Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2012

Deux curiosités judiciaires

Deux affaires judiciaires m’étonnent :

D’abord le naufrage de l’Erika.

Reprenons les faits : Total ayant a transporter du fuel lourd de Dunkerque à Milazzo (Sicile) affrète auprès d’un armateur italien, « Tevere Shipping Co Ltd » un pétrolier battant pavillon maltais, l’Erika. Ce pétrolier construit en 1975 a été contrôlé en 1998 par la société de certification italienne Rina et déclaré capable de naviguer malgré un état de corrosion certain.

L’ Erika appareille le 7 décembre 1999 malgré un temps mauvais mais maniable. Le 11 décembre dans un très mauvais temps, dans le golfe de Gascogne, des fissures se manifestent qui conduiront à la rupture puis au naufrage du bateau dans les eaux internationales à 30 nautiques au sud de Penmarc’h. 400 km de côte seront pollués par le fuel déversé.

Remarquons que Total prend le nettoyage à sa charge avant tout jugement.

Que peut-t-on reprocher à Total ? Le navire est jugé capable de naviguer par une société de certification reconnue. Après chargement de la cargaison, Total n’intervient plus sur les décisions prises au cours de la traversée.

Il a perdu sa cargaison et est donc une victime.

De plus le l’avocat général à la cour de cassation estime que la France n’est pas compétente, le naufrage ayant eu lieu dans les eaux internationales.

Et pourtant la cour de cassation vient de confirmer la condamnation pénale de Total à la grande joie des écologistes.

On se demande ce que l’on peut lui reprocher à part d’être le seul à avoir les moyens de réparer les dégâts ce qu’il a d’ailleurs fait spontanément.

Autre affaire, AZF, l’explosion de 300 tonnes de nitrate d'ammonium dans l’usine toulousaine de Grande Paroisse le 21 septembre 2001.

Le nitrate d’ammonium est un engrais mais, instable, aussi un explosif. Il a été responsable de nombreuses catastrophes notamment à Texas City et à Brest.

Si on le considère comme un explosif on fractionne le stock, on met des merlons et on établit un périmètre d’isolement autour de l’installation, servitude imposée par l’Etat et interdisant toute construction.

Chez AZF le nitrate, engrais, était stocké en tas dans un hangar sans surveillance sérieuse et petit à petit on avait construit autour de l’usine à l’origine isolée. L’usine était pourtant classée Seveso 2.

Le directeur de Grande Paroisse vient d’être condamné sévèrement, ce qui est normal quelle que soit la cause de l’explosion. Mais on n’a pas parlé de la responsabilité de l’Etat qui aurait du définir un polygone d’isolement ni de la municipalité qui a laissé construire autour de l’usine. Le maire socialiste de Toulouse, Pierre Cohen s’est dit satisfait, il peut l’être, à mon sens il aurait du être impliqué.

La justice n’a été rendue qu’à moitié.

Bizarrement dans cette affaire pour l’association de victimes, c’était « la faute à Total ». Décidemment dans notre pays il ne fait pas bon d’être riche.

 

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

 

 

 

26/09/2012

Une curieuse politique

Décidément la France mène une curieuse politique étrangère : hier François Hollande appelait l’ONU à intervenir pour rétablir la paix en Syrie et au Mali.

Il n’a pas beaucoup insisté sur le fait que la conquête du Nord Mali par les islamistes était la conséquence de l’élimination de Kadhafi en Libye à laquelle la France a, pour des raisons obscures, largement participé. Quand on connaît la vitesse avec laquelle l’armée malienne a été chassée du Nord Mali par les touaregs et les islamistes, on peut avoir des doutes sur la capacité des armées de la CEDEAO, composées de subsahariens, à intervenir avec succès dans l’environnement désertique qui prévaut. Il faudrait mieux avoir l’aide du Tchad et de la Mauritanie qui ne semblent guère tentés. Ou que la France recherche un accord avec l’Algérie pour une intervention conjointe, ce qui aurait comme autre avantage de renouer des liens. 

Mais ce qui est le plus étonnant c’est que la France poursuit sa croisade contre al-Assad étant ainsi l’allié objectif des djihadistes voire d’Al Qaida, partie prenante de la rébellion Syrienne. On soutient ici ce que l’on combat ailleurs.

Il est quand même difficile de comprendre notre intérêt dans toutes ces affaires ; espérons que nous n’agissons pas uniquement pour des raisons humanitaires.

A vrai dire on paraît plutôt se tirer une balle dans le pied au service d’Israël et des américains

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

 

18/09/2012

Grandeur et décadence

On peut se demander quel intérêt ont ces grandes messes comme la dernière conférence gouvernementale sur l’environnement alors que les décisions sont prises à l’avance :

L’arrêt de la centrale de Fessenheim en 2016 alors que cette centrale avait été l’objet de travaux lui permettant de fonctionner au moins dix ans avec la bénédiction de l’Agence de Sécurité Nucléaire, la perte annuelle entrainée par cet arrêt, absolument infondé étant de l’ordre de 200M€.

L’interdiction de l’exploitation des gaz de schiste en France. Il est en effet plus facile de bloquer le prix du gaz que de rechercher du gaz bon marché avec en plus la création d’emplois en France.

Et tout ça pourquoi ?pour faire plaisir à une kyrielle d’ONG gaucho-verdâtres de financement obscur comme Greenpeace, Ecologie sans frontière, Rassemblement pour la planète, le Réseau sortir du nucléaire, et des gourous autoproclamés comme Nicolas Hulot et José Bové, tous déconnectés des contraintes économiques et entrainés par une idéologie partagée par 2% de la population française pourtant intoxiquée en permanence par les médias.

La France se désindustrialise et perd des parts de marché et le Président veut faire de notre pays « la nation de l’excellence environnementale ». Quand les Chinois et les Arabes auront racheté toutes les entreprises françaises, on comprendra que là n’est pas le problème mais qu’il faut produire au moindre coût avec une énergie la moins chère possible.

On put d’ailleurs, au cours de la conférence, voir l’alliance improbable du patronat et des syndicats qui eux sont au contact de la réalité économique.

Les Français s’élèvent contre le prix de l’essence et du fuel, que diront ils quand l’électricité va doubler pour financer des panneaux solaires chinois et des moulins à vent au fonctionnement incertain ?

On évoque en permanence le « principe de précaution », honteux préservatif d’un pays qui n’accepte plus aucun risque et veut faire des guerres « zéro mort », signe de décadence d’une nation qui autrefois conquérait l’Europe et parcourait le Monde, où on découvrait, on inventait, on créait. On craint un tsunami en Gironde, un tremblement de terre jamais vu sur le Rhin, on se préoccupe des nuisances que subiront les baleines si on prospecte le pétrole au large de la Guyane.

Les Français croient que leur mode de vie confortable est un dû de droit divin et que ça va durer : les 35 heures, les six semaines de congés payés et la santé gratuite. Pendant ce temps là, si j’ose dire, les Chinois travaillent comme des nègres, nous imitent, nous copient et accumulent des capitaux pour racheter les derniers fleurons de nos entreprises. Sous peu on achètera des TGV et des avions chinois. Les Américains relancent leur industrie avec l’autosuffisance d’une énergie pas chère, pendant que nous rêvons dans les délices de Capoue.

Et encore nous n’avons pas compris que ce que veulent tous ces hurluberlus apôtres de l’écologie, c’est la décroissance, une mentalité d’Amish refusant le progrès. Quand on voit comment vivaient les Bretons de l’intérieur, il y a un siècle, dans des chaumières au sol de terre battue sans électricité et ce devait être pareil dans la plupart des provinces agricoles, on se dit que c’est quand même mieux maintenant même avec les bouchons sur les autoroutes et l’effet de serre, nouvelle crainte millénariste proche de celle de la chute du ciel sur les Gaulois.

Si on veut remonter la pente il faut le vouloir, agir, travailler, gérer au mieux, économiser, inventer, produire et, pendant qu’on y est renoncer au messianisme démocratique.

 

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

 

14/09/2012

Le meurtre de l'ambassadeur

Si les Etats Unis ne nous avaient pas aidés à éliminer Kadhafi, Cristopher Stevens, l’ambassadeur Américain en Syrie n’aurait pas été assassiné à Benghazi.

D’où le retard et la mollesse de la réaction américaine, Hillary Clinton ne semblant pas capable de s’indigner du meurtre d’un de ses ambassadeurs. Et pourtant assassiner le représentant de la première puissance mondiale, ce n’est pas rien.

On n’a pas beaucoup insisté sur l’exhibition du cadavre de l’ambassadeur à travers les rues. Cela montre le niveau d’abaissement atteint par le monde occidental.

Ce qui est étonnant c’est que l’attaque du consulat américain en cette date anniversaire du 11 septembre, avait visiblement été soigneusement planifiée et que la projection du film sur Mahomet n’a peut être été qu’un prétexte, les salafistes et Al Qaida montrant qu’ils pouvaient agir quand ils voulaient.

Peut être pourrait on en tirer leçon pour la condamnation unanime du dictateur Syrien, et l’envie de voir sa chute.

10/09/2012

La crèche de Saint Ouen

Décidément les bien-pensants ne savent quoi inventer. J’apprends (Le Monde du 9 septembre ) qu’ « A Saint-Ouen, la lutte contre le sexisme débute au berceau ». Effectivement une crèche de Seine-Saint-Denis a choisi une « pédagogie égalitaire active » pour combattre la construction de stéréotypes.

« On n'arrivera pas à l'égalité si on ne s'attaque pas à la construction des stéréotypes dès le plus jeune âge », affirme Mme Vallaud-Belkacem qui a rendu visite à cette crèche exemplaire.

Alors qu’y fait-on ? Plus de rose pour les filles, de bleu pour les garçons, des ateliers bricolage et cuisine sont proposés aux deux sexes, on montre aux petites filles qu'elles peuvent jouer aux petites voitures, faire du bruit, crier, grimper. Les garçons qui ont envie de jouer à la poupée vont être encouragés aussi.

Effectivement une photo montre trois bambins de couleurs différentes sauf blanche, parmi eux un «négrillon» baigne consciencieusement une poupée, noire.

Ca sent un peu le montage mais qu’importe. On se demande quel sera son comportement dans son futur lycée de ZEP.

Il paraît que les parents adhèrent à cette façon d’éduquer. Cela semble étonnant dans cette zone où les femmes ne sont pas très considérées, c’est le moins qu’on puisse dire, ou alors il s’agit de bobos adeptes de la théorie du genre.

Il paraît que « Les professionnels sont convaincus qu'une telle politique favorise le respect entre les sexes, et peut même faire reculer les violences faites aux femmes » Personnellement je pense que le but est la promotion de l’homosexualité, il est vrai que je ne pense pas bien.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com