Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2017

Les mecs, il est temps de réagir

Alors les mecs, combien de temps supporterez vous sans réagir de vous faire traiter d’obsédés sexuels et de violeurs par des mégères aigries et revanchardes.

Peut être êtes vous culpabilisés, tétanisés, moi pas.

Si ces femmes sont capables d’égaler un homme comme policière, soldate, qu’elles assument et fassent une grosse tête à ceux qui les harcèleraient plutôt que de se lamenter et d’accuser tout le monde de n’importe quoi.

Il est temps de réagir et de remettre les choses en place, de ne plus faire semblant de prendre plaisir à torcher vos chiards et à faire le ménage, d’ailleurs les femmes le font bien mieux que nous, essayons si c’est possible de ne pas nous en mêler.

Certaines dames nous considèrent comme des distributeurs de sperme pour leur permettre de faire toute seule des enfants orphelins de père, quand elles n’auront rien de mieux à faire.

Quand on lit la presse féminine c’est, régime amaigrissant, effacement des rides, sous vêtements en dentelle minimalistes, de quoi s’agit-il ? De séduire. Alors qu’elles ne se plaignent pas si ça marche. D’ailleurs si on ne leur fait pas de compliments, si on ne les drague pas, elles seront bien déçues.

Le grotesque de ses harpies atteint des sommets quand elles se mettent à vouloir réformer la langue. Leur écriture soi disant inclusive est en fait exclusive : quand vous dites « les Français » on comprend qu’il s’agit de tous les Français, quand on dit « Françaises et Français » comme il se fait maintenant au plus haut niveau, on divise le peuple français en deux parties qui peuvent se faire la guerre, prendre le pas l’une sur l’autre comme veulent le faire certaines excitées maintenant. Quand je vois que certaines se plaignent maintenant qu’on ait féminisé « auteur » en « auteure » plutôt qu’en « autrice » je ne peux que penser aux « précieuse ridicules ». D’ailleurs je leur suggère deux autres possibilités : « auteuse » ou « autoresse », voilà de quoi alimenter un débat dont chacun verra l’intérêt primordial.

Les mecs, il faut réagir et reconquérir une place que nous n’aurions jamais du quitter, ne laissons pas les femmes nous envahir de leurs jérémiades et de leurs lamentations, mettons les au pas.

Personnellement elles commencent à me les briser menu.

 

13/06/2012

Crêpage de chignons.

La guerre des dames du président explique à mon sens, pourquoi on a été aussi long pour admettre les femmes en politique. Bien sur il y avait de la part des hommes une défense de leur pré carré mais aussi la conscience que les femmes ne réagissent pas comme les hommes mais beaucoup plus à l’affect. L’exemple actuel monte bien qu’elles agissent par passion plus que par raison, par émotion plus que par réflexion.

Un homme n’aurait jamais mêlé ses histoires de cœur, si je puis dire, à une prise de position politique. La chose n’est pas récente, qu’on relise les  « imprécations de Camille » dans Horace: « Rome l’unique objet de mon ressentiment… » la passionaria cornélienne abandonne tout patriotisme à la perte de son cher Curiace tué par son frère Horace sauveur de Rome.

L’actuel crêpage de chignons présidentiel n’a évidemment pas la même grandeur antique mais amène à réfléchir sur le bien fondé de la parité.

La femme du chef de l’état devrait se cantonner au rôle de maitresse de maison de l’Elysée, surtout quand elle n’est qu’une maitresse tout court, comme le fit Yvonne De Gaulle et Bernadette Chirac. Il n’est pas décent qu’elle mette sa jalousie sur la place publique au risque de faire rire les chancelleries, ni d’ailleurs, comme d’aucune, se complaise à la défense et l’illustration de Castro et d’Aristide.

La chose est d’autant plus fâcheuse qu’elle coïncide avec la parution d’une nouvelle mouture de la loi sur le « harcèlement sexuel » par laquelle les féministes triomphantes se posent en victimes du mâle après avoir prôné la libération sexuelle.

Il ne sera plus sans risque de monter dans un ascenseur seul avec une femme, c’est déjà considéré comme imprudent aux Etats Unis, d’autant que la justice est maintenant entre les mains des femmes, 80% des élèves de l’Ecole Nationale de la Magistrature sont des femmes, ce qui n’est pas indifférent pour ce genre de délit.

Peut on demander que dans ce domaine aussi on rétablisse la parité.