Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2020

Curieuse démocratie

Curieuse démocratie où ce sont les médias qui proclament l’élection du Président, les mêmes médias qui pendant quatre ans ont poursuivi l’actuel Président de leur constante vindicte. Et le monde entier de féliciter sans attendre la proclamation officielle. Auraient ils peur ces médias que les recours que Trump ne va pas manquer de faire, n’aboutissent et ne démasquent des fraudes bien probables étant donné le nombre de votes par correspondance ? Et les médias français, du Figaro à TF1 en passant par le Monde, d’applaudir à l’unisson, à cette libération du peuple américain, oubliant les 71 millions d’Américains ayant voté pour Trump. Il est vrai qu’ils sont blancs et « déplorables » et donc sans intérêt.

Et de nous montrer la liesse générale parsemée des couleurs LGBT et où on ne voit que les « minorités visibles ». Il faut dit on rassembler les Américains comme si la fracture était due à Trump alors que c’est à cause d’elle qu’il avait été élu.

Tout ça pour élire le plus vieux Président de l’histoire des Etats Unis dont on a vite oublié les casseroles qu’il traine et qui préfère se taire que proférer des bourdes.

Il est vrai qu’il est élu avec une Vice Présidente qui, miracle, est femme et métis indienne, pas ceux d’Amériques les vrais, et de ce fait a toutes les qualités pour réussir. Elle a les dents si longues qu’elles rayent le parquet et attend visiblement que le Président soit mort ou gâteux pour prendre sa place.

Curieuse démocratie qui doit bien faire rigoler, Poutine, Xi, Erdogan, voire Orban dont les arrivées au pouvoir n’avait pas donné lieu à tout ce processus grotesque attestant de la décrépitude morale de l’empire américain.

Et curieusement on attend l’élection pour annoncer la mise au point d’un vaccin pour la Covid, annonce qui faite plus tôt aurait peut être permis la réélection de Trump

03/11/2020

Faire la guerre

Ce n’est pas tout de dire que nous sommes en guerre, il faut la faire. Quand on nous tue dans nos écoles, dans nos églises, dans nos rues et que nous allumons des bougies, faisons des marches blanches, rendons hommages aux victimes etc… toutes réactions de bisounours, nous faisons ce que les terroristes recherchent. A ces meurtres il faut opposer des actions de fermeté, pas fermer une ou deux mosquées, interdire une ou deux associations, mais agir sur l’immigration.

Bien sur tous les immigrés ne sont pas des terroristes, mais tous les terroristes sont des immigrés, et il en entre 400 000 par an.

Le vivier du terrorisme c’est l’immigration et il faut le tarir.

Faisons une loi soumise à referendum et reprenant toutes les mesures qui s’imposent :

- Suppression du regroupement familial

- Refonte du droit du sol par lequel tout né en France devient automatiquement français

- Expulsion de tous les étrangers y compris les binationaux repérés pour islamisme.

- Suppression de la binationalité.

- Déchéance de la nationalité française des condamnés pour terrorisme.

- Suppression de tous les avantages sociaux aux clandestins en particulier l’Aide   Médicale gratuite

- Restriction du droit d’asile réservé uniquement aux ressortissants de pays non surs réellement menacés et accordé uniquement hors de France où dans des camps fermés et expulsion immédiate des déboutés
Evidemment la France sera condamnée par toutes les cours européenne, Cour européenne des droits de l’homme, Cour de justice de l’union européenne… mais cette loi ayant été approuvée par referendum, la volonté du peuple doit passer avant toutes ces juridictions.

Bien sur il y aura des hurlements, des condamnations, il ne faut pas y céder.

Quand l’immigration sera contrôlée, il sera plus facile de venir à bout du terrorisme.

21/10/2020

En guerre

« Nous sommes en guerre », déclarait le Président, contre le virus, et rien n’a été fait pour nous préparer à la seconde vague.

« Ils ne passeront pas » déclarait le Président parlant des islamistes alors qu’il y a beau temps qu’ils sont installés en France et multiplient les actes terroristes. L’assassinat d’un professeur met tout le monde en émoi mais dans quinze jours ce sera oublié comme les cas précédents et rien ne sera entrepris pour arrêter l’invasion.

Tout ce qu’on fait en France alors que l’économie est en ruine, qu’on est en guerre contre la pandémie et le terrorisme, que les Français subissent des contraintes limitant leur liberté et se sentent de plus en plus menacés dans leur sécurité, c’est de voter des lois sous la pression du lobby écolo. « Arrêtez d’emmerder les Français disait Pompidou », maintenant on veut pénaliser les propriétaires de voiture pour le poids de leur véhicule, on veut gêner la circulation pour qu’ils se convertissent au vélo ou à la trottinette, on veut limiter les voyages en avion, interdire la consommation de viande, la chasse y compris la chasse a courre et toutes les chasses traditionnelles. On fait voter des lois pour protéger les visons, libérer les lions des cirques et les orques d’Aqualand. Certains s’en prennent même aux arbres de Noël. 150 Français incompétents, tirés au sort et manipulés exigent qu’on applique les mesures qu’ils ont votées qui nous conduiront à la décroissance et à une société Amish.

Alors qu’on commence à manquer d’électricité, et qu’on pollue les paysages qui font la beauté de la France de milliers d’éoliennes inefficaces, on stoppe sans raison la centrale de Fessenheim qui ne demandait qu’a fonctionner encore de nombreuses années.

Quant on fait la guerre on s’y consacre entièrement et on ne vote pas des lois « bioéthiques » autorisant l’infanticide.

La France vit sous la contrainte et l’insécurité et on fait n’importe quoi pour complaire à une bande de gauchistes irresponsables et ne pas contrarier une population immigrée qui veut nous imposer son mode de vie.
De tout cela il faudra se souvenir dans deux ans.

 

03/10/2020

Diversité

Il y a quelque temps le général Dominique Arbiol a été nommé à la direction de l’Ecole de l’Air de Salon de Provence où on forme les officiers de l’Armée de l’air. Rien de bien intéressant sauf que le général Dominique Arbiol est une femme. On pourrait penser que ce général ou plutôt cette générale a été choisie en fonction de ses compétences et de son charisme, pas du tout, elle a été choisie en fonction de son sexe. De tous temps la direction de l’Ecole de l’Air revenait à un pilote, la générale Arbiol n’est pas « volant », elle a débuté comme sous officier mécanicien puis, après son admission à l’école militaire de l’air elle s’oriente dans une carrière d’officier de renseignement. Pour prendre une comparaison avec une école que je connais bien, c’est comme si on nommait à la direction de l’Ecole Navale un officier n’ayant jamais commandé à la mer voire navigué. D’ailleurs la ministre des armées ne s’en cache pas elle veut promouvoir la gente féminine parmi les officiers généraux pour atteindre un objectif de 10% en 2022, car « l’armée ne peut se priver des talents de 50% de l’humanité » Le problème est que ces dames ne se bousculent pas pour arriver aux étoiles, le gros du contingent et fourni par la Direction générale de l’Armement et le Service de santé des armées. Dans l’armée de terre il y a 2 femmes sur 169 généraux, dans la marine 1 sur 59 amiraux, dans l’armée de l’air 3 sur 72 généraux, la nomination de la générale Arbiol est donc une provocation. Le problème est que beaucoup de femmes officiers abandonnent le service pour s’occuper de leurs enfants. Quoiqu’il en soit jusqu’à maintenant on arrivait aux étoiles pour services rendus et en fonction de ses compétences, maintenant on pourra y arriver en fonction de son sexe.

Mais ce n’est pas du sexe des généraux que certains se préoccupent : Abdelkader Haroune, quand même commissionnaire de police, est à l’origine d’un projet de loi tendant à permettre à certaines catégories de la population diplômées mais sans réseau d’accéder à des postes de responsabilités. On comprend de qui il s’agit. « Ce sont toujours les mêmes qui occupent ces postes, les mêmes –masculin et blanc- sortis des mêmes moules » a constaté la vice-présidente du Sénat, MmeConway-Mouret. Nous y voilà sus au mâle blanc : « il faut en finir avec le système de l’entre-soi qui favorise les blancs dans les hiérarchies »   et « fonctionne par copinage et réseau ». Pour remédier à ce douloureux état de fait on propose de donner des points supplémentaires aux candidats à l’entrée dans les établissements prestigieux de l’enseignement supérieur et pour les concours d’entrée dans la fonction publique, aux candidats ayant obtenu leur baccalauréat au sein d’un établissement scolaire situé dans un quartier prioritaire de la politique de la ville. On propose aussi une recomposition des jurys aux épreuves, vraisemblablement en y introduisant des membres de couleur.

Décidément il ne fait pas bon d’être un Français mâle et blanc.

 

 

26/09/2020

Deux crash

 

Le 11 septembre 1968, la Caravelle assurant le vol Ajaccio Nice s’abime au large d’Antibes après que le commandant de bord ait signalé des problèmes. A bord se trouvaient 95 personnes dont 13 enfants et 6 membres d’équipage. L’enquête conclura à un incendie à bord, probablement le feu dans les toilettes.
Et puis un journaliste en mal de sensationnel s’avisera de la présence sur l’ile du Levant du Centre d’essais de la Méditerranée qui procède à des essais de missiles. Immédiatement il lance l’idée d’un missile qui se serait égaré et aurait abattu la Caravelle. Cette hypothèse nécessiterait la complicité des dizaines de personnes suivant le missile pendant son vol, des centaines personnes présentes sur l’ile, de l’amiral Préfet maritime et de Monsieur Debré ministre des armées qui affirma que le centre d’essais était fermé ce jour là, un scandale d’Etat. Qu’importe, l’affaire prospère au fil des ans au point qu’en 2008 soit 40 ans après, un nommé Verne descendant du grand Jules, publie un livre intitulé « Secret d’état » où on falsifie les documents, on rencontre des barbouzes en imperméables saisissant des pièces à conviction, le délire mais cela prend.

Une association des familles des victimes présidée par un nommé Paoli, obtient l’année dernière du Président de la république qu’on lève le secret d’état, cette année elle est reçue par le Procureur de la République de Nice. L’association demande qu’on recherche l’épave comme celle de la Minerve.

Cinquante deux ans de calomnies et d’affabulations, combien d’années encore ?

 

Le 6 avril 1994 deux missiles abattaient le Falcon du président du Rwanda, Habyaramana, alors qu’il atterrissait à Kigali, capitale du Rwanda. Cet attentat déclenchait les massacres interethniques qui firent 800 000 morts. Le Tribunal Pénal International pour le Rwanda qui avait la charge de rechercher les responsables des massacres se fit interdire par les Etats Unis et la Grande Bretagne, partisans des Tutsis du général Kagamé d’enquêter sur l’attentat. L’affaire reprit quand l’équipage français du Falcon 50 porta plainte. Le juge Bruguière au terme de son enquête émit en 2006 9 mandats d’arrêt internationaux à l’encontre de proches du général Kagamé. Il faut dire qu’un rapport rédigé à la demande de la Présidente du TPIR donnait le type et l’origine des missiles, des SA 16 Igla russes provenant d’Ouganda, comment ils avaient été acheminés par les troupes de Kagamé, l’emplacement du tir et les noms des deux tireurs.

En 2007 l’enquête fut reprise par le juge Trévidic qui envoya interroger des témoins, après 15 ans, procéda à des reconstitutions et des simulations auxquelles les simplifications enlevaient toute valeur. Il en concluait contre toute évidence que le tir pouvait provenir des Hutus. En 2018 le juge Herbaut estima ne pas avoir de charges suffisantes et demanda un non lieu. Le 21 décembre 2018 le non lieu fut prononcé 24 ans après les faits.

Voilà qui faisait bien l’affaire du pouvoir politique français qui cherchait à se rapprocher de Kagamé et voilà comment on enterre un crime sur lequel on sait tout.

 

Finalement la vérité est bien ce que l’on veut qu’elle soit.