Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2019

Glyphosate

En fait ce que l’on reproche au glyphosate c’est d’être fabriqué par Monsanto. Pour les écolos Monsanto c’est l’horreur absolue, les OGM, le Roundup, le lobbying, le fichage des députés. Comme si les laboratoires pharmaceutiques ne faisaient pas la même chose auprès des médecins.
Pour en revenir au glyphosate, personne n’a jamais pu prouver qu’il était cancérigène et ce n’est pas la condamnation de Bayer par un juge américain, expert médical à l’évidence, à verser 2 milliards de dollars à un couple atteint de cancers qui le prouvera.

Quoi qu’il en soit personne n’ose affirmer que les produits issus de culture au glyphosate présentent de risque pour les consommateurs.

Les agriculteurs disent ne pouvoir s’en passer, il s’agit donc d’un risque professionnel. On ne peut quand même pas interdire tous les métiers comportant un risque, interdire à un couvreur de monter sur un toit, on ne peut interdire tout risque d’accident sinon il faut interdire l’avion, l’auto, le vélo, la marche à pied, la natation, les appareils électriques, et la plupart des activités.

Il faut évaluer le risque, définir des précautions à prendre, pour le glyphosate par exemple port d’un masque, définition des méthodes épandage, interdiction de certaines zones. S’il y a un risque résiduel, c’est à l’utilisateur de l’accepter en toute connaissance cause.

La France veut interdire l’usage du glyphosate avant tout le monde, mettant encore une fois les agriculteurs français en difficulté par rapport à leurs concurrents étrangers

11/05/2019

Biodiversité

Il faut dire que, jusqu’à preuve du contraire, je ne crois pas que les activités humaines influent notablement sur le climat. Je ne vois pas d’ailleurs pourquoi le climat actuel serait le meilleur. Il n’est que de voir le plaisir des touristes à prendre des bains de soleil sur les plages au mois d’avril, ce qui n’est guère normal, pour se dire qu’un réchauffement climatique n’est pas forcément désagréable.

D’autant que les gelées de ces derniers jours au mois de mai me font relativiser le réchauffement climatique. Pour moi le GIEC est un groupe de pression constitué de menteurs comme Al Gore, de climatologues autoproclamés, de marchands d’éoliennes, et d’idiots utiles que sont nos écologistes.

Il n’empêche que les écologistes n’arrivant à mobiliser que 8% des électeurs, on voit fleurir dans toute la presse des articles catastrophiques sur la perte de biodiversité et la disparition d’un million d’espèces. Ce n’est plus le GIEC qui est à la manœuvre mais l’IBPES émanation de l’ONU, qui lui ressemble comme un frère

Selon l’IPBES, les trois quarts de la surface du globe, et 40 % du milieu marin, sont sévèrement altérés par les activités humaines (agriculture, activités minières, urbanisation …) , c’est la principale cause de l’effondrement de la biodiversité en attendant le réchauffement climatique. Il faudrait donc, d’urgence, sanctuariser certains territoires et mettre en place des aires protégées. Il faut aussi pratiquer l’agroécologie, laisser des terres en friche pour permettre aux insectes polinisateurs de butiner, Mais surtout il faut protéger les peuples autochtones : «gardiens de la nature pour le reste de la société ». Ces peuples qui représentent quelques centaines de milliers de personnes réparties sur tout le globe, de l’Arctique au Pacifique, s’occupent en effet d’un quart des terres de la planète. Et c’est là qu’on trouve la nature la mieux conservée.

Il convient donc de nous inspirer des Inuits du grand nord, des Indiens d’Amazonie et des Papous de nouvelle Guinée. De toute façon le coupable c’est l’homme blanc ce prédateur monopolisant les ressources de la planète. Nous retombons dans la repentance alors que la principale cause de tout ce dérèglement est la prolifération humaine en Afrique, en Inde et dans d’autres pays de l’Asie du sud-est.

Il faudrait quand même expliquer au peuple où ces bons apôtres voudraient le conduire : plus de voitures mais le vélo et les transports en commun, chauffage aux granulats de bois, plus de tourisme aérien ni de transports maritimes. On devra renoncer à la viande et manger des lentilles et des pois chiches issus d’une agriculture sans pesticide. Quand on voit la réaction à la taxe carbone on peut se dire que ce n’est pas gagné. D’autant que la France est un des pays les moins producteurs de « gaz à effet de serre », qu‘on a déjà entrepris une réforme des productions agricoles et que les surfaces boisées s’accroissent.

Dans l’indifférence ou plutôt l’ignorance générale le ministre de la transition écologique et solidaire vient de présenter au gouvernement un projet de loi prévoyant la « neutralité carbone » en divisant les émissions de gaz à effet de serre par un facteur supérieur à six entre 1990 et 2050, quant aux énergies fossiles leur part dans la consommation nationale devra diminuer de 40 % d’ici à 2030, et non plus de 30 % comme le prévoyait la loi de transition énergétique.

Toutes les conséquences de ces décisions devraient être clairement expliquées aux Français, elles correspondent à un changement de mode de vie et à une décroissance qu’ils ne sont pas prêts d’accepter. Le faible vote écologique montre que l’écologie n’est pas la préoccupation première des Français.

Pour terminer ces réflexions sur la biodiversité, signalons que l’ourse slovène Claverina lâchée cet automne dans les Pyrénées s’est attaquée à un troupeau de brebis à la colère des bergers. Les éleveurs envisagent de quitter le métier. En France les dégâts causés par les loups et les ours ont eu un coût de 50 millions d’euros. Le bilan de la réintroduction de l’ours est lourd : plus de 20 ruches détruites en 1918 et quelque 500 bêtes domestiques tuées.

Je crains que ce soit mal parti pour la biodiversité et aussi pour la neutralité carbone.

 

24/04/2019

Donald Trump imperator.

Donald Trump veut imposer la loi américaine à l’univers. Non content d’avoir dénoncé un accord ratifié avec l’Iran sur les armes nucléaires, accord parfaitement respecté par l’Iran, il veut punir tous les pays entretenant des rapports commerciaux et industriels avec ce pays. Utilisant le monopole du dollar il menace de sanctions tous ceux qui investissent en Iran ou commercent avec lui. Des groupes français comme Total ou Peugeot ont été contraints de se retirer. De plus il était interdit d’acheter son pétrole à l’Iran sauf quelques pays dont la Chine et l’Inde qui faisaient exception. C’est fini il n’y aura plus d’exception, l’achat du pétrole iranien est interdit à l’Univers entier, privant ainsi l’Iran du plus gros de ces ressources. Et tout le monde s’incline même la Chine. Pendant ce temps l’Iran subit des inondations catastrophiques, apparemment personne ne s’en préoccupe.

Il est vrai que l’Iran est la bête noire d’Israël, et Tel Aviv, pardon Jérusalem, fait la loi à Washington sous la pression du lobby juif et des évangélistes.

Autre ennemi d’Israël, la Syrie où une guerre civile de huit ans suscitée ou soutenue par les Etats Unis a fait des centaines de milliers de morts et détruit le pays, est maintenant l’objet d’un blocus américain aggravant les pénuries d’un pays ruiné, en particulier il n’y a plus d’essence.

Remarquons en passant que les interventions américaines en Irak et en Syrie ont donné naissance à l’Etat Islamique, qui n’a peut être plus de territoire mais a gardé ses moyens de nuisance comme viennent le montrer la série d’attentats meurtriers au Sri Lanka.

Jusqu’à quand l’univers acceptera-t-il d’être aux ordres des Etats Unis ? L’intérêt de tous est de renouer des liens avec l’Iran et maintenant qu’il est patent que Bachar el Assad restera au pouvoir, il faut l’admettre et en tirer les conséquences.

Ce qui est étonnant c’est que les plus grandes puissances mondiales s’inclinent devant les diktats américains. Si elles faisaient front commun, l’Europe, la Russie, la Chine et les autres, auraient les moyens de s’opposer à Donald Trump.

L’Europe en particulier devrait distendre les liens qui l’asservissent aux Etats Unis, quitter l’OTAN et assurer sa propre défense, lever les sanctions et se rapprocher de la Russie en cessant les ingérences en particulier en Ukraine mais aussi en Géorgie et dans la zone d’influence russe. Nous n’avons pas non plus à nous allier à la guerre commerciale que Trump a déclarée à la Chine au nom d’ « America first », contentons nous de défendre les intérêts européens.

Il est temps de se révolter contre la tyrannie universelle de l’Amérique : faisons front commun.

16/04/2019

Qu'allions nous faire dans cette galère?

Loin de moi l’idée de reprocher quoi que ce soit aux armées françaises pour leur action en 1994 au cours des massacres ethniques au Rwanda mais il faut bien dire que l’engagement français a été un échec total.
Ca a commencé en 1990 quand l’ethnie tutsie réfugiée en Ouganda a cherché à reprendre le pouvoir. Les Hutus gouvernaient depuis une vingtaine d’année en vertu d’une logique démographique qui ne signifie rien en Afrique.
Les Tutsis ethnie dominante avaient toujours été au pouvoir quoique minoritaire, de l’ordre de 16%, c’était dans la nature des choses.

L’amiral Lanxade raconte, autant que je me souvienne, que Mitterand était alors embarqué sur un bateau de la Marine quelque part dans l’océan Indien et qu’il prit la décision d’intervenir sur un coin de table du carré, ce fut l’opération Noroit qui repoussa l’échéance de quatre ans jusqu’à l’attentat contre le Falcon présidentiel le 6 avril 1994.

Qu’on ait pendant cette période formé et armé l’armée rwandaise est une évidence mais c’était l’armée d’un gouvernement légal, reconnu par tous.

En 1994 la France voulut intervenir pour mettre fin aux massacres qui avaient commencé et rechercha une mission de l’ONU. La France oui, mais qui ? C’était en période de cohabitation, Mitterand Président de la République et Balladur premier ministre étaient pour, le ministre de la défense Léotard et les militaires étaient contre.

La décision de l’ONU fut longue à prendre, les Etats Unis y étaient opposés. Il fallut attendre le 22 juin 1994, les massacres avaient commencé depuis plus de trois mois. Que Turquoise ait limité les dégâts c’est bien évident, elle a probablement sauvé des dizaines de milliers de personnes, il n’empêche que la France ayant formé et armé les Hutus fut accusée de s’être portée au secours des « génocidaires ». Le 22 août 1994, il fut mis fin à l’opération Turquoise mais les massacres continueront en particulier en RPC, il y aura eu en tout plusieurs millions de victimes

Si on fait le bilan de toute notre intervention de 1990 à 1994, il est totalement négatif, tout ce que l’on voulait empêcher a eu lieu : Le FPR tutsi a repris le pouvoir et y est encore 25 ans après ayant institué un régime dictatorial sous les ordres de Kagamé, les massacres ont eu lieu d’une façon épouvantable et le Rwanda a déstabilisé la RPC. En prime la France est attaquée de toutes parts aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur ayant en particulier perdu de l’influence en Afrique, bientôt on va s’excuser.
Si on n’était jamais intervenu au Rwanda, ni Noroit ni Turquoise, les Tutsis auraient certainement repris le pouvoir ce qui est dans la nature des choses et les massacres n’auraient peut être pas eu la même ampleur.

Alors pourquoi sommes nous intervenus au Rwanda où nous n’avons guère d’intérêt ? Uniquement par décision du Président Mitterand sans qu’aucun accord du Parlement n’ait été recherché. Si on veut bien me pardonner une comparaison hasardeuse, Napoléon III était allé au Mexique de la même façon pour faire plaisir à Eugénie. Et en vertu de quoi : l’article 35 de la Constitution prévoyait à cette époque  « la déclaration de guerre est autorisée par le Parlement » on me dira que ce n’était pas une guerre et qu’on ne déclare plus la guerre mais enfin qu’est ce qui autorisait Mitterand à emmener la France dans cette galère ? Nous ne sommes plus en régime parlementaire mais bonapartiste modèle second empire.

10/04/2019

Rwanda: Qui a abattu le Falcon présidentiel?

Il y a exactement 25 ans, le 6 avril 1994, deux missiles abattaient le Falcon du président du Rwanda Habyarimana. Cet attentat déclenchait le massacre de 800 000 rwandais connu sous le nom du génocide des Tutsis. Cet anniversaire a réveillé tous ceux qui, y compris en France, accusent la France d’avoir armé les « génocidaires » et exfiltré les coupables.

Cette présentation des faits a pour objet de faire porter la responsabilité des massacres sur l’ethnie Hutu au pouvoir depuis 20 ans alors que les Tutsi, moins nombreux, environ 14%, sont traditionnellement l’ethnie dominante. Les dirigeants Tutsi s’étaient repliés en Ouganda avec l’idée de reprendre le pouvoir et fondaient le FPR. A la suite d’une première tentative en 1990, le Président Mitterand décidait de faire intervenir la France – opération Noroit - pour soutenir le gouvernement légal Hutu auquel le liaient des accords de défense. La France pensa régler la question par un partage de pouvoir par les accords d’Arusha en Tanzanie. C’est à son retour d’Arusha que le Président du Rwanda était victime de l’attentat contre son avion alors qu’il atterrissait à Kigali.

Depuis la thèse officielle est que des extrémistes Hutu avaient programmé le génocide des Tutsi et abattu l’avion du président qu’ils accusaient de compromission avec les Tutsi.
Savoir qui a commis l’attentat est donc primordial pour connaître les responsables des massacres.

Le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (le TPIR) mandaté par l’ONU a conclu que la génocide n’avait pas été programmé mais avait été déclenché par la fureur des partisans du président Habyaramana à la suite de l’assassinat de leur chef.

Les Etats Unis et la Grande Bretagne qui soutiennent Kagamé, ont constamment agi pour que le TPIR n’enquête pas sur l’attentat prétendant que ce n’était pas dans sa mission. Avec une grande constance celui-ci refusa tout d’abord d’enquêter.

En 1996 pourtant le TPIR envoya des enquêteurs au Rwanda sous la direction de Michael Hourigan. Le rapport conclut à la responsabilité du FPR tutsi, il obtint même les noms de ceux qui auraient abattu l’avion sur ordre du général Kagamé, ce rapport fut immédiatement étouffé.

A la suite de la plainte des familles de l’équipage français du Falcon 50, le juge Bruguière chargé de l’enquête en 1998, obtint une copie du rapport Hourigan que celui-ci authentifia.
Ce que l’on ignorait encore c’est que Louise Arbour procureur général du TPIR, ayant en 1999 diligenté une seconde enquête, ses rédacteurs, trois fonctionnaires de l’ONU accuseraient formellement le général Kagamé d’avoir ordonné l’assassinat de son prédécesseur. Ce rapport qui ne fut pas diffusé, fut rendu public par Marianne sur son site internet. Il précise le nom de l’instructeur des deux tireurs, l’origine des missiles, des SA 16 IGLA provenant d’un stock vendu à l’Ouganda par la Russie – le FPR se fournissait auprès de l’armée ougandaise -, la façon dont les missiles avaient été acheminés à la ferme Masaka, emplacement du tir, et les noms des deux tireurs. Notons que les FAR hutu ne disposaient pas de tels missiles.

Deux juges d’instruction ont enquêté sur l’attentat, le juge Bruguière et un espagnol Fernando Morelles. Au terme de son enquête en 2006 le premier a émis 9 mandats d’arrêt internationaux contre des proches de Paul Kagamé le second 40.

C’est à ce moment que Paul Kagamé accusa la France de complicité dans le génocide, livraison d’armement aux Hutu pendant les massacres, protection puis exfiltration des « génocidaires » au cours de l’opération Turquoise décidée pour mettre fin aux massacres. Ces accusations furent relayées par des médias français complaisants dont le journal Le Monde. Contre toute évidence, ils continuent à soutenir la thèse de l’attentat commis par les Hutus et des compromissions de la France dans le « génocide » notamment au cours de l’opération Turquoise.

En 2007 l’enquête est reprise par les juges Marc Trévidic et Nathalie Poux qui font procéder à des expertises acoustiques et à une simulation du tir par informatique. L’expertise acoustique ayant été conduite en France en terrain plat et avec un autre missile ne signifie rien. Quant à la simulation informatique, les hypothèses simplificatrices retenues lui enlèvent toute pertinence et on peut regretter que le juge Trévidic en ait tiré des conclusions sur le lieu du tir qui était dans la zone contrôlée par les Hutu, contredisant l’enquête Bruguière.

Toutefois le juge Trévidic sollicita le témoignage de deux transfuges tutsi. Le premier Patrick Karageya qui fut chef des services secrets fut retrouvé assassiné en janvier 2014 à Johannesburg, le second le général Faustin Kayumba Nyamwasa a échappé à deux tentatives de meurtre - il a quand même témoigné devant notaire à Prétoria - curieux destins. Depuis un autre témoin qui avait accepté de témoigner disparut à Nairobi.

Quatre rapports convergents, des témoignages, la disparition de témoins clé, montrent qu’à l’évidence l’auteur de l’attentat contre l’avion présidentiel est le général Kagamé, d’autant que dés le lendemain le FPR reprit les opérations et est maintenant au pouvoir.

Toutefois les recherches du juge Trévidic ayant brouillé une évidence, permettent au parquet de grande instance de Paris de requérir un non lieu le 10 octobre 2018. Les magistrats Jean Marc Herbaut et Nathalie Poux ont estimé le 21 décembre 2018 ne pas disposer de charges suffisantes pour renvoyer devant une cour d’assises les huit Rwandais sous mandat d’arrêt, dont sept cadres, proches du pouvoir actuel, soupçonnés d’être impliqués dans l’attentat.

Cette décision a du satisfaire le pouvoir désireux de normaliser les relations avec le Rwanda avec lequel nous avions rompu les relations diplomatiques entre 2006 et 2009.

Il est probable toutefois qu’il va être fait appel. La suspicion d’une justice sous tutelle n’a cessé de polluer cette information judiciaire ouverte en 1998 pour «assassinat et complicité d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme ».

En attendant le Rwanda et les médias, pour beaucoup français, n’ont pas abandonné leurs accusations d’assistance aux Hutu pendant le génocide et en particulier au cours de l’opération Turquoise.