Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/08/2013

Ego nominor Leo

« la France est prête à punir ceux qui ont pris la décision infâme de gazer des innocents » a déclaré le Président Hollande accusant formellement le gouvernement syrien alors que la mission de l’ONU n’a pas encore rendu son rapport.

Et quand bien même ce serait lui le coupable, de quel droit la France rendrait la justice et punirait ? Il y a des instances internationales, le conseil de sécurité de l’ONU, la cour de justice internationale, à elles de juger et de condamner.

D’ailleurs cette déclaration belliqueuse est une pure rodomontade, la France n’a plus les moyens d’affronter les armées syriennes et elle ne pourrait le faire que comme supplétif à la remorque des Américains.

Et que voulons vous obtenir ? Si nous ne souhaitons plus la chute de el-Assad pourquoi l’affaiblir ? Si les occidentaux n’avaient pas aidé l’opposition syrienne qui ne représente pas grand monde, est complètement divisée et derrière laquelle se cachent les djihadistes sunnites venus de l’étranger et ces démocraties exemplaires que sont le Qatar et l’Arabie Saoudite, il y a beau temps que cette guerre civile aurait été terminée et nous n’aurions jamais entendu parler de gaz de combat.

Deux ans et demi de rébellion soutenue de l’étranger n’ont pas suffi à abattre le régime de el-Assad ce qui prouve que beaucoup de Syriens le considèrent comme un moindre mal. En particulier les chrétiens qui jusqu’à la rébellion vivaient en paix en Syrie et qui seront les victimes désignées d’une islamisation inévitable. Il n’est que de lire les déclarations des autorités religieuses chrétiennes pour comprendre leur inquiétude devant un probable exil comme ce fut le cas en Irak ou la crainte de persécutions que subirent les coptes d’Egypte sous le gouvernement Morsi.

La France a toujours été le protecteur des chrétiens d’orient et est vue comme telle par les Libanais et les Syriens. Un gouvernement de francs-maçons trahit cette mission, quelle tristesse. La défense des minorités chrétiennes au proche orient devrait être le principal moteur de notre politique et non de vaseuses considérations humanitaires qui ont toujours conduit à des catastrophes, au Kosovo, en Irak, en Libye et maintenant en Syrie.

De quel droit interviendrions nous avec les Américains et les Anglais ? Par ce que nous sommes les plus forts ? « ego nominor Leo » La justice du plus fort n’est pas la justice et c’est une argutie de dire que notre intervention ne serait pas légale mais légitime.

Venant de pays qui n’ont pas hésité à raser Hiroshima, Nagasaki et Dresde, la condamnation d’une attaque qui a fait quelques centaines de morts avec des armes dites de "destruction massive" est grotesque.

Rappelons que les Etats Unis, la France et la Grande Bretagne, pourtant signataires du traité de non prolifération nucléaire, entretiennent de quoi vitrifier n’importe quel pays au cas où leurs intérêts vitaux seraient menacés, et affirment vouloir s’en servir.

Ajoutons qu’une attaque même limitée contre la Syrie pourrait avoir des conséquences que nous ne pouvons prévoir et déstabiliser encore plus la région.

Il est urgent de ne rien faire sinon relancer une conférence internationale à laquelle participeraient la Syrie et l’Iran.

23/08/2013

Enfumage

L’enthousiasme avec lequel notre ministre Fabius donne foi aux affirmations des rebelles Syriens sur l’usage de gaz toxiques est admirable. Le ministre français des affaires étrangères, a demandé une "réaction de force" de la communauté internationale s'il y a la preuve de l'utilisation d'armes chimiques par le régime syrien. "Il y a des possibilités de répliquer". Toutefois il ajoute "pas question d'envoyer des forces militaires. C'est impossible". Effectivement au niveau où on a réduit les armées françaises, on ne les voit pas affronter l’armée Syrienne.

Evidemment, nul ne peut affirmer qu’il n’y a pas eu utilisation de gaz toxique, par l’un ou l’autre camp, mais on ne voit guère de raison pour que Bachar el Assad qui reprend le dessus partout et qui sent mollir le soutien occidental à l’opposition, se livre à pareille provocation. Les affirmations et les témoignages ne viennent que d’un camp sans preuve convaincante.

Bien entendu Le Monde enchérit ne mettant guère en doute la réalité des faits. « le régime syrien veut  provoquer un effet de stupeur »

Les évènements égyptiens devraient pourtant mettre en garde contre le danger islamique et les risques entrainés par la chute éventuelle de el Assad, mais les mobiles de notre politique sont insaisissables alors qu’elle devrait avoir pour objectif premier la sauvegarde des communautés chrétiennes dont la France a toujours été le protecteur.

Du moins tant que les francs-maçons n’étaient pas tout puissants.

12/08/2013

La France satellitaire

Les relations actuelles entre les Etats Unis et la Russie sont mauvaises. En cause l’affaire Snowden qui dévoila les turpitudes de la NSA et ses écoutes mondiales sous couleur de lutte contre le terrorisme. La Russie ne veut pas livrer le coupable et Obama sanctionne Poutine en refusant de le voir en tête à tête au prochain G20.

La France cocue mais contente, espionnée comme les autres n’a même pas protesté, et pourtant on peut supposer que l’écoute antiterroriste se double d’espionnage industriel.

La France est devenue le parfait satellite des Etats Unis qu’elle suit par la contremarche dans toutes leurs manœuvres douteuses.

Qu’avions nous à nous mêler de la guerre Syrienne que nous n’avons cessé d’attiser ? Après des dizaines de milliers de morts, El Assad est toujours en place et va probablement y rester, ce qui montre l’attachement d’une grande part des Syriens qui le préfèrent encore à une dictature islamique.

Quel intérêt avons nous à nous opposer à l’Iran, la détention de l’arme nucléaire constitue-t-elle une menace pour nous ? Les sanctions nous coutent cher en exportations à un moment où nous en avons bien besoin.

Les Américains qui ont pourtant bien besoin de la Russie comme voie d’accès en Afghanistan ou pour leur politique en Asie centrale, entretiennent une atmosphère de « guerre froide » en agitant des billevesées comme le bouclier antimissile ou des affaires de droits de l’homme et de défense des homosexuels.

Pendant ce temps là les Etats Unis pratiquent l’assassinat ciblé dans un pays indépendant comme le Yemen par des pilotes de drones confortablement installés devant leur pupitre à 15 000 km de là, en attendant qu’ils fassent de même ailleurs par exemple en Seine Saint Denis.

La France ne dit rien alors qu’elle a beaucoup d’intérêts communs avec la Russie que nous aurions avantage à voir rejoindre le concert des nations, participant encore à une alliance militaire constituée à l’origine contre elle et qui empêche toute constitution d’une défense européenne.

Il est temps que la France reprenne son indépendance.

10/08/2012

Repentance

Faisant mon examen de conscience, je m’aperçois que j’ai successivement défendu, en leurs temps, Pinochet, Milosevic, Saddam Hussein, Ben Ali, Kadhafi, Bachar el-Assad et Poutine. Tous dictateurs condamnés par les bien-pensants du monde occidental et auxquels pour beaucoup on a réservé un sort peu enviable au nom de la démocratie.

Il est vrai qu’aucun est ou n’était vraiment un démocrate mais ils ont pour la plupart assuré à leur pays un certain développement dans la laïcité. Leur disparition, d’une manière générale entraine la régression et pour les pays islamiques le retour du religieux et de l’intolérance.

Les régimes autoritaires ont sur les démocraties un avantage évident : ils ont un projet et ne raisonnent pas en fonction de la prochaine élection. Comment peut on n’être pas scandalisé de voir en France, les battus d’hier uniquement préoccupés de leur revanche dans cinq ans.

Finalement je ne ferai pas repentance.