Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2014

Pauvre SNCF

Quand on évoque la privatisation des chemins de fer, on vous parle de service public, de la sécurité, de la qualité du service ; l’affaire de Brétigny est un bon révélateur : que voit-on ? Des procédures d’un autre âge, des défauts évidents, boulons manquants ou desserrés, qu’un examen un peu attentif ne pouvait ignorer. Or ces défauts ont perduré des mois sans être corrigés et pourtant il y a du avoir des inspections périodiques, avec émargement de feuilles d’examen, il doit exister à la SNCF une autorité de contrôle qui veille au respect des procédures, il doit y avoir à Brétigny un chef de gare qui devait connaître l’état du réseau et bien, puisqu’il ne faut pas envisager un sabotage, tout cela n’a pas suffi et un train qui n’allait pas trop vite a déraillé et des passagers sont morts.

La SNCF dont les agents jouissent d’un statut envié, de la sécurité de l’emploi, de retraites précoces, de transports gratuits et qui a accumulé des milliards d’euros de déficit a conduit à ce désastre. Alors on peut se demander si des entreprises privées n’auraient pas fait aussi bien voire mieux pour un moindre coût,  si on n’aurait pas un meilleur service et moins de grèves en introduisant la concurrence. Si le fret ferroviaire pourrait enfin concurrencer la route.

Imaginez un peu ce qu’on aurait dit si on avait trouvé un tel laxisme dans une compagnie aérienne ou une centrale nucléaire.

 

27/07/2013

La vérité si je mens.

Dans Le Monde du 26 juillet, je lis l’éditorial. Le journal s’indigne de la façon dont sont jugés par le maire « les gens du voyage » qui squattent un terrain privé à Cholet :

« Rien absolument rien ne justifie de pareils propos. Ils stigmatisent une communauté non pour ce qu'elle fait, juste pour ce qu’elle est. Cela s’appelle du racisme». L’ennui est que si vous continuez la lecture vous trouvez un peu plus loin : « …ils s’installent parfois en toute illégalité sur des terrains de sport ou des terrains privés. En rendant la vie impossible à nombre de municipalités » Voilà un raisonnement indiscutable.

Page 6 dans un article sur le déraillement de Brétigny, alors qu’on vient d’ouvrir une information judiciaire « pour homicides et blessures involontaires » et qu’un expert a été commis, on lit que le procureur a déclaré qu’« a priori, aujourd’hui, l’acte de malveillance est écarté »  Qu’est ce qu’il en sait ? Et pourquoi ce magistrat a-t-il des a priori.

Tout ça semble de l’enfumage, d’autant qu’on ne parle plus du déraillement, le même jour, à Limoges dans les mêmes conditions, d’une locomotive à la suite d’un sabotage.

 

20/07/2013

les Eclisses

Le jour même où déraillait un train en gare de Brétigny, à la suite du déboulonnage supposé spontané, d’une éclisse et ce à la plus grande joie des pillards des cités voisines, une locomotive déraillait sur la même voie  à Fromental près de Limoges. Là aussi une éclisse était déboulonnée.

Il s’agit là d’un sabotage visant Areva et revendiqué par un militant anti-nucléaire anonyme.

La SNCF estime qu’il serait aventureux de faire un rapprochement entre les deux affaires.

Pour quelqu’un qui s’intéresse aux probabilités, le risque pour qu’un déboulonnage d’éclisse accidentel se produise le même jour et sur la même voie qu’un déboulonnage d’éclisse intentionnel doit être de l’ordre de 10-12,  c’est à dire une quasi impossibilité.

Remarquons qu’on se garde bien de parler de sabotage à Brétigny et qu’on ne parle plus du sabotage de Fromental.

De même qu’on répugne à parler des pillages et caillassages des sauveteurs par les jeunes des cités, longtemps niés et maintenant avérés.

J’aimerais que la SNCF révèle combien d’éclisses se déboulonnent spontanément par an sur l’ensemble du réseau.

Mais on préfère occuper la galerie avec la belle histoire du Norvégien néo-nazi de Corrèze et de sa femme chasseresse

18/07/2013

Nazi

On peut se demander ce qui a piqué notre ministre de l’intérieur, pour débusquer soudain ce « néo-nazi » norvégien réfugié en Corrèze ou on cultive plutôt les Présidents de la République.

Répondant au nom de Kristian Vikernes, il cohabitait sans problème avec les indigènes, mais évidemment avait peint en couleur camouflage, sa voiture et son vélo. Il portait aussi une casquette évoquant un peu l’Afrika Korps ou la casquette Bigeard.

Ajoutons que Breivik, son compatriote assassin de 77 personnes lui avait adressé son manifeste comme à 530 autres.

Il est vrai que sa femme avait acheté, apparemment dans la plus grande légalité, 4 carabines 22LR. Pourquoi diable cette vente avait elle été autorisée ?

Mais il n’est absolument pas prouvé que lui ou elle, voulait tirer le Corrèzien ou quelqu’un d’autre.

C’était, dit on, un néo-nazi… Il faudra un jour qu’on m’explique ce qu’est un néo-nazi, le 3° Reich ne me semble pas devoir renaître de ses cendres. Peut être n’aime-t-il pas les juifs, ou les arabes ou les deux. Il va falloir en enfermer du monde. Je me demande d’ailleurs comment on va pouvoir justifier sa mise en examen…

Enfin à l’évidence c’est une machine, destinée à occuper l’opinion et la détourner d’autres sujets, comme le déraillement de Brétigny, la manif’ pour tous et le gaz de schiste. Ca me rappelle un peu l’attentat contre l’épicerie kasher de Sarcelles perpétré avec une grenade au plâtre.

Reste à savoir si les Français qu’on prend pour des imbéciles, se laisseront bourrer le mou indéfiniment.