Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/04/2018

Antisémitisme et marxisme.

Le 21 avril, Le Monde titre « En Pologne, une libération du discours antisémite ». Inquiet, on se précipite sur l’article, en fait il s’agit des « ravages provoqués par le vote, le 1er  février, d'une loi mémorielle controversée, condamnant le fait " d'attribuer à la nation ou à l'Etat polonais (…) la responsabilité ou la coresponsabilité " des crimes nazis commis contre les juifs pendant la guerre. »

Au contraire des Français les Polonais se refusent à se reconnaître une quelconque responsabilité dans la Shoah même si beaucoup de camps de déportation étaient sur leur sol. Ils considèrent que pendant la période d’annexion nazie, ils avaient perdu tout pouvoir de décision.

Cette loi a déclenché une crise diplomatique aiguë avec Israël et son satellite, les Etats Unis, ce qui prouve bien que l’innocence de la Pologne n’allait pas de soi à Tel Aviv. Les Polonais soupçonnent d’ailleurs Israël de vouloir obtenir des indemnités : Un journaliste influent Rafal Ziemkiewicz qui « peut se prévaloir en Pologne de l'aura d'un Eric Zemmour, en plus ultra » - Zemmour antisémite il faut oser – n’hésite pas à écrire "Pendant des années, j'ai persuadé - les Polonais - qu'il fallait soutenir Israël. (…) Aujourd'hui, à cause de quelques stupides et cupides parasites, je me sens comme un crétin.": En France nous avons préféré indemniser même pour les « crimes » de la SNCF.

Signe de l’antisémitisme régnant en Pologne : « 51  % des Polonais disent ne pas vouloir que leur fille épouse un juif. » Combien de juifs en Pologne ou ailleurs souhaitent que leur fille épouse un goy ?

Tout cela est affligeant, comment peut on rendre la Pologne responsable des crimes Nazis alors qu’elle était occupée et avait perdu toute autonomie?

Pour complèter Le Monde s’indigne d’une montée de l ‘antisémitisme en Autriche du fait du FPÖ « l’allié autrichien de Marine Le Pen » – nous y voilà – et même horresco referens, en Allemagne.

Rien que de bien habituel si dans le même N° Le Monde constatait avec la plus grande indulgence voire compréhension, que « le marxisme s’épanouit aux Etats-Unis »

Karl Marx serait aujour d’hui « unanimement reconnu comme un auteur majeur, et sans doute le meilleur penseur du capitalisme. » Admirable, oubliées les catastrophes auxquelles les réflexions de ce penseur ont conduit, le goulag, les millions de morts - sans parler de Mao et de Pol Pot - l’oppression de la moitié de l’Europe et sa ruine. " les générations d'aujour d'hui se tournent vers le marxisme pour de tout autres raisons. Elles font l'expérience de la précarité, de la dette. Le marxisme et le socialisme leur permettent de penser ces inégalités ". A quand la réhabilitation de Hitler ?

 

 

07/12/2014

Chantage, racket, extorsion de fonds.

La France va verser 60 millions de dollars aux autorités américaines pour indemniser les victimes américaines de la Shoah déportées depuis la France vers les camps d’extermination et qui n’auraient pas été indemnisées.

Le prétexte de cette indemnisation est le rôle supposé de la SNCF dans le transport vers les camps. Je dis supposé car la SNCF, si elle a eu du matériel réquisitionné par les Allemands, n’a jamais assuré de transport en dehors du territoire national.

Il n’empêche : plusieurs états américains sous la pression des organisations juives, en particulier l’Anti-Defamation League (ADL) organisation américaine de lutte contre l'antisémitisme, ont blacklisté la SNCF pour des appels d’offres publics.

Le but de cet accord est donc de lever ces oppositions et de permettre à la SNCF de soumissionner. " Les Etats-Unis se sont engagés à défendre la France contre toute nouvelle action, et en particulier les actions de nature judiciaire "

C’est donc un accord entre Etats car" la SNCF n'a jamais été tenue pour responsable de la déportation. Elle a été un instrument de la déportation. - … - C'est de la responsabilité des autorités françaises  d'en assumer les conséquences », a souligné Mme Sparacino-Thiellay ambassadrice française aux droits de l'homme. Ce qui veut dire que la France, elle, fut responsable des déportations, alors qu’elles furent imposées uniquement par les Allemands occupants et que c’est en France que les juifs furent le plus épargnés.

D’ailleurs Arno Klarsfeld lui même reconnaît que la SNCF n’était en rien coupable mais se loue de cet accord qui va permettre d’indemniser des victimes qui ne l’avaient pas été. Voire. Mais dans ce cas pourquoi la France et pas plutôt l’Allemagne ?

De plus, il est bien évident que ces victimes n’étaient pas américaines au moment des faits mais souvent d’une nationalité ennemie : Allemand, Autrichien, Hongrois… ce qui change quand même les choses. Elles ont émigré par la suite aux Etats Unis.

Les mots qui viennent à l’esprit à la lecture de cet accord sont : chantage, racket, extorsion de fonds, toutes choses indignes de la part d’un Etat de droit comme les Etats Unis.

Avec ce genre de chose, il ne faudra pas s’étonner, de voir se développer l’antisémitisme et prospérer les stéréotypes.

 

11/07/2014

Hôpital et charité,

Je n’avais jamais entendu parler de Frank-Walter Steinmeier, ministre allemand des affaires étrangères. Je l’ai découvert en lisant une chronique dans le Monde du 9 juillet, intitulée  « Ne tolérons pas les dérapages racistes. Surveillons les eurodéputés populistes » où il s’inquiète, voire s’indigne de l’élection au parlement européen de députés d’extrême droite : « Je suis très inquiet de voir tant de députés d'extrême droite prendre autant de place dans le nouveau Parlement. Près de dix pour cent des mandats de plus de dix pays à travers l'Union européenne reviennent à des partis ouvertement opposés à la libre circulation et aux droits des minorités. » Des députés qui vont donc empêcher « les familles politiques démocratiques » d'avancer vers l'intégration européenne ».

Il n’y a là, direz vous, rien de bien étonnant et j’en conviens, c’est la langue de bois habituelle entendue dans tous les parlements. Mais ce qui me fait réagir à cette chronique d’un ministre allemand dans un journal français, c’est qu’il qualifie ces partis de populistes et d’extrémistes et demande qu’on leur fixe clairement des limites : « Les dérapages xénophobes, racistes et antisémites doivent être repoussés avec la plus grande détermination ». Venant d’un Allemand c’est vraiment l’hôpital qui se moque de la charité car, enfin, s’il y a une question sur laquelle les Allemands devraient se montrer discrets c’est bien celle du racisme et de l’antisémitisme. On est en train de se livrer à une réécriture de l’histoire laissant entendre que l’Allemagne a été libérée du nazisme en 45 en même temps que le reste de l’Europe, ce qui pour les vieux ayant connu cette époque, est une vision foncièrement faussée. L’Allemagne qui a mené avec courage et détermination la 2° guerre mondiale était une nation solidaire et fière de prendre sa revanche. Que tous les Allemands n’aient pas participé ni même approuvé les persécutions anti juives et contre d’autres minorités, je veux bien l’admettre mais combien s’y sont opposés ?

En même temps les Français, qui étaient occupés et absolument pas maître de leur destin battent leur coulpe pour une soi-disant culpabilité.  C’est au nom de cette nouvelle lecture de l’histoire qu‘on a pu voir Angela se pavaner le 6 juin au milieu des vainqueurs. Je pense que si on peut pardonner, il ne faut pas oublier et surtout dire n’importe quoi.