Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2014

Bruits de bottes en Crimée.

Poutine se prépare à récupérer la Crimée ? La belle affaire, la Crimée a pratiquement toujours été Russe depuis le 18° siècle et est peuplée de russophones. Napoléon III entrainé par la reine Victoria et acoquiné avec les Turcs y a déjà guerroyé au prix de 120 000 hommes, une des premières guerres imbéciles du règne.

Maintenant l’ « Occident », alliance de la carpe et du lapin, les Etats Unis et l’Union Européenne, sont en train de réchauffer la guerre froide.

L’Allemagne qui n’y peut mais, dépendant de la Russie  pour son gaz et ses exportations, menace de sanctions, poussée par la paranoïa des ex pays du bloc soviétique, Pologne et Etats Baltes , se prétendant menacés par l’ogre russe.

Arrêtons ces fantasmes, laissons la Russie régler le problème ukrainien qui fait partie de son pré-carré et si elle le juge utile, récupérer la Crimée. D’autant que l’Ukraine est un pays failli, corrompu et que la révolution ukrainienne est tout sauf claire.

On commence de nouveau à parler d’un accord commercial avec l’Ukraine, nous n’avons pas les moyens de fournir les 35 milliards de dollars qu’il lui faut et surtout ne lui laissons pas l’espoir d’intégrer un jour l’ Union Européenne et ses 28 membres déjà beaucoup trop nombreux.

Si nous voulons passer un accord avec l’Ukraine, il faut le négocier en liaison avec la Russie et non contre elle.

Cessons de nous comporter en petits soldats des Etats-Unis, nous n’avons pas les mêmes intérêts et il est bien temps que l’Europe reprenne son indépendance et se rapproche de la Russie.

Quant à savoir si le referendum en Crimée est légal, rappelons nous l’annexion de Mayotte par la France, enlevée à la République des Comores par un referendum condamné par l’ ONU et qui est maintenant une région ultrapériphérique de l’Europe.

05/03/2014

L'Europe s'en va t'en guerre

On peut se demander pourquoi les chefs d’état de l’Union Européenne ont cru utile à Vilnius, de proposer à l’Ukraine, un contrat d’association prémices à une future adhésion, alors que ce pays est failli - il lui manque 30 milliards de dollars dont nous n’avons pas le premier kopeck - corrompu et au bord de la scission. D’autant qu’un accord avec l’Ukraine aurait rendu encore plus probable l’adhésion de la Turquie. Notre président avait pourtant promis de consulter les Français avant toute nouvelle adhésion, promesse jamais tenue.

Voulait-on poursuivre l’extension indéfinie de l’Europe vers l’est alors qu’on aurait mieux fait de ne pas intégrer nombre d’états à problème, la Roumanie et la Bulgarie et leurs Roms, la Grèce en faillite permanente, qui ne ressemble pas plus à la Grèce antique que la Tunisie à Carthage, Chypre coupé en deux.

Voulait-on agiter le chiffon rouge sous le nez de Poutine alors qu’on savait que l’Ukraine, berceau de la Sainte Russie, faisait partie du pré-carré russe, définitivement inaliénable ?

Mystère d‘une diplomatie sans doctrine et sans prudence, ce fut le déclenchement de la crise ukrainienne amenant une réaction malgré tout modérée du tzar Poutine.

Et aussitôt la Babel édentée à 28 têtes, inféodée aux Etats Unis par une alliance militaire sans objet, de pousser des hauts cris, d’agiter menaces de sanctions – suspension du prochain G8 à Sotchi – retenez moi ou je fais un malheur - sanctions économiques alors que l’Europe dépend largement de la Russie pour son gaz et que nous y exportons largement nos produits, autrement dit se tirer une balle dans le pied. Le tout en évoquant la défense de l’Occident, appellation venue de la guerre froide.

Comme si l’ « Occident » n’était pas intervenu pour des raisons douteuses, depuis le déboulonnage du Shah, les guerres d’Irak, celles des Balkans avec la partition de Kosovo, l’Afghanistan, la Libye, et maintenant la Syrie où il attise depuis trois ans la guerre civile.

Les réactions de Poutine ont été jusqu’à maintenant bien contrôlées - les morts ne sont pas de sont fait  -  après qu’on ait piétiné ses plates-bandes, les Américains avaient fait bien pire à la Grenade…

L’avenir de l’Europe est lié à la Russie, avec laquelle nous avons tout intérêt à collaborer, ne lui cherchons pas de querelles d’Allemand. Remarquons que Poutine n’a rien dit quand nous sommes partis guerroyer en Afrique. Et puis, au fond, que nous chaut que la Crimée retourne dans le giron russe ?

 

 

02/03/2014

Mes autocrates

Je m’aperçois que depuis que j’écris, j’ai pris parti successivement pour Pinochet, Milosevic, Saddam Hussein, Ben Ali, Moubarak, Kadhafi, Bachar el Assad, et que je prends maintenant le parti de Poutine. Pendant ce temps là la presse bien pensante défendait Mao, Castro, Allende, Pol Pot, Aristide, Mengistu qui tous ont entrainé massacres et ruine de leur pays.

Je pense qu’en son temps j’aurais pris le parti de Franco, c’est dire…

Finalement, par des méthodes peut être peu démocratiques, mes autocrates maintenaient l’ordre et une certaine prospérité, les guerres Américaines pour imposer la démocratie, et des révolutions plus ou moins printanières n’ont amené que troubles, et luttes religieuses.

Le Chili, que Pinochet a quitté volontairement est le pays le plus prospère d’Amérique du Sud. Peut être la Tunisie s’en sortira-t-elle si l’économie reprend ce qui n’est pas gagné, mais l’Egypte évolue dans la continuité, un régime militaire ayant été remplacé par un autre, l’Irak, la Libye, la Somalie, Haïti, la Syrie, le Kosovo, ne connaissent que désordre, massacres, mafia et trafics en tout genre.

Poutine a rétabli l’ordre en Russie et assure le développement du pays. Maintenant il défend ses intérêts et ceux de la Russie en Ukraine et en Crimée.

L’Occident s’indigne et l’Otan fulmine. Surtout qu’ils ne s’en mêlent pas nous n’avons rien à y gagner et ce n’est pas notre problème.

Je rappelais l’autre jour la phrase de Goethe préférant l’ordre à la justice, je partage ce point de vue. J’ai la chienlit en horreur.

 

 

 

27/02/2014

La guerre froide est finie

Qualifier comme on le fait, les émeutes de Kiev, ayant conduit à la chute d’un gouvernement démocratiquement élu, comme un « processus démocratique » il faut oser.

L’Ukraine est un pays failli  au bord de la partition, dont on ne sait pas quel sera l’avenir politique, qui y aura le pouvoir, on ne voit pas ce que l’Europe aurait à gagner à s’en mêler, à entretenir des espoirs d’association voire d’admission.

D’autant que si on admet l’Ukraine, après ce sera la Turquie.

L’Ukraine fait partie de la zone d’influence Russe, Kiev est le berceau de la sainte Russie et Poutine ne laissera certainement pas le pays quitter l’orbite russe.

Pour lui c’est une question existentielle, en particulier pour la survie de la CEI, qui risque de se disperser : Moldavie, Biélorussie…

L’Ukraine, c’est l’accès à la Mer Noire et de là à la Méditerranée. En Crimée, ancienne province Russe, est stationnée la flotte russe de la mer Noire.

Que l’OTAN ne commence pas à gesticuler, la guerre froide est finie et nous avons tout intérêt à nous entendre avec la Russie avec laquelle nous avons une histoire commune et dont nous dépendons largement pour les produits pétroliers.

La Russie et les pays de sa zone d’influence forment de plus un glacis bienvenu pour nous séparer des pays ingérables de l’Asie centrale, Caucase, Afghanistan, Pakistan dont nous n’avons aucun intérêt à nous rapprocher.

L’Ukraine est dans une situation économique catastrophique, il lui faudrait 30 milliards de dollars, laissons la Russie régler le problème et au besoin assurons la de notre soutien.

On dira que Vladimir Poutine est un autocrate, peut être, mais il assure la stabilité et le développement de la Russie.

Goethe disait préférer l’ordre à la justice, les différentes guerres menées par l’Occident pour imposer la démocratie semblent bien lui donner raison.

21/02/2014

Bis repetita

La Syrie et l’Ukraine, deux histoires parallèles où la France joue le même rôle douteux : devant une rébellion à l’origine à caractère politique, donner raison aux émeutiers en accusant le pouvoir légal de tous les péchés du monde, le menacer de sanctions, jeter de l’huile sur le feu jusqu’à ce que les manifestations deviennent émeute puis guerre civile, le tout dans une ambiance de guerre froide en opposition à la Russie. On pouvait espérer que la situation en Syrie et la guerre civile qui depuis trois ans a fait des centaines de milliers de morts aurait servi de leçon, il n’en est rien.

Quelle idée de rechercher un accord d'association avec Kiev qui à l’évidence n’a pas vocation à appartenir à l’Union Européenne au risque de nous mêler aux conflits caucasiens, à seule fin de provoquer Poutine qui considère que l’Ukraine fait partie de son pré-carré.

De quel droit les ministres des affaires étrangères des grandes puissances européennes veulent-ils arbitrer un conflit où l’Europe n’a strictement rien à faire. Qui en Europe souhaite l’adhésion de ce pays de 45 millions d’habitants ? Il faut enfin arrêter cette course vers l’est qui aurait déjà du prendre fin avant la Roumanie et surtout la Bulgarie.

De toute façon s’il faut une intervention extérieure pour régler la crise Ukrainienne il faut qu’elle comprenne d’abord la Russie. La guerre froide est finie, nous avons tout intérêt à régler les problèmes en accord avec la Russie, aussi bien en Syrie qu’en Ukraine.