Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2013

Les crocodiles

Une écoeurante  opération de désinformation et d’intoxication est en cours pour faire croire aux Européens qu’ile sont responsables de la noyade d’immigrants au large de Lampedusa.

Voilà 500 immigrés  venus de Somalie ou d’Erythrée, où règnent les luttes ethniques et religieuses et de ce fait le malheur et la famine, pays où l’intolérance empêche tout vivre-ensemble. Ils quittent cet enfer attirés par le mirage d’une Europe où on est prêt à les accueillir , à leur donner du travail, des conditions de vie rêvée.

En fait les Européens n’en veulent pas, incapables qu’ils sont de donner du travail à leurs ressortissants, ils ne veulent pas de cette charge supplémentaire, de cette invasion qui créera insécurité et misère en plus.

Et maintenant on veut culpabiliser les Européens qui ne sont pour rien dans cette tragédie sauf de s’être encore occupés de nourrir, de soigner, d’éduquer des populations qu’au fond il vaudrait mieux laisser régler eux mêmes leurs problèmes. On verse des larmes de crocodile.

L’Europe avec ses problèmes n’a plus les moyens d’accueillir la misère du monde, et importer les problèmes des autres ne fera que compliquer la solution des nôtres. Il faut défendre nos frontières et expulser les clandestins.

Sait-t-on qu’à Mayotte, département français, où 60% de la population est constituée de clandestins venus des autres Comores et d’Afrique de l’est, on n’arrive plus à les soigner et à les instruire. Sait-t-on que chaque année des centaines de clandestins, y compris des femmes et des enfants, se noient en tentant la traversée d’Anjouan à Mayotte à bord de kwassa, embarcations de fortune,  surchargés. On les expulse immédiatement, 26 000, l’année dernière. Procédure expéditive sans quoi ce serait l’invasion, la submersion.

Il faut avoir le courage de le dire et refuser toute immigration supplémentaire. L’Afrique est un continent riche qui ne se développe pas pour raison de guerres ethniques et religieuses, de mal-gouvernance et de concussion. Ce n’est pas notre problème.

 

28/05/2013

Mensonges et faux-semblants

Il a fallu 13 heures de discussion « sérieuse et finalement productive sur la Syrie » comme le déclare sans rire le ministre letton des Affaires étrangères, pour que les 27 européens décident de lever l‘embargo sur les armes pour l’opposition syrienne. Grâce au ciel, ils ont dans un même temps mis de telles conditions qu’il s’agit d’une décision de principe, d’autant qu’il ne sera dans tous les cas pas fourni d’armes avant le 1er août prochain, date à laquelle la position sera réexaminée.

Il est en effet paradoxal que certains dont la France veuillent jeter de l’huile sur le feu alors que va se réunir à Genève en juin, sous l’égide de la Russie et des Etats unis, une conférence pour trouver une solution politique au conflit, conférence à laquelle à ce jour aucune partie n’a refusé de participer.

La position de la France dans cette affaire est totalement paradoxale voire schizophrénique, après la malheureuse intervention en Libye qui a déstabilisé tout le Sahel et nous a obligé à intervenir  au  Mali, en attendant que ce ne soit en Centrafrique et au Niger.

Il y a actuellement 180 à 200 Français parmi les 12 à 15 000 djihadistes engagés au coté des rebelles, dont le Front al Nosra, annexe d’ al Qaida que nous combattons au Mali.

Le conflit a pris un tour confessionnel, chiites contre sunnites, les chiites de l’Iran et du Hezbollah soutenant, Bachar al-Assad, l’Arabie Saoudite et le Qatar appuyant la rébellion qui est d’ailleurs elle même complètement divisée.

Dans ce genre de conflit  il n’y a qu’une position sage, c’est de ne pas s’en mêler, d’autant que l’espoir de voir s’installer un gouvernement démocratique et laïc est totalement nul.

On peut d’ailleurs tout craindre du retour en France des djihadistes qui risquent au moins pour certains, de verser dans le terrorisme.

Avant de quitter Bruxelles, Laurent Fabius a affirmé qu'il y avait "des présomptions de plus en plus fortes, de plus en plus étayées, d'usage localisé d'armes chimiques" en Syrie. Deux journalistes du Monde ont rapporté de Syrie de soi-disant échantillons d'armes chimiques. Faut il les croire ? Certainement pas.