Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/07/2017

Chef des Armées.

Pendant la crise consécutive à l’intervention du général de Villiers devant le commission de la Défense Nationale, le président de la République a déclaré devant un aréopage de militaires « Je suis votre chef » signifiant par là que les militaires n’avaient qu’à obéir sans discuter.

« Votre chef », voire : il est de fait que l’article 15 de la Constitution est rédigé ainsi : « Le président de la République est le chef des armées. Il préside les conseils et les comités supérieurs de la défense nationale ». Encore faut il savoir ce que signifie « chef des armées ». Si on se réfère au code de la Défense qui regroupe tous les textes législatifs et réglementaires concernant la Défense, on trouve à l’article L1121-1 traitant des attributions du « président de la République, chef des Armées » : "Le conseil de défense et de sécurité nationale, de même que ses formations restreintes ou spécialisées, notamment le Conseil national du renseignement, sont présidés par le Président de la République, qui peut se faire suppléer par le Premier ministre. ». Rien d’autre, aucune référence à un quelconque droit d’engager les armées ou d’en prendre le commandement. Il est vrai que le code de la Défense regroupe surtout des textes anciens voire périmés, notamment l’ordonnance sur la Défense de 1959 rédigée avant l’existence de la dissuasion et des opérations extérieures ; depuis rien n’a été rédigé et la Défense vit de nos jours dans un total vide législatif alors que la Constitution en son article 34 précise : « La loi détermine les principes fondamentaux de l’organisation générale de la défense nationale »

Pour connaître l’origine et la signification du titre de « chef des armées », il faut se référer aux 13 Constitutions qui ont défini en France la répartition des pouvoirs depuis la Révolution. Dans la Constitution de 1791 on peut lire : « Le roi est le chef suprême de l’armée de terre et de l’armée navale... », or le roi n’a aucun pouvoir, c’est l’assemblée nationale législative qui décide de la guerre. On retrouve une appellation équivalente dans la Constitution de 1946 de la IV° République : « Titre V. Du président de la République
 Article 33.
 Le président de la République préside, avec les mêmes attributions, le conseil supérieur et le comité de la défense nationale et prend le titre de chef des armées.»

Les présidents Vincent Auriol et René Coty qui ne détenaient aucun pouvoir exécutif dans ce régime parlementaire recevaient donc le « titre » de « Chef des Armées »

C’est ce qui a été repris dans la constitution de 1958 qui est toujours en vigueur : Article 15.
 Le président de la République est le chef des armées. Il préside les conseils et les comités supérieurs de la défense nationale.


« Chef des Armées » il s’agit d’un titre qui signifie que le président de la République est au sommet de la hiérarchie militaire sans qu’il ait pour autant le droit d’engager les armées.

Remarquons que la reine d’Angleterre est « chef des armées » de la plupart des états du Commonwealth mais que ce n’est pas elle qui a décidé de l’expédition des Malouines.

A l’évidence ce n’est pas l’interprétation qui en est faite actuellement. Depuis des décennies les Présidents de la République s’arrogent le droit d’intervenir n’importe où sans en référer au Parlement. Cela nous a valu les interventions au Rwanda, en Afghanistan, en Serbie, en Libye, en Syrie pour des raisons souvent humanitaires ou de promotion de la démocratie sans que les intérêts de la France ne soient menacés.

Il faut rapprocher cette situation de celle du second empire, la Constitution de 1852 reprise par Napoléon III, précisant : « Titre III Du président de la République
 Article 6.
Le président de la République est le Chef de l’État ; il commande les forces de terre et de mer, déclare la guerre... » Cela nous a valu la guerre de Crimée, l’expédition du Mexique, le sac du Palais d’été à Pékin pour finir à Sedan.

Cette affaire montre également le mépris dans lequel le Président tient le Parlement auquel il conteste le droit d’être correctement informé et les militaires qui doivent se taire et obéir.

04/05/2017

Une droite suicidaire.

Après avoir, par un comportement irresponsable, réussi à perdre une élection imperdable et porté très probablement Emmanuel Macron, fils spirituel de François Hollande, à la Présidence, la « droite de gouvernement » est en train de mijoter une manière de troisième tour aux législatives, qui lui permettrait de reprendre le pouvoir en imposant la cohabitation au nouveau Président.

L’expérience montre que les périodes de cohabitation ne permettent pas les réformes nécessaires et que si cela était on arriverait à un blocage et à une aggravation de la situation actuelle.

L’hypothèse défendue par François Baroin de l’élection d’un nombre suffisant de « Les Républicains » ou de l’UDI pour empêcher le nouveau président d’avoir une majorité est de toute façon assez improbable :

Les députés de droite dont le parti a été rejeté par une majorité des Français ne seront pas tous réélus, on verra apparaître un certain nombre de députés Front National élus à leur place.

D’autre part certains députés de droite vont rejoindre le nouveau Président dans l’espoir d’obtenir son onction pour les législatives voire un poste de ministre.

Certains candidats investis par le mouvement du Président ont des chances d’être élus.

Enfin les députés de la gauche laminée par les présidentielles, socialistes ou écologistes, se rallieront au Président ou seront remplacés par des candidats qu’il aura investis.

Dans ces conditions l’idée suicidaire de bloquer le fonctionnement des institutions par une cohabitation semble en soi une mauvaise idée et en plus une idée qui a peu de chance d’aboutir.

Quand nos « élites » comprendront elles que les Français ne supportent plus toutes ces magouilles ?

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

09/11/2016

Trump, Président.

Quand on est Président d’un pays ami, on se garde de faire des déclarations au sujet d’un candidat à la présidence de ce pays le disqualifiant ou le condamnant. Pourtant François Hollande tenait devant la presse des jugements que, s’il est responsable, il doit regretter maintenant. Elu on le félicite rapidement et on cherche à travailler au mieux avec lui.

Quand on est ministre des affaires étrangères, on ne fait pas comme Ayrault une tête d’enterrement quand l’élection démocratique d’un Président d’un pays ami n’a pas donné le résultat escompté, on en prend acte et on cherche à avoir les meilleurs rapports possibles avec son gouvernement.

Nous sommes gouvernés par des amateurs sectaires incapables de s’adapter à une situation qui était pourtant envisageable et qu’il fallait envisager.

Entre parenthèses, l’intérêt que la France a porté à l’élection américaine montre à quel point nous sommes devenus des satellites des Etats Unis.

La France et l’Europe devraient voir dans cette élection une occasion de reprendre leur indépendance et de mener une politique conforme à leurs intérêts.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

27/07/2014

De minimis non curat pretor.

Un avion d’une compagnie étrangère volant entre deux capitales étrangères, s’écrase à l’étranger, il paraît que c’est une crise « A l’Elysée, Francois Hollande prend en main la gestion de la crise » écrit Le Monde ; une crise, non : un accident aérien.

Et immédiatement le Président d’annuler sa participation au 4° sommet de l’Océan Indien et une visite dans les DOM, Réunion et Mayotte.

Il est vrai qu’il y avait 116 morts dont 51 Français. Bien sur c’est triste et on ne peut que compatir, mais ces morts n’étaient pas en service commandé, ils voyageaient pour leurs besoins professionnels et familiaux. Bref dans cette catastrophe la France en tant que telle n’était nullement engagée.

Alors fallait-il que le Président renonce à un engagement international dans une zone où la France a des intérêts politiques et économiques, pour recevoir personnellement les familles des victimes ?

Dans cette époque compassionnelle, on ne peut que s’étonner de voir des flopées de ministres se déplacer pour le moindre événement. Par exemple je ne pense pas que la Légion qui a l’habitude d’honorer ses morts entre légionnaires, souhaite qu’on rende à chacun les honneurs aux Invalides. Un accident de chemin de fer : un ou deux ministres, un accident de la route, un ministre, une inondation, un ministre… Ces hauts personnages n’ont ils actuellement rien à faire alors que la France est elle, en crise avec 5 millions de chômeurs, des émeutes quotidiennes de communautés et est engagée dans plusieurs interventions extérieures.

On a l’impression que ne voulant ou ne pouvant faire quelque chose d’utile, améliorant le sort des Français, ils se manifestent par une agitation sans but et sans fin pour des choses qui sont du niveau d’un préfet.

En l’occurrence le Président a pris en main la gestion des évènements depuis l’Elysée, il a mobilisé, les ministres des Affaires Etrangères, de la Défense, de l’Intérieur, et des Transports, et prononcé une allocution sur un ton solennel. Il a ensuite reçu les familles des victimes qui n’en demandaient surement pas tant. Ce n’est pas de son niveau.

Voilà comment la France est gouvernée, on privilégie l’événement à la réflexion et à l’action, finalement c’est plus facile sinon plus utile. On préfère « montrer » que « faire »

24/04/2014

Quel bazar.

L’autre jour, le Président, à l’institut du monde arabe, condamnait les « Français » partis faire le djihad en Syrie, il y en aurait quelque 700.

Pourquoi évoquer le djihad à l’institut du monde Arabe où on célèbre une civilisation pacifique et tolérante. Du moins c’est ce qu’on nous dit tous les jours : pas d’amalgame.

Derrière l’estrade on apercevait les drapeaux français et européen et aussi la bannière verte de l’Arabie Saoudite. Pourquoi ? L’Arabie n’y est pas chez elle ce me semble et les financements arabes, pourtant promis ne sont plus fournis qu’à dose homéopathique, l’institut étant devenu un boulet de plus pour les finances publiques.

Mieux encore l’Arabie est un des principaux financiers des mouvements djihadistes et de la rébellion islamique contre Assad.

Difficile de condamner ceux qui pensent aller combattre pour une cause que l’on soutient.

En attendant voilà 700 gars formés au djihad qu’on va voir un jour ou l’autre revenir en France, peut être y exercer leurs nouveaux talents.

Il est vrai que l’on ne parle plus guère de la guerre civile Syrienne que Bachar el Assad semble sur le point de gagner.

En juin des élections présidentielles sont prévues que va très vraisemblablement gagner l’actuel président. On dira, bien sur, que les élections ont été truquées, peut être, mais qui a-t-on à opposer à el Assad, à part les mouvements islamistes qu’on combat au Sahel, depuis que notre guerre de Libye les a libérés ?

L’autre jour quand les Dupond et Dupont de la politique étrangère française se donnaient en spectacle en accueillant les quatre journalistes libérés, on n’insistait pas beaucoup sur ceux qui les détenaient faut de pouvoir accuser Bachar.

A ce sujet je constate qu’à tant faire qu’à être otage, il faut mieux être journaliste, même gauchiste ayant milité à SOS racisme, que simple pékin, comme le malheureux qui en est mort au Sahel ou Lazarevic détenu depuis trois ans sans que cela semble préoccuper grand monde et dont le patronyme ne me semble pas très favorable par les temps qui courent actuellement dans le monde arabe.

J’aimerais que l’on m’explique la logique qui sous-tend tout cela en ce qui concerne les intérêts de la France et des Français et encore je n’ai pas évoqué l’Ukraine. Quel bazar.