Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2014

Défenses.

Les écolos viennent de nous infliger une de ces manifestations imbéciles dont ils ont le secret : ils viennent de détruire trois tonnes d’ivoire saisies en douane. Le prétexte est que le commerce de l’ivoire est mondialement interdit et qu’une grande part des défenses saisies provenaient d’éléphants d’Afrique abattus par des braconniers.

Il paraît que les éléphants sont menacés, j’entends ça depuis la parution des « Racines du ciel » de Romain Gary en 1956, il ne semble pas que la situation de ces pachydermes se soient réellement aggravée depuis.

Quoi qu’il en soit on peut se demander si le vagabondage de ces animaux encombrants, en dehors des parcs nationaux, est compatible avec le développement de l’Afrique, surtout pour ce qu’il en est de l’agriculture, nécessaire pour nourrir le nombre rapidement croissant des humains.

De toute façon je ne vois pas en quoi cette action dissuadera les braconniers peu sensibles à ces sentimentalités  de nantis.

J’ai entendu le ministre de l’écologie, à l’origine de cette opération hautement médiatique, déclarer que l’on voulait montrer que l’ivoire ne valait rien. C’est idiot, la pénurie ne peut que faire monter les cours et encourager le braconnage.

Je ne sais qui voudrait en Europe, voir charger une harde d’éléphants à travers son jardin ou son champ alors que tout le monde se plaint déjà de la prolifération des sangliers qui sont quand même d’un calibre moindre.

On eut mieux fait de vendre les défenses et les objets sculptés en salle des ventes et en verser le produit aux Restos du cœur ou à Emmaüs, voire aux Pièces jaunes chères à Bernadette Chirac.

Il fut un temps où le Président de la République chassait le gros gibier en Centrafrique en compagnie de Bokassa, maintenant il chasse la bécasse en scooter rue du Cirque. Sic transit…

 

10/01/2014

Coïncidences et amalgames.

Pendant que le Président de la République, le ministre de l’intérieur, l’ensemble des médias et bien entendu la communauté juive sont entièrement occupés par Dieudonné M’bala M’bala, ce pelé ce galeux dont nous vient tout le mal, personne ne s’intéresse à la façon dont Israël traite les réfugiés politiques africains, surtout des Soudanais et des Erythréens.

Ils sont quelque 50000 arrivés par le Sinaï avant la construction d’une clôture étanche, demandeurs d’asile. La Cour suprême israélienne venant de déclarer inconstitutionnelle une loi permettant d’incarcérer pendant trois ans, sans jugement, les migrants illégaux, le Parlement a voté un amendement autorisant la détention, sans limite dans un centre ouvert et pendant un an dans un centre fermé, une prison.

Les réfugiés doivent disposer d’un certificat de libération conditionnelle d’une durée de deux mois, ils n’ont pas de droits sociaux, pas de permis de travail, pas d’assurance-santé, pas d’existence légale et leurs enfants ne peuvent aller à l’école. Les demandes de droit d’asile sont bien traitées mais aucune n’a été acceptée depuis trois ans. Le premier ministre Netanyahou a déclaré : « les protestations et les grèves ne changeront rien. En 2013 nous avons expulsé 2600 infiltrés, soit six fois plus que l’année précédente, cette année nous en expulserons davantage ». Pas de quoi émouvoir, la LICRA et le MRAP bien trop occupés avec Dieudonné.

Autre coïncidence, au moment où on entame des poursuites contre un Allemand de 88 ans qui, il y a soixante dix ans, a participé au massacre d’Oradour, paraît un livre traitant de la mort de Maurice Audin , ce « jeune mathématicien » qui fut membre du Parti Communiste Algérien, interdit, et participa à des « actions clandestines » durant la bataille d’Alger au cours de laquelle nombre d’attentats aveugles furent perpétrés par le FLN, jusqu’à ce que l’armée appelée en renfort rétablisse l’ordre. Arrêté Maurice Audin disparut dans des circonstances non éclaircies mais l’armée française fut accusée de l’avoir sommairement exécuté. Le livre accuse le général Massu et d’autres officiers et sous-officiers. Il n’est pas douteux que l’amalgame va être fait entre le régiment SS présent à Oradour et la mort d’Audin. Seulement Audin état un traitre qui a mérité son sort quel qu’il fut, et non les habitants d’Oradour. Il n’empêche qu’en mai 2004 Delanoë inaugurait une rue de Paris à la mémoire d’Audin et s’autorisait de curieux dérapages : « ...Combien de décennies pour reconnaître que des Français ont été collabos et ont livré des juifs aux nazis ? »

Bel amalgame.