Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2012

La Syrie, pourquoi?

La Syrie, pourquoi ?

 

 

Les objectifs de la France en Syrie, ne sont pas clairs : quel intérêt avons nous à déstabiliser Bachar el Assad ? Qui connaît ce qui se cache derrière l’ « opposition » dont on nous assure qu’elle est victime de massacres alors qu’elle dispose d’une « armée libre » constituée de déserteurs qui ne doit pas se contenter de recevoir des coups. Les informations qui proviennent toutes de « l’opposition et des activistes » sont biaisées, le même reportage, qui d’ailleurs ne montre rien, défile en boucle. Tout ça sent l’enfumage d’autant qu’on ne peut que prendre avec suspicion les affirmations de la Ligue Arabe qui ne comporte pas beaucoup de régimes démocratiques.

En arrière plan, se trouvent certainement des conflits religieux et la sécurité d’Israël pour laquelle il serait bon de priver le Hezbollah de son soutien.

Les sanctions contre l’Iran ont d’ailleurs les mêmes motivations, mais on ne voit pas très bien où sont les intérêts de la France dont on n’espère quand même qu’elle n’est pas motivée uniquement par des considérations humanitaires. Ne devrait-t-elle pas plutôt penser aux chrétiens de Syrie qui apportent un soutien mesuré à Assad, sachant très bien qu’il constitue  leur rempart contre les islamistes aspirant au pouvoir ?

Si on fait le bilan des interventions humanitaires auxquelles la France a participé, on ne peut qu’être affligé : Les guerres d’Irak et la chute de Saddam ont laissé un pays dans un état bien pire que celui dans lequel on l’avait trouvé. Notre intervention au Rwanda s’est terminée par la prise du pouvoir par Kagamé un dictateur dont on peut raisonnablement penser qu’il est à l’origine des massacres interethniques. La guerre contre la Serbie a laissé, entre autres, l’affaire du Kosovo qui n’est pas près de constituer un état... Quant à la guerre de Libye, 20 000 morts, beaucoup plus que la répression en Syrie, elle a, on ne le dit pas trop, installé l’anarchie et, effet collatéral, déstabilisé le Mali.

Il y a des moments où on se dit qu’il faudrait que Moscou tienne bon.

18:02 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (0)

08/07/2009

Il ne faut pas départementaliser Mayotte


Il ne faut pas départementaliser Mayotte


C’est en 1973 que les Comores, cet archipel de quatre Iles au Nord Ouest de Madagascar, poussées par leur population et surtout la communauté internationale revendiquèrent leur indépendance.
Jusque là les Comores avaient le statut de Territoire d’Outre Mer comme St Pierre et
Miquelon, la Polynésie et la Nouvelle Calédonie.
Immédiatement Mayotte sous l’impulsion du Mahorais Marcel Henry manifesta son désir de rester française.
Cette volonté avait une origine historique : en 1840 Mayotte qui était gouvernée par un roi Sakalave venu de Madagascar demanda la protection de la France qui venait de s’installer à Nosy Be (Madagascar), contre les trois autres Comores gouvernées par des sultans d’origine arabe. Mayotte devint colonie française le 25 avril 1841. Par la suite la France étendra son protectorat aux trois autres iles : Grande Comore, Anjouan et Mohéli.
Remarquons que Mayotte n’a pas du tout la même histoire que les « vieilles » colonies, Martinique, Guadeloupe, Réunion, départementalisées en 1946 qui appartiennent à la France depuis le 17eme ou le 18eme siècle.
La France ne cherchait pas à conserver les Comores et un référendum fut organisé en1974 : trois des îles optèrent pour l'indépendance à 95%, alors que Mayotte préféra à 63,8t% rester française. La France ne pouvait ignorer cette volonté d’autant qu’elle fut confirmée à 99% en 1976. : la loi du 24 décembre 1976 constitua Mayotte en collectivité territoriale de la République avec un statut spécifique permettant de tenir compte des particularités Mahoraises.
Une nouvelle loi votée le 22 décembre 1979 porte que « l'île de Mayotte fait partie de la République Française et ne peut cesser d'y appartenir sans le consentement de sa population », l’appartenance à la France n’est donc en rien menacée.
Par la suite par la loi du 9 mai 2000, «l'accord sur l'avenir de Mayotte» prévoyant la création
d’une « collectivité départementale », fut soumis, le 2 juillet 2000, à la consultation de la population. Les Mahorais ont massivement participé à cette consultation et se sont prononcés à 72,94 % en faveur du OUI. Cet accord prévoyait bien une novelle consultation en 2010, il ne prévoyait nullement la départementalisation à cette date.
Pourtant par le référendum du 29 mars 2009, les Mahorais ont voté à 95% pour la départementalisation  progressive de l’Ile qu’on leur proposait.
Que les Mahorais soient sincèrement attachés à rester Français c’est bien certain, mais la départementalisation c’est à dire l’alignement du statut mahorais sur celui des départements métropolitains et d’outremer est un objectif inatteignable étant donné les spécificités de Mayotte et les conséquences en seront redoutables.

Ce qu’est Mayotte
Il faut bien reconnaître que jusqu’à l’indépendance, la France n’avait pas fait grand chose aux Comores : pas d’électricité, pas de routes, pas d’hôpital, très peu d ‘écoles.
Depuis Mayotte a été considérablement développée, on y trouve un hôpital, des écoles des routes si bien que le PIB actuel est 9 fois supérieur à celui du reste de l’archipel, mais 3 fois inférieur à celui de la Réunion sur laquelle l’objectif  est d’aligner Mayotte.
Seulement Mayotte n’est pas la Réunion ; L’Islam y est pratiquée par 98% de la population, dont plus de 60% ne parle pas français, les deux langues principales usuelles proviennent du malgache et du swahili.
Les Mahorais peuvent choisir entre :
-le statut de droit commun, identique à la métropole
-un statut personnel dérogatoire au Code civil et à la laïcité, réservé aux musulmans originaires de Mayotte.
Ce statut dont relève la majorité de la population est très proche de la charia : la justice est rendue par des cadis, la polygamie est admise même si elle doit progressivement, théoriquement disparaître. La répudiation des femmes encore en usage devrait aussi disparaître.
Si on départementalise Mayotte on devra peu à peu appliquer les lois de la République et le code civil, même si en vertu de l’article 75 de la Constitution, les Mahorais qui le souhaiteront pourront conserver leur statut personnel, donc rester polygames. On va donc créer un département français ou la polygamie restera admise pendant des décennies.
Il n’y a pas d’état civil et pas de cadastre, les noms et les dates de naissance sont incertains, on essaye d’y remédier il y en a pour des décennies, tant les filiations avec la polygamie et l’immigration sont incertaines.
Marcel Henry ancien sénateur Mahorais, à l’origine du maintien du rattachement à la France, déclarait d’ailleurs en 2000 : « … croyez-vous sérieusement que l'on puisse adapter à Mayotte l'ensemble des dispositions législatives et réglementaires appliquées dans les départements d'outre-mer ? »
Lui voulait la départementalisation et le statut coutumier.
Les Mahorais ne sont d’ailleurs certainement pas conscients de la révolution culturelle que l’on veut leur imposer et ce dans quel but ? l’objectif est l’alignement sur la Réunion et ses prestations sociales : RSA, CMU, allocations familiales ce qui correspondra à multiplier par 3 le PIB.
Mayotte a très peu de ressources propres, la pêche, des cultures vivrières, le ylang-ylang - une plante à parfum – le tourisme. Alors que les troubles aux Antilles montrent l’inadaptation du statut de Département d’Outremer on veut en créer un de plus, totalement inviable.
On va créer une collectivité d’assistés, multiplier les fonctionnaires, ravager l’ile par une circulation automobile que celle de la Réunion permet d’imaginer.
Si on laisse à Mayotte son statut spécifique actuel on pourra développer l’ile progressivement sans changer brutalement les coutumes et la culture locale, dans vingt ou trente ans il sera bien temps de voir s’il faut change le statut.
Mais le pire est la croissance démographique, en 1974 le Mahorais étaient 40000, maintenant on ne sait pas, au moins 180000. Ce qui représente 500 habitants au km2.et ce n’est pas fini. L’immigration clandestine est incontrôlée en particulier à partir d’Anjouan, il y aurait 60000 clandestins, on en expulse 16000 par an. Les Anjouanaises viennent accoucher à Mamoudzou où la maternité voit 7000 naissances par an, la première maternité de France.
Mayotte va attirer irrésistiblement Comoriens, Africains, Malgaches, on va créer une nouvelle porte d’invasion pour l’Europe.
On est en train d’amorcer une bombe à retardement dont les conséquences politiques et sociales sont imprévisibles.
Quoiqu’il en soit, on a consulté les Mahorais, la réponse était évidente et serait la même si on la posait à Anjouan et pourquoi pas à Zanzibar, il faut maintenant consulter l’ensemble des Français par referendum comme on l’a fait pour l’abandon de l’Algérie et le statut de la Nouvelle Calédonie conformément à l’article 53 de la Constitution qui prévoit la consultation des populations intéressées. Il faut d’abord les informer, ce qui n’a pas été fait, cette annexion se faisant dans la plus totale discrétion. Le résultat d’un referendum est en effet bien incertain.
Si on ne fait rien, en 2011 Mayotte sera département français et ce sera irréversible.

11:18 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (0)

19/12/2008

Le Monde et la diversité

Le 19 décembre 2008




Messieurs,



Il y a quelques années, alors que vous faisiez dans un de vos éditoriaux la promotion de la parité, je vous avais signalé que, d’après la lecture de votre « ours », Le Monde prêchait mais n’appliquait pas, la rédaction se révélant dans sa quasi totalité masculine. Depuis vous avez fait quelques efforts en ce sens.
Votre éditorial du 19 décembre 2008, « Diversité, un combat » appelle à ouvrir les élites aux minorités pour tenir compte du « métissage de la société française », en particulier « dans les grands médias ».
Et bien je me suis livré au même exercice muni d’une loupe, vue la petitesse des caractères : à part quelques probables israélites, je n’ai pas trouvé l’ombre d’un patronyme m’incitant à supposer la moindre diversité.
Reste à savoir si les Français de souche applaudissent vraiment au métissage de leur « vieux pays », ou s’il leur est imposé.
Considération distinguée

15:59 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (0)

18/12/2008

Madoff

Le 18 décembre 2008







Messieurs,



Alors là je trouve ça plutôt amusant : quand vous rendiez compte des affaires « Sentier I » et « Sentier II », jamais vous n’évoquiez le fait qu’il s’agissait uniquement de personnes appartenant à la communauté juive. Le seul cité était le malheureux Daniel Bouton PDG de la Société Générale, un goy, qui fut innocenté. Dans votre article du 14 décembre, « La Société générale et la Barclays relaxées dans l'affaire du « Sentier II » », pas la moindre référence à l’origine ethnique des « 102 personnes physiques … condamnées » tous commerçants du Sentier, rabbins … Il est vrai que les victimes étaient des goyim et que l’affaire n’avait donc aucune importance.
Par contre pour la succulente affaire Madoff, dans vos articles des 16 et 17 décembre on n’ignore rien des origines du coupable « l'homme de confiance de la communauté juive » et on comprend rapidement que ce que vous lui reprochez surtout, c’est d’avoir grugé ses coreligionnaires, crime inexpiable.
J’avoue que le spectacle d’Elie Wiesel larmoyant une fois de plus mais cette fois sur ses sous perdus, m’a personnellement réjoui.
Voilà qui va encore renforcer certains « stéréotypes » comme vous dites.
Considération distinguée.

15:19 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (0)

02/12/2008

Mort au beefsteak

Le 2 décembre 2008









Messieurs,



Si je comprends bien l’article de Laurence Caramel du 18 novembre « Agrocarburants et bétail européens « détournent » les terres du Sud », l’ONG Friends of the Earthles Amis de la Terre », restons français) reprochent aux européens de manger trop de viande, ce qui entraine par ricochet la déforestation de l’Amazonie pour planter le soja que nous importons du Brésil et d’Argentine.
Nous serions aussi coupables d’augmenter la consommation d’agrocarburants.
Voilà de quoi gâcher mon prochain beefsteak…
Les Amis de la Terre souhaitent donc, apparemment, que nous abandonnions la viande, mais pour manger quoi ? du riz dont la production, on ne le dit jamais, produit du méthane bien plus nocif que l’oxyde de carbone ?
Vous pourriez faire remarquer aux « Amis de la Terre » :
-    que nous mangeons de la viande depuis toujours et que ce n’est pas nous qui avons changé nos habitudes.
-    que le Brésil est le plus gros producteur mondial d’agrocarburants et que ce n’est donc pas l’Europe qui est coupable .
-    que l’Argentine est un gros producteur et exportateur de viande bovine et ovine.
Tout cela a, encore une fois, pour objet de culpabiliser les européens dont la population ne croît pas, alors que l’ « insécurité alimentaire » est due à une croissance démographique incontrôlée notamment en Afrique.
Puis je suggérer au Monde et aux Amis de la Terre de prôner le retour à l’anthropophagie, source économique de protéines ne nécessitant pas de soja et limitant la croissance démographique.
Considération distinguée.

15:30 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (0)