Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/02/2017

La droite la plus bête.

La droite regroupe en France, toutes tendances confondues, environ 60% des électeurs. Néanmoins on envisage sérieusement l’élection d’un Président se disant de gauche ; Macron a effectivement été membre du parti socialiste de 2006 à 2009 avant d’être appelé par Hollande comme secrétaire général adjoint de la présidence de la République de 2012 à 2014 puis ministre de l’économie jusqu’en 2016. Il a donc largement participé au quinquennat calamiteux qui s’achève.

De 2008 à 2012 il a rejoint la banque Rotschild où il devient associé gérant. Il a profité d’un système extraordinaire qui permet à un haut fonctionnaire de se faire mettre en disponibilité de la fonction publique le temps d’exercer dans le privé des fonctions beaucoup plus lucratives. Le montant des sommes que Macron a ainsi gagnées au coté des barons de Rotschild sont sans aucune commune mesure avec les avantages que se seraient alloués les époux Fillon.

Macron est à l’évidence une machine montée par le pouvoir pour se venger de sa disgrâce et les frères trois points pour éliminer un candidat se réclamant de la religion, de l’identité française et de la famille. Il est d’ailleurs scandaleux de constater qu’aucune poursuite n’ait été engagée contre les auteurs des fuites qu’il doit pourtant être facile de localiser.

Ont participé à la promotion fulgurante de Macron, Jacques Attali, Alain Minc, Pierre Bergé, BHL et Daniel Cohn Bendit, tous militant pour la mondialisation, l’Europe sans frontière, le multiculturalisme.

La question est maintenant de savoir si le vote pour Macron par des électeurs de droite sera un bon moyen de rétablir la situation de la France dans son identité, son économie, et le rétablissement d’une vie en société conforme à leurs aspirations.

Dans les programmes de Fillon et de Marine le Pen on trouve beaucoup de points de convergence en ce qui concerne l’identité française, le gestion de l’immigration, l’Education et la politique étrangère.

Sans espérer un rapprochement des deux mouvements avant l’élection, peut être pourrait-on demander à François Fillon l’engagement de soutenir Marine Le Pen au cas de son élimination au premier tour. La réciproque allant de soi.

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com