Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2020

Le Président et la Dissuasion

Le 7 février, dans un discours à l’Ecole de Guerre, le Président Macron a proposé de mettre les forces de Dissuasion françaises au service de la défense européenne. Ce n’était pas la première fois qu’un Président de la République française faisait une telle offre, les Présidents Chirac, Sarkozy et Hollande l’avaient chacun avancée, aucune suite n’avais été donnée chacun se sentant couvert par le parapluie américain. Maintenant que le Président Trump ne s’attache clairement qu’aux intérêts américains, une réplique nucléaire au profit de l’Europe n’est plus guère crédible, chacun s’aperçoit que le Roi est nu et que la Dissuasion française n’est plus à mépriser. Si bien que le Président de la République fédérale d’Allemagne a répondu positivement à la Conférence de Munich à l’appel du chef de l’Etat français en faveur d’« un dialogue stratégique avec nos partenaires européens qui y sont prêts sur le rôle de la dissuasion nucléaire française dans notre sécurité collective »: « Nous devons saisir son invitation au dialogue ». Le Président allemand n’a qu’un rôle moral sans rôle exécutif, on peut toutefois voir une évolution d’un pays pacifiste, refusant de se mêler des affaires du monde et maintenant ses forces armées à un niveau à peine décent : « L’Allemagne doit davantage contribuer à la sécurité de l’Europe, y compris financièrement », a expliqué M. Steinmeier. « Nous avons besoin d’une nouvelle et meilleure relation de l’Union européenne avec la Russie », a-t-il ajouté.

Voilà une prise de conscience tardive du désengagement américain qui oblige à accepter les idées du Président Macron : régler le contentieux avec la Russie et disposer de ses propres forces pour assurer sa sécurité.

Bien entendu les forces de Dissuasion françaises resteraient entre les mains du Président français, une gestion concertée européenne ou otanienne n’est pas envisageable, mais étant donné la situation géographique française, ses liens économiques et culturels avec le reste de l’Europe, il est plus que probable qu’une attaque contre les intérêts vitaux d’un pays européen constituerait également une mise en cause des intérêts vitaux français.

Dans ces conditions on ne voit plus l’intérêt de l’Europe à rester dans l’OTAN « en état de mort cérébrale » à partir du moment ou elle n’est plus crédible pour assurer la défense commune.

Pour montrer que la Dissuasion française était crédible Le président invite des représentants de l’OTAN à visiter la base des sous-marins de la force océanique stratégique à l’Ile Longue en rade de Brest et le porte-avions nucléaire Charles de Gaulle et à assister à des exercices menés par les forces nucléaires.

La France compte consacrer 37 milliards d’euros à la modernisation de ses forces nucléaires, il semblerait correct que l’Europe mette un peu la main à la poche. On peut toujours rêver

 
What do you want to do ?
New mail
Le 7 février, dans un discours à l’Ecole de Guerre, le Président Macron a proposé de mettre les forces de Dissuasion françaises au service de la défense européenne. Ce n’était pas la première fois qu’un Président de la République française faisait une telle offre, les Présidents Chirac, Sarkozy et Hollande l’avaient chacun avancée, aucune suite n’avais été donnée chacun se sentant couvert par le parapluie américain. Maintenant que le Président Trump ne s’attache clairement qu’aux intérêts américains, une réplique nucléaire au profit de l’Europe n’est plus guère crédible, chacun s’aperçoit que le Roi est nu et que la Dissuasion française n’est plus à mépriser. Si bien que le Président de la République fédérale d’Allemagne a répondu positivement à la Conférence de Munich à l’appel du chef de l’Etat français en faveur d’« un dialogue stratégique avec nos partenaires européens qui y sont prêts sur le rôle de la dissuasion nucléaire française dans notre sécurité collective »: « Nous devons saisir son invitation au dialogue ». Le Président allemand n’a qu’un rôle moral sans rôle exécutif, on peut toutefois voir une évolution d’un pays pacifiste, refusant de se mêler des affaires du monde et maintenant ses forces armées à un niveau à peine décent : « L’Allemagne doit davantage contribuer à la sécurité de l’Europe, y compris financièrement », a expliqué M. Steinmeier. « Nous avons besoin d’une nouvelle et meilleure relation de l’Union européenne avec la Russie », a-t-il ajouté.

Voilà une prise de conscience tardive du désengagement américain qui oblige à accepter les idées du Président Macron : régler le contentieux avec la Russie et disposer de ses propres forces pour assurer sa sécurité.

Bien entendu les forces de Dissuasion françaises resteraient entre les mains du Président français, une gestion concertée européenne ou otanienne n’est pas envisageable, mais étant donné la situation géographique française, ses liens économiques et culturels avec le reste de l’Europe, il est plus que probable qu’une attaque contre les intérêts vitaux d’un pays européen constituerait également une mise en cause des intérêts vitaux français.

Dans ces conditions on ne voit plus l’intérêt de l’Europe à rester dans l’OTAN « en état de mort cérébrale » à partir du moment ou elle n’est plus crédible pour assurer la défense commune.

Pour montrer que la Dissuasion française était crédible Le président invite des représentants de l’OTAN à visiter la base des sous-marins de la force océanique stratégique à l’Ile Longue en rade de Brest et le porte-avions nucléaire Charles de Gaulle et à assister à des exercices menés par les forces nucléaires.

La France compte consacrer 37 milliards d’euros à la modernisation de ses forces nucléaires, il semblerait correct que l’Europe mette un peu la main à la poche. On peut toujours rêver

 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail

02/02/2020

Retour vers le passé

La loi Egalim impose aux cantines scolaires de prévoir un repas végétarien un jour par semaine, cette invention de bobos a été fort mal accueillie dans les campagnes surtout dans les régions d’élevage. On voit par là d’autre part à quel niveau sont descendus les débats de nos élus.

Poursuivi dans mon sommeil par cette décision ubuesque, j’ai fait un rêve :

Pour mieux cadrer cette décision et en vérifier l’application il a été décidé que le jour maigre serait dans toute la France, y compris l’outremer, le vendredi pour que les enfants arrivent au week-end l’estomac léger.

Il a ensuite été décidé que pendant 40 jours, pour se déshabituer du gaspillage et sauver la planète, les Français seraient incités à alléger leur alimentation. Ils devraient se contenter de protéines végétales venues des pois chiches et des lentilles. Pour cette période appelée « jeûne » on choisit les quarante jours qui précèdent le dimanche de Pâques.

Le premier jour du jeûne serait donc un mercredi appelé « Greta Day », chacun se repentirait de son mauvais bilan carbone et des atteintes à la biodiversité en particulier par la lutte contre les moustiques, qui seraient une espèce protégée. Le matin chacun serait invité à se couvrir la tête de cendres issues de la combustion des centaines de milliers de sapins de Noël sacrifiés par la folie des hommes.

Enfin pour favoriser le « vivre ensemble » on inviterait chacun à se réunir un jour par semaine, le dimanche, dans les salles des fêtes de chaque quartier ou agglomération. Ces communautés seraient nommées « paroisses » comme au Québec.

J’ai une fois de plus, été réveillé par le son des cloches que des provocateurs balançaient à toute volée. Tiens on pourrait les interdire quelques jours à la fin du jeûne.

 

 

 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail

29/01/2020

Bon Dieu, mais c'est bien sur...

Bon Dieu mais c’est bien sur … pour des chercheurs décoloniaux la crise climatique serait due à l’esclavagisme et à la colonisation occidentaux ; par le pillage des matières premières et le développement de monocultures intensives nous avons détruit la biodiversité. C’est en particulier le sentiment de Greta Thunberg – où va-t-elle chercher ça – la crise climatique, « les systèmes d’oppression coloniaux, racistes et patriarcaux l’ont créée et alimentée. Nous devons les démanteler » Des penseurs décoloniaux affirment dès 1990 que la traite négrière, la servitude, la conquête puis l’exploitation des colonies ont constitué une manière destructrice d’habiter la Terre et serait à l’origine d’une nouvelle ère géologique baptisée « anthropocène »

Tout ce malheur aurait commencé par la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb en 1492. Le responsable ce n’est pas tant l’ « homme » mais le capitalisme occidental. Les populations des pays dits du Sud ne sont pas responsables mais constituent les premières victimes. Les chercheurs décoloniaux évoquent le «plantationocène ». « Il s’agit là de désigner la transformation dévastatrice de divers types de pâturages, de cultures, de forêts en plantations extractives et fermées, qui se fondent sur le travail des esclaves et sur d’autres formes de travail exploité, aliéné et généralement spatialement déplacé »

Voilà bien le péché de l’homme blanc pour lequel il ne fera jamais assez repentance, nous avons accumulé du capital « sur le dos d’êtres humains réduits en esclavage » Une population dominante, exploite des populations dominées  « jugées en trop et exploitables à merci »

Que veulent les décoloniaux : « revaloriser les manières autres, sinon ancestrales, d’habiter le monde, mises à mal par la colonisation »

L’avis des décoloniaux est que les choses iraient bien mieux si les puissances coloniales étaient restées chez elles, laissant les choses comme elles étaient dans le reste du monde.

Remarquons qu’en 1500, au moment de la découverte de l’Amérique où aurait commencé la crise climatique, la population mondiale était de l’ordre de 500 millions d’individus, qu’en 1900 au moment du grand mouvement colonial, elle était de l’ordre de 1,5 milliards, qu’elle est maintenant de l’ordre de 7,5 milliards et qu’elle serait en 2050 de l’ordre de 10 milliards, et que « les manières autres sinon ancestrales d’habiter le monde » n’auraient certainement pas permis de nourrir une telle population. Quand nous sommes arrivés en Afrique nous avons trouvé, la lèpre, la maladie du sommeil, le paludisme … , sans parler de l’anthropophagie – qu’on peut effectivement considérer comme une forme écologique de recyclage – dans quel état serait ce continent si l’Occident n’était pas intervenu, apportant, l’hygiène, une médecine efficace, l’éducation et une certaine stabilité politique ? La pauvreté actuelle n’est pas due à l’Occident qui a décolonisé depuis plus de soixante ans. Elle est due à une gouvernance déplorable, à une instabilité politique, à des massacres ethniques, à une croissance démographique incontrôlée supérieure à la croissance économique.

Laissons Greta Thunberg à ses fantasmes télécommandés, c’en est assez de la repentance, bien sur le colonisation n’a pas eu que des effets positifs mais que serait le monde si elle n’avait pas eu lieu ?

 

* Cet article est inspiré par un article de Séverine Kodio-Grandvaux paru dans Le Monde le 25 janvier 2020

 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail

08/01/2020

Une fable : Nauru et l'écologie

Nauru est une ile minuscule de 21 km2 située dans le Pacifique sud au large de la Papouasie Nouvelle Guinée. Quoique ne possédant ni devise ni banque centrale, Nauru est devenu le 189° état à adhérer au Fonds Monétaire International.

A cette occasion Christine Lagarde puis le FMI se préoccupent des conséquences que le changement climatique pourra avoir sur l’île, montée des eaux, multiplication des cyclones…

Il est bien temps de se préoccuper d’écologie sur cette île qui autrefois paradisiaque est devenue un enfer.

Nauru fut une colonie allemande puis anglaise, elle dépend maintenant entièrement de l’Australie.

Il y a moins de 20 ans, l’île de Nauru était l'un des pays les plus riches du monde. Aujourd'hui, l’île est ravagée, l'État est en faillite, la population est obèse et le chômage général.

Le sort de Nauru a basculé quand on découvre que l’île est un atoll à guano, constitué principalement de phosphate déposé au cours des siècles par les excréments des oiseaux. C’est un excellent fertilisant dont l’Australie a grand besoin. L’extraction commence en 1906 et profite à des sociétés australiennes.

En 1968 Nauru dont la population est de l’ordre de 10 000 habitants accède à l’indépendance. L’entreprise est rachetée et nationalisée. De 1968 à 1998, la richesse s'empare de la population et la vie des Nauruans n'est plus la même. Les cours du phosphate s’envolent, le pays fait 225 millions d'euros de bénéfice et le PIB par habitant est le 2me au monde après l’Arabie Saoudite. Un PIB trois fois plus élevé qu’aux États-Unis. Les Nauruans se livrent alors à de folles dépenses, il n’y a pas d’impôt, l’électricité, l’eau sont gratuites, l’état fournit à chaque famille une femme de ménage, seuls les étrangers venus surtout des Kiribati travaillent, Chaque famille possède plusieurs voitures alors que la seule route qui fait le tour de l’île ne mesure que 12km, au point que les accidents de voiture deviennent la principale cause de mortalité. Les habitants ont totalement changé leurs habitudes alimentaires si bien que le taux d’obésité est de 95%. Pendant ce temps le gouvernement construit des immeubles à Melbourne et à Washington et entretient une délégation à l’ONU. On construit un golf luxueux et on crée une compagnie aérienne nationale.

Cela dura 30 ans : la production de phosphate passe de 1,67 million de tonnes en 1985-1986 à 162 000 tonnes en 2001-2002. Elle cesse totalement en 2003. C’est la descente aux enfers : L’épuisement des réserves minières, une mauvaise gestion des finances publiques et la dégradation de la santé publique entraînent une paupérisation de la population et de l'État, aboutissant à une faillite générale. La population est obèse et le taux de chômage atteint 90%.

Aujourd'hui, la quasi-totalité du territoire de Nauru ressemble à un désert de pierres. La surexploitation du phosphate sur l’île a dégradé l’environnement : 80% de la surface du territoire a été creusée et la déforestation a tué des espèces entières d’oiseaux.

Pour rétablir la situation le gouvernement choisit de vivre d’expédients, symbole de la déchéance du petit pays, le célèbre building que l’État avait acheté à Melbourne est vendu en 2004 pour essayer de rembourser les dettes. La République de Nauru commence alors à blanchir de l’argent et à vendre des passeports. Le pays devient un paradis fiscal et est mis sur la liste noire en 2000. On compte à l'époque 400 banques fantômes domiciliées à Nauru. Membre de l’ONU, Nauru monnaye ses votes au prix fort : C'est ainsi que Nauru est l'un des rares pays à reconnaître Taiwan, pays qui est d'ailleurs le seul à maintenir une ambassade sur place, l'île a aussi voté en faveur de la fin du moratoire sur la chasse à la baleine en échange du soutien économique du Japon. Nauru reconnaît l'indépendance de l’Abkhasie et de l'Ossétie du sud moyennant 50 millions de dollars. Le 29 novembre 2012 Nauru vote contre l’admission de l’Etat de Palestine en tant qu’état observateur aux Nations Unies.

Maintenant, en échange de 415 millions de dollars australiens par an, soit 284 millions d'euros, Nauru accueille les demandeurs d’asile refoulés d’Australie - environ 1500 personnes - dans deux camps de détention.

La plus petite République du monde est aujourd’hui une île complétement dévastée, qu'on a même envisagé d'abandonner en préparant l’exil de ses habitants. Pour l'heure, près de 9.000 personnes vivent encore sur l'île mais son avenir est compromis. Entre surexploitation écologique, faillite économique et hyperconsumérisme, l’histoire de Nauru est l’exemple parfait du rêve qui vire au cauchemar.

Il est bien temps de se préoccuper du réchauffement climatique et de la montée des océans.

 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail

20/12/2019

Usine à gaz

Si le but principal du gouvernement était d’avoir la peau des régimes spéciaux, qui ne sont absolument plus justifiés et coutent un « pognon dingue » c’est raté. Plutôt que de traiter simplement et ouvertement le problème, ce qui aurait provoqué certainement des mouvements de grèves identiques aux actuels mais qui n’aurait probablement pas recueilli de soutien populaire, le gouvernement a préféré noyer le poisson dans une refonte totale du régime des retraites. Cette façon de faire a déclenché, probablement à juste titre, l’inquiétude et le refus des futurs retraités, le pouvoir ayant perdu toute crédibilité comme l’a démontré amplement le mouvement des gilets jaunes. Deux ans de négociation avec les corps intermédiaires - on se demande à quoi sert le parlement - n’ayant conduit à rien, le gouvernement a choisi l’époque de Noël pour dévoiler un projet qu’on peut qualifier de fumeux au point de provoquer l’opposition générale et non seulement celle des bénéficiaires de régimes spéciaux à l’évidence abusifs.

L’argument du gouvernement était qu’il y avait 42 régimes de retraites différents et qu’il convenait de les unifier en un seul régime général. Parmi ces régimes on trouve des caisses indépendantes, gérant les retraites de certaines professions généralement libérales, avocats, ingénieurs, médecins, qui ne coutent pas un sou à la collectivité. La fusion de ces régimes en un système unique entrainerait hausse des cotisations et diminution des retraites, bien entendu les intéressés s’y opposent.

On trouve aussi parmi les régimes particuliers, les retraites de certaines professions qui ne peuvent rentrer dans le système général, en particulier pour l’âge de la retraite. Peut on demander aux danseurs de l’opéra et aux marins pêcheurs d’exercer jusqu’à 62 ans ? bien sur que non. On ne peut non plus envisager, les militaires, les policiers, les pompiers restant au service jusqu’à cet âge.

Il va donc falloir tenir compte dans un régime dit général de toutes les particularités et avantages acquis, le transformant en usine à gaz, toutes les dérogations faisant l’objet d’une foire d’empoigne pour la défense des différents intérêts catégoriels. La fin des régimes spéciaux ne se fera que sur des décennies, déjà le gouvernement a cédé aux policiers, promis une revalorisation du salaire des enseignants. Finalement on peut craindre que l’ensemble n’entraine une baisse générale des retraites et des injustices comme celles que doivent subir les mères de famille nombreuse.

On suivra avec intérêt l’évolution du régime de retraite des sénateurs dont la caisse dispose d’une cagnotte de l’ordre d’un milliard d’euros constituée au fil des ans sur fonds publics. Le président du Sénat s’appuie sur le principe de la séparation des pouvoirs exécutif et législatif, pour dire que c’est à lui de décider d’une éventuelle évolution du régime des retraites des sénateurs ; avec de tels arguments on peut craindre que nous ne soyons pas sortis de l’auberge.

 

 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail