Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2013

OTAN delenda est

Mon article "Il faut dissoudre l'Otan" paru dans le tribune de la Revue Défense Nationale avait provoqué une réaction à laquelle j'ai répondu dans la RDN

 

 Ma tribune « Il faut dissoudre l’Otan » a suscité la réaction de Guillaume Lasconjarias dans la Tribune N°298 « Le rapport Védrine, l’Otan et la France », j’en suis heureux quoiqu’il ne soit pas d’accord. Je me garderai de faire remarquer que comme chercheur au collège de défense de l’Otan, il est un peu juge et partie, passons. En plus de Caton l’Ancien, il se réfère au rapport d’Hubert Védrine sur le retour de la France dans la structure militaire. Je résumerai un peu schématiquement ce rapport : « Ca n’a servi à rien de regagner l’Otan mais on ne peut pas quand même la quitter maintenant ».

De toutes façons, ce n’était pas l’objet de ma tribune qui suggérait la dissolution pure et simple de l’Otan, pas forcément de l’Alliance atlantique.

Je ne vois pas en quoi, l’Otan serait le « thermomètre » de l’impuissance de l’Europe, il en serait plutôt la béquille dont il convient maintenant de se passer. Je ne nie nullement que l’Europe soit responsable de «  la décrépitude (de ses) outils de défense et même (de la) pensée de défense européenne », diagnostic sévère mais fondé.

J’aimerais que le Président du Conseil européen aille trouver le Président des Etats Unis et lui tienne à peu près ce langage : « merci de nous avoir protégés du danger soviétique mais maintenant cette menace a disparu et les 500 millions d’Européens entendent tourner la page de la guerre froide et assurer seuls leur défense et celle de leurs intérêts. Nous vous voyons vous éloigner vers l’Asie et le Pacifique et nous ne voulons pas vous y suivre. Restons amis, alliés mais dorénavant sachez que nous entendons reprendre en main notre défense »

Bien sur cela demandera effort, mais si nous ne le faisons pas nous resterons des satellites et des mercenaires des Américains entrainés dans des conflits qui ne sont pas les nôtres.

La Serbie, l’Irak, l’Afghanistan en quoi étions nous impliqués dans ces guerres que pourtant nous avons faites même sur notre sol ? Bien sur il y a la Libye où nous n’aurions peut-être pas pu gagner sans l’Otan, c’est un excellent révélateur de notre impuissance et des efforts à faire. Mais fallait-il aller en Libye ?

La France est actuellement empêtrée dans des conflits africains, le Mali, la Centrafrique où nous avons ressortissants et intérêts, nous avons même huit otages en Afrique. En quoi l’Otan nous aide-t-il ? Sans l’Otan nous pourrions plus probablement obtenir des pays européens ce qui nous fait défaut.

Sans l’Otan les pays européens seront contraints à réfléchir entre eux sans compter sur une aide extérieure, à mettre au point les structures nécessaires, à partager et à mutualiser, à choisir et à réaliser les matériels et les armements dont ils ont réellement besoin ; l’industrie d’armement européenne est capable de réaliser la totalité de ces matériels.

Probablement faudra-t-il que les pays européens consacrent plus à leur défense mais ils le feront pour eux mêmes, pour la défense de leurs intérêts et non dans le cadre d’une alliance dont ils ne sont que les mercenaires. Cessons de nous battre pour autrui. Accessoirement nous pourrons aussi nous rapprocher de la Russie qui ne verra plus la défense européenne comme une menace.

28/06/2012

L'Europe du grand sud

A moins - c’est hélas bien improbable - que l’un des 27 ne s’y oppose, l’Europe va se trouver agrandie d’une province très au sud dans l’océan Indien. Mayotte le cent-unième département français devrait devenir une région ultra périphérique comme le sont déjà les quatre autres DOM, les Canaries, les Açores, Madère…

L’Europe aurait ainsi sa première région musulmane, ou la charia est appliquée, le ramadan respecté et les autres fêtes musulmanes.
Pour que cela ne se fasse pas il faudrait qu’un état rappelle que l’annexion de Mayotte par la France a été condamnée par l’ONU et l’Union Africaine. A Mayotte la « rupéisation » est espérée comme une nouvelle source de subventions.

On vient de découvrir que la Grèce ne produisait pas grand chose à part de l’huile, du coton, du tabac et du riz et du tourisme. Elle est quand même la première puissance maritime mondiale. Elle produit aussi énormément de fonctionnaires.

Mais Mayotte elle, ne produit quasiment rien d’exportable, la main d‘œuvre y est aux coûts européens, le ylang ylang et la vanille ont disparu, la pisciculture dépérit, le tourisme végète. On ne fait que du béton pour l’infrastructure, les écoles, les hôpitaux. Tout est importé surtout de métropole.
Par contre des fonctionnaires, on sait faire, le conseil général était en 2011 en déficit de 80 M€. Avec tout ça une insécurité en pleine croissance et du racisme anti blanc.

Il y a environ 200 000 Mahorais dont quelque 60 000 clandestins venus surtout des autres Comores, on en expulse 26 000 par an sans formalité. Avec l’Europe c’est peu probable qu’on puisse continuer, alors ce sera l’invasion, une porte ouverte vers l’Europe.

Le chômage surtout des jeunes est énorme et on ne voit pas comment développer l’île dans son statut de département, coupé de son environnement naturel, les Comores, Madagascar, l’Afrique de l’Est. Toute l’économie repose sur les transferts de la métropole, subventions, allocations et salaires des fontionnaires.

A coté de Mayotte, la Grèce est un modèle de productivité, la rupéisation de Mayotte, vraiment ce n’est pas une bonne idée. Si Frau Merkel savait…