Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2015

Le Royaume Franc de Jérusalem

A l’époque des Croisades, le Royaume Franc de Jérusalem a duré de 1099 à 1187, date de la prise de Jérusalem par Saladin.

La cause principale de cette fin fut que les nations chrétiennes d’Europe se désintéressèrent peu à peu de ces colonies du Proche Orient et cessèrent de leur apporter le soutien aussi bien par les armes que par les renforts en personnel et en matériel. En particulier les flottes Vénitienne et Génoise qui jusque là avaient assuré les transports se consacrèrent à d’autres tâches. Livrés à eux mêmes les chrétiens d’Orient vaincus à Hatin, ne purent résister aux troupes de Saladin.

Pourquoi ce rappel ?  En janvier 2003, Guy Sorman, juif antisioniste, déclarait à la télévision « L’Etat d’Israël est un produit de l’histoire idéologique du XIX° siècle (…). C’est un accident historique, et je ne vois pas comment il va pouvoir tenir beaucoup plus longtemps que n’avaient tenu le royaume de Jérusalem ou le royaume de Salomon. »

Le royaume de Jérusalem a tenu moins de 90 ans, l’Etat d’Israël crée en 1948 a maintenant 67 ans ; si Sorman a raison il ne lui resterait plus qu’une vingtaine d’année avant de disparaître.

Depuis sa création, Israël est soutenu à bout de bras par les Etats Unis, politiquement  par un veto constant à l’ONU contre toutes résolutions tendant à amener Israël à conclure un accord de paix avec les Palestiniens, et financièrement par une aide militaire de plus de 3 milliards de dollars par an.

Seulement les choses évoluent, les rapports de Barack Obama et de Benjamin Nétanyahou, qui vient contre tous pronostics de gagner les élections législatives, ne cessent de se dégrader. Nétanyahou a en effet déclaré que réélu il s’opposerait à la création d’un état palestinien, or la solution de deux états vivant en paix à coté l’un de l’autre a été soutenue de tous temps par les Etats Unis. Il est vrai que le constant grignotage par les colonies implantées illégalement dans les territoires occupés et à Jérusalem Est, ainsi que la construction de murs de séparation, rendent illusoire la constitution d’un état Palestinien viable.

De plus les intérêts américains évoluent, ils voudraient aboutir à un accord avec l’Iran sur le nucléaire, ce dont Israël ne veut à aucun prix, jugeant qu’un accord quel qu’il soit est mauvais et permettra à terme à l’Iran d’avoir la bombe atomique, ce qui est inacceptable. Netanyahou n’a pas hésité à prononcer au Congrès des Etats Unis une violente diatribe contre la politique américaine avec l’Iran, sans avoir recherché au préalable l’accord du Président.

La solution des deux états étant écartée, comment les choses peuvent elles évoluer ? Dans un premier temps les Palestiniens vont être confinés dans des territoires de plus en plus réduits et entourés de barrières, sorte de bantoustans invivables. Mais la croissance démographique des arabes en Israël, finira par changer les équilibres. Les juifs pourront-ils indéfiniment marginaliser les arabes ? Ou seront ils contraints à terme sous la pression mondiale, à donner le droit de vote à tous les arabes vivant en Palestine. Ce serait la fin du caractère juif de l’état.

Les choses dépendent en grande partie des Etats Unis qui se lasseront peut être un jour du soutien inconditionnel qu’ils apportent à Israël, et préféreront sauvegarder leurs intérêts dans la région en particulier par un rapprochement avec l’Iran.

Nous serons alors ramenés au sort du Royaume Franc de Jérusalem.

 

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

13/03/2015

Islamophobie?

Encore une mosquée vandalisée en France. Encore de l’islamophobie ?

Le bizarre est qu’il s’agit d’une mosquée de Mayotte, département français dont plus de 95% de la population est musulmane. On y chôme le jour de l’Aïd, on y observe le ramadan, tous les matins les muezzins appellent à la prière et les enfants fréquentent l’école coranique.

Et pourtant le 27 février les citoyens mécontents, armés de marteaux et de pioches ont transformé la mosquée de M’tsangamouji, qu’ils avaient eux mêmes construite en une salle des fêtes à demi ouverte en abattant un mur.

La raison de cette colère ? Les fidèles se sont aperçus que des prêcheurs radicaux utilisaient la mosquée pour tenir des propos « qui ne sont pas les nôtres et qui injurient le rôle de la femme dans notre société »

Ces nouveaux prêcheurs avaient déjà été chassés de Doujani, une autre petite ville de l’île, ils avaient une lecture du Coran totalement répressive, proche du chiisme.

Il faut dire que Mayotte est une société de type matriarcal - ce sont les femmes qui possèdent les maisons - elles ont un rôle très important y compris politique. Vouloir s’en prendre aux femmes passe très mal.

Depuis plus d’un an Mayotte est aux prises avec des poussées de fièvre radicale. En octobre dernier, en plein coeur de Mamoudzou, une cérémonie a rassemblé des dizaines d’enfants, qui ont défilé militairement, reprenant un chant employé par les membres de l’Etat islamique. Par ailleurs, plusieurs Mahorais sont déjà partis faire le djihad en Syrie.

Les média vous ont ils informés de la destruction de cette mosquée ? Il y a là pourtant un exemple qu’on pourrait imiter dans d’autres régions françaises.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com 

 

 

.

 

 

10/03/2015

Journée de la femme, ad nauseam.

Comme tous les 8 mars nous avons eu à subir la journée de la femme, célébration inventée par Staline à la gloire des ouvrières soviétiques, tout un symbole.

Toute la journée on nous a montré des femmes qui font ce que font habituellement des hommes : être commandant de bord chez Air France, être militaire… La belle affaire, le font elles mieux que les hommes ? Tout cela me semble bien contradictoire avec la théorie du Genre, avec laquelle on nous bassine à longueur de temps et selon laquelle chacun peut choisir s’il se sent fille ou garçon.

On nous a ressorti tous les malheurs des femmes, mal-payées, sous-employées, battues, agressées en permanence.  Leurs carrières seraient barrées, elles sont exclues des études scientifiques…

Bien entendu dans tout ce larmoiement personne ne parle des domaines que les femmes ont monopolisés, la Justice - 80% de femmes à l’Ecole de la magistrature -, l’enseignement primaire - 82% et même 91% dans le privé.

Mais ce que je trouve de plus navrant c’est que certaines en profitent pour réclamer plus de droits pour ce qui va à l’encontre de leur nature, la libéralisation toujours plus grande de l’avortement.

Bien sur je vais être encore traité de macho ; je pense que chacun a son rôle et je ne vois pas la nécessité d’aller contre la nature des choses. J’admire les femmes pour leur dévouement à leurs enfants, leur gentillesse, leur beauté et je ne vois en rien la nécessité de les comparer ou de les confronter aux hommes.

Ceci étant je n’empêche aucune d’elles de faire ce qu’elle a envie de faire, mais qu’elle assume son choix et ses conséquences.

Prenons un exemple : on admet les filles à l’Ecole Navale depuis vingt ans, on leur en facilite même l’accès en abaissant pour elles les normes physiques et le barème des épreuves sportives, et bien, cette année sur 60 admis il y avait 3 filles. Mais on veut embarquer d’autorité des femmes à bord des sous-marins, au risque de créer des problèmes évidents.

Il faut quand même avoir l’esprit tordu comme un socialiste, pour imposer la parité obligatoire aux élections en présentant un faux ménage dans chaque canton.

Puis je faire une suggestion ? Je pense que l’on devrait fusionner le fête des mères et la journée de la femme. On va me qualifier de pétainiste, encore un stéréotype.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com 

 

06/03/2015

Le pâtissier de Grasse

Un pâtisser de Grasse commercialise depuis déjà longtemps des gâteaux d’un mauvais goût très sur, en forme de poussahs et de poussates qualifiés « Dieu » et « Déesse », dotés d’organes sexuels impressionnants. Comme ils sont en chocolat, le CRAN s’indigne de ces gâteries «caricatures négrières, obscènes et injurieuses qui puisent dans la vieille tradition du racisme colonial». Il «exige le retrait immédiat de ces pâtisseries racistes et se réserve le droit de porter plainte pour incitation à la haine raciale».

Je me souviens que dans mon enfance mon père possédait un disque 78 tours dont le refrain, autant qu’il m’en souvienne, était :

« Ohé, ohé,

Ohé comme Robinson Crusoë,

Moi je m’dis le cœur gros,

Lui n’avait qu’un négro,

Ah le veinard moi j’en ai beaucoup trop. »

Au dos il y avait « Lindbergh à Paris », le disque datait donc de 1927. C’était l ‘époque de Joséphine Baker et du bal nègre, cabaret antillais de la rue Blomet à Paris.

Je vois diffuser une telle chanson de nos jours où toutes les minorités, les noirs pour ne pas dire les nègres, les musulmans, les juifs, les arabes, les arméniens, les descendants d’esclaves, les homosexuels, les lesbiennes , les bi, les trans, les Taubira se disent en permanence agressés. Il n’y a que les blancs, qui sont forcément coupables, les chrétiens par charité chrétienne, et les Chinois qui connaissent leur supériorité céleste pour supporter tout.

Je ne pense pas, dans ces conditions que le pâtissier de Grasse soit autorisé longtemps à vendre ses gâteaux, il faut dire assez répugnants et difficiles à présenter sur une table enfantine. En attendant cette publicité multiplie la vente.

Il n’empêche que tout cela montre la régression de la liberté d’expression, n’en déplaise à Charlie.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com 

 

05/03/2015

Mesdames les juges

La justice est colonisée par les femmes, comme l’enseignement. Alors qu’on exige partout la parité, il y a maintenant 80% de femmes à l’Ecole de la Magistrature. Bien entendu cela n’est pas indifférent pour la justice rendue pour certains délits, mais en plus si j’en crois une article du Monde du 4 mars, des juges se plaignent du comportement sexiste de leur supérieur masculin. Surtout les femmes enceintes ou avec des enfants en bas âge,

« Ainsi, tel président de juridiction fait preuve « d’un manque de tact qui frise souvent la grossièreté, témoigne un magistrat. Il a pu interpeller une collègue venant lui annoncer sa seconde grossesse en lui indiquant qu’il existait des moyens de contraception, ou une autre, en lui signalant à chaque rencontre qu’elle avait grossi ». Une vice-procureure a encore en travers de la gorge le dernier discours de rentrée « qui a directement mis en cause les magistrates, lesquelles, par leurs grossesses, sont à l’origine de dysfonctionnements graves », avec toute l’année, « un manque constant de considération et des humiliations publiques en termes choisis pour les femmes », traitées « d’hystériques » ou de « caractérielles »
Charmante ambiance qui laisse craindre une justice peu sereine.

Il n’empêche que l’absentéisme féminin chez une population jeune doit effectivement poser des problèmes comme d’ailleurs dans l’enseignement

Il conviendrait peut être de rééquilibrer les sexes chez les magistrats en appliquant une politique de quota à l’entrée de l’Ecole de la magistrature.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com