Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2021

Pourquoi faire simple?

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? La récente panne nationale des systèmes d’urgence, m’a appris que les réseaux d’alertes éraient centralisés au niveau national. J’ai même été effaré d’apprendre que les appels d’urgence de la Réunion transitaient par la métropole ! Pourquoi ? Les moyens en mesure d’intervenir : SAMU, pompiers, gendarmes, policiers, sont des moyens locaux provenant d’une zone qui n’excède pas le département. Dans ces conditions pourquoi ne pas gérer les alarmes au niveau départemental, cela éviterait des pannes monstrueuses dont on n’arrive pas à trouver l’origine. Les systèmes départementaux seraient raccordés aux moyens susceptibles d’intervenir. Le jacobinisme est vraiment une tare française.

07/05/2021

Non lieu au Rwanda

Il aura fallu attendre 27 ans pour que le procureur de Paris reconnaisse que la complicité des forces françaises dans les massacres de Bisesero au Rwanda n’était pas établie. Six parties civiles avaient porté plainte en 2005 accusant les forces françaises d’avoir volontairement laissé massacrer des milliers de réfugiés tutsi par les Hutu dans les collines de Bisesero près du lac Kivu pendant l’opération « Turquoise », entre le 27 et 30 juin 1994. Déjà en juin 2019 les magistrats instructeurs avaient refusé de continuer leur travail. Il a fallu le rapport de la commission Duclert pour que le parquet se décide à demander le non lieu. Il souligne qu’ « il n’est pas établi que les échelons supérieurs de la hiérarchie militaire française ont pu nécessairement appréhender la gravité et l’imminence du péril auquel se trouvait exposé » le flot de réfugiés tutsi.

Vingt sept ans pour innocenter l’armée française de ces accusations ignobles, ce n’est vraiment pas rapide et ne montre pas un grand empressement.

Combien faudra-t-il encore d’années pour établir la culpabilité évidente de Kagamé dans l’attentat contre l’avion présidentiel le 6 avril 1994, ayant été le déclencheur des massacres interethniques ? Massacres qui permirent à Kagamé soutenu par les Américains et les Anglais de reprendre le pouvoir.

Je recommande la lecture de plusieurs ouvrages établissant à l’évidence la responsabilité de Kagamé : le témoignage du lieutenant Rusibiza transfuge du FPR tutsi « Rwanda l’histoire secrète », « Enquêtes sur un attentat » de Charles Onana, « Un génocide en question » de Bernard Lugan, pour être convaincu.

Les familles de l’équipage français du Falcon 50 présidentiel, s’étant portées partie civile, l’instruction fut conviée au Juge Bruguière en 1997, qui au vu des témoignages qu’il recueillit mit en examen neuf proches de Kagamé, ce qui déclencha la vindicte des média bienpensants. En 2006, l’instruction est reprise par le juge Trévidic qui se rend au Rwanda en 2010 recueillir des témoignages vieux de 16 ans. Il procède aussi à des reconstitutions tellement biaisées qu’elles n’ont aucune signification, une acoustique dans des conditions sans aucun rapport avec le lieu de l’attentat, une simulation informatique admettant de telles hypothèses simplificatrices, qu’elle ne veut rien dire. Il en conclut que l’attentat serait plutôt l’œuvre d’ « extrémistes hutu ». On peut se demander quelles pressions a subies le juge Trévidic, les présidents français depuis Sarkozy cherchant à se rapprocher de Kagamé.

Quoiqu’il en soit un non lieu est prononcé en 2018, confirmé en appel en 2020. La vérité apparaitra-t-elle un jour, on peut en douter devant les pressions politiques qui se sont exercées depuis le TPIR (tribunal pénal international pour le Rwanda) pour empêcher toute recherche impartiale.

23/04/2021

Où est la justice?

Derek Chauvin ce policier de Minneapolis ayant provoqué la mort de Georges Floyd a été déclaré coupable par un jury de douze citoyens. Je ne ferais pas de commentaire sur le verdict, la justice est impartiale. Mais fut elle vraiment impartiale en l’affaire certainement pas, il suffit de voir les réactions de soulagement allant jusqu’au Président qui y est allé de son commentaire approbatif.
La question est : pouvait il être jugé innocent, bien sur que non. Tout le monde savait qu’un acquittement aurait déchainé des troubles graves à Minneapolis. Les jurés ont jugés sous la contrainte, ils ne pouvaient que déclarer Chauvin coupable et la peine prononcée devra être à hauteur de la pression de la communauté noire. C’est plus un lynchage qu’un jugement.

On aurait du au moins dépayser le jugement dans une autre ville ou un autre état.

Autre jugement, en France cette fois : Le jugement en appel de la bande de «  jeunes » ayant tenté de tuer des policiers à Viry Chatillon en mettant le feu à leur voiture, ils étaient seize , treize avaient été identifiés et huit condamnés, les autres acquittés au bénéfice du doute. En appel cinq accusés seulement ont été condamnés à des peines réduites : six à dix huit ans de prison.

L’affaire avait eu lieu le 8 octobre 1916 à la grande Borne, une cité « sensible » où les policiers ne sont pas acceptés, deux policiers s’étaient échappés de justesse très grièvement brulés. Une affaire gravissime ayant entrainé des condamnations bien légères précédées par une admonestation d’un des avocats généraux telle qu’on en prononce pour une bagarre dans une cour de récréation.

Les attaques contre les policiers dans de nombreuses cités sont devenues choses courantes quasi admises. Dans un autre contexte une affaire aussi grave aurait elle entrainé un verdict aussi indulgent : surement pas.

De nos jours, un noir américain et des policiers français n’ont à l’évidence pas la même valeur

18/03/2021

Chemin de Damas

Hier Francois de Rugy, ancien ministre de la transition écologique et solidaire, écologiste historique, participait à l’émission Zemmour et Noleau sur C News. Ce fut fort intéressant. On assista à un remake de la conversion de Saint Paul frappé par l’Esprit Saint sur le chemin de Damas et allant prêcher l’Evangile après avoir martyrisé Etienne : François de Rugy nous expliqua tout de go qu’on ne pouvait pas se passer de l’énergie nucléaire, la moins polluante. Il fit de même pour le glyphosate et les OGM et reconnut que les écologistes avaient été récupérés par les gauchistes.

Il semble que l’énergie nucléaire redevienne à la mode après qu’on constate que l’Allemagne est contrainte d’augmenter ses livraisons de gaz par la Russie, d’où leur pression pour qu’on termine le gazoduc Nord Stream 2

Mais on apprend aussi que le réacteur de Flamanville a encore un problème de soudures : 3 sur le circuit primaire.
Si on veut construire nous mêmes nos futurs réacteurs on fera bien de s’y préparer dès maintenant en formant les techniciens nécessaires qui ont perdu la main au cours de 20 ans d’interruption de construction de centrales. Sinon il faudra les acheter aux Russes, aux Chinois ou aux Coréens.

Il serait aussi intéressant de voir si on ne peut pas faire plus simple et moins cher que l’EPR tout en ne transigeant pas sur la sécurité.

11/03/2021

Fukushima: dix ans

Il y a dix ans un tsunami très violent entrainait la perte de trois réacteurs nucléaires à Fukushima. Cette catastrophe nécessita l’évacuation de plusieurs dizaines de milliers d’habitants, des travaux gigantesques pour reprendre le contrôle des réacteurs dont les cœurs avaient fondu, assurer leur refroidissement, diminuer la radioactivité de la zone.

Encore actuellement des centaines de tonnes d’eau radioactive, nécessaires au refroidissement des réacteurs, sont stockées journellement dans des réservoirs. Dix ans après donc, la situation n’est pas revenue à la normale. On prévoit que le démantèlement total sera achevé en 2051.
Il faut quand même remarquer que la plupart des victimes, 22500, sont imputables au tsunami et non à l’accident nucléaire.

Cet accident était prévisible, il y avait déjà eu à Fukushima plusieurs tsunamis de la même ampleur, et même annoncé par un géologue. A la construction de la centrale le risque avait été accepté pour limiter le coût de la centrale. Accepter un risque n’est pas en soi condamnable si on prévoit les moyens d’en palier les conséquences ce qui n’avait pas été fait, les réacteurs se sont trouvés sans électricité pour maintenir leur refroidissement.

L’accident de Fukushima a eu de graves conséquences pour l’avenir de l’énergie nucléaire, le plus bel exemple en est la décision allemande de renoncer à l’énergie nucléaire comptant sur le développement des énergies « renouvelables » pour assurer la production d’électricité. Ils sont loin du compte, plusieurs centrales nucléaires sont encore en service, on utilise en grande quantité le charbon souvent de mauvaise qualité. L’obstination de madame Merkel de voir terminer le gazoduc Nordstream 2, pour acheminer du gaz russe montre l’impasse dans laquelle l’Allemagne s’est fourvoyée.

Cela n’empêche pas les écolos français de prêcher la sortie du nucléaire qui depuis 40 ans fournit à la France une énergie sure, permanente et bon marché.

On peut espérer que le bon sens prévaudra et que nous entreprendrons le remplacement des plus anciennes centrales. Seulement vingt ans sans construction de réacteurs ont entrainé une perte de compétence à l’origine des énormes surcoûts et des reports de longues années de la mise en service des réacteurs finlandais et de Flamanville.

La prise en compte de l’expérience de Fukushima a nécessité un renforcement considérable des règles de sécurité augmentant les coûts de construction.

Pourtant l’énergie nucléaire qui ne produit pas de CO2 est la seule solution pour tenir les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre. La Chine prévoit de construire plus de 100 réacteurs, la Russie et la Corée en proposent à la vente.

La France a été longtemps la référence pour l’industrie nucléaire maitrisant toute la chaine de la production d’uranium au retraitement des combustibles, il serait navrant que nous soyons obligés de faire appel à d’autres pays. Il faut que l’Etat mette en place une politique volontariste pour retrouver les compétences humaines et industrielles nécessaires et assure le financement de la construction des réacteurs assurant la satisfaction de nos besoins en électricité.