Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/02/2014

Votation et intox

On veut nous faire croire que la votation suisse contre l’immigration de masse était dirigée contre les européens et notamment les Français, ce n’est certainement pas le fond de la question. Il n’est que de regarder la carte de répartition des votes : les cantons romands où on parle français et qui jouxtent la frontière française ont très largement voté « non » alors que c’est là que se concentrent l’immigration française et les emplois des frontaliers, ce qui montre qu’il n’y a pas là de xénophobie.

Les cantons qui ont approuvé l’initiative sont surtout les cantons agricoles de Suisse alémanique.

Il faut resituer cette vocation à la suite des deux précédentes, la première refusant la construction des minarets en Suisse, la seconde demandant le renvoi des étrangers criminels.

Ce sont donc des problèmes d’insécurité et d’identité nationale qui ont entrainé le vote de la votation et là ce ne sont pas les Français ni les Européens en général mais les immigrés extra-européens, Africains, proches orientaux, et asiatiques qui sont visés, et probablement les européens de l’est notamment Bulgares et Roumains. Tous entrainent comme en France des problèmes d’intégration et de sécurité.

Il ne faut donc pas voir dans ce vote une prise de position contre l’Europe, les Suisses ont besoin de main d’œuvre formée dans leur contexte de quasi plein emploi, et il est peu probable que les immigrants français et les travailleurs transfrontaliers aient quelque chose à craindre.

Si en Europe on sonne le tocsin c’est que les élections européennes sont proches et que l’on craint à Bruxelles un effet d’entrainement profitant aux partis « populistes », crainte qui n’est pas forcément infondée.

26/01/2014

Arrêtons l'Europe à l'est.

Il y a quelques mois on apprenait que l’Europe se préparait à signer des accords d’association avec l’Ukraine. L’affaire capota, le président ukrainien, Victor Ianoukovitch ayant préféré se rapprocher de la Russie.

Depuis l’Ukraine est en ébullition et on se bat dans Kiev.

Première question : qui en Europe avait pris la décision de ce rapprochement avec l’Ukraine ? Avait-t-on consulté les populations ? Il est temps d’arrêter l’extension de l’Union européenne qui a déjà dépassé les limites du raisonnable. Si on avait consulté les citoyens des états, aurait-t-on accueilli la Bulgarie, la Roumanie et certains états de l’ex-Yougoslavie ? Qu’avons nous gagné à accueillir ces états mafieux sinon une multiplication des trafics et des vols et la prolifération des Roms.

Il est temps de dire aux Ukrainiens : vous voulez peut être appartenir à l’Europe, mais nous ne le souhaitons pas ni maintenant ni jamais. L’Ukraine n’est pas européenne.

Comparer la Pologne et l’Ukraine  - même appartenance à l’ancien monde soviétique, même poids démographique -  et dire que depuis que la Pologne appartient à l’Europe elle s’est développée au point que son PIB vaut quatre fois celui de l’Ukraine, n’a pas de sens si on considère que l’Ukraine n’appartient pas à l’Europe et n’y a jamais appartenu. Laissons l’Ukraine à l’orbite russe, sinon petit à petit l’Europe va s’étendre au Caucase et à ses éternels conflits.

Il en est de même de la Turquie ; n’entretenons pas par un dialogue avec la Turquie, un vain espoir d’adhésion à l’Union Européenne. La Turquie est en crise économique d’abord mais aussi politique. C’est un pays musulman qui n’a rien d’européen, mettons une fois pour toute les choses au point : il n’est pas question que la Turquie rejoigne l’Union européenne, elle fait partie de la zone moyen-orientale au même titre que l’Irak et la Syrie.

Le président Hollande en visite en Turquie a bien promis de soumettre une adhésion éventuelle à un referendum. On sait ce que cela signifie : quand le résultat d’un referendum ne plait pas, on le contourne.

L’extension illimitée de l’Europe doit cesser.

 

 

13/12/2013

Kiev, ville d'Europe?

Il est probable que l’affaire n’intéresse pas grand monde en France, pourtant il faudrait :

Kiev, la capitale de l’Ukraine, est actuellement le théâtre de troubles, fomentés par l’opposition qui voudrait se rapprocher de l’Europe, avec l’idée évidente d’obtenir un jour l’intégration de l’Ukraine à l’Union Européenne.

Quand on voit comment fonctionne actuellement l’Europe des 28, on ne souhaite pas forcément l’admission de ce 29 ° état qui la ferait encore plus glisser vers l’est.

L’Ukraine, c’est quand même 45 millions d’habitants de langues et de cultures diverses ; ce sont en fait les habitants de l’ouest du pays ukrainophones qui souhaitent le rattachement à l’Europe, ceux du nord et du sud voyant leur avenir avec la Russie. Historiquement l’Ukraine est proche de la Russie, à laquelle elle a été rattachée plusieurs siècles.

Si on accepte l’Ukraine pourquoi pas la Biélorussie, la Géorgie, la Moldavie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan ?

L’étonnant est que toute cette affaire a été concoctée sans que les Européens soient consultés sur leur envie de voir intégrer les Ukrainiens et de les voir accompagner le plombier polonais dans la quête de travail sous-payé en Europe de l’ouest.

L’affaire a failli aboutir à Vilnius en Lituanie les 28 et 29 novembre dernier mais au dernier moment l’Ukraine a refusé de signer l’accord avec l’Europe.

Bien entendu ce revirement est la conséquence de pressions de la Russie de Poutine qui considère que l’Ukraine fait partie de sa basse-cour et regarde l’initiative européenne comme une agression, un relent de la guerre froide, ce qu’elle est en fait. L’idée de Poutine est de créer une union eurasienne, regroupant les pays de sa zone d’influence.

Quand donc considèrerons nous en Europe que la guerre froide est finie et que nous avons tout intérêt à nous entendre avec la Russie qui possède des réserves énergétiques gigantesques et avec laquelle nous avons des intérêts et une histoire communs.
Bien entendu, la Russie n’est peut être pas une démocratie à la mode occidentale mais le demande-t-elle et y aurions nous intérêt ? Nous avons aidé à l’éviction de nombre de régimes autoritaires, en Serbie, en Libye, en Irak et maintenant en Syrie pour quel bénéfice ? L’histoire ne se fait pas avec de bons sentiments, il serait temps que la France le comprenne et revienne à une politique réaliste.

Le plus invraisemblable est qu’on puisse lier notre sort à 45 millions d’Ukrainiens sans nous consulter et sans même que nous en soyons conscients. Il est à craindre qu’il en sera de même quand il s’agira de la Turquie.

 

16/10/2013

Le "Camp des Saints", le retour

On ne peut qu’être effaré du tour que prend l’affaire des naufragés de Lampedusa : après avoir porté secours aux naufragés plus ou moins volontaires à Lampedusa et au large de Malte, voilà que l’on va rechercher les bateaux d’immigrants pour les conduire à bon port en Europe.

Il est bien évident que ce comportement irresponsable va déclencher une recrudescence de tentatives et que l’Europe va se trouver confrontée à une invasion digne du Camp des Saints de Raspail.

Or dans le cas général, il ne s’agit pas de réfugiés politiques menacés pour leurs opinions mais de populations cherchant un avenir meilleur en Europe où elles voient l’eldorado.

L’Europe est en crise économique, le chômage règne partout et nous n’avons nul besoin de cette immigration.

Si on en croit la presse l’Afrique est en plein développement, la croissance du PIB y est plus forte qu’ailleurs de l’ordre de 5% par an. Mais la croissance démographique à peu près partout incontrôlée est supérieure à la croissance économique. De plus celle ci est due à l’augmentation de la production pétrolière et d’autres matières premières, mais à cause de la corruption généralisée cette richesse n’est pas répartie si bien que la misère s’étend au lieu de se réduire.

Les 54 pays du continent comptent depuis 2012 un total de 1,04 milliard d'habitants. Un chiffre qui devrait doubler d'ici vingt ans, représentant alors 20 % de la population mondiale.

L’Afrique serait parfaitement capable de les nourrir si elle était mise en valeur et exploitée d’une façon efficace. Ce n’est pas le cas, on pourrait compter sur les doigts d’une main le nombre de pays africains dotés d’un gouvernement digne de ce nom, je ne dis pas démocratique, là n’est pas le problème, mais capable d’assurer le développement économique du pays, d’instruire les populations et de maintenir la paix civile.

Partout s’étend le désordre, du au tribalisme, aux conflits religieux, au pillage et à la corruption. L’exploitation des richesses se fait au profit de potentats locaux et de compagnies étrangères sans évoquer la location de terres agricoles par les Chinois et autres exploitant les travailleurs locaux.

De tout cela l’Europe n’est pas responsable, les indépendances datent de cinquante ans et c’eut du être un temps suffisant pour acquérir l’autonomie nécessaire et se développer.

Il n’empêche que le surplus de population va se déverser sur nos côtes et apporter, désordre, ces populations étant largement inassimilables, et pauvreté. Il faut réagir.

Ce n’est pas le long de nos côtes qu’il faut attendre les embarcations surchargées, il faut d’abord négocier, comme on l’avait fait avec Kadhafi, avec les pays côtiers pour qu’ils empêchent les départs, et ensuite patrouiller à l’aide de bateaux et d’avions près des points de départ et y reconduire les bateaux interceptés. Pour des pays comme la Libye, qui à la suite de notre malheureuse intervention, a sombré dans le chaos il faudra probablement imposer ce retour. Qu’importe, plus les chances de réussite seront faibles moins le flux d’immigrants sera fort. Nous n’avons pas à subir cette invasion, les grandes âmes et les donneurs de leçon nous conduisent au malheur.

01/09/2013

OTAN suspend ton vol.

Il y  quelques mois j’ai fait paraître dans la Revue Défense Nationale  un article intitulé « Il faut dissoudre l’OTAN » où je demandais la dissolution de cette organisation qui a perdu tout objet avec la chute de l’URSS, empêche l’Europe d’organiser sa défense et nous entraine à la remorque des Etats Unis dans des interventions insensées où ce ne sont pas nos intérêts qui sont en jeu.

L’affaire de Syrie apporte une excellente démonstration de la nocivité de cette organisation : nous voilà seuls avec les Américains suspendus au vote du Congrès pour savoir si nous allons intervenir. Evidemment nous ne pouvons pas y aller seuls et ne pouvons agir que comme caution et supplétifs des Américains.

Le 4 septembre l’Assemblée doit écouter le gouvernement lui expliquer pourquoi nous devons intervenir en Syrie, le débat n’étant pas normalement suivi d’un vote. Après, de deux choses l’une, ou le Congrès américain approuve l’intervention et nous n’avons qu’à suivre avec nos maigres moyens,  ou le Congrès refuse et nous n’aurons  plus qu’à nous aligner et abandonner l’opération. Si jamais le gouvernement français demande son accord au Parlement, s’il refuse tout va bien, on en reste là, mais s’il approuve nous devrons attendre le vote américain et en fait ce sont les Américains qui décideront de l’intervention. La France a donc perdu toute indépendance et n’est plus qu’un satellite des Américains.

Dans cette affaire sans l’OTAN, l’Europe aurait pu dégager une position commune indépendante de celle des Américains.