du fer est coupée ». Et bien non il y en avait encore un.

Alors que le chômage atteint en France un niveau record, que le peuple français vient de dire par deux fois qu’il ne voulait plus de cette invasion d’immigrés inassimilables qui colonisent peu à peu des régions entières et y imposent leur façon de vivre, alors que le jour même on démolit à Calais un camp d’immigrants venus des quatre coins de l’Afrique et de l’Asie, 550 Erythréens, Soudanais, Afghans ou Syriens qui, depuis huit mois, en avaient fait leur abri de fortune, que des centaines de « subsahariens » on forcé les barrières de Ceuta et sont maintenant en Europe, que Lampedusa déborde, certains prônent une plus grande immigration.

Il est possible que les nouveaux immigrés acceptent des emplois peu recherchés par les nationaux, mais ceux ci les prendraient si ils étaient correctement payés. Mais surtout l’immigré finit par faire venir sa famille et ses enfants n’acceptent plus la vie que menait leur père et préfèrent tenir les murs des cités d’où sont partis tous les indigènes pour qui la vie devenait impossible.

L’immigration une chance pour la France, alors que plusieurs centaines de « Français » sont formés au Djihad en Syrie, maintenant mais ensuite en France comme le montre Mohamed Merah.

Le temps du « Camp des Saints » cher à Raspail est arrivé.

 

16/10/2013

Le "Camp des Saints", le retour

On ne peut qu’être effaré du tour que prend l’affaire des naufragés de Lampedusa : après avoir porté secours aux naufragés plus ou moins volontaires à Lampedusa et au large de Malte, voilà que l’on va rechercher les bateaux d’immigrants pour les conduire à bon port en Europe.

Il est bien évident que ce comportement irresponsable va déclencher une recrudescence de tentatives et que l’Europe va se trouver confrontée à une invasion digne du Camp des Saints de Raspail.

Or dans le cas général, il ne s’agit pas de réfugiés politiques menacés pour leurs opinions mais de populations cherchant un avenir meilleur en Europe où elles voient l’eldorado.

L’Europe est en crise économique, le chômage règne partout et nous n’avons nul besoin de cette immigration.

Si on en croit la presse l’Afrique est en plein développement, la croissance du PIB y est plus forte qu’ailleurs de l’ordre de 5% par an. Mais la croissance démographique à peu près partout incontrôlée est supérieure à la croissance économique. De plus celle ci est due à l’augmentation de la production pétrolière et d’autres matières premières, mais à cause de la corruption généralisée cette richesse n’est pas répartie si bien que la misère s’étend au lieu de se réduire.

Les 54 pays du continent comptent depuis 2012 un total de 1,04 milliard d'habitants. Un chiffre qui devrait doubler d'ici vingt ans, représentant alors 20 % de la population mondiale.

L’Afrique serait parfaitement capable de les nourrir si elle était mise en valeur et exploitée d’une façon efficace. Ce n’est pas le cas, on pourrait compter sur les doigts d’une main le nombre de pays africains dotés d’un gouvernement digne de ce nom, je ne dis pas démocratique, là n’est pas le problème, mais capable d’assurer le développement économique du pays, d’instruire les populations et de maintenir la paix civile.

Partout s’étend le désordre, du au tribalisme, aux conflits religieux, au pillage et à la corruption. L’exploitation des richesses se fait au profit de potentats locaux et de compagnies étrangères sans évoquer la location de terres agricoles par les Chinois et autres exploitant les travailleurs locaux.

De tout cela l’Europe n’est pas responsable, les indépendances datent de cinquante ans et c’eut du être un temps suffisant pour acquérir l’autonomie nécessaire et se développer.

Il n’empêche que le surplus de population va se déverser sur nos côtes et apporter, désordre, ces populations étant largement inassimilables, et pauvreté. Il faut réagir.

Ce n’est pas le long de nos côtes qu’il faut attendre les embarcations surchargées, il faut d’abord négocier, comme on l’avait fait avec Kadhafi, avec les pays côtiers pour qu’ils empêchent les départs, et ensuite patrouiller à l’aide de bateaux et d’avions près des points de départ et y reconduire les bateaux interceptés. Pour des pays comme la Libye, qui à la suite de notre malheureuse intervention, a sombré dans le chaos il faudra probablement imposer ce retour. Qu’importe, plus les chances de réussite seront faibles moins le flux d’immigrants sera fort. Nous n’avons pas à subir cette invasion, les grandes âmes et les donneurs de leçon nous conduisent au malheur.

04/10/2013

Lampedusa mon amour.

130 immigrants se noient en cherchant à atteindre Lampedusa et l’Europe. Ils étaient  500 venant probablement de Misrata en Libye, pays que nous avons déstabilisé par notre attaque irréfléchie et c’est bien là notre seule responsabilité à ce drame. Ils fuyaient la Somalie à bord d’un bateau surchargé, tombé en panne puis en feu.

L’Italie décrète un deuil national semblant s’estimer coupable. De quoi ? L’Europe ne peut quand même pas abolir ses frontières et accueillir « toute le misère du monde ». Et pourtant on lit dans la presse bien pensante : « Affirmer que les Européens, qui comptent parmi les humains les plus riches du monde, n’ont pas les moyens d’éviter ce type de tragédie, n’est pas une position politiquement acceptable. ».

Nous nous débattons déjà contre les conséquences d’une immigration africaine, incontrôlée qui entraine ruine et insécurité et il faudrait ouvrir grand les portes.

La croissance démographique en Afrique est supérieure à la croissance économique entravée par la mal-gouvernance, les guerres ethniques et la corruption après plus de 50 ans d’indépendance. Qu’y pouvons nous ? Sommes nous responsables ?

Un jour l’Afrique affamée va déferler sur nos côtes et ce sera le « camp des saints ».