Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/07/2014

C'est la faute à Poutine

« A ces mots on cria haro sur le baudet…
Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal. »

 

Tous les médias unanimes chargent Poutine de tous les péchés du monde : « Les européens timorés face à Poutine » - « Poutine le « tyran » à la « une » des tabloïds britanniques » - « Face à la Russie, l’Europe choisit de tergiverser »

L’ennui c’est que Poutine refuse de jouer le baudet et d’avouer son crime devant le lion américain mangeur de moutons et de berger.

L’ennui c’est que Poutine a des arguments énergétiques et commerciaux que chacun cherche à préserver.

Alors on parle de sanctions mais sans bien les préciser au grand dam d’Obama, le pousse-au-crime.

Mais que reproche-t-on à Poutine ? Ce n’est pas lui qui a déstabilisé l’Ukraine et évincé un président démocratiquement élu, ce n’est certainement pas lui qui a abattu l’avion de la Malaysia et si il aide les rebelles - ce qui n’est pas évident - c’est pour leur permettre de se défendre contre les assauts de leurs compatriotes, comme le font les adversaires de Bachar en Syrie.

Bien sur le missile qui abattit le MH17 était surement russe, mais Poutine ne peut quand même pas être tenu responsable de tous les crimes commis à la kalachnikov et, il faut le dire, l’affaire ukrainienne est bien commode pour détourner l’attention de la guerre de Gaza menée par Israël avec l’aide militaire américaine et qui fait beaucoup plus de morts.

Alors voilà une belle campagne de désinformation avec des arguments quand même inattendus : « Selon le président Poutine, " la Russie fera tout ce qui est en son pouvoir pour une enquête complète, en profondeur et transparente ". Des propos qui ne convainquent pas les chancelleries, confrontées à des témoignages provenant du site de la catastrophe : pendant la réunion ministérielle de lundi circulaient des photos de combattants pro-russes enlevant leur alliance à certaines victimes… » (Le Monde)

Vraiment du n’importe quoi : Poutine en train de piller les morts.

23/11/2012

Israël et le Hamas.

J’avoue et c’est certainement une mauvaise pensée, ne pas voir grande différence entre le comportement d’al-Assad vis à vis d’une opposition largement suscitée et importée et celui de Netanyahou vis à vis du Hamas dans la bande de Gaza.

Dans les deux cas nous avons affaire à des communautés, les Alaouites et les Juifs, qui se sentent menacées dans leur existence et se battent le dos à la mer.

La différence est que al-Assad compte peu de soutiens et est condamné par la communauté internationale qui voudrait sa chute tandis que Netanyahou bénéficie du soutien de l’ensemble des pays occidentaux, à commencer par les Etats Unis.

Mais les actions de l’un et de l’autre sont du même ordre et Israël dispose de moyens sans commune mesure avec ceux du Hamas tandis qu’en Syrie la partie est plus équilibrée.
Il est quand même étonnant de voir que la communauté mondiale supporte sans maugréer des assassinats ciblés et des bombardements sans rapport avec les dégats causés par les roquettes du Hamas. Il n’est que de voir les rapports des pertes entre les parties, cent cinquante cinq victimes à Gaza dont beaucoup de civils, cinq en Israël.

Bien sur on peut dire qu’Israël est agressé : quand on voit le blocus auquel est soumis Gaza on peut dire aussi que ce n’est vrai qu’en partie.

Ce qui est quand même étonnant dans cette affaire c’est de voir Israël accepter, avec l’appui des Américains, l’arbitrage de l’Egypte aux mains des Frères musulmans.

Par contre l’autorité Palestinienne, son président Mahmoud Abbas et le Fatah se trouvent complètement marginalisés.

 

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com