Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2014

L'électricité n'est pas un fluide gratuit (Topaze Marcel Pagnol)

Le gouvernement Ayrault avait décidé de limiter la hausse de l’électricité pour les ménages à 2%. Cette décision vient de se faire annuler par le conseil d’état, car elle ne permet pas de couvrir les coûts de production de EDF qui demandait une hausse de 5,7%. Les ménages français vont recevoir dans leur quasi totalité une facture supplémentaire de 20 à 40€ pour un an.

La hausse des tarifs provient des travaux entrepris pour renforcer la sécurité des centrales nucléaires et aussi de l’entretien des réseaux de transport et de distribution.

Cela va changer les habitudes, entre 2002 et 2012, les tarifs ont diminué pour les particuliers de 8% en euros constants.

Quand on voit qu’en Allemagne le prix payé par le particulier est de 87% supérieur par kWh et que ceci est dû en grande partie au surcoût entrainé par l’abandon du nucléaire et le développement des énergies renouvelables éolienne et solaire, on peut imaginer facilement ce qui va se passer quand on va suivre une politique similaire en France dans le seul but, non justifié, de ramener à 50% la part du nucléaire dans le « mix » énergétique.

Déjà des verts réclament l’arrêt d’une quinzaine de réacteurs dont, disent-ils, on pourrait se passer.

L’Allemagne commence à comprendre l’impasse dans laquelle elle s’est engagée en misant tout sur le développement des énergies renouvelables – ce qui a eu pour effet le développement de l’utilisation du gaz et du charbon – elle veut limiter la croissance de ces énergies qui lui coute trop cher en subventions. La subvention par kWh serait ainsi ramenée de 17 à 12 centimes d’euro.

En France où nous ne disposons pas de ressources fossiles, si l’on veut diminuer la facture énergétique et le coût de l’énergie, la seule solution est d’utiliser au maximum les centrales nucléaires, de les exploiter le plus longtemps possible et de vendre le courant excédentaire produit à nos voisins, allemand, suisse, italien qui ont décidé de renoncer au nucléaire et sont preneurs d’électricité à un prix compétitif.

Il conviendrait même d’entreprendre la construction de nouveaux réacteurs optimisés pour être le plus économique possible. L’EPR qui a été développé du seul point de vue de la sécurité se révèle hors de prix. On doit pouvoir faire aussi sur pour moins cher, en réduisant les redondances excessives d’équipement quitte à accepter un taux de panne supérieur.

Dans une installation bien conçue une panne ne doit pas nuire à la sécurité par contre il est accepté qu’elle réduise la production d’électricité.

De plus un réacteur conçu selon ce principe, étant moins cher, serait plus facilement commercialisable. Il faut trouver le meilleur compromis coût-efficacité.

Cela n’empêche pas de s’intéresser aux énergies renouvelables à condition que les perspectives montrent que ce genre d’énergie sera un jour produit à un prix concurrentiel et n’augmentera pas seulement la consommation de gaz et de charbon.

Tout cela nécessite que l’affaire soit traitée d’une façon rationnelle sans a priori et en particulier sans condamnation injustifiée de l’énergie nucléaire qui en France donne toute satisfaction.

 

 

20/12/2013

Vertes foutaises.

Il y a quelques jours, David Cameron, qui avait promis de diriger « le gouvernement le plus vert de l’histoire » déclarait en privé « débarrassez moi de ces foutaises vertes ». Et pourtant la grande Bretagne s’était engagé à diminuer les émissions de « gaz à effet de serre » de 34% d’ici 2020 (par rapport à 2090) et de 80% d’ici 2050. Mais depuis on s’aperçoit que l’éolien en mer coute extrêmement cher et nécessite des aides de l’Etat. C’est d’ailleurs ce que constatent les Allemands pour qui la « transition énergétique » entraine des hausses considérables du coût de l’électricité supportées surtout par les consommateurs pour ne pas handicaper l’industrie. Bruxelles commence d’ailleurs à s’intéresser à cette politique jugée anticoncurrentielle.

Les Anglais, gens pragmatiques ont donc changé de politique, ils viennent de commander deux réacteurs nucléaires EPR, et d’accorder des centaines de permis de forage pour la recherche du gaz de schiste, dans l’idée de relancer leur industrie et de diminuer le chômage.

Une des clés de la réindustrialisation est de disposer d’énergie, bon marché ; aux Etats Unis le gaz naturel est deux fois moins cher qu’en Europe, le gaz de schiste a aussi permis de relancer l’industrie pétrochimique.

Si notre gouvernement était vraiment décidé à réduire le chômage et à relancer la croissance, il ferait de même, rechercherait le gaz de schiste et mettrait en chantier de nouveaux réacteurs nucléaires. Ce serait d’ailleurs une occasion de prendre les Bretons au mot et leur proposer de réaliser enfin la centrale de Plogoff à laquelle ils se sont opposés en1980 ; elle leur fournirait la source d’énergie dont ils manquent.

Mais notre gouvernement préfère écouter les sirènes des écolos et leurs « foutaises » destinées à emmerder les Français : écotaxe, interdiction des feux de cheminée, circulation alternée …

La France produit 1% des gaz  supposés à effet de serre de la production mondiale, tant que les gros pollueurs que sont la Chine, les USA et l’Inde ne feront rien, nous nous tirons une balle dans le pied et entretenons le chômage.

Il y a peu, la conférence de l’ONU sur les changements climatiques avait lieu à Varsovie, cela n’a pas empêché le premier ministre polonais de déclarer : « La houille et le lignite, et bientôt le gaz de schiste, resteront pour nous les principales sources d'énergie », la Pologne en dépend à 95%.

Il est peu probable que la France qui doit accueillir la conférence de 2015, soit aussi réaliste.  

 

 

 

02/07/2013

la traversée de Paris

« Jambier, 45 rue Poliveau », les écolos, - 2% de la population – ont encore sévi, on rétablit le couvre-feu, je n’ai plus le droit d’éclairer a giorno si ça me chante, encore une liberté perdue, nous voilà ramenés aux jours les plus noirs de notre histoire. Et pourquoi ? pour économiser une électricité surabondante pendant les heures creuses, pour ne pas gêner les chauves-souris, les hiboux, (choux, genoux,  joujoux, poux), et les grillons qui hantent les rues de nos villes à la vaine recherche d’une zone d’ombre. Ca permettra de fermer plus tôt Fessenheim qui ne demande qu’à produire du courant pendant encore vingt ans.  Reverrons nous les hirondelles à vélo faire régner, deux par deux, dans nos rues, l’ordre citoyen, la défense passive veiller à ce que les rideaux soient bien tirés, les patrouilles gestapistes vert de gris, venues de la Kommandantur khmer-vert. Entendrons nous les sirènes sonner le début et la fin du couvre-feu et reverrons nous les rafles policières aux petites lueurs de l’aube vers un Vel d’hiv des pollueurs ?

Il est des pays scandinaves où on laisse toujours une lumière allumée à la porte en signe d’accueil, loin des idées rancies de nos apôtres de la décroissance et de l’efficacité énergétique.

En attendant le transport clandestin de valises de cochon maintenant interdit pour raison de halal, de la rue Poliveau à la rue Lepic suivant les ombres mythiques de Gabin, Bourvil et de Funès ?  « Salauds de pauvres ». Pauvre France.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

 

 

 

 

06/06/2013

Delphine et les tarifs de l'électricité

Elle en a de bonnes, Delphine Batho, ministre de l’écologie, du développement durable et  de l’énergie – un curieux mix - , de refuser une hausse de 9,6% de l’électricité, alors que sa politique en est largement responsable.

La hausse du cout de l’électricité est la conséquence de choix du gouvernement : soutien aux énergies renouvelables avec obligation d’achat au prix plus que fort de l’électricité produite par les moulins à vent et les panneaux solaires – cela fait un surcout déjà de l’ordre de 3%  - , renforcement des normes de sécurité des centrales nucléaires, etc..

Rappelons que le gouvernement a aussi décidé l’arrêt de la centrale de Fessenheim qui vient d’être déclarée bonne pour le service pour encore dix ans par l’ Autorité de Sureté Nucléaire, pour des raisons purement idéologiques.

Ajoutons le projet de construction d’un site d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure dans la Marne, projet démentiel qui suscite déjà l’opposition des populations et dont le coût est actuellement estimé à 35 milliards d’euros, le prix de 6 ou7 réacteurs, de quoi tuer la filière, ce qui est d’ailleurs le but recherché par les écolos.

EDF est maintenant côté en bourse, si on lui interdit d’augmenter ses tarifs, qui payera la différence ?

Il est vrai que des économies peuvent être faites en supprimant aux salariés d’EDF des privilèges qui datent de la libération, 1% du chiffre d’affaire pour le comité d’entreprise, quasi gratuité de l’électricité et un système de retraite très avantageux, cela ne changera pas la nature des choses.
Il n’est que de regarder ce qui se passe en Allemagne qui a décidé de « sortir du nucléaire »  le cout de l’électricité pour les particuliers ne fait que croitre, en même temps d’ailleurs que la consommation de charbon.

Pendant ce temps là les Anglais, pragmatiques, vont construire de nouvelles centrales nucléaires et des centrales au gaz, mettant en veilleuse les énergies renouvelables. Ils vont aussi chercher du gaz de schiste pour l’exploiter.

Si nous voulons limiter l’augmentation sans limite des tarifs, il faudra bien en passer par là.