Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2015

La déferlante.

Le déferlement de « migrants » venus de Syrie ou d’Afrique est en train de passer d’une phase artisanale à une phase industrielle : après les embarcations de fortune venant généralement de Libye pour gagner l’Europe via Lampedusa, la Sicile ou Malte voilà que les migrants arrivent par pleins bateaux par la mer Ionienne. Ils payent aux passeurs de 2 000 à 6 000 euros suivant la taille de la famille.

Il s’agit généralement de bateaux hors d’âge comme le Blue-Sky-M avec 747 migrants, syriens et kurdes ou l’Ezadeen avec 359 syriens, bateaux prévus pour un voyage sans retour. Encore plus grave, le ferry Norman-Atlantic, allant de Patras à Ancône fut victime d’un incendie dans le hangar à véhicules. Plusieurs passagers clandestins étaient cachés dans des camions transportés par le ferry. Rien ne dit que ce ne sont pas eux qui ont, volontairement ou pas, provoqué l’incendie.

En 2014, 3 419 personnes ont officiellement péri en tentant de gagner l’Europe par la mer, en fait probablement beaucoup plus, et 160 000 personnes sont arrivées en Italie, du moins officiellement, dont plus de la moitié sont syriens ou érythréens. Un ancien commissaire européen déclarait récemment au cours d’une conférence que 80% des migrants arrivaient par voie de terre notamment par la Grèce. En 2014 l’Union européenne aurait accueilli 700 000 clandestins. Il s’agit donc d’une véritable invasion qu’il faudrait tarir.

Ce n’est pas ce que l’on fait, il suffit de lire les articles parus à la suite de l’arrivée du Blue-Sky-M à Gallipoli, où l’on s’apitoyait sur l’inconfort à bord de ce bâtiment prévu pour le transport de bétail, en rendant pratiquement les européens responsables.

L’agence européenne Frontex chargée de la protection des frontières en Méditerranée a vu sa mission de contrôle et de police détournée en mission de sauvetage, les navires italiens qui étaient affectés à l’opération Mare Nostrum se consacrant à la recherche et au sauvetage des naufragés volontaires, pour les conduire à bon port en Italie, d’où ils cherchaient à gagner d’autres pays d’Europe.

Mare Nostrum a mobilisé 32 bâtiments, des avions et des hélicoptères. Elle a été abandonnée, elle coutait trop cher au contribuable italien et on l’accusait d’encourager l’immigration clandestine en diminuant les risques.

Maintenant l’opération Triton fait de même avec moins de moyens.

Plutôt que de patrouiller près des côtes européennes, il conviendrait de patrouiller le long des côtes de départ  et d’y reconduire les migrants. Les côtes de Libye, d’une partie de la Syrie, de la Turquie et du nord de Chypre ne sont plus contrôlées.

Dans le cas du Blue-Sky-M, on sait d’où sont partis les migrants, du port turc de Mersin d’où semble-t-il se font beaucoup de départs, c’est donc en Turquie que devraient être reconduits les migrants dont le droit d’asile n’est pas reconnu.

En fait rien de tel ne se fera, l’Union Européenne n’a aucune politique commune d’immigration et chaque pays cherche à refiler le mistigri au voisin. Dans nombre de pays, les populations excédées votent pour des partis dits xénophobes, demandant en fait le contrôle de l’immigration, c’est le cas des pays scandinaves, de l’Allemagne, de la France, du Royaume Uni, des Pays Bas …

 

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com 

02/01/2015

Haro sur le baudet.

Conformément à la convention signée au moment  de la privatisation des autoroutes en 2005, les sociétés concessionnaires prévoient une hausse des péages de 0,57% en février 2015. Cette hausse modeste déclenche une levée de bouclier générale allant jusqu’à une envie de résilier les contrats, ce qui nécessiterait  une indemnité de 25 à 30 milliards d’euros dont la France n’a pas le premier kopeck.

Il paraît que les bénéfices des sociétés concessionnaires sont excessifs. Il semble pourtant que quand on a privatisé les autoroutes on a du calculer que ça couterait moins cher à l’Etat, ce qui est probablement le cas, la gestion privée concurrentielle étant généralement plus efficace que la gestion par l’Etat. Il n’est que voir le gaspillage de 800 millions d’euros pour la mise en place d’un système de racket informatisé des autoroutes qualifié d’ « écotaxe », qui n’a jamais été et ne sera jamais mis en service.

Remarquons que les autoroutes françaises sont globalement fort bien entretenues, généralement mieux que chez nos voisins.

Mais là où l’affaire devient étonnante c’est lorsqu’on apprend les augmentations de tarifs prévus pour les services publics qui sont généralement d’un autre ordre de grandeur : 15% pour les timbres des lettres rapides, 1,8% pour le gaz ; l’électricité va encore augmenter après une hausse de 1,9% en novembre. Il est vrai que les usagers vont payer nolens volens une taxe appelée « Contribution au service public de l’électricité » qui sert en particulier à racheter à un prix dément l’électricité « verte » produite par les particuliers, dont EDF n’a nul besoin.

La SNCF va elle augmenter certains de ses tarifs de 2,6%, sans susciter autrement d’indignation et là tout le monde sait qu’il y a là des économies à faire en modifiant le statut des cheminots, les indemnités et les âges de départs à la retraite remontant à la machine à vapeur et la gratuité des transports dont bénéficie toute la tribu de chaque cheminot, ascendants, descendants et collatéraux.

Alors on préfère charger Vinci et les autres de tous les péchés du monde : « Haro sur le baudet d’où nous vient tout le mal »

30/12/2014

Démocratie suédoise

En Suède  le parti d’ « extrême droite » « populiste », S.D (les Démocrates de Suède), a recueilli 12,9% des voix aux élections législatives, si bien que la coalition au pouvoir Sociaux-démocrates et Verts ne dispose que de 43,6% des voix.

Le S.D. exige une réduction drastique de l’immigration et demande une diminution de 90% du nombre de demandeurs d’asile accueillis en particulier des réfugiés syriens, désir partagé par une grande part de l’opinion publique.

Le S.D. a empêché le vote du budget, aucune coalition ne pouvant recueillir la majorité.

Le nouveau premier ministre social-démocrate a tout d’abord décidé de nouvelles élections législatives en mars 2015, puis conscient que le résultat serait le même y a renoncé.

Les partis dits « de gouvernement », autrement dit ayant participé à un gouvernement - c’est à dire tout le monde sauf le S.D. - ont alors négocié un accord portant  sur deux législatures, jusqu’à 2022. Suivant cet accord les partis se sont engagés à ne pas voter contre le parti au pouvoir pour le budget, la politique des retraites, la défense et l’énergie.

Cet « acoquinement » des politiques contre le parti « populiste », montre jusqu’où peut aller le mépris de l’électeur dans un pays considéré comme un exemple de démocratie, pour empêcher un gêneur de rentrer dans le jeu politique.

Ce n’est pas la voie qu’ont choisie, le Danemark et la Norvège où les partis de droite ont passé un accord  avec la droite « populiste » qui participe même au gouvernement norvégien.

Bien entendu Le Monde applaudit à cette forfaiture, et y voit un exemple à suivre en France : « Le second mérite de cet accord exemplaire est d'offrir aux autres Européens, tous peu ou prou confrontés à la montée des partis populistes, de gauche ou de droite, un modèle de résistance. » Il n’est pas certain d’ailleurs que l’UMP et le PS n’arrivent à un tel accord pour, comme dit Le Monde, « neutralis(er) la capacité de nuisance parlementaire du parti populiste d'extrême droite. »

On voit assez bien Mr Juppé, se livrer à une manœuvre de cet  ordre, l’UMPS n’est pas morte.

Partout les politiques méprisent le sentiment anti-immigration qui se fait jour dans de nombreux pays d’Europe et en France, où on souffre de chômage, d’insécurité, d’acculturation, de gaspillage financier et où on ne se sent plus chez soi.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com 

21/12/2014

De Cuba à l'Ukraine.

Obama vient après cinquante deux ans de normaliser les relations des Etats Unis avec Cuba. Cinquante deux ans d’embargo pour quel résultat ? Le régime de Castro est toujours en place, des centaines de milliers de cubains ont fui vers les Etats Unis. Mais les Etats Unis considéraient Cuba comme faisant partie de leur zone d’influence et ont cherché à stopper le communisme allant jusqu’à la tentative d’invasion avortée de la Baie des Cochons et à de multiples tentatives d’assassinat de Fidel Castro.

Mais en même temps qu’il prenait une sage décision vis à vis de Cuba, Obama décidait de nouvelles sanctions contre la Russie pour la crise ukrainienne.

Curieux parallèle, les Etats Unis ne supportent pas la moindre ingérence dans ce qu’ils considèrent comme leur zone d’influence mais interviennent constamment pour défendre leurs intérêts, généralement sous des prétextes de démocratie et de droits de l’homme.

Si on fait le tour des interventions récentes de l’OTAN, bras armé des Etats Unis ou de coalitions dirigées par les Américains, que de désastres : la Serbie où la situation n’est pas encore stabilisée et où l’intervention otanienne a conduit à la sécession du Kosovo, les deux guerres d’Irak dont les Etats Unis n’arrivent pas à se dépêtrer et d’où est sorti l’Etat Islamique qui maintenant contrôle une bonne partie de l’Irak et de la Syrie, l’Afghanistan qui a déstabilisé non seulement le pays mais le Pakistan et créé les Talibans qui ont depuis échappé à leurs créateurs.

Nous même et les Anglais avons entrainé l’OTAN dans la guerre de Libye qui a provoqué l’éclatement du pays et la déstabilisation du Sahel où nous sommes appelés à intervenir, au Mali, en Centrafrique…

Le régime de Bachar al-Assad ne nous plait pas : heureusement nous n’avons pas eu les moyens d’intervenir militairement, mais sous couleur d’aider une opposition modérée qui n’existe pas nous voilà alliés objectifs du Front al Nosra émanation locale d’al-Quaida pendant que nous emprisonnons les Français qui vont le rejoindre.

Nous menons une politique étrangère totalement incohérente au nom de grandes idées mais en contradiction avec nos intérêts évidents : Il faut vaincre l’Etat Islamique et aboutir à sa disparition, pour cela nous avons besoin de la Syrie de Bachar al-Assad et aussi de ceux qui la soutiennent, la Russie et l’Iran, allons à l’essentiel et soyons pragmatique.

De même, nous avons tout à perdre de la crise russe à laquelle nous participons par des sanctions qui n’aboutiront à rien : La Crimée qui était russe depuis longtemps est retournée dans le giron russe et n’en sortira plus. Nous sommes en grande partie responsable de la crise en Ukraine que, sous influence américaine, nous avons cherché à entrainer vers l’Union Européenne. Quelle idée : l’Ukraine est un état ruiné qu’il faudra soutenir à bout de bras. Il n’est même pas évident que Poutine ait envie d’annexer les provinces russophones du Donbass, il préfèrerait une solution politique. En attendant l’Europe a besoin d’une Russie forte et stable, levons les sanctions, et négocions directement avec elle surtout sans consulter les Américains, Leurs intérêts ne sont pas les nôtres.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

14/12/2014

Russie: Levons les sanctions.

Sous le coup des sanctions et de l’effondrement du prix du pétrole, l’économie russe souffre, le rouble baisse, et l’inflation galope. Devons nous nous en réjouir ? Bien sur que non. La Russie est un partenaire de l’Union Européenne, un client et un fournisseur et d’un point de vue économique nous avons tout intérêt à sa prospérité. Politiquement aussi nous avons besoin de la stabilité de la Russie et Vladimir Poutine a la confiance de son peuple.

De toute façon les Russes sont un peuple qui sait souffrir et qui l’a toujours montré au cours de l’histoire. Politiquement nous n’obtiendrons rien et d’ailleurs nous n’avons rien à gagner à un changement et tout intérêt à rétablir la confiance avec la Russie.

L’Ukraine est le motif des sanctions, ont-t-elles quelque chance de modifier la situation ?

La Crimée qui n’aurait jamais du quitter la Russie, ne redeviendra jamais Ukrainienne et d’ailleurs sa population ne le souhaite pas. Pour le reste de l’Ukraine on accuse Poutine de vouloir annexer les régions russophones du Donbass, rien n’est moins sur, il préfèrerait certainement une solution politique laissant à ces régions une large autonomie. Mais actuellement, l’Ukraine a coupé les ponts économiques et monétaires avec ces régions qu’elle soumet à un bombardement à la mode de Bachar el-Assad, faisant des milliers de victimes civiles. Il est bien probable que la Russie apporte un soutien économique et militaire, mais peut elle faire autrement ?

Il faut ouvrir des négociations à trois, Ukraine, Russie, Union Européenne, mais surtout sans les Etats Unis avec la volonté d’aboutir à une solution politique acceptable maintenant l’Ukraine dans ses frontières actuelles.

Pour démarrer ce processus, levons les sanctions unilatéralement et sans condition, profitons de la période de Noël.

Nous avons besoin de la Russie dans d’autres domaines en particulier pour lutter contre le terrorisme en Irak et en Syrie, c’est le seul combat qu’il faille mener : nous sommes en guerre contre l’islamisme qui suscite partout le terrorisme, unissons les efforts de tous les pays de bonne volonté sans exclusive idéologique.

Et cessons de susciter d’autres problèmes chez les voisins de la Russie, Moldavie, Géorgie, Biélorussie, nous n’avons rien à y gagner.

 

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com