Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2014

Une femme à bord.

Le Monde est quand même un drôle de journal, il ne peut faire un article sans faire de l’idéologie.

Voulant faire un reportage sur la vie à bord d’un sous marin nucléaire, il réussit à faire embarquer pour une patrouille d’un mois un reporter à bord du SNA La Perle.

D’abord il s’agit d’une femme, passe encore, elle se dit spécialisée dans les questions de défense ; Le Monde a du en emmerder du monde au ministère pour obtenir l’autorisation d’embarquer Nathalie Guibert pour un mois sur ce bateau non féminisé…

Mais ce qui est exaspérant c’est que cette dame se définit comme un « élément précurseur »  en quelque sorte une « jument de Troie » de la féminisation des sous marins qui est nolens volens décidée à partir de 2017.

Les prochains SNA, classe Baracuda sont prévus pour embarquer des femmes.

Néanmoins, cet article intitulé « Une femme à bord » paraît comme si Nathalie Guibert avait fait tomber un des derniers bastions du machisme. Pourtant elle reconnaît, que la vie d’une femme à bord n’est pas simple et qu’elle gène : « L'on se gêne continuellement, dans des coursives trop étroites pour marcher de front »

« J'ai logé dans la « chambre à cinq » des officiers, dans une subtile cohabitation. Mais seule la douche, un carré de 60 cm de côté, fut un obstacle du quotidien, avec sa porte saloon trop étroite et son rideau qui collait au dos. »

D’ailleurs elle reconnaît que la féminisation divise ; à vrai dire il y a ceux qui considèrent l’embarquement de femmes comme une inévitable calamité et les autres qui font contre mauvaise fortune bon cœur.

Cette décision purement idéologique prise par des gens qui n’ont jamais embarqué, ne correspond ni à un besoin ni à une demande. L’appel à candidature de femmes volontaires pour les sous marins n’a obtenu que cinq réponses.

Une dernière remarque, en plus d’avoir appris qu’entre militaires on ne se serre pas la main, elle devrait savoir que traiter des marins de la Marine Nationale de « marins soldats » frise l’injure. De mon temps dans la Marine, quand un patron d’embarcation traitait un matelot de « soldat » ce n‘était pas un compliment. On utilisait aussi l’expression « écrevisse de rempart » pour désigner les gens de l’armée de terre en référence à l’ancien pantalon garance. Je crains que ces belles expressions n’aient plus cours.

23/07/2014

Justice pour il Cavaliere.

Après sa condamnation fin juin 2013 dans l’affaire du Rubygate, à 7 ans de prison j’avais publié sous le titre « la justice en quenouille »  le texte suivant :

 

« Ce pauvre Berlusconi vient de se voir condamner à 7 ans de prison et à l'interdiction à vie d’exercice de charges publiques dans le procès dit du Rubygate. Il a été condamné pour abus de pouvoir et prostitution de mineure.
La mineure en question, Karima el Mahroug, d’origine marocaine avait participé à plusieurs nuits chaudes du Bunga Bunga que le Cavaliere  organisait dans sa résidence d’Arcore en Lombardie. Karima dite Ruby était tout ce qu’il y a de consentante et ils affirment tous deux qu’ils n’avaient même pas « consommé ». Qu’importe, elle n’avait que dix sept ans et était donc mineure.

L’argument vaut son pesant de guano s’agissant d’une ressortissante du Maroc, pays où on obtient une dérogation pour une femme pour se marier à 14 ans et quand le prophète avait 11 femmes qu’il honorait toutes les nuits et parmi elles Aïcha épousée à 6 ans. Le mariage aurait été consommé quand Aïcha avait 9 ans.

C’est dire que Karima était largement d’âge.

Malheureusement le Cavaliere n’a pas eu de chance, il est tombé sur « une procureure » Ilda Boccassini connue sous le nom d’Ilda la rouge, en partie pour la couleur de ses cheveux et trois juges femmes, Carmen D'Elia, Orsola De Cristofaro et Giulia Turri.

Ces quatre dames ont condamné le malheureux pour cette peccadille à 7 ans de prison.

On peut se demander ce qui se serait passé devant un procureur et des juges hommes. Berlusconi aurait probablement été acquitté et même avec félicitations pour sa verdeur.

On rit, mais on rira moins quand on saura que 80% des auditeurs de l’Ecole de la Magistrature en France sont des femmes et qu’elles risquent de juger les faits de cet ordre, que je n’oserais même pas qualifier de délits, d’une façon totalement irrationnelle dans un souci de revanche.

Il ne fera plus bon pincer un postérieur aguichant ou même monter seul dans un ascenseur avec une femme.

Puisqu’on veut partout la parité, puis je demander une stricte égalité des sexes pour le recrutement des magistrats. »

 

Je ne me croyais pas si bon prophète, Berlusconi vient d’être acquitté en appel et relaxé de toute accusation. Apparemment le tribunal de trois juges de la cour d’appel n’était pas constitué majoritairement de femmes bien que ce ne soit pas précisé.

Cela confirme mon sentiment, la féminisation à outrance de la justice expose les hommes à des peines démesurées pour des peccadilles dont, souvent, ils ne sont pas les seuls responsables.

Il faut absolument rétablir la parité à l’école de la Magistrature.

 

 

 

 

 

17/04/2014

A armes égales.

Qui ne se souvient du film « A armes égales » où Demi Moore, la boule à zéro, s’échine à passer les tests physiques pour rentrer dans un corps de Marines ? Un vrai navet hilarant dû, hélas, à Ridley Scott généralement mieux inspiré.

La récente décision du ministre d’embarquer des femmes, à bord des SNLE - sous marins nucléaires lanceurs d’engins - m’y fait penser d’une façon irrépressible : Actuellement une campagne journalistique cherche à faire croire que tous les militaires mâles courent après les militaires femelles, le ministre s’indigne, promet des sanctions et, plus bizarre, l’accroissement de la féminisation. Il est bien évident que la féminisation de certaines unités pose plus de problèmes qu’elle ne procure d’avantages, complique la vie, nécessite des investissements et nuit à l’esprit de combat de l’unité.

Il n’empêche, on continue par pure idéologie et non pour des problèmes de recrutement masculin en cette période de déflation des effectifs. On biaise les concours en exigeant moins physiquement des femmes que des hommes comme si les militaires féminins n’allaient être confrontés qu’à des femmes comme aux jeux olympiques.

C’est de l’homéopathie, on soigne le mal par le mal, il est vrai que pour le ministre, la place des femmes dans les armées françaises, « est une fierté ». En quoi, grand Dieu ? Seraient elles plus efficaces pour autant ? Si oui, n’engageons que des femmes.

Dans toutes les armées du monde, américaine, britannique, israélienne, la féminisation a provoqué des problèmes de rapports entre les deux sexes et il faut vivre dans l’irénisme pour croire qu’il puisse en être autrement, c’est vieux comme le monde.

Pour en revenir aux SNLE on va embarquer trois officiers par sous marin pour des patrouilles de soixante dix jours, « On vérifie que ça fonctionne et on étend si ça marche » Ca veut dire quoi ? On embarque trois femmes et on regarde si elles ne sont pas harcelées, violées, si les hommes ne se battent pas entre eux, ont des crises de jalousie etc… le tout dans un espace fermé de 140m de long où vit pendant 70 jours, un équipage de 111 personnes.

Franchement puisqu’il s’avère que la féminisation pose problème, limitons la aux unités où elle n’en pose pas trop.

Ou alors féminisons entièrement un équipage : 111 femmes vivant ensemble dans un tel espace confiné, que de crêpages de chignon, de pleurs, de jalousies, de coups en vache en perspective.

 

 

16/02/2014

ABCD et lavage de cerveau

Les « ABCD de l’égalité » qui prétendent établir l’égalité entre filles et garçons et pour ce faire n’hésitent pas à projeter des films ambigus prônant la normalité de l’homosexualité auraient semble-t-il eu des précédents depuis 30 ans.

Le Monde du 14 février publie l’interview d’un directeur d’école maternelle qui affirme que cela dure depuis l’élection de Mitterand en1981 sous l’impulsion de mouvements féministes. Des textes auraient été publiés régulièrement pour demander aux enseignants  « de lutter contre les stéréotypes du sexe ». Pour ce qui est de la lutte contre l’homophobie, l’impulsion est venue dans les années 1990, des associations homosexuelles comme Act Up puis des syndicats d’enseignants. Apparemment les associations de parents n’ont pas été consultées.

« Jusqu'à présent, la lutte contre les inégalités était essentiellement le fait d'initiatives individuelles d'enseignants, de chefs d'établissement ou d'inspecteurs. Le ministère semble avoir pris acte de cette situation dénoncée depuis plusieurs années par les chercheurs en éducation, les mouvements féministes, et plus récemment l'inspection Générale de l'éducation Nationale. Cette dernière a dressé, en 2013, un bilan extrêmement sévère de la situation. L'objectif des ABCD est d'engager une dynamique en créant des outils nationaux et en proposant une formation - encore insuffisante - afin d'aider les enseignants à interroger leurs pratiques à l'aune de l'exigence d'égalité des sexes. » Prétendre comme le fait le ministre et sa collègue Khmère Rose, qu’il ne s’agit que de fantasmes est donc un mensonge éhonté, il y a bien une volonté de reconditionner les enfants.

Et notre directeur d’école de continuer : « L'erreur est de croire qu'une école qui se préoccuperait uniquement du « lire-écrire-compter » est possible. Le genre est déjà là lorsque vous apprenez la règle de grammaire qui veut que les pluriels mixtes s'accordent au masculin. Et les enfants le perçoivent ! »

L’apprentissage de la grammaire est donc sexiste, heureusement qu’elle n’est plus guère enseignée.

Mais il y a un autre aspect de la question qui n’est jamais évoqué : le métier d’enseignant est quasi totalement féminisé dans le primaire : 82% et 91% en prenant le privé en compte. On peut se demander, dans ces conditions, comment il se ferait que les garçons soient mieux traités que les filles. Ces dames ont tous les moyens de redresser la situation si toutefois elle a besoin de l’être, sans procéder à des lavages de cerveau dignes d’un régime totalitaire.

Le formateur Jean-Louis Auduc qui a écrit un essai: « Sauvons les garçons! » affirme pour sa part qu’avec la féminisation des métiers d’enseignement, les garçons ne rencontrent plus de modèles masculins auxquels ils peuvent s’identifier.

Il y a là un autre aspect des choses qu’il conviendrait de prendre en compte. La féminisation vient du système de recrutement après une formation universitaire plus longue ; Or à l’université on trouve jusqu’à 70% de femmes dans les filières lettres ou langues, sciences humaines et sociales. De plus ce métier permet de concilier vie professionnelle et vie familiale.

Il conviendrait de revenir aux errements antérieurs, quand on recrutait les instituteurs par concours après le bac et qu’on les formait à ce métier difficile en deux ans dans une Ecole Normale. On pourrait là aussi exiger la parité, pour une fois au profit des hommes.

 

 

 

 

 

29/07/2012

La sénatrice et les sous-marins

Une sénatrice Mme Maryvonne Blondin « attirel'attention de M. le ministre de la défense sur l'emploi des femmes à bord des sous- marins français » : citant des exemples étrangers d’embarquement de femmes sur les sous marins, elle note « Une cohabitation avec des hommes, dans ces espaces très restreints, pour des missions de plusieurs mois est donc possible. Un progrès notable dans l'égalité des sexes. »

Il est vrai que la marine a toujours « brassé à culer » au sujet de la féminisation des sous-marins et a jusqu’à maintenant tenu bon.

On peut se demander si le but de toute réforme dans le domaine des armées est la satisfaction de principes d’ailleurs contestables, comme l’égalité des deux sexes pour toutes les tâches, ou la recherche d’une meilleure efficacité au moindre coût. Pour embarquer des femmes il faut des locaux séparés, des règles de vie contraignantes et finalement beaucoup de problèmes pour un bénéfice nul.

D’ailleurs quand cette sénatrice, pourtant bretonne, écrit « Mais aujourd'hui les navires submersibles les plus importants ont déjà plusieurs salles de bain, permettant un usage non mixte, et des dortoirs qui peuvent être isolés » on se rend compte que cette dame n’a jamais mis les pieds à bord d’un sous marin.

Et quand elle demande au ministre de la défense « de bien vouloir lui indiquer, avec plus de précisions quant au calendrier adopté et à la campagne de recrutement envisagée, les ambitions de la France dans ce mouvement de féminisation des équipages des sous-marins et de l'égalité professionnelle des hommes et des femmes » on ne peut qu’espérer sans trop y croire, qu’ il lui répondra que les armées ont d’autres problèmes à régler que satisfaire à de telles billevesées.

Je voudrais rappeler qu’une patrouille de deux gendarmes féminins vient de se faire massacrer par un criminel à Collobrières ce qui amène à douter de l’égale adaptation des hommes et des femmes à toutes les professions.