Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/08/2021

Et l'on cria haro sur le baudet

Un ancien gardien de camp nazi, centenaire, va être jugé pour complicité de meurtre.

Gardien dans le camp de Sachsenhausen, il est accusé d’avoir « sciemment et volontairement » participé au meurtre de 3518 détenus dont la fusillade de prisonniers de guerre soviétiques ou l’assassinat de plusieurs détenus, par l’utilisation du gaz toxique Zyclon B. Curieux travail pour un gardien….

Ce n’est pas le premier lampiste que les Allemands jugent et condamnent apparemment sans aucune gène. A les attendre les nazis étaient une petite minorité de criminels contre lesquels luttaient une majorité de la population. Légende, ce sont bien les Allemands qui ont porté Hitler au pouvoir et qui l’ont suivi sans grande réticence jusqu’à la fin. Les opposants furent une infime minorité quelque fois suédoise.

Ayant connu les années les plus noires de notre histoire je me souviens d’avoir rencontré nombre d’Allemands heureux de leur sort et sans état d’âme. A lire ce qu’on écrit ce sont les Français de Pétain qui ont rafflé et exécuté les juifs et autres.

Voilà l’emploi constant du bouc émissaire, condamner un pauvre type coupable d’avoir fait ce qu’on lui avait dit de faire, plutôt que de condamner tout un peuple complice.

D’ailleurs la « jurisprudence Demjanjuk » ne cherche plus à démontrer la culpabilité individuelle, l’appartenance à la machine concentrationnaire, même en tant que minuscule rouage, peut suffire à la condamnation : le rôle même du bouc émissaire.

Maintenant une femme de 96 ans qui avait servi de secrétaire à 18 ans au commandant du camp de concentration de Stutthof va être jugée, au grand plaisir de l’American Jewish Committee pour qui ces procès ont le pouvoir symbolique de rappeler que justice doit être rendue, même si cette justice est parfaitement injuste.

En cette époque de repentance généralisée, j’attends sans trop y croire que Frau Merckel ou son successeur reconnaisse la culpabilité collective du peuple allemand dans les atrocités du nazisme.

30/07/2021

La pseudo dette de la France au Pacifique

De 1966 à 1996 la France a effectué 204 essais nucléaires à Mururoa et Fangataufa

Le Président Macron de passage en Polynésie assume la dette nucléaire pour les essais effectués à Mururoa et Fangataufa. Remarquons que le polynésiens sont Français et qu’il n’y a pas lieu de s’excuser auprès de compatriotes.

Quoiqu’il en soit le CEP a fait la richesse de la Polynésie au point que depuis la fermeture du centre, on verse annuellement l’équivalent d’un milliard de francs en compensation. Le choix de Mururoa a été fait parce que cet atoll inhabité est isolé : rien dans un rayon de 100 km, et 5 000 habitants dans un rayon de 1 000 km. Tureia quelque 300 habitants est à 130 km.

De 1966 à 1974, la France à procédé à 46 essais aériens sur barges ou sous ballons ou lancés d’avion.
Les 147 essais souterrains n’ont eu aucune conséquence autre que locale.
Les essais aériens étaient effectués uniquement avec une météo favorable pour que les retombées se dispersent dans des zones inhabitées
Le seul essai ayant pu avoir des conséquences est l’essai Centaure le 17 juillet 1974 où le vent ayant tourné, le nuage a survolé Tahiti, des pluies aggravant les retombées au sol.

Les taux de réactivité mesurés n’ont pas été supérieurs à six à sept fois la normale..

Une étude de l’INSERM a montré que, sur les 229 cas de cancers de la thyroïde recensés chez des Polynésiens entre 1981 et 2003, une dizaine serait attribuable aux retombées des essais nucléaires, avec potentiellement une dizaine d'autres cas pouvant apparaître dans le futur. On est loin des 110 000 cas annoncés par une étude américaine !

De nombreuses demandes d’indemnisation ont été déposées tant par le personnel du CEP que des populations locales la plupart ont été rejetées quelques unes ont été reconnues et ont donné lieu à indemnisation.

 

27/07/2021

Pegasus

C’est vraiment le bal des faux culs, dans le renseignement tout le monde écoute tout le monde, il y a en France des centres d’écoute parfaitement officiels. On peut faire semblant de s’indigner, la seule chose que l’on peut reprocher aux clients de Pegasus est de s’être fait prendre la main dans le sac et ce qu’on peut reprocher au fournisseur israélien c’est de n’avoir pas assurer la discrétion à leurs clients.
Les champions de l’écoute c’est la NSA américaine qui écoute tout le monde même Me Merkel !

Dans quelques jours cette affaire sera oubliée, aucun service de renseignement n’a les braies nettes et j’espère que notre Président n’utilise pas son portable pour discuter de secrets d’état, à vrai dire je n’en suis pas sur.

04/07/2021

La Finlande Arc en ciel

La Finlande a une particularité : ce pays est gouverné par Sanna Marin une jeunesse de 35 ans à la tête d’une coalition de partis ayant tous une femme à leur tête. On pourrait penser que dans ces conditions les choses se passent dans le meilleur des mondes possible, il n’en est rien : en Finlande aussi les femmes se plaignent : « Les attaques sur les médias sociaux sont violentes et les femmes sont visées en raison de leur genre «  On admirera « en raison de leur genre » et non de leur sexe : nuance. Il est vrai que Sanna a grandi dans une famille « Arc en ciel » (!) entre sa mère et sa compagne. Cela ne l’empêche pas de vouloir mettre les hommes au boulot : « si les femmes sont les seules à rester à la maison, les hommes avancent dans leur carrière et en termes de rémunération. » Et quand on a deux mères et pas de père qu’est ce qu’on fait ?

La bête noire de Sanna est bien entendu Victor Orban qui vient de faire voter une loi visant à protéger les jeunes de la propagande homosexuelle, que personnellement j’aurais signée des deux mains. « La Hongrie doit modifier sa loi, qui constitue une violation des droits humains et des droits des gays, des lesbiennes et de tous les gens qui n’entrent pas dans une norme donnée » Quelle horreur

Mais il ne faut pas nécessairement expulser la Hongrie de l’Europe, mais la contraindre : « Nous disposons d’outils, comme le conditionnement du versement des fonds européens au respect de l’Etat de droit »

C’est quand même beau la liberté en Europe

29/06/2021

Batteries chinoises

Il fallait les voir, Bertrand et Macron, se congratuler pour la construction à Douai d’une usine de batteries destinées aux automobiles électriques Renault.

Ce succès devant sauver plus d’un millier d’emplois, les deux l’attribuaient à leur action personnelle.

Oui mais on constate qu’il s’agit d’une usine chinoise, un investissement de deux milliards d’euros, qui montre que nous ne sommes plus capables de fabriquer des batteries à moins d’être sous-traitant d’une entreprise chinoise. Voilà où nous en sommes. Et encore on oublie de dire qu‘on va être contraints de fermer les usines où sont fabriqués des moteurs à essence ou diesel, domaine où nous sommes très bons et qui fournit beaucoup plus d’emplois que ceux créés à Douai.

Les véhicules notamment hybrides sont moins polluants, si on tient compte du cycle de vie total et du recyclage, que les voitures électriques, cela ne fait rien c’est mode et sous peu les Me Hidalgo de France et de Navarre vont les interdire dans les villes, sans se préoccuper d’ailleurs de savoir comment sera produite l’électricité nécessaire, moulins à vent ou panneaux solaires, puisque l’énergie nucléaire, c’est mal.

Constatons que Peugeot a fait la même démarche, mais c’est de Japonais qu’ils seront sous-traitants. Pauvre France.