Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2015

Journée de la femme, ad nauseam.

Comme tous les 8 mars nous avons eu à subir la journée de la femme, célébration inventée par Staline à la gloire des ouvrières soviétiques, tout un symbole.

Toute la journée on nous a montré des femmes qui font ce que font habituellement des hommes : être commandant de bord chez Air France, être militaire… La belle affaire, le font elles mieux que les hommes ? Tout cela me semble bien contradictoire avec la théorie du Genre, avec laquelle on nous bassine à longueur de temps et selon laquelle chacun peut choisir s’il se sent fille ou garçon.

On nous a ressorti tous les malheurs des femmes, mal-payées, sous-employées, battues, agressées en permanence.  Leurs carrières seraient barrées, elles sont exclues des études scientifiques…

Bien entendu dans tout ce larmoiement personne ne parle des domaines que les femmes ont monopolisés, la Justice - 80% de femmes à l’Ecole de la magistrature -, l’enseignement primaire - 82% et même 91% dans le privé.

Mais ce que je trouve de plus navrant c’est que certaines en profitent pour réclamer plus de droits pour ce qui va à l’encontre de leur nature, la libéralisation toujours plus grande de l’avortement.

Bien sur je vais être encore traité de macho ; je pense que chacun a son rôle et je ne vois pas la nécessité d’aller contre la nature des choses. J’admire les femmes pour leur dévouement à leurs enfants, leur gentillesse, leur beauté et je ne vois en rien la nécessité de les comparer ou de les confronter aux hommes.

Ceci étant je n’empêche aucune d’elles de faire ce qu’elle a envie de faire, mais qu’elle assume son choix et ses conséquences.

Prenons un exemple : on admet les filles à l’Ecole Navale depuis vingt ans, on leur en facilite même l’accès en abaissant pour elles les normes physiques et le barème des épreuves sportives, et bien, cette année sur 60 admis il y avait 3 filles. Mais on veut embarquer d’autorité des femmes à bord des sous-marins, au risque de créer des problèmes évidents.

Il faut quand même avoir l’esprit tordu comme un socialiste, pour imposer la parité obligatoire aux élections en présentant un faux ménage dans chaque canton.

Puis je faire une suggestion ? Je pense que l’on devrait fusionner le fête des mères et la journée de la femme. On va me qualifier de pétainiste, encore un stéréotype.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com 

 

06/03/2015

Le pâtissier de Grasse

Un pâtisser de Grasse commercialise depuis déjà longtemps des gâteaux d’un mauvais goût très sur, en forme de poussahs et de poussates qualifiés « Dieu » et « Déesse », dotés d’organes sexuels impressionnants. Comme ils sont en chocolat, le CRAN s’indigne de ces gâteries «caricatures négrières, obscènes et injurieuses qui puisent dans la vieille tradition du racisme colonial». Il «exige le retrait immédiat de ces pâtisseries racistes et se réserve le droit de porter plainte pour incitation à la haine raciale».

Je me souviens que dans mon enfance mon père possédait un disque 78 tours dont le refrain, autant qu’il m’en souvienne, était :

« Ohé, ohé,

Ohé comme Robinson Crusoë,

Moi je m’dis le cœur gros,

Lui n’avait qu’un négro,

Ah le veinard moi j’en ai beaucoup trop. »

Au dos il y avait « Lindbergh à Paris », le disque datait donc de 1927. C’était l ‘époque de Joséphine Baker et du bal nègre, cabaret antillais de la rue Blomet à Paris.

Je vois diffuser une telle chanson de nos jours où toutes les minorités, les noirs pour ne pas dire les nègres, les musulmans, les juifs, les arabes, les arméniens, les descendants d’esclaves, les homosexuels, les lesbiennes , les bi, les trans, les Taubira se disent en permanence agressés. Il n’y a que les blancs, qui sont forcément coupables, les chrétiens par charité chrétienne, et les Chinois qui connaissent leur supériorité céleste pour supporter tout.

Je ne pense pas, dans ces conditions que le pâtissier de Grasse soit autorisé longtemps à vendre ses gâteaux, il faut dire assez répugnants et difficiles à présenter sur une table enfantine. En attendant cette publicité multiplie la vente.

Il n’empêche que tout cela montre la régression de la liberté d’expression, n’en déplaise à Charlie.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com 

 

05/03/2015

Mesdames les juges

La justice est colonisée par les femmes, comme l’enseignement. Alors qu’on exige partout la parité, il y a maintenant 80% de femmes à l’Ecole de la Magistrature. Bien entendu cela n’est pas indifférent pour la justice rendue pour certains délits, mais en plus si j’en crois une article du Monde du 4 mars, des juges se plaignent du comportement sexiste de leur supérieur masculin. Surtout les femmes enceintes ou avec des enfants en bas âge,

« Ainsi, tel président de juridiction fait preuve « d’un manque de tact qui frise souvent la grossièreté, témoigne un magistrat. Il a pu interpeller une collègue venant lui annoncer sa seconde grossesse en lui indiquant qu’il existait des moyens de contraception, ou une autre, en lui signalant à chaque rencontre qu’elle avait grossi ». Une vice-procureure a encore en travers de la gorge le dernier discours de rentrée « qui a directement mis en cause les magistrates, lesquelles, par leurs grossesses, sont à l’origine de dysfonctionnements graves », avec toute l’année, « un manque constant de considération et des humiliations publiques en termes choisis pour les femmes », traitées « d’hystériques » ou de « caractérielles »
Charmante ambiance qui laisse craindre une justice peu sereine.

Il n’empêche que l’absentéisme féminin chez une population jeune doit effectivement poser des problèmes comme d’ailleurs dans l’enseignement

Il conviendrait peut être de rééquilibrer les sexes chez les magistrats en appliquant une politique de quota à l’entrée de l’Ecole de la magistrature.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com 

 

 

 

 

01/03/2015

Bons et mauvais dictateurs.

Il y a une chose sur laquelle on insiste peu, dans le communiqué de presse de Jacques Myard sur la visite que les quatre députés « gugusses » ont faite à Bachar el-Assad c’est le soutien que le patriarche catholique Grégorius III et le patriarche grec Orthodoxe, Ignace IV Hazim apportent à la politique du gouvernement syrien.

La France est depuis des siècles investie de la protection des chrétiens d’orient et s’est longtemps acquittée de cette responsabilité, le combat que nous menons depuis trois ans contre le président Assad y va à l’encontre, car qui peut croire qu’un pouvoir islamique même modéré (s’il y en a) ne réduirait pas, au mieux, les chrétiens en dhimmitude et plus probablement les contraindrait au départ.

L’exemple de l’Egypte débarrassée des frères musulmans en est un exemple, il a fallu l’arrivée au pouvoir du maréchal al-Sissi pour rassurer les coptes qu’on avait commencé à persécuter et dont on brulait les églises.

Ce qui est intéressant c’est la versatilité de nos dirigeants : Le président Assad avait assisté au défilé du 14 juillet 2008 sur les Champs Elysées. Il est maintenant voué aux gémonies.
De même le colonel Kadhafi avait pu planter sa tente bédouine en décembre 2007 sur les gazons de l’hôtel Marigny avant d’être reçu par le président Sarkozy et d’être sauvagement assassiné par lui en 2011. Qui ne le regrette maintenant que la Libye est livrée au chaos, que les coptes y sont martyrisés, que les islamistes prolifèrent au Sahel et que les immigrants envahissent l’Europe à partir des côtes libyennes?

On apprend d’autre part que le même Sarkozy vient de rencontrer à Paris le général Kagame, président du Rwanda qui, à l’évidence, déclencha les massacres ethniques qui firent quelque 800 000 morts, en abattant l’avion de son prédécesseur en avril 1994. Il est responsable de beaucoup plus de morts qu’ el-Assad.

Pour en finir avec les mauvais dictateurs, n’oublions pas l’assassinat de Boris Nemtsov, à proximité immédiate du Kremlin - suivez mon regard - dont on voudrait bien créditer le président Poutine.

 

24/02/2015

Valeurs républicaines

J’avoue avoir une certaine compassion pour tous ceux qui, à travers le monde, n’ont pas la joie de connaître les « valeurs républicaines » comme les Anglais, les Belges, les Espagnols, les Hollandais, les Scandinaves… Ils doivent tous connaître un régime d’oppression et rêver au sort des Français.

Au fait qu’est ce que les « valeurs républicaines » ? Sont elles résumées par la devise de la République Française « Liberté, Egalité, Fraternité» ?

Est-t- on libre dans un pays ou on vous interdit des tas de choses ? De fumer, de faire des feux de bois, de choisir ses ampoules électriques, de ne pas mettre de ceinture en voiture, j’en oublie bien évidemment de ces contraintes infantilisantes. Est-on libre dans un pays où l’Histoire vous est imposée où l’on doit condamner l’œuvre coloniale française, ne pas pouvoir évoquer un génocide ou un autre, où on ne peut pas dire qu’un Sénégalais est plus costaud qu’un Japonais, que les Juifs ont de l’influence – 700 invités se sont précipités au diner du CRIF -, que tous les crimes terroristes sont commis par des musulmans ? Est-on libre dans un pays où on endoctrine les enfants avec des théories ridicules sur l’identité sexuelle ?

Quant à l’Egalité, considérons seulement les privilèges que s’attribuent les élus qui mènent grand train en prêchant la rigueur à ceux qui sont assez naïfs pour les élire ?

La Fraternité a été remplacée par la « tolérance » qui permet le « vivre ensemble » et par l’assistance généralisée.

Je vais faire un aveu, j’aime mieux la devise qui avait cours pendant les années les plus noires de notre histoire, « Travail, Famille, Patrie » me semble infiniment plus pertinent et motivant que ces fumeuses vertus issues des Lumières et de la Franc-maçonnerie. Le Travail c’est ce à quoi chacun aspire en cette époque de chômage généralisé, la Famille c’est le dernier rempart contre la précarité que l’on voit s’étendre, la Patrie c’est ce que l’on voit disparaître derrière un mondialisme, nous menant à l’individualisme et à l’asservissement.

En fait peut-on encore parler de valeurs à une époque où tout ce qui faisait l’unité et la solidarité de la France, toute spiritualité sont abandonnés au profit d’un consumérisme exacerbé et la recherche du plaisir immédiat.

Regardons les actualités à la télé, de quoi y parle-t-on ? Des sports d’hiver, et de la neige sur les autoroutes, du foot… La France est en guerre, nul ne le sait ou tout se monde s’en fout.

 

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com