Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/07/2014

C'est la faute à Poutine

« A ces mots on cria haro sur le baudet…
Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal. »

 

Tous les médias unanimes chargent Poutine de tous les péchés du monde : « Les européens timorés face à Poutine » - « Poutine le « tyran » à la « une » des tabloïds britanniques » - « Face à la Russie, l’Europe choisit de tergiverser »

L’ennui c’est que Poutine refuse de jouer le baudet et d’avouer son crime devant le lion américain mangeur de moutons et de berger.

L’ennui c’est que Poutine a des arguments énergétiques et commerciaux que chacun cherche à préserver.

Alors on parle de sanctions mais sans bien les préciser au grand dam d’Obama, le pousse-au-crime.

Mais que reproche-t-on à Poutine ? Ce n’est pas lui qui a déstabilisé l’Ukraine et évincé un président démocratiquement élu, ce n’est certainement pas lui qui a abattu l’avion de la Malaysia et si il aide les rebelles - ce qui n’est pas évident - c’est pour leur permettre de se défendre contre les assauts de leurs compatriotes, comme le font les adversaires de Bachar en Syrie.

Bien sur le missile qui abattit le MH17 était surement russe, mais Poutine ne peut quand même pas être tenu responsable de tous les crimes commis à la kalachnikov et, il faut le dire, l’affaire ukrainienne est bien commode pour détourner l’attention de la guerre de Gaza menée par Israël avec l’aide militaire américaine et qui fait beaucoup plus de morts.

Alors voilà une belle campagne de désinformation avec des arguments quand même inattendus : « Selon le président Poutine, " la Russie fera tout ce qui est en son pouvoir pour une enquête complète, en profondeur et transparente ". Des propos qui ne convainquent pas les chancelleries, confrontées à des témoignages provenant du site de la catastrophe : pendant la réunion ministérielle de lundi circulaient des photos de combattants pro-russes enlevant leur alliance à certaines victimes… » (Le Monde)

Vraiment du n’importe quoi : Poutine en train de piller les morts.

23/07/2014

Justice pour il Cavaliere.

Après sa condamnation fin juin 2013 dans l’affaire du Rubygate, à 7 ans de prison j’avais publié sous le titre « la justice en quenouille »  le texte suivant :

 

« Ce pauvre Berlusconi vient de se voir condamner à 7 ans de prison et à l'interdiction à vie d’exercice de charges publiques dans le procès dit du Rubygate. Il a été condamné pour abus de pouvoir et prostitution de mineure.
La mineure en question, Karima el Mahroug, d’origine marocaine avait participé à plusieurs nuits chaudes du Bunga Bunga que le Cavaliere  organisait dans sa résidence d’Arcore en Lombardie. Karima dite Ruby était tout ce qu’il y a de consentante et ils affirment tous deux qu’ils n’avaient même pas « consommé ». Qu’importe, elle n’avait que dix sept ans et était donc mineure.

L’argument vaut son pesant de guano s’agissant d’une ressortissante du Maroc, pays où on obtient une dérogation pour une femme pour se marier à 14 ans et quand le prophète avait 11 femmes qu’il honorait toutes les nuits et parmi elles Aïcha épousée à 6 ans. Le mariage aurait été consommé quand Aïcha avait 9 ans.

C’est dire que Karima était largement d’âge.

Malheureusement le Cavaliere n’a pas eu de chance, il est tombé sur « une procureure » Ilda Boccassini connue sous le nom d’Ilda la rouge, en partie pour la couleur de ses cheveux et trois juges femmes, Carmen D'Elia, Orsola De Cristofaro et Giulia Turri.

Ces quatre dames ont condamné le malheureux pour cette peccadille à 7 ans de prison.

On peut se demander ce qui se serait passé devant un procureur et des juges hommes. Berlusconi aurait probablement été acquitté et même avec félicitations pour sa verdeur.

On rit, mais on rira moins quand on saura que 80% des auditeurs de l’Ecole de la Magistrature en France sont des femmes et qu’elles risquent de juger les faits de cet ordre, que je n’oserais même pas qualifier de délits, d’une façon totalement irrationnelle dans un souci de revanche.

Il ne fera plus bon pincer un postérieur aguichant ou même monter seul dans un ascenseur avec une femme.

Puisqu’on veut partout la parité, puis je demander une stricte égalité des sexes pour le recrutement des magistrats. »

 

Je ne me croyais pas si bon prophète, Berlusconi vient d’être acquitté en appel et relaxé de toute accusation. Apparemment le tribunal de trois juges de la cour d’appel n’était pas constitué majoritairement de femmes bien que ce ne soit pas précisé.

Cela confirme mon sentiment, la féminisation à outrance de la justice expose les hommes à des peines démesurées pour des peccadilles dont, souvent, ils ne sont pas les seuls responsables.

Il faut absolument rétablir la parité à l’école de la Magistrature.

 

 

 

 

 

19/07/2014

Le MH17

Je ne sais pas qui a abattu le MH17 de la Malaysian, ce n’ est surement pas les Russes qui disposaient de tous les moyens d’identification, je pencherais pour les rebelles prorusses qui ne pensaient pas tirer sur un avion civil. Il y avait eu déjà trois tirs sur des aéronefs divers appartenant à l’Ukraine, un Antonov de transport, un hélicoptère et un chasseur. Le MH17 a probablement été abattu par erreur par des combattants qui ne disposaient pas des moyens d’identification nécessaires.

Les responsables sont ceux qui n’ont pas interdit le survol de cette zone, autorités de contrôle de la circulation aérienne et compagnie aérienne imprudente. Certaines compagnies évitaient la zone.

Maintenant vouloir impliquer Poutine dans cette affaire comme le font les média occidentaux est totalement injustifié. C’est l’Union Européenne par sa proposition de traité d’association à l’Ukraine et aux autres pays de l’orbite russe qui, une fois la page de la Crimée tournée, est à l’origine de la crise Ukrainienne et je ne vois pas ce qui justifie les sanctions contre la Russie à part la paranoïa des pays de l’est, Etats Baltes, Pologne et Suède et l’obstination américaine contre Poutine.

L’opposition de ces trois pays de l’est de l’UE au choix de Federica Mogherini pour succéder à Catherine Ashton est révélatrice, elle serait trop favorable à Poutine ; pour eux la guerre froide n’est pas finie. Or il faut tourner la page, s’arranger avec Poutine qui seul peut régler l’affaire ukrainienne et avec lequel nous avons nombre d’intérêts communs même si cela peine Obama.

C’est trop facile de charger Poutine de tous les péchés du monde, surtout quand les erreurs sont notre fait. La catastrophe du MH17 est à l’évidence un dégât collatéral d’un conflit dont l’Union Européenne est largement responsable. Nous n’avions aucun intérêt à nous ingérer dans la basse-cour de la Russie.

 

11/07/2014

Hôpital et charité,

Je n’avais jamais entendu parler de Frank-Walter Steinmeier, ministre allemand des affaires étrangères. Je l’ai découvert en lisant une chronique dans le Monde du 9 juillet, intitulée  « Ne tolérons pas les dérapages racistes. Surveillons les eurodéputés populistes » où il s’inquiète, voire s’indigne de l’élection au parlement européen de députés d’extrême droite : « Je suis très inquiet de voir tant de députés d'extrême droite prendre autant de place dans le nouveau Parlement. Près de dix pour cent des mandats de plus de dix pays à travers l'Union européenne reviennent à des partis ouvertement opposés à la libre circulation et aux droits des minorités. » Des députés qui vont donc empêcher « les familles politiques démocratiques » d'avancer vers l'intégration européenne ».

Il n’y a là, direz vous, rien de bien étonnant et j’en conviens, c’est la langue de bois habituelle entendue dans tous les parlements. Mais ce qui me fait réagir à cette chronique d’un ministre allemand dans un journal français, c’est qu’il qualifie ces partis de populistes et d’extrémistes et demande qu’on leur fixe clairement des limites : « Les dérapages xénophobes, racistes et antisémites doivent être repoussés avec la plus grande détermination ». Venant d’un Allemand c’est vraiment l’hôpital qui se moque de la charité car, enfin, s’il y a une question sur laquelle les Allemands devraient se montrer discrets c’est bien celle du racisme et de l’antisémitisme. On est en train de se livrer à une réécriture de l’histoire laissant entendre que l’Allemagne a été libérée du nazisme en 45 en même temps que le reste de l’Europe, ce qui pour les vieux ayant connu cette époque, est une vision foncièrement faussée. L’Allemagne qui a mené avec courage et détermination la 2° guerre mondiale était une nation solidaire et fière de prendre sa revanche. Que tous les Allemands n’aient pas participé ni même approuvé les persécutions anti juives et contre d’autres minorités, je veux bien l’admettre mais combien s’y sont opposés ?

En même temps les Français, qui étaient occupés et absolument pas maître de leur destin battent leur coulpe pour une soi-disant culpabilité.  C’est au nom de cette nouvelle lecture de l’histoire qu‘on a pu voir Angela se pavaner le 6 juin au milieu des vainqueurs. Je pense que si on peut pardonner, il ne faut pas oublier et surtout dire n’importe quoi.

 

 

 

09/07/2014

Pauvre SNCF

Quand on évoque la privatisation des chemins de fer, on vous parle de service public, de la sécurité, de la qualité du service ; l’affaire de Brétigny est un bon révélateur : que voit-on ? Des procédures d’un autre âge, des défauts évidents, boulons manquants ou desserrés, qu’un examen un peu attentif ne pouvait ignorer. Or ces défauts ont perduré des mois sans être corrigés et pourtant il y a du avoir des inspections périodiques, avec émargement de feuilles d’examen, il doit exister à la SNCF une autorité de contrôle qui veille au respect des procédures, il doit y avoir à Brétigny un chef de gare qui devait connaître l’état du réseau et bien, puisqu’il ne faut pas envisager un sabotage, tout cela n’a pas suffi et un train qui n’allait pas trop vite a déraillé et des passagers sont morts.

La SNCF dont les agents jouissent d’un statut envié, de la sécurité de l’emploi, de retraites précoces, de transports gratuits et qui a accumulé des milliards d’euros de déficit a conduit à ce désastre. Alors on peut se demander si des entreprises privées n’auraient pas fait aussi bien voire mieux pour un moindre coût,  si on n’aurait pas un meilleur service et moins de grèves en introduisant la concurrence. Si le fret ferroviaire pourrait enfin concurrencer la route.

Imaginez un peu ce qu’on aurait dit si on avait trouvé un tel laxisme dans une compagnie aérienne ou une centrale nucléaire.