Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2012

Une curieuse politique

Décidément la France mène une curieuse politique étrangère : hier François Hollande appelait l’ONU à intervenir pour rétablir la paix en Syrie et au Mali.

Il n’a pas beaucoup insisté sur le fait que la conquête du Nord Mali par les islamistes était la conséquence de l’élimination de Kadhafi en Libye à laquelle la France a, pour des raisons obscures, largement participé. Quand on connaît la vitesse avec laquelle l’armée malienne a été chassée du Nord Mali par les touaregs et les islamistes, on peut avoir des doutes sur la capacité des armées de la CEDEAO, composées de subsahariens, à intervenir avec succès dans l’environnement désertique qui prévaut. Il faudrait mieux avoir l’aide du Tchad et de la Mauritanie qui ne semblent guère tentés. Ou que la France recherche un accord avec l’Algérie pour une intervention conjointe, ce qui aurait comme autre avantage de renouer des liens. 

Mais ce qui est le plus étonnant c’est que la France poursuit sa croisade contre al-Assad étant ainsi l’allié objectif des djihadistes voire d’Al Qaida, partie prenante de la rébellion Syrienne. On soutient ici ce que l’on combat ailleurs.

Il est quand même difficile de comprendre notre intérêt dans toutes ces affaires ; espérons que nous n’agissons pas uniquement pour des raisons humanitaires.

A vrai dire on paraît plutôt se tirer une balle dans le pied au service d’Israël et des américains

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

 

23/08/2012

Il n'y a pas que la Syrie

Alors qu’on nous bassine ad nauseam avec les troubles en Syrie et les « crimes » de el-Assad, on oublie volontiers, à moins qu’on ne les trouve de nulle importance, les autres zones ou règnent insécurité et massacre.

Si on s’en tient à l’Afrique, la Libye après notre intervention s’est somalisée : « chaque localité est gouvernée sur une base tribale par des milices surarmées ou par ce qu’il reste des forces fidèles à Kadhafi, notamment aux frontières sud et ouest ».

Le Mali est coupé en deux et le Nord est tombé aux mains des islamistes et des terroristes qui ont englouti les Touaregs.

En République Démocratique du Congo, l’est du pays est devenu un protectorat rwandais. Le Kivu est entre les mains d’une milice tutsi locale, le M23, dirigée par le général Bosco Ntaganda que la CPI considère comme un criminel de guerre, pendant que le Rwanda de Kagame pille ses richesses minières et en particulier les pierres précieuses. Pendant ce temps l’Ouganda pompe le pétrole du lac Albert.

Ajoutons des incidents ethniques à l’ouest de la Côte d’Ivoire et au sud avec le Liberia.

Dans le nord du Nigeria les chrétiens sont victimes d’attentats de plus en plus nombreux, et entre les deux Soudans, les conflits sur fond pétrolier sont constants. 

N’oublions pas non plus la Somalie d’ou partent les pirates dans le golfe d’Aden et l’océan Indien et qui est devenue un non-état entre les mains des milices islamistes.

Revenons en Asie, le Yemen est victime d’attentats terroristes fréquents, un gazoduc a été saboté il y a deux jours, on soupçonne Al-Quaïda et en Irak depuis le retrait américain les attentats meurtriers se multiplient. Sans parler bien sur de l’Afghanistan.

Bien entendu cette liste n’est pas exhaustive. Tout cela n’intéresse personne et pourtant nous avons six otages au Niger et des intérêts importants en Afrique.