Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/07/2007

La fin de l'ingérence

le 20 juillet 2007
 
 




Messieurs,


Dieu sait si Le Monde a milité pour une intervention dans les Balkans, défendu le droit d’ingérence en Afrique, et maintenant, le 20 juillet, Daniel Vernet « Darfour, dernière ingérence humanitaire ? » constate que les interventions ne servent à rien, n’empêchent en rien les génocides, et sa conclusion est, semble t-il, que le mieux est de ne rien faire.
Cruel et tardif constat : les indépendances datent maintenant de 40 ans, les anciennes puissances colonisatrices sont en droit de penser que leur responsabilité dans les luttes qui ensanglantent l’Afrique n’est plus engagée et qu’elles n’ont pas à s’en mêler.
L’indépendance et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes comportent le droit de s’entretuer.
Quand les peuples Européens s’entretuèrent pendant des siècles, personne n’avait l’idée de s’ingérer pour les séparer, et les dictatures communistes à l’origine de dizaines de millions de morts n’entraînèrent aucune réaction.
Avant l’époque coloniale, l’équilibre démographique de l’Afrique était maintenu par des endémies, des guerres tribales, des famines. Maintenant la population subsaharienne est en train d’exploser bien plus vite que le développement. Qui est prêt à accueillir des millions de laissés-pour-compte ?
C’est aux Africains et à eux seuls de se prendre en charge, éventuellement en obtenant l’aide des pays développés.
Il est temps de tirer les conséquences de la décolonisation.
Considération distinguée

15:31 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (0)

14/07/2007

Tu quoque

le 14 juillet 2007
 
 

Lettre à Robert Solé




Monsieur,


Vous avez été un médiateur dont j’ai apprécié une certaine objectivité trop rare au Monde.
Depuis vous publiez un « Billet » quotidien, généralement pertinent et que je lis avec plaisir.
Vous comprendrez donc ma surprise et mon désappointement en lisant celui du 12 juillet intitulé « Rétroviseur ».
Depuis le motu proprio papal libéralisant l’usage de la messe tridentine, Le Monde est en ébullition et y consacre article sur article pour dire au Pape qu’il est dans l’erreur et lui reprocher « d'infléchir le meilleur des options catholiques des quarante dernières années ».
Tant que ça venait d’Henri Tincq, j’étais agacé mais peu surpris, c’est un « progressiste » avoué qui prône la théologie de la libération et c’était son domaine, quoique je lui trouve une certaine outrecuidance de donner des instructions au Pape.
Mais tu quoque, quelle mouche a pu vous piquer pour vous amener à prendre position dans ce débat théologique.
Je serais tenté de vous poser une question : « qu’est ce que ça peut bien vous foutre ?»
Considération distinguée.

17:45 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (0)

08/07/2007

La France et le schisme traditionnaliste.

le 8 juillet 2007
 
 
 

Messieurs,

Encore une fois le 8 juillet, Alain Tincq fulmine contre une décision du Pape, il craint que l’autorisation de la messe en latin n’amène à « infléchir le meilleur des options catholiques des quarante dernières années » Quand on connaît le Monde, on sait ce que cela veut dire…
Mais ce qui est le plus étonnant dans cet article, c’est la suite des références évoquées : L’Action française et sa condamnation par Pie XI, - on ne parle jamais de l’annulation par Pie XII -, Franco, Salazar, Pinochet qui horresco referens, « faisait disparaître ses opposants avant d'aller chaque matin à la messe », l’ Eglise qui avait collaboré avec Vichy, le Front National.
Heureusement il y a les bons , la Jeunesse agricole chrétienne et la Jeunesse ouvrière qui « s'illustreront dans les combats de la Résistance »( ?) et « Chaillet, fondateur de Témoignage chrétien, qui ont identifié l'Evangile à la résistance au totalitarisme. » Lequel ? je n’ai pas souvenir d’une opposition féroce de TC au communisme toujours condamné par l’Eglise.
Enfin, où voulez vous en venir ? , Le Monde est délibérément laïque voire anticlérical ; en quoi les décisions du pape peuvent vous chaloir ? Il est vrai que l’Eglise est un des derniers remparts contre les dérives qui vous plaisent temps, les attaques contre la famille et l’ « ordre moral », la promotion du relativisme moral.
Catholique de base, je n’ai pas tant de problèmes, je me contente de suivre le pape. C’est très commode.
Considération distinguée.

23:25 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (0)

24/06/2007

La Résistance et le Parti

le 24 juin 2007
 
 
 



Messieurs,

Faut il que le communisme ait perdu de son charme et le Parti de son éclat  pour que Le Monde, le 24 juin, publie le texte de Jean-Marc Berlière et Sylvain Boulouque intitulé « le Mythe et l’Histoire », expliquant les causes de la mort de Guy Môquet, un des  fusillés de Chateaubriant le 22 octobre 41, que Nicolas Sarkozy évoquait l’ autre jour.
Enfin, on voit rappeler que le parti communiste a eu en 1940 une attitude que vous qualifiez de « aux antipodes de la Résistance », que cette attitude n’a changé qu’au moment de l’agression allemande contre l’Union Soviétique et que la mort des otages était la conséquence d’assassinats individuels irresponsables ordonnés par le parti communiste pour se dédouaner, en l’occurrence l’assassinat du Feldkommandant de Nantes.
Je me souviens de la nécrologie que vous aviez publiée en décembre 1996, intitulée « Une résistante de la première heure », à la mort de  Marie Claude Vaillant-Couturier où vous vous extasiez qu’elle soit entrée dans la clandestinité en avril 1940, trois mois avant l’armistice, ce qui faisait d’elle effectivement la première des résistantes.
Je me demande jusqu’où va aller votre remise en cause, il y a encore de nombreuses vérités occultées depuis des dizaines d’années et d’infranchissables tabous, qui, à être enfreints, vous envoient devant la justice.
J’espère que vous allez continuer à rétablir la vérité historique, ce serait une vraie révolution.
Considération distinguée

14:45 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (0)

22/06/2007

Maurice Audin traître

le 22 juin 2007

 

 

Messieurs,

 
Dans votre N° du 21 juin, vous vous croyez obligés de rendre hommage à Maurice Audin à l’occasion du 50° anniversaire de sa mort.
Déjà en mai 2004 vous célébriez l’inauguration d’une rue de Paris à la mémoire de ce traitre. Je vous avais écrit la lettre dont je vous joins copie, elle est toujours d’actualité.

« Je ne sais pas si Maurice Audin a été torturé et “assassiné” par l’Armée Française - personne ne le sait d’ailleurs - ce que je sais c’est que ce “jeune mathématicien” auquel Le Monde rend hommage le 29 mai, à l’occasion du baptême d’une rue de Paris à son nom par Bertrand Delanoë, militait au Parti Communiste Algérien interdit et, comme le reconnaît Pierre Vidal-Naquet le 27 novembre 1997 dans L’Evènement du jeudi, participa à des actions clandestines au cours de la bataille d’Alger. Il fut donc au même titre que les “porteurs de valises” coupable de trahison en temps de guerre, puisque guerre il y eut, et vraisemblablement responsable de la mort de militaires Français aux ordres d’un gouvernement démocratique.
Je pense donc que Pierre Vidal-Naquet qui fut exempté de service militaire et Bertrand Delanoë dont les parents étaient colons en Tunisie ont perdu en cette affaire une belle occasion de se taire.
D’autant que Bertrand Delanoë s’autorise ensuite à de curieux dérapages: “
...Combien de décennies pour reconnaître que des Français ont été collabos et ont livré des juifs aux nazis ? ”
Né en 1950, Bertrand Delanoë ne sait pas ce de quoi il parle.
Que le parti communiste rende hommage à un traître, cela ne m’étonne pas : il est bien dans la lignée du déserteur Maurice Thorez. »


La semaine dernière vous vous portiez au secours d’Abou Omar, aujourd’hui c’est Maurice Audin, vous feriez bien de mieux choisir vos héros.
Considération distinguée

14:10 Publié dans actualites | Lien permanent | Commentaires (1)