Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2020

Le Président et la Dissuasion

Le 7 février, dans un discours à l’Ecole de Guerre, le Président Macron a proposé de mettre les forces de Dissuasion françaises au service de la défense européenne. Ce n’était pas la première fois qu’un Président de la République française faisait une telle offre, les Présidents Chirac, Sarkozy et Hollande l’avaient chacun avancée, aucune suite n’avais été donnée chacun se sentant couvert par le parapluie américain. Maintenant que le Président Trump ne s’attache clairement qu’aux intérêts américains, une réplique nucléaire au profit de l’Europe n’est plus guère crédible, chacun s’aperçoit que le Roi est nu et que la Dissuasion française n’est plus à mépriser. Si bien que le Président de la République fédérale d’Allemagne a répondu positivement à la Conférence de Munich à l’appel du chef de l’Etat français en faveur d’« un dialogue stratégique avec nos partenaires européens qui y sont prêts sur le rôle de la dissuasion nucléaire française dans notre sécurité collective »: « Nous devons saisir son invitation au dialogue ». Le Président allemand n’a qu’un rôle moral sans rôle exécutif, on peut toutefois voir une évolution d’un pays pacifiste, refusant de se mêler des affaires du monde et maintenant ses forces armées à un niveau à peine décent : « L’Allemagne doit davantage contribuer à la sécurité de l’Europe, y compris financièrement », a expliqué M. Steinmeier. « Nous avons besoin d’une nouvelle et meilleure relation de l’Union européenne avec la Russie », a-t-il ajouté.

Voilà une prise de conscience tardive du désengagement américain qui oblige à accepter les idées du Président Macron : régler le contentieux avec la Russie et disposer de ses propres forces pour assurer sa sécurité.

Bien entendu les forces de Dissuasion françaises resteraient entre les mains du Président français, une gestion concertée européenne ou otanienne n’est pas envisageable, mais étant donné la situation géographique française, ses liens économiques et culturels avec le reste de l’Europe, il est plus que probable qu’une attaque contre les intérêts vitaux d’un pays européen constituerait également une mise en cause des intérêts vitaux français.

Dans ces conditions on ne voit plus l’intérêt de l’Europe à rester dans l’OTAN « en état de mort cérébrale » à partir du moment ou elle n’est plus crédible pour assurer la défense commune.

Pour montrer que la Dissuasion française était crédible Le président invite des représentants de l’OTAN à visiter la base des sous-marins de la force océanique stratégique à l’Ile Longue en rade de Brest et le porte-avions nucléaire Charles de Gaulle et à assister à des exercices menés par les forces nucléaires.

La France compte consacrer 37 milliards d’euros à la modernisation de ses forces nucléaires, il semblerait correct que l’Europe mette un peu la main à la poche. On peut toujours rêver

 
What do you want to do ?
New mail
Le 7 février, dans un discours à l’Ecole de Guerre, le Président Macron a proposé de mettre les forces de Dissuasion françaises au service de la défense européenne. Ce n’était pas la première fois qu’un Président de la République française faisait une telle offre, les Présidents Chirac, Sarkozy et Hollande l’avaient chacun avancée, aucune suite n’avais été donnée chacun se sentant couvert par le parapluie américain. Maintenant que le Président Trump ne s’attache clairement qu’aux intérêts américains, une réplique nucléaire au profit de l’Europe n’est plus guère crédible, chacun s’aperçoit que le Roi est nu et que la Dissuasion française n’est plus à mépriser. Si bien que le Président de la République fédérale d’Allemagne a répondu positivement à la Conférence de Munich à l’appel du chef de l’Etat français en faveur d’« un dialogue stratégique avec nos partenaires européens qui y sont prêts sur le rôle de la dissuasion nucléaire française dans notre sécurité collective »: « Nous devons saisir son invitation au dialogue ». Le Président allemand n’a qu’un rôle moral sans rôle exécutif, on peut toutefois voir une évolution d’un pays pacifiste, refusant de se mêler des affaires du monde et maintenant ses forces armées à un niveau à peine décent : « L’Allemagne doit davantage contribuer à la sécurité de l’Europe, y compris financièrement », a expliqué M. Steinmeier. « Nous avons besoin d’une nouvelle et meilleure relation de l’Union européenne avec la Russie », a-t-il ajouté.

Voilà une prise de conscience tardive du désengagement américain qui oblige à accepter les idées du Président Macron : régler le contentieux avec la Russie et disposer de ses propres forces pour assurer sa sécurité.

Bien entendu les forces de Dissuasion françaises resteraient entre les mains du Président français, une gestion concertée européenne ou otanienne n’est pas envisageable, mais étant donné la situation géographique française, ses liens économiques et culturels avec le reste de l’Europe, il est plus que probable qu’une attaque contre les intérêts vitaux d’un pays européen constituerait également une mise en cause des intérêts vitaux français.

Dans ces conditions on ne voit plus l’intérêt de l’Europe à rester dans l’OTAN « en état de mort cérébrale » à partir du moment ou elle n’est plus crédible pour assurer la défense commune.

Pour montrer que la Dissuasion française était crédible Le président invite des représentants de l’OTAN à visiter la base des sous-marins de la force océanique stratégique à l’Ile Longue en rade de Brest et le porte-avions nucléaire Charles de Gaulle et à assister à des exercices menés par les forces nucléaires.

La France compte consacrer 37 milliards d’euros à la modernisation de ses forces nucléaires, il semblerait correct que l’Europe mette un peu la main à la poche. On peut toujours rêver

 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail

09/12/2018

La Sapèque

Je possède une sapèque d’argent provenant « du palais d’été de l’empereur » autrement dit de ce pillage injustifiable connu sous le nom du « sac du Palais d’Eté ». Le 18 octobre 1860 les Français et les Anglais ont pillé et brulé le Palais d’Eté de l’empereur de Chine à Pékin au cours de la Seconde guerre de l’opium destinée à contraindre son pays à s’ouvrir à leurs commerçants.

Je ne sais pas comment cette sapèque m’est parvenue, peut être vient-elle d’un de mes ancêtres ayant participé à cet acte de vandalisme.

Les Chinois s’en souviennent encore et en ont gardé une rancune tenace, mais n’ont jamais demandé la restitution des objets volés dont certains doivent bien se trouver à Paris au Musée Guimet, ils se contentent de les racheter – fort cher – sur le marché de l’art.

On est en train de restituer au Bénin, vingt six oeuvres d’art saisies dans les ruines du palais du roi Béhanzin en novembre 1892, par le colonel Dodds qui en fit don au musée du Trocadéro à Paris.

Le président béninois, Patrice Talon en demande la restitution, ce que le président Macron s’empresse de faire. Mais il se heurte au code du patrimoine qui prescrit l’inaliénabilité des collections des musées. Qu’à cela ne tienne on va prévoir une dérogation pour les états africains subsahariens « dont les territoires correspondent à d’anciennes colonies françaises ». Bien entendu il y a là un acte de repentance de plus pour les « méfaits » de la colonisation.

Pourquoi s’en tenir à l’Afrique ? Les musées français regorgent de butins de guerre y compris provenant des guerres napoléoniennes ? On ne va quand même pas les vider pour complaire à tel ou tel chef d’état.

Je me souviens de l’état dans lequel !l y a quelques années on avait trouvé le musée de Dakar, conditions de conservation indignes, disparition de nombreux objets victimes d’un pillage qui n’était pas de notre fait.

Les Chinois viennent de financer à Dakar la construction d’un musée des « civilisations noires », il pourra accueillir 18000 pièces allant des premiers hominidés aux créations artistiques actuelles. Déjà le Sénégal souhaite la restitution de « toutes » les œuvres d’art, avec le précédent béninois comment refuser ? Au nom de la « repentance coloniale » que le Président ne cesse d’invoquer va-t-on vider nos musées, alors qu’il est bien évident qu’on leur doit la conservation de ce patrimoine étant donné les conditions de conservation et les pillages qui prévalent dans nombre de musées africains. Un rapport d’universitaires Felwinn Sarr et Bénédicte Savoye préconise la restitution sans condition aux états africains de tous les objets pillés ou acquis à vil prix durant la période coloniale, soit quelque 46 000 objets détenus dans les collections publiques. En dehors de toute autre considération, on ne peut que condamner le « fait du prince » auquel se livre le président Macron contre toute réglementation. D’autant que le peuple béninois n’est pas demandeur, ne fréquentant guère les musées.

Quoiqu’il en soit j’envisage de proposer à monsieur Xi la restitution de ma sapèque.

07/10/2018

Le chanoine de Latran.

Le 30 septembre Le Monde titrait en page 7 : « Emmanuel Macron fait son mea-culpa », cela confirme que le chanoine de Latran prend très au sérieux sa charge. D’ailleurs on l’avait vu à Saint Martin enserrant dans ces bras deux jeunes insulaires torse nu et faisant des doigts d’honneur. Il disait « je vous aime, comme j’aime tous les Français » et apprenant que l’un avait eu maille à partir avec la justice, lui disait, « ce n’est pas grave mais il ne faut pas recommencer » et lui donnait l’absolution. On ignore quelle pénitence il lui a demandée, peut être trois « Notre Père qui es à l’Elysée ».

14/09/2018

Audin

Il est une chose indiscutable dans l’affaire Audin c’est que ce « mathématicien » était un traitre aidant des terroristes à commettre des attentats aveugles à Alger. S’il avait été arrêté par la police, il aurait été jugé et condamné à une peine de principe puis amnistié. Seulement à Alger les amis de Maurice Audin faisaient régner la terreur et le gouvernement légal avait du confier à l’armée le rétablissement de l’ordre ce qu’elle avait fait.
Arrêté Audin a subi un sort que personne ne connaît, et surtout pas Macron.

Si bien que quand il va faire des condoléances à Madame Audin et dire que la France est responsable de la mort de son mari, il outrepasse ses droits.

Citoyen français dans un département encore français le sort d’Audin relevait de la justice qui aurait du mener une enquête pour définir les responsabilités éventuelles.

Ce n’est pas à l’exécutif de se mêler de ce qui relève du judiciaire, d’autant que depuis longtemps l’amnistie est passée

Nombre de Français ont disparu pendant la guerre d’Algérie pourquoi s’intéresser à celui là ?

La déclaration de Chirac sur la responsabilité de la France dans la rafle du Vel d’hiv, était certainement aussi malvenue mais enfin on était dans le domaine de l’Histoire et on savait tout des faits, ce n’est pas le cas dans l’affaire Audin.

D’une façon générale ceux qui n’ont pas connu ces époques troublées feraient mieux de se taire, il faut laisser les morts enterrer les morts.

16:09 Publié dans actualites, Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : audin, algérie, macron

25/07/2018

L'affaire Benalla, oh la la

Faire de l’affaire Benalla une affaire d’Etat me paraît quand même quelque peu excessif. Evidemment Jupiter a eu tord de s’enticher d’un nervi d’origine douteuse qui assurait sa sécurité pendant sa campagne électorale, mais des gars (et des garces) qui bénéficient de prébendes totalement injustifiées, il y en a plein les rues, songeons aux joyeux membres du Conseil Economique, Social et Environnemental, aux anciens présidents, aux fonctionnaires des assemblées, au coiffeur de Hollande et même à l’ambassadrice aux pôles nord et sud, Ségolène Royal.

C’est la curie, alors, que les opposants à Macron cherchent à le déstabiliser cela ne me choque pas beaucoup quoique je ne sois pas sur que ce soit une bonne idée, mais que l’ensemble de la presse alimente le scandale avec une belle unanimité m’étonne car les grands médias sont tous aux ordres et représentent des intérêts politiques et économiques.

Qui est derrière tout ce ramdam ? Macron aurait il cessé de plaire et travaille-t-on à son remplacement ? Ce me semble quand même un pari stupide et pour mettre qui à sa place ?

D’autant que les manifestants que Benalla a corrigés ne me paraissent pas blanc-bleu et qu’on mette sur la gueule de fouteurs de merde, me réjouit personnellement.

On ne va pas tarder de dire que c’est la faute à Trump ou à Poutine.