Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2015

Les tartuffes

Alors qu’on s’entretue dans le Thalys  et dans les camps de « gens du voyage », que l’Europe est envahie par las migrants, le chômage au plus haut, le terrorisme islamiste partout, que lit-on en gros titre en première du Monde ? : « Une partie de l’Eglise Catholique choisit de dialoguer avec le FN » L’affaire a été dénoncée par cette feuille de chou gauchisante, La Vie, autrefois « catholique » mais qui reconnaît ne plus l’être et qui s’indigne, puis reprise en boucle par les chaines télé et l’ensemble de la presse. Tout le monde étant également peiné.

De quoi s’agit-il ? Le diocèse de Toulon organise comme tous les ans sous l’égide de l’Observatoire sociopolitique (OSP) les Universités d’été de la Ste Baume, destinées à former de jeunes chrétiens désireux de s’engager dans la vie publique ; le thème de cette cinquième année était « médias et vérité » ce qui est de circonstance en l’occurrence.  Ces universités réunissent une centaine de participants, ce n’est donc pas un événement mondial mais régional.

L’actuelle session était clôturée par une table ronde à laquelle étaient conviés, Valérie Boyer députée LR des Bouches du Rhône, Simon Renucci ancien député divers gauche de Corse du sud et horesco referens, Marion Maréchal – Le Pen députée FN du Vaucluse.

A cette occasion j’ai appris que l’Eglise Catholique avait établi un « cordon sanitaire » autour du FN et que ce cordon était rompu pour la première fois. Permettez que je m’étonne : J’habite Toulon, préfecture du Var, depuis 35 ans et jamais je n’avais constaté le moindre cordon sanitaire dans une ville qui fut pourtant administrée par le FN. Ne vous en déplaise braves gens des médias, dont il était question au cours de cette université, il n’y a dans le Var aucune guerre de religions ni politique politicienne du clergé. Et pourtant aux dernières élections on y a voté à 38,9% pour le FN et à ce titre l’absence d’un représentant du FN aurait été choquante voire incompréhensible.

Le diocèse du Var est dirigé depuis des décennies par des prélats remarquables et qui font l’unanimité du clergé et des fidèles. Le prédécesseur de Mgr Rey avait rétabli un séminaire qui forme depuis de nombreux prêtres, depuis des décennies plusieurs paroisses de Toulon célèbrent des messes en latin selon le rite tridentin avec la bénédiction de l’évêque sans que cela trouble qui que ce soit, et je n’ai jamais constaté la moindre mise en garde contre le FN dont la doctrine serait contraire à la doctrine sociale de l’Eglise. Voilà les arguments de Monique Baujard : la directrice du service national famille et société à la CEF, retient ainsi surtout les contradictions persistantes entre la doctrine sociale de l'Eglise et le programme du FN : «  Sur les migrants, les musulmans, l'Europe, les prises de position du FN font peu de cas du respect de la vie humaine ». J’avoue ne pas voir et citer les musulmans au sujet du respect de la vie humaine me semble peu pertinent. Ce n’est pas le FN qui prône l’avortement, le mariage pour tous, la GPA et autres attaques à la famille et à la vie sans qu’apparemment  cela entraine condamnation de la CEF.

J’aime mieux appartenir au diocèse de Fréjus et Toulon qu’à l’église de Bretagne en pleine déchristianisation par la faute de son clergé gauchisant au point d’écoeurer jusqu’à provoquer son départ, l’Evêque de Quimper qui cherchait à remettre de l’ordre.

Rappelons que Mgr Rey est à l’origine de l’initiative de sonner les cloches le 15 août pour rappeler les persécutions des chrétiens d’Orient et qu’il revient d’un voyage en Syrie pour montrer sa solidarité. Il est vrai comme le fait remarquer gentiment Var Matin que Mgr Rey n’a pas pris de risque se rendant uniquement dans les zones contrôlées par les forces loyalistes, il est vrai aussi que ce sont les seules zones où les chrétiens sont en sureté.

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com 

 

 

20/10/2013

Actualité compassionnelle

Dans le seul numéro du Monde daté du 19 octobre 2013 voilà les titres que je relève :

« La fessée bientôt bannie en France »

« Léonarda, une vie ballottée de Pontarlier au Kosovo »

« Qatar : les milliers d’esclaves du chantier de la Coupe du monde »

« Pollution de l’air, un fléau pour la santé »

« La pollution de l’air est directement impliquée dans les cancers »

« Dans l’Etat de Sao Paulo, le plus riche du Brésil, la pollution de l’air tue plus de gens que les accidents de la route. »

« A Oulan-Bator, les poêles à charbon empoisonnent petit à petit les Mongols »

« Léonarda, née quelque part.

Cela donne quand même une idée de l’actualité compassionnelle et environnementale dont on nous abreuve.

D’abord l’affaire Léonarda dont les médias ont fait une affaire d’état, impliquant ridiculement le président de la République. Imagine-t-on De Gaulle se préoccupant personnellement du sort d’une romanichelle ? Ensuite cette triste histoire ne peut que renforcer les stéréotypes attachés aux « gens du voyage » et aux roms : rapines, parasitisme, refus des lois et de toute assimilation. Je pense que le résultat atteint est à l’encontre de ce que recherchaient nos bien-pensants. Tant mieux d’ailleurs.

Ensuite la pollution de l’air, objet de l’éditorial du journal. On peut quand même s’étonner que dans ces conditions l’espérance de vie ne fasse que s’allonger. Où est l’erreur ?

Et puis pourquoi regretter que la pollution de l’air tue plus de monde dans l’état de Sao Paulo que les accidents de la route ? L’inverse serait-il préférable ?

Quant à la pollution par les poêles de l’atmosphère dans les yourtes d’Oulan Bator, parce que Bodormax  utilise pour se chauffer du charbon de Baganuur qui ne coute que 3500 tugriks les 40 kilos plutôt  que du petit bois, il y a là une information bouleversante qui n’interpelle guère que ceux qui ne savaient pas qu’Oulan-Bator est la capitale de la Mongolie.

Passons aux esclaves du Qatar, j’avoue que personnellement l’affaire m’indiffère, il y a localement assez de malheur pour que je n’aille pas me préoccuper de celui de ceux qui vont travailler au Qatar et ne touchent pas le Smic.

Je terminerai par la fessée qui serait bientôt bannie en France, il paraît que les Conseil de l’Europe s’en préoccupe, si on en est à faire des lois sur un tel sujet on est au bout du ridicule. Laissons les parents élever leurs enfants comme ils l’entendent.

27/09/2013

Roms et gens du voyage

Il est un amalgame qui paraît assez fréquent et qui ne devrait pas être toléré par les ligues de bien pensants à la recherche de tout présupposé et stéréotype : Il ne faut pas confondre nos gens du voyage et les roms.

Nos gens du voyage, qu’ils soient tziganes, gitans ou manouches, vont libres au gré du vent dans des caravanes confortables tractées par de puissantes voitures et si parfois ils gênent à l’heure des pélerinages aux Saintes Marie ou ailleurs où les appelle leur foi, c’est qu’on ne met pas à leur disposition un terrain apte à accueillir dignement 150 caravanes dans des zones touristiques. Alors que voulez vous ? ils s’installent où ils peuvent sur un terrain de foot-ball ou un pré qu’ils acceptent gentiment de libérer au bout de quinze jours sur ordre du préfet. Ils sont Français, bénéficient de toutes les aides sociales, et assurent leur subsistance en recyclant des matériaux trouvés sur des chantiers ou du cuivre de la SNCF. Bien sur les cambriolages augmentent parfois là où ils se trouvent mais qu’y peuvent-t-ils ? ce n’est pas à eux d’assurer la police.

Les Roms par contre, pauvres hères installés depuis des siècles en Roumanie et en Bulgarie où ils n’ont jamais pu s’assimiler, rejetés et honnis par tous, leur dignité les empêchant d’accepter le sort commun et le travail, arrivent en France attirés par une richesse insolente à laquelle ils veulent participer. Ils s’installent où ils peuvent dans leurs caravanes pourries ou des bidonvilles et envoient leurs enfants écumer les métros et les musées ou ils mendient auprès de chaque distributeur de billets et près des porches des églises. Les bonnes âmes disent qu’il faut en faire de bons Gaulois habitants des HLM et pointant le matin au turbin. Pourquoi le feraient-t-ils en France s’ils ne le font pas en Roumanie ?

27/07/2013

La vérité si je mens.

Dans Le Monde du 26 juillet, je lis l’éditorial. Le journal s’indigne de la façon dont sont jugés par le maire « les gens du voyage » qui squattent un terrain privé à Cholet :

« Rien absolument rien ne justifie de pareils propos. Ils stigmatisent une communauté non pour ce qu'elle fait, juste pour ce qu’elle est. Cela s’appelle du racisme». L’ennui est que si vous continuez la lecture vous trouvez un peu plus loin : « …ils s’installent parfois en toute illégalité sur des terrains de sport ou des terrains privés. En rendant la vie impossible à nombre de municipalités » Voilà un raisonnement indiscutable.

Page 6 dans un article sur le déraillement de Brétigny, alors qu’on vient d’ouvrir une information judiciaire « pour homicides et blessures involontaires » et qu’un expert a été commis, on lit que le procureur a déclaré qu’« a priori, aujourd’hui, l’acte de malveillance est écarté »  Qu’est ce qu’il en sait ? Et pourquoi ce magistrat a-t-il des a priori.

Tout ça semble de l’enfumage, d’autant qu’on ne parle plus du déraillement, le même jour, à Limoges dans les mêmes conditions, d’une locomotive à la suite d’un sabotage.