Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2017

La Fontaine,toujours.

On a du mal à comprendre l’intérêt qu’aurait eu Bachar el Assad à gazer ses populations même rebelles alors qu’on est en train de négocier un accord de sortie de crise; enfin admettons.

Il n’en reste pas moins que les puissances qui ne cessent de perfectionner leurs armes de dissuasion avec lesquelles elles ont de quoi détruire le monde, semblent mal placées pour donner des leçons sur l’usage des « armes de destruction massives », d’autant que si les Etats Unis et leurs séides dont la France n’avaient eu de cesse de déstabiliser la région du monde allant de la Tunisie à l’Afghanistan, par des interventions en Afghanistan, en Irak et en Libye et des soutiens, voire des incitations aux révolutions dites du « printemps arabes », déstabilisant pour des prétextes discutables tous les pays ayant un régime à peu près laïcs, Tunisie, Egypte, Syrie, en ne ménageant que les théocraties les plus arriérées, Arabie Saoudite, Qatar, nous n’en serions pas là. Il est probable que l’Etat Islamique n’aurait jamais émergé et que le terrorisme islamique aurait été contenu.

Dans ces conditions condamner Bachar el Assad fait penser à la fable de La Fontaine, « Les animaux malades de la peste » : « … à ces mots on cria haro sur le baudet… ce pelé, ce galeux d’où venait tout leur mal… Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. »

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

 

 

25/07/2014

C'est la faute à Poutine

« A ces mots on cria haro sur le baudet…
Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal. »

 

Tous les médias unanimes chargent Poutine de tous les péchés du monde : « Les européens timorés face à Poutine » - « Poutine le « tyran » à la « une » des tabloïds britanniques » - « Face à la Russie, l’Europe choisit de tergiverser »

L’ennui c’est que Poutine refuse de jouer le baudet et d’avouer son crime devant le lion américain mangeur de moutons et de berger.

L’ennui c’est que Poutine a des arguments énergétiques et commerciaux que chacun cherche à préserver.

Alors on parle de sanctions mais sans bien les préciser au grand dam d’Obama, le pousse-au-crime.

Mais que reproche-t-on à Poutine ? Ce n’est pas lui qui a déstabilisé l’Ukraine et évincé un président démocratiquement élu, ce n’est certainement pas lui qui a abattu l’avion de la Malaysia et si il aide les rebelles - ce qui n’est pas évident - c’est pour leur permettre de se défendre contre les assauts de leurs compatriotes, comme le font les adversaires de Bachar en Syrie.

Bien sur le missile qui abattit le MH17 était surement russe, mais Poutine ne peut quand même pas être tenu responsable de tous les crimes commis à la kalachnikov et, il faut le dire, l’affaire ukrainienne est bien commode pour détourner l’attention de la guerre de Gaza menée par Israël avec l’aide militaire américaine et qui fait beaucoup plus de morts.

Alors voilà une belle campagne de désinformation avec des arguments quand même inattendus : « Selon le président Poutine, " la Russie fera tout ce qui est en son pouvoir pour une enquête complète, en profondeur et transparente ". Des propos qui ne convainquent pas les chancelleries, confrontées à des témoignages provenant du site de la catastrophe : pendant la réunion ministérielle de lundi circulaient des photos de combattants pro-russes enlevant leur alliance à certaines victimes… » (Le Monde)

Vraiment du n’importe quoi : Poutine en train de piller les morts.