Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2014

Couille molle.

 

Je suis d’une génération où on baisait la main des dames et où on leur cédait sa place dans le métro quel que soit leur âge. On leur offrait  des roses et jamais je n’aurais accepté qu’elles payent leur écot au restaurant.

C’est dire que je ne me sens pas à ma place dans le monde actuel où le féminisme triomphe sans entrainer la moindre réaction de mes congénères masculins.
Il paraît qu’une femme est un homme comme les autres et que toute différence entre les sexes provient de « stéréotypes » contre lesquels il convient de lutter.

Si bien que l’Education nationale a pris en main nos chères « têtes blondes » pour leur apprendre le « vivre ensemble », la vilenie de l’homophobie, voire les différentes façons de copuler. Personnellement j’ai été instruit dans un cadre strictement masculin, à une époque où il y avait des « écoles de filles » et des « écoles de garçons », ce qui présentait l’avantage de se consacrer à ses études sans autres idées déstabilisatrices. Moyennant quoi,  je sais lire et écrire sans plus de fautes d’orthographe que raisonnable, et même calculer mentalement.

Ceci pour dire que pour moi le féminisme est une de ces lubies basées sur une idée fausse comme malheureusement il y en a beaucoup de nos jours, non que je considère les femmes comme inférieures mais comme différentes et dignes d’égards et de prévenances qui n’ont plus cours, ce qui me paraît regrettable.

Aussi quand on me prétend que toutes les professions doivent être également accessibles aux deux sexes, j’affirme qu’un policier femelle ne rendra jamais les mêmes services qu’un policier mâle, que la place des femmes n’est pas sur les champs de bataille sauf pour soigner et ainsi de suite.

Je voyais l’autre jour une classe de préparation à un bac professionnel genre « aide à la personne » et je constatais qu’il n’y avait que des demoiselles. Cela ne m’a pas étonné ; je fais appel à une association qui procure des employées de maison, on ne m’a jamais proposé que des femmes et je ne connais pas grand monde qui fasse appel à une nounou mâle.

On me dira qu’il s’agit aussi de stéréotypes qu’il faut déconstruire et de même devrais je m’insurger à ma boulangerie où il n’y a que des hommes à la fabrication et des femmes à la vente. Personnellement je pense que c’est très bien comme ça et que chacun a ses appétences et ses compétences, et qu’il n’est nullement nécessaire d’établir la parité.

Il conviendrait par contre de lutter contre l’appropriation de certaines professions par l’un ou l’autre sexe quand ce n’est pas sans conséquence. Par exemple, que tous les enseignants du primaire soient des femmes prive les enfants d’une présence masculine nécessaire à l’équilibre de leur éducation, de même il n’est pas neutre que la justice soit maintenant colonisée par les femmes ce qui n’assure pas une justice impartiale et équitable pour certains délits.

Pour en revenir à l’éducation des enfants j’estime qu’une mère est bien plus apte à s’occuper de jeunes enfants que le père, qu’elles en ont besoin et y éprouvent du plaisir et que l’égal partage entre les parents est un non sens et une idée de socialiste. Du reste tout le monde sait que l’égal partage du congé parental entre les parents revient à diviser par deux le congé de la mère.

Le but de tout ça est de pousser les femmes vers le monde du travail alors que souvent elles préfèreraient s’occuper de leurs enfants ce qui, dans notre monde de chômage permanent, rendrait service à la société mais ferait de la peine aux sectaires qui nous gouvernent.

Maintenant, les femmes « sans profession » se sentent déconsidérées ; il est vrai que tout est fait pour déstabiliser les familles, créer des familles monoparentales, recomposées,voire homoparentales ce qui prive les mères de famille de toute garantie et les enfants de tout repère.

Mais pour en revenir à ce qui a motivé cet article, j’ai constaté récemment que les conducteurs les plus agressifs, ne supportant pas la moindre entrave à la progression de leur véhicule sont maintenant des femmes, jeunes, modèle « femme active » qui semblent considérer qu’une seconde perdue nuirait à la marche du monde. Elles n’hésitent à faire des gestes dont elles ne connaissent pas, j’espère sans en être sur, la signification, qui doivent être accompagnés, heureusement derrière leurs vitres, d’injures que je pense déplacées dans la bouche d’une femme. Elles semblent se venger du temps où on les renvoyait à leur vaisselle.

Il est vrai qu’à une époque où des entreprises proposent à leurs employées de mettre leurs ovocytes au congélateur, pour qu’elles ne perdent pas de temps à faire des enfants, on peut s’attendre à tout, même qu’à ce que ces dames en chargent d’autres de porter leurs enfants et de les mettre au monde pour ne pas être gênées pendant 9 mois.

Pour finir comment peut on admettre les déclarations ordurières de beaucoup de femmes politiques – je n’ose dire de femmes publiques - comme Martine Aubry qui estime que « Hollande est un incapable et une couille molle ». A la rigueur on pourrait comprendre ce jugement de la part de Ségolène Royale qui fut à même de juger sur pièces, mais venant de « la  maire de Lille » je trouve ça choquant.

 

 

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com 

22/10/2014

L'imprécateur

 

Ainsi il aura fallu 70 ans pour que quelqu’un ose s’attaquer au tabou des persécutions antisémites en France. Il aura fallu que ce soit Eric Zemmour, un juif, qui s’y attèle et conteste la thèse soutenue par Paxton et les Klarsfeld de la complicité volontaire du gouvernement de Pétain à l’élimination des juifs d’Europe.

Il y a d’abord eu l’amalgame constant entre le statut des juifs de 1940, statut manifestement antisémite cherchant à limiter l'influence des juifs, estimés responsables de la défaite de 40, mais ne visant nullement à leur élimination et la volonté des nazis de faire disparaître les juifs d’Europe par la « solution finale », tentative à laquelle le gouvernement de Vichy, n’a jamais souscrit.

Il est intéressant de constater que de l’essai de 500 pages de Zemmour sur le « suicide français », seuls les quelques pages concernant le rôle de Vichy dans les persécutions antijuives ont entrainé une polémique virulente montrant que Zemmour s’attaquait là à un tabou dont il ne fallait surtout pas parler.

N’importe quel goy aurait tenu les mêmes propos, il aurait été licratisé vite fait au nom de la loi Gayssot de sinistre mémoire, qui empêche toute recherche historique sur cette question.

Moyennement quoi, depuis 70 ans une légende est créée, fondée en particulier sur les livres de Paxton, beaucoup plus polémiste qu’historien et les affirmations des Klarsfeld qui eux ne peuvent pas être qualifiés d’historiens, affirmant que Pétain et son gouvernement étaient complices des nazis pour la destruction des juifs d’Europe, et que si 90% des juifs français en avaient réchappé c’était grâce à nombre de « justes » qui s’étaient attachés à leur protection.

Depuis 70 ans les médias, à coup d’affirmations, de désinformation, d’intoxication, de mensonges s’emploient à l’établissement de cette légende que seuls quelques-uns, taxés de révisionnisme et exposés à l’opprobre public osent contester. Depuis 70 ans il n’est pratiquement pas un soir sans qu’une émission de télévision ne traite de la « shoah » ou de l’Holocauste.

Et puis voilà que Zemmour met les pieds dans le plat et dit que le gouvernement de Pétain a essayé de limiter les déportations, qu’il s’est consacré à la protection des citoyens français israélites, et que finalement ceux ci ont été les plus épargnés en Europe.

Il est intéressant de voir où Le Monde va chercher ses arguments pour contrer Zemmour, d’abord un article de Paxton intitulé « Le Zèle de Vichy dans la déportation des juifs français » et un des Klarsfeld « Quand la police de Pétain et Laval livrait des enfants juifs au nazis ». Paxton et les Klarsfeld étant à l’origine de la thèse contestée par Zemmour, on reconnaitra qu’il n’est là rien de très probant.

Pour faire bon poids le journal a été chercher le témoignage de Daniel Cordier qui fut secrétaire de Jean Moulin et qui écrit « Pétain était le traître absolu » et regrette que l’on ne l’ait pas fusillé… 95 ans, soyons indulgent…

Jamais on ne se réfère à la monumentale « Grande histoire de la France sous l’occupation » de Henry Amouroux ni à l’ « Histoire de Vichy » de François-Georges Dreyfus qu’on ne peut quand même pas taxer d’antisémitisme. F.G. Dreyfus n’exonère nullement Pétain de toute responsabilité mais rejoint ce que dit Zemmour sur le sacrifice des juifs étrangers pour sauver les citoyens français. Il ne nie nullement la participation de nombreux Français à la sauvegarde des juifs mais note également qu’il y a eu aussi beaucoup de dénonciations par « désir de vengeance, la sottise ou l’appât du gain, l’antisémitisme latent, les affaires de cœur, la jalousie… »

Dans ces conditions attribuer le sort moins funeste des juifs français à la seule action de « justes » n’est certainement pas pertinent. Il est aussi assez piquant de voir maintenant évoquer le rôle protecteur de l’église catholique et de certains évêques par Le Monde qui qualifie habituellement Pie XII de « Pape de Hitler »

Il faut aussi regarder l’opinion des juifs eux mêmes à cette période, telle qu’elle est rapportée par F.G. Dreyfus : « Il est certain que tel ou tel témoignage de juifs rescapés de Drancy éclaire cette situation : « Les juifs français n’étaient pas solidaires de nous. Ils nous ont considérés comme des juifs inférieurs et ils disaient à qui voulaient les entendre que nous étions responsables de leurs malheurs »… « J’ai vu des gens xénophobes dans tous les pays mais la xénophobie pure à l’état de passion et n’admettant aucune exclusion je ne l’ai trouvée que là-bas ». Rappelons que les juifs étrangers venaient pour beaucoup de pays ennemis, Allemagne, Autriche, Hongrie.

Il faut aussi se référer au livre de Michel Laffitte, préfacé par Pierre Vidal-Naquet, « Un engrenage fatal » exposant le rôle de l’UGIF, l’Union générale des Israélites de France,  l’ancêtre du CRIF, qui de 1941 à 1944 collabora avec l’occupant, assurant la gestion de Drancy et par ses imprudences entraina la déportation de nombre d’enfants juifs.

Que faut il conclure de tout cela ; c’est que cette triste période doit revenir dans le champ de la recherche historique sans qu’elle soit biaisée par des a-priori, des jugements de principe et des arrière-pensées. Il faudrait aussi que ceux qui n’ont pas connu l'occupation s’abstiennent de jugements et de condamnations quand ils n’en ont pas les bases.

Cette dernière remarque concerne aussi Florian Philippot pour qui « Il n’y a rien à sauver à Vichy. Vichy ce n’était pas la France. La France était à Londres, c’était les résistants qui, eux, effectivement ont sauvé des juifs ». Qu’est ce qu’il en sait ? En tout cas cette remarque montre que le Front National n’a pas été  long à adopter le politiquement correct.

 

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com 

15/10/2014

Verte et pas mure.

La loi sur la « transition énergétique » a été votée par les socialistes, les radicaux et les verts. Voilà un bel exemple de loi idéologique qui ne sera jamais appliquée.

Une relance de l’économie et de l’industrie, ne se fera que si l’énergie est abondante et pas chère comme aux Etats Unis et on vient de voter le contraire. Plutôt que d’évoquer une promesse électorale de Hollande de ramener la part du nucléaire de 75% à 50% en 2025 dans la production d’électricité, il vaudrait mieux évoquer celle qu’il fit d’inverser la courbe du chômage, ce qui est la grande préoccupation des Français. Cet engagement ne correspond d’ailleurs à rien : si  le nucléaire représente un danger inacceptable, il faut l’abandonner non le réduire d’un tiers, c’est ce qu’a fait l’Allemagne où le prix de l’électricité s’envole ainsi que la consommation de charbon et de lignite.

La France a, avec la filière nucléaire une compétence reconnue mondialement, actuellement c’est à l’étranger qu’on vend des réacteurs, pourquoi s’en priver en France où depuis 40 ans cette filière donne toute satisfaction, n’est pas polluante et produit une électricité à un coût raisonnable.

D’ailleurs la centrale de Fessenheim que Hollande s’était engagé à fermer, fonctionnera jusqu’en 2017, date à laquelle le pouvoir socialiste n’a aucune chance de survivre et à laquelle cette loi sera annulée.

On veut limiter à 63,2 GW la part du nucléaire, et donc arrêter ou limiter la production de certaines centrales : Pourquoi ? Nos voisins dénucléarisés nous achèteraient notre électricité excédentaire, ce qui diminuerait la facture énergétique.

Les autres dispositions de cette loi sont d’ailleurs hors d’atteinte : réduire la consommation énergétique finale de 50% en 2050, à moins d’un effondrement industriel,ne peut se faire que sous la contrainte, augmentation du prix de l’électricité et des produits pétroliers, organisation de la pénurie. C’est l’idée des Verts qui rêvent d’un retour à la chandelle. Il est vrai que j’ai connu une époque où on chauffait à 16° l’hiver, croit-t-on que les Français accepteront ?

Ce sur quoi comptent les rédacteurs de la loi, c’est l’isolation de tous les logements. Les propriétaires n’isoleront d’eux mêmes que si c’est rentable, ce qui nécessitera des subventions, payées par qui ? Ou si on les contraint, ce qui est probablement l’idée, à l’occasion de travaux de ravalement ou d’extension : Encore une liberté perdue. Le projet vise un parc immobilier entièrement rénové aux normes « bâtiment basse consommation en 2050 ».

D’ailleurs les rédacteurs prévoient une augmentation du coût de l’énergie domestique puis qu’est déjà prévue la création d’un chèque énergie pour les ménages modestes.

Si ce gouvernement avait comme objectif la relance de l’économie et la baisse du chômage, il laisserait aux producteurs d’électricité le choix du mix énergétique le plus économique, tout en imposant des contraintes quant à la pollution et la sureté.

Il autoriserait les recherches de gaz de schiste pour éventuellement autoriser son exploitation.

Il autoriserait la construction de nouvelles centrales nucléaires et la vente de l’électricité à l’étranger.

De toute façon l’affaire de l’écotaxe, invention technocratique exemplaire de ce qu’on arrive à faire en France, donne une première idée de ce qui va se passer.

Il est vrai que Ségolène Royal, déclare que la transition énergétique « Ça ne coûte pas, ça rapporte » !

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com 

10/10/2014

Poutinophobie

Vladimir Poutine, l’actuel tzar de toutes les Russies recueille l’adhésion de son peuple à plus de 80% ; les Russes lui sont reconnaissants d’avoir maintenu l’ordre, rétabli l’économie et remis la Russie parmi les grandes puissances. Des tee-shirts à son image sont en vente partout, il est « le plus poli des hommes », affirme le slogan imprimé.

A l’occasion de son 62° anniversaire, une exposition qui ne semble pas ironique, montrait Poutine dans ses œuvres, accomplissant les 12 travaux d’Hercule : On le voit en toge, saisissant à la gorge le lion de Némée représenté en djihadiste barbu porteur d’une chasuble d’explosifs et d’une kalachnikov, glaive à la main, terrassant l’hydre de Lerne – les sanctions occidentales –, avec ses têtes nommées Japon, Europe, Canada. Celle des Etats-Unis a déjà été tranchée.

La seule opposition qu’il rencontre est le fait d’oligarques évincés, comme Mikhaïl Khodorkovski, qui rêve en fait de lui succéder.

Bref Poutine a en Russie une popularité que personne ne conteste.

Quand on quitte la Russie, c’est un autre son de cloche auprès de certains milieux, notamment les politiques et les médias.

A tout seigneur tout honneur, Obama ne cherche qu’à lui mettre des bâtons dans les roues : Poutine ne veut pas rentrer dans le rang et conteste aux Etats Unis la place d’unique hyperpuissance. C’est Obama qui a suscité les guerres de Géorgie et d’Ukraine, et applique des sanctions, jusqu’à maintenant Poutine ne s’est guère laissé faire.

L’Union Européenne, bien entendu emboîte le pas et signe avec l’Ukraine un traité d’association dont le seul but est de sortir l’Ukraine de l’orbite russe. On applique des sanctions dont les auteurs sont les premières victimes, on fait semblant de croire que Poutine menace les pays de la lisière orientale de l’Europe, pays Baltes, Pologne…

Federica Mogherini, la nouvelle commissaire aux affaires étrangères, que l’on disait pro-russe déclare : «  La Russie n’est pas un partenaire pour l’instant » mais bien « un voisin doté d’un rôle stratégique ». Face à « l’ours russe », elle compte donc jouer en alternance la fermeté et la diplomatie.

Alexander Stubb, le premier ministre de la Finlande depuis juin, déclare que les sanctions prises par l'UE et les contre-sanctions russes sont douloureuses. Quand la Russie perd 3 points de croissance, la Finlande en perd 0,5. Mais il soutient sans ambiguïté cette politique. Ceci étant il vient de commander une nouvelle centrale nucléaire à Rosatom affirmant que c’est du business as usual.

Dans tout cela il y a une totale mauvaise foi, l’Europe sachant bien qu’elle a tout intérêt - et même l’obligation - à s’entendre avec Poutine.

Toutes autres sont les motivations des médias occidentaux : récemment on pouvait lire dans Le Monde : « M. Poutine se veut un Occidental hyperbolique, il vomit l’Europe athée et décadente au nom des valeurs de l’orthodoxie mises au service de l’empire eurasiatique. Tous les maux dont souffre la Russie viendraient non des Russes ou de leur l’histoire, le double héritage despotique du tsarisme et du communisme, mais de l’Europe corruptrice, de l’Amérique malfaisante, de l’OTAN satanique »

Le ton est donné pour la presse de gauche, Poutine est un nationaliste, il défend la religion et les valeurs traditionnelles et condamne l’homosexualité. Abominable. On pouvait même lire cette affirmation étonnante : « Au nom de cette mission rédemptrice, le gouvernement propose d’allonger les minijupes, d’abaisser les talons hauts, de remplacer les sous-vêtements féminins en dentelle par des culottes en coton et, enfin, de bannir les gros mots dans la littérature et les chansons. ». Il faudrait vérifier. Evidemment Poutine montant torse nu à cheval, nageant dans l’Ienissei, ou pilotant un bombardier, détonne quelque peu avec nos dirigeants se rendant à tricycle chez leur dulcinée, ça agace.

Il paraît cependant qu’il est l’idole des réseaux gay et que le culte dont le Rambo moscovite jouit chez nous va de Marine Le Pen et Alain Soral, à Jean-Luc Mélenchon, prosternés devant ce mâle dominant.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

07/10/2014

Mayotte et le désert médical.

Habitants  de la Creuse et de la Lozère qui voyez s’étendre le désert médical et avez des dizaines de kilomètres à parcourir pour consulter, réjouissez vous : Tout médecin qui s’installera à Mayotte et y restera quatre ans, touchera une prime de quelque cent mille euros. Cette prime sera versée aux praticiens hospitaliers (médecins, pharmaciens, dentistes) qui iront renforcer les troupes sur place.

Ils devront, bien sur, exercer au sein d’un établissement public de santé, mais pourront avoir une activité libérale.

Bien sur, cette prime s’ajoutera à tous les avantages prévus d’autre part : majoration du traitement atteignant  à terme 40%, indemnité de sujétion géographique se substituant à l’actuelle indemnité d’éloignement qui double presque le traitement des fonctionnaires, congés bonifiés vers la métropole tous les trois ans, voyage payé.

Il est vrai qu’il n’y a à Mayotte 77 praticiens pour 100 000 habitants et qu’en fait, toutes les Comores et même l’Afrique de l’est déversent leurs malades sur Mayotte. L’hôpital de Mamoudzou soigne en majorité des clandestins. Parmi les 7000 naissances annuelles, 70% sont le fait de Comoriennes en situation irrégulières, incapables de plus de payer les frais et dont les enfants sont appelés à devenir Français.

Il faut dire que l’état sanitaire de Mayotte est déplorable et qu’on vient de craindre une épidémie de choléra, il y avait déjà eu une épidémie en 2000 alors que l’immigration clandestine était très inférieure à ce qu’elle est devenue.

Pour France Mayotte Matin, Mayotte est devenue « un creuset idéal pour les maladies infectieuses ». « Plus de 50% de la population est étrangère à Mayotte et ils sont des milliers à vivre dans des bidonvilles où les conditions de vie et d’hygiène relèvent du Moyen Age ».

Des plages sont interdites en raison de présence matières fécales et beaucoup utilisent l’eau de rivières polluées pour la cuisine et la lessive.

Un médecin de l’hôpital de Mamoudzou craint que choléra et Ebola apparaissent un jour pendant la saison des pluies. La dengue et le chicungunya sont endémiques.

L’île compte sur le tourisme pour se développer !

On n’a pas fini de payer la décision irresponsable de départementaliser Mayotte et pourtant tous ceux qui l’on voulue savaient ce qu’il en était. C’était du temps de Sarkozy : une promesse électorale.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com