Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/08/2020

Beyrouth: désinformarion israélienne

Un site intitulé « Contre la désinformation médiatique » publie un article de journalistes israéliens affirmant que les 2750 tonnes de nitrate d’ammonium qui ont explosé et ravagé Beyrouth appartenaient en fait à la milice chiite Hezbollah qui voulait les utiliser comme explosif contre Israël « Le nitrate d’ammonium avait été amené et stocké dans l’entrepôt numéro 12 uniquement pour être militarisé et pour ravager Haïfa ou Tel Aviv. » C’est un mensonge éhonté, l’origine du nitrate d’ammonium est bien connue : il était transporté vers le Mozambique par un cargo moldave pourri qui n’avait pas été autorisé à quitter Beyrouth, le nitrate d’ammonium débarqué était stocké depuis sept ans dans un hangar probablement en vrac sans précaution.
Le nitrate d’ammonium est utilisé très couramment comme engrais azoté, on en produit des millions de tonnes.

Le nitrate d’ammonium a été à l’origine de très nombreux accidents, Wikipedia en compte 24 depuis 1916 : notamment le cargo français Grandcamp transportant 2900 tonne explosant à Texas City en 1947, le cargo norvégien Océan Liberty explosant devant Brest en 1947 (3000 tonnes), de l’usine AZF (300 tonnes) à Toulouse.

Le nitrate d’ammonium normalement stable, peut détonner en présence d’impuretés ou à haute température, incendie à proximité ou explosion.

Dans le cas de Beyrouth il est possible que l’explosion ait été provoquée par une explosion dans un hangar voisin mais une explosion intentionnelle est quoi que disent les Israéliens à rejeter : l’explosion ne profite à personne et n’est surement pas l’œuvre d’Israël.

On peut effectivement faire de l’explosif avec du nitrate d’ammonium notamment en le mélangeant à du gazole, c’est ce qui avait été fait pour le premier d’attentat contre le World Trade Center en 1983 : 680 kg transporté par un camion.

Il n’empêche que tous les accidents recensés sont dus à des transports en vrac ou à des stockages en tas. Tant que le caractère explosif de cet engrais ne sera pas reconnu il y aura des accidents, les stocks devraient être parcellisés au milieu de polygones d’isolement comme dans une pyrotechnie, ce n’est pas ce qui se fait comme pour d’autres produits dangereux, rappelons nous Rouen.

07/08/2020

Marre des Traoré

Le Magazine M, magazine bobo-gauchiste du Monde consacre 7 pages plus la couverture à Assa Traoré. Je le dis tout de go, j’en ai marre de la tribu Traoré. Car je voudrais qu’on m’explique le bénéfice qu’a été pour la France l’arrivée de Mara Siré Traoré dans les années 60 qui épousa deux Françaises puis fit venir du Mali Mama et Oumou deux épouses polygames, probablement au nom du regroupement familial alors que la polygamie est interdite. Ces deux dames doivent être considérées comme des parents isolés et être aidées en conséquence, peut être bénéficier chacune d’un logement social. L’ensemble a eu 17 enfants tous en France dont quatre garçons multirécidivistes ont été condamnés à de la prison ferme. Je ne sais si dans les quatre on trouve Adama embastillé et convaincu du viol de son codétenu. Assa est une ancienne éducatrice, ce qui veut dire qu’elle tentait d’empêcher les jeunes des cités de tomber dans la délinquance. Depuis la mort d’Adama elle s’est fait mettre en congé maladie par son employeur le baron Edmond de Rothschild, merci pour la sécurité sociale. Quand elle parle d’Adama délinquant rattrapé par les gendarmes alors qu’il s’enfuyait Assa écrit : « Mon petit frère, Adama Traoré a été tué par les gendarmes le jour de son anniversaire » ce qui est quand même un raccourci étonnant. « Avant on avait une vie normale » dit elle, dans une famille polygame de délinquants multirécidivistes, avouez qu’un Gaulois a de quoi s’étonner. « Quand la femme noire sera libérée, tout le monde sera libéré » peut être mais la France sera alors colonisée par les mouvements de « l’antiracisme décolonial » Quand le 13 juin elle appelle à manifester place de la République elle rassemble 20 000 personnes  « des jeunes et des moins jeunes, des hommes et beaucoup de femmes , des politiques et des artistes, des hétéros et des homos, des primo manifestants et des vieux briscards de la lutte contre les violences policières » du beau linge quoi, à base de bobos et de gauchistes, de professionnels de l’anti-racisme des militants de la Brigade anti-négrophobie. Je comprends bien entendu l’indignation d’Assa Traoré aussi je voudrais lui donner un conseil : elle est surement bi-nationale, alors elle devrait retourner au Mali où les noirs ne sont ni persécutés ni victimes de violences policières, il y a au moins une personne qui ne la regrettera pas, et elle peut si elle veut emmener toute la tribu au moins ceux qui sont en liberté.

03/07/2020

Plus vert que moi je meurs

Depuis des mois sinon des années tous les partis de droite comme de gauche déclarent « hors de l’écologie pas de salut », eh bien les Français, au moins ceux qui ne se sont pas abstenus ont voté pour les Verts. Logique.

Malheureusement ils ne tarderont pas à s’apercevoir, qu’ils vont être emmerdés pour leur voiture qui consomme trop, leur chauffage trop polluant, leur logement qu’il faut isoler d’urgence, qu’on finira bien par leur imposer une taxe carbone, que l’électricité va augmenter. On va arrêter des centrales nucléaires qui comme Fessenheim ne demandent qu’à produire.

On va leur dire manger bio, pas de viande, pas d’emballage, pas d’huile de palme, pas de soja, pas d’engrais, pas de produits phytosanitaires, etc… Du coup tout va augmenter et on sera obligé d’importer ou de se serrer la ceinture..

On va les empêcher de prendre l’avion, d’entrer dans les villes en voiture dans l’espoir qu’ils se déplacent à vélo, à trottinette, en métro. On va remplacer les rues par des pistes cyclables.

Ils vont voir pousser de monstrueuses éoliennes tout autour de chez eux, c’est affreux et ça les rendra malade.

On va les obliger à habiter des immeubles qui occupent moins de place que la maison dont ils rêvent

On va voir proliférer les ours, les loups, et autres espèces protégées, qui ravageront les cultures et les troupeaux.

On va leur raconter n’importe quoi, comme on l’a fait aux 150.

Et comme les écolos sont gens de gauche, on va ouvrir largement les portes aux immigrés, on va faire repentance pour l’esclavage, la colonisation, les discriminations en tout genre, raciales, sexuelles.

Et pendant ce temps là on entendra rigoler les Chinois, les Indiens, les Polonais, les Allemands, les Américains qui bruleront du charbon à tout va et qui finiront par nous bouffer bio.

Pauvre France.

15:42 Publié dans actualites, Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : écolos, verts

25/06/2020

Les 150

Ce qui est inquiétant dans le rapport de la Convention Citoyenne, c’est le niveau de formatage, d’intoxication en tout genre qu’il révèle. Aucune considération pour les conséquences économiques des mesures suggérées alors que le pays est exsangue à la suite de la crise du coronavirus. Aucune conscience du fait que la France n’est pas seule au monde ni isolée mais en compétition avec les économies de l’Europe entière, voir plus loin et probablement aucune idée du changement de société proposé que personne en France n’accepterait. Il est vrai que quand on sélectionne 150 quidams au hasard, qui à priori ne connaissent rien au sujet proposé, on ne peut s’attendre qu’à la prise en main par des « experts » militants qui rapidement font la promotion de leurs idées farfelues. L’affaire était d’ailleurs cornaquée par Laurence Tubiana, Directrice de la Fondation européenne pour le climat (ECF), qui ne risquait pas d’orienter les débats dans une direction moins consensuelle. Ce qui est étonnant dans cette affaire, qui fait suite à la crise des gilets jaunes déclenchée par une hausse du prix du gazole, c’est le sujet choisi:  « comment réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 dans un esprit de justice sociale ». Ce n’est pas avec ce sujet qu’on risque de les satisfaire. Quoiqu’il en soit les 150 ont fait appel à 140 experts dont on peut supposer qu’il n’y avait pas beaucoup de climatosceptiques, mais plutôt Nicolas Hulot ou Yves Cochet « retranché dans la campagne au nord de Rennes pour se préparer à l'effondrement du monde qui nous arrive en pleine tronche » et des collapsologues apôtres de la décroissance du même acabit. Ils ont même fini par être épaulés par un groupe de 14 experts. Une chercheuse reconnaît d’ailleurs « Les experts ont joué un rôle majeur. Sans eux, la convention n’aurait pas pu aboutir »,  «Ils sont parfois allés jusqu’à orienter les débats, mais « pour s’assurer que les citoyens ne ratent pas un sujet».  On a compris : les débats ont du être largement manipulés, ce qui explique les idées incongrues avancées. En particulier il est intéressant de remarquer que l’électricité nucléaire n’a pas été évoquée alors qu’elle est une grosse partie de la solution du problème. Remarquons aussi que la France bon élève, ne produit que 1% du CO2 mondial et que si on revient à 0,6%, ce qui n’est d’ailleurs pas possible, ça ne changera rien à l’échelle de la planète où Allemands, Polonais, Chinois, Américains et Indiens continueront de bruler du charbon à tout va. Egalement le coût de ces mesures n’a pas été estimé alors que la France est ruinée et qu’appliquer ce qui est demandé reviendrait à se tirer une balle dans le pied.

Le plus intéressant dans cette affaire est la mesure qui n’a pas été retenue : On préconisait une réduction du temps de travail de 35 à 28h sans diminution de salaire : «La réduction du temps de travail, sans perte de salaire, est proposée pour aller vers ce nouveau modèle: sobriété, partage, justice sociale. Pour répondre pleinement à ces enjeux, nous devons consommer moins, produire moins et donc travailler moins» quant on connaît les conséquences qu’a eues le passage aux 35h on ne peut que frémir à ce qui se serait passé si cette mesure avait été retenue. Mais là se trouve la base de toutes les propositions : la décroissance chère aux colapsologues, un retour au jardin d’Eden avant la faute.

Pour le reste on trouve les leitmotiv habituels, la voiture que, faute de pouvoir l’éradiquer, il faut limiter par des contraintes, des interdictions, des pénalités selon les habitudes de l’écologie punitive. Donc limitation à 110 km/h sur les autoroutes, interdiction de vente de véhicules produisant plus de 110g de CO2 au km dès 2025, au moment où tente de relancer l’industrie automobile. Il faut aussi interdire les vols intérieurs là où il y a un train. Cela fera plaisir à Air France. Heureusement pour compenser on augmenterait le fonds vélo. Bientôt il faudra justifier tout déplacement par un Ausweis émis par la Kommandantur verte.

Plus intéressante l’idée d’isoler les logements, mais si on la rend obligatoire, combien de propriétaires ne pourront financer ? Dans tout ce rapport le problème du financement n’est jamais évoqué, pourtant on se souvient de la réaction des gilets jaunes à l’augmentation de la taxe carbone. On ne sera autorisé à chauffer qu’à 19°, la Gestapo y veillera..
Cela n’a aucun rapport avec la production de gaz carbonique, il n’empêche qu’il va falloir changer nos méthodes agricoles : 50% des terres agricoles devront être exploitées en « agroécologie » ( ?). Bien entendu il faudra réduire l’usage des produits phytopharmaceutiques et des pesticides. La France ne sera alors plus autosuffisante, qu’importe on se serrera la ceinture. Simultanément il va falloir modifier nos habitudes alimentaires, manger moins de viande et de produits laitiers ; la restauration collective doit évoluer «vers des pratiques plus vertueuses », par exemple en proposant deux repas végétariens par semaine.

On conseille aussi de diminuer nos achats en utilisant même la contrepublicité telle que « En avez-vous vraiment besoin ? ».

Bref nous sommes vivement incités à la sobriété et à la frugalité. Les plus anciens se souviendront des temps bénis de l’occupation allemande : Il n’y avait plus de voitures mais des vélos, on avait droit à 90gr de viande par semaine et les jours « sans » étaient sans alcool, moyennant quoi il n’y avait plus d’obésité, les maladies cardiovasculaires avaient régressé, ainsi que les accidents de la route. Pour les verts c’est à cela qu'il faut retourner pour sauver la planète, sinon nous serons condamnés pour écocide, ce sera bien mérité.

20/06/2020

La chute du général Galliéni

En ces temps où d’aucuns rêvent de déboulonner les statues de nos gloires coloniales, je voudrais raconter comment j’ai assisté à la chute de celle du général Galliéni. C’était à Tananarive en 1973, à l’époque l’état major du général commandant supérieur qui était le général Bigeard , était installé à Tananarive, au quartier Galliéni. Au milieu de la cour d’honneur on pouvait admirer une superbe statue équestre du général.

Il faut préciser que la Général Galliéni nommé gouverneur de Madagascar en 1896, avait employé des méthodes vigoureuses pour pacifier la « Grande île ». Il déposa la reine Ranavalona III, abolit la monarchie, mit fin au régime féodal et abolit l’esclavage.

C’est dire que le Général Galliéni était mal vu des élites nationalistes malgaches qui avaient pris le pouvoir en 1972.

On dut renégocier les accords de défense et tous las militaires français de Tananarive et de Diego Suarez durent quitter l’île..

J’étais à l’époque à l’Etat Major du général Bigeard, quand nous dûmes déménager tout ce qu’on avait empilé au cours de 76 ans de présence ; ce ne fut pas une mince affaire.

Mais il y avait un problème, que faire de la statue du général Galliéni ? Nous nous étions engagés à tout laisser sur place aussi en toute rigueur la statue appartenait aux Malgaches, mais qu’en auraient ils fait ? Probablement envoyé à la fonte après une cérémonie expiatoire, impensable. On décida donc d’exfiltrer le général Galliéni. Mais il y avait un problème, le seul mode de transport possible était la voie aérienne, mais la statue du général en son entier n’entrait pas dans les transall.

Il fallait faire voyager le général et son cheval séparément, mais alors se posait la question. La statue avait elle été coulée d’une seule pièce ou en deux, le général et le cheval. ?

Pour s’en assurer on amena de nuit une grue dans la cour d’honneur et on entreprit de soulever le général. Heureuse surprise le général s’éleva laissant en place le destrier. Il ne resta donc plus qu’à transporter nuitamment le général et son cheval à l’aéroport d’Ivato et à les évacuer discrètement vers la Réunion.

Depuis la statue du Général Galliéni a, à ma connaissance, rejoint Fréjus, la Mecque des troupes de Marine.