Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2016

Milosevic innocent.

On se souvient que Slobodan Milosevic, ancien président de la Yougoslavie, a comparu devant le Tribunal Pénal International pour la Yougoslavie (TPIY) pour des crimes de guerre dont il aurait été responsable en Bosnie.

Très opportunément pour l'accusation, Milosevic est mort dans sa cellule en mars 2006.

Or finalement le TPIY a conclu que Milosevic était innocent des crimes dont il était accusé.

Normalement cette conclusion aurait du être diffusée par las médias, il n’en a rien été, personne n’en a parlé et le TPIY lui-même a bien pris soin de l’enfouir aussi profondément que possible dans son verdict de 2.590 pages du procès du leader serbe bosniaque Radovan Karadzic, condamné en mars dernier pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Sans le journaliste et chercheur Andy Wilcoxon qui l'a déterrée on n'en aurait rien su.

Les choses étaient différentes quand le procès du prétendu « Boucher des Balkans » a débuté en février 2002, tout le monde en fut averti. CNN assurait alors la couverture de ce qu’il décrivait comme « le procès le plus important depuis Nuremberg ». Bien entendu, la culpabilité de Milosevic allait de soi.

Il faut se rappeler que, à l’origine, les charges contre Milosevic, quant à de prétendus crimes de guerre au Kosovo, ont été formulées en mai 1999, au plus fort de la campagne de bombardements massifs de l'OTAN sur la Yougoslavie, et à un moment où la guerre ne se déroulait pas comme prévu par les États-Unis et leurs alliés.

L’ennui pour l’OTAN est qu’au moment où le procès de Milosevic allait commencer, les accusations des USA et de leurs alliés à propos de génocide et de centaines de milliers de tués s'étaient déjà révélées des mensonges. En septembre 2001, une cour de justice de l'ONU allait établir qu'il n'y avait pas eu de génocide au Kosovo.

Non seulement Milosevic n'a rien eu à voir avec le nettoyage ethnique de Bosnie, mais il l'a au contraire condamné. Le jugement du TPIY note « les critiques et la désapprobation répétées [de Milosevic] de la politique suivie par l'accusé (Karadzic) et les dirigeants serbes de Bosnie. »

Et pourtant il fut comparé à Hitler quand il eut la témérité de se défendre devant le tribunal : Le rédacteur politique du News of the World écrivit : « On aurait dit Hitler revenu se pavaner ». Rien moins.

Cette affaire est à rapprocher des accusations bidon par lesquelles Bush justifiait la guerre qu’il voulait mener en Irak pour se débarrasser de Saddam ou celles formulées en Libye contre Kadhafi.

En 1999, c’était Milosevic, aujourd’hui, c’est Assad ou Poutine, rien ne change.

Source Thucydide (Agora-Vox)

14/08/2016

Merci Sarkozy.

 

J’ai trouvé ce texte comme commentaire dans un journal Réunionnais, je ne résiste pas au plaisir de le diffuser :

 

« Communauté mahoraise de Marseille: le revers de l’Etat providence

Marseille. Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Dans une cité des Quartiers nord, des policiers encerclent des bâtiments, des jeunes profèrent des injures : l’atmosphère est tendue. Entre-temps, dans une cage d’escalier, un vieil homme houspille une bande d’adolescents :
« C’est encore à cause de vos histoires de drogue, qu’ils sont là ». Cette cité réputée sensible est habitée par une importante population d’origine mahoraise. La population mahoraise en Hexagone est estimée à plus de 13 670 personnes, dont 44% ont moins de 20 ans. En 1999 l’INSEE avait recensé 2519 Mahorais à Marseille. Visite des lieux.

Haïra, 42 ans, est mère de 5 enfants. Originaire de Bandraboua, elle est arrivée en France hexagonale le 30 septembre 1997. Elle nous a accueillis dans son salon, une salle modeste où un voile à l’effigie de Mayotte est collé au mur. Des enfants d’à peine 10 ans jouent à la Playstation 3, un jeu de « baston ». A chaque fois que du sang couvre l’écran, ils rient à gorge déployée …
Timidement, Haïra nous soulève un pan de cette famille monoparentale :
« La France d’avant n’est plus celle d’aujourd’hui. De nos jours, rien ne va. Avant, on bénéficiait, sans la moindre difficulté, de nombreuses aides sociales, pour payer le loyer, les factures, etc. Au moindre pépin, on avait l’aide d’une assistante sociale. Au jour d’aujourd’hui, on ne bénéficie presque de rien au niveau des aides. Moi personnellement, j’ai droit à 150 euros mensuels de la Caisse d’Allocations Familiales. Et mes enfants bénéficient de 800 euros d’allocations. Il y a aussi 800 euros qui sont versés directement au propriétaire pour le loyer. Croyez-vous qu’on peut vivre décemment avec 1000 euros dans ce pays où tout s’achète, où tout est cher ? Honnêtement on survit. D’ailleurs si le peu que je gagne ici je pouvais le gagner à Mayotte, je serais partie depuis longtemps ! » Néanmoins, Haïra nous a discrètement partagé un secret. Les 150 euros dont elle est bénéficiaire chaque mois, elle les épargne dans une tontine. Tradition oblige : elle est en train de construire petit à petit une maison pour sa fille à Mayotte. Sachant que la maison de la fille, comme l’hymen, est indispensable pour le mariage coutumier.

« Nos enfants ne veulent plus aller à l’école. Et puisqu’on a du mal à les entretenir financièrement, on a perdu toute autorité sur eux. Ils nous méprisent, ne veulent plus nous écouter, et sont tous tombés dans la délinquance. Nos filles sortent avec des petits voyous d’origine maghrébine, qui les font croire ostentatoirement qu’ils sont riches avec leur argent sale de la drogue. Pendant ce temps, beaucoup de nos garçons sont en prison pour trafic de drogue ou vol à la tire » rajoute Haïra.

Toujours dans le même immeuble. Sarah nous a accueillis chez elle. Née à Tsingoni en 1977, elle est mère de 4 enfants. Elle est arrivée en France en 2002.
« Je n’ai pas de mari !» nous a-t-elle répondu vertement, quand on lui a demandé où était son mari. Au même moment, une voisine qui est venue quémander un aspirateur nous a fait un clin d’œil, histoire de nous signifier que le propos de notre interlocutrice n’était pas vrai. En effet, Sarah était persuadée que nous étions des agents de la Caisse d’Allocations Familiales, qui souvent débarquent à l’improviste chez les allocataires pour vérifier l’authenticité des demandes faites auprès de leur institution. Nous avons dû démontrer longuement nos bonnes intentions à Sarah pour qu’elle accepte de nous révéler qu’elle fait partie de ces Mahoraises qui ont recours à des moyens contournés pour avoir beaucoup plus d’aides sociales . «J’ai bel et bien un mari, avec qui j’ai contracté un mariage coutumier. On n’a pas déclaré notre mariage auprès des institutions étatiques. Puisque mon mari a un travail, gagne plus que le SMIC, sinon je n’allais pas avoir droit aux prestations sociales. Pour l’instant, je bénéficie du Revenu Solidarité Active (RSA), j’ai droit à la Couverture Maladie Universelle (CMU) et j’utilise le transport en commun gratuitement. On n’a pas aussi déclaré nos enfants, de toute façon ils sont français, je ne vois pas d’inconvénients. Et mon mari a loué une boite à lettres quelque part je ne sais où pour la réception de ses courriers. »
Délinquance et chômage vont croissant.

Haïdari, 42 ans, père de 3 enfants dont l’aîné a 21 ans, est responsable associatif. Il a émigré en 1998. Il nous raconte :
« La délinquance gagne du terrain dans la communauté mahoraise, du moins celle de Marseille. La tranche d’âge comprise entre 12 et 25 ans est la plus concernée. Beaucoup de jeunes sont devenus dealers, et se font arrêter tout le temps. Parfois je me dis qu’on a affaire à une contagion. Il y a des mômes qui paraissent timides, bons élèves et du jour au lendemain ils finissent délinquants. En fait, ils se font influencer par les pairs. On a affaire à un phénomène de bande. Et comme le chômage est important dans notre communauté, les parents, eux aussi perdus dans un monde qui leur échappe, ont dû mal à maîtriser leurs enfants. Le RSA ne suffit plus, et pour avoir l’ASSEDIC, l’assurance chômage, il faut d’abord avoir travaillé. Et il n’est pas facile de trouver un emploi de nos jours. Du coup tout est compliqué. Par contre, on avait monté une association pour remédier à tout ça. Mais il y a eu tellement de magouilles au sein de l’association qu’on a dû tout arrêter. De toute façon c’est le Conseil Général de Mayotte et la Maison de Mayotte en France hexagonale qui devraient s’impliquer, puisque cette jeunesse constitue socialement une bombe à retardement. Aujourd’hui ils sont ici, mais un jour ils vont rentrer à Mayotte et là il faut s’attendre à tout ».

D’après l’INSEE, dans la communauté mahoraise de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, le taux de chômage des Mahorais est très élevé : 64 % contre 17 % pour l’ensemble des habitants de la région. Le chômage atteint 77 % chez les femmes mahoraises. Plus de la moitié des Mahorais sont inscrits à l’ANPE mais peinent à trouver un travail, puisqu’ils n’ont pas de diplôme et très peu sont allés au lycée.
Néanmoins, certains parents soucieux de l’avenir de leurs enfants, surtout lassés de survivre en France hexagonale, décident de retourner à Mayotte. Mais au bout de quelques mois, ils se sentent obligés de retourner en France. Fatima, mère de 5 enfants, fait partie de cette minorité.
« On avait décidé de rentrer définitivement à Mayotte. Mais en l’espace de six mois, on a été dégoûté d’y rester. Mon mari ne trouvait pas de travail, sachant que le marché du travail là-bas est limité. On avait ouvert une petite épicerie, mais personne n’achetait. Au demeurant, je crois qu’on avait été marabouté par nos voisins. De toute façon, ils ne nous parlaient plus dernièrement. S’il y avait les minima sociaux comme ici, on serait resté. Mais il n’y a rien là-bas. »

Pour Rifka, une mère de trois enfants âgée de 26 ans, « c’est vrai les Mahorais viennent en France pour les prestations sociales. Mais une fois ici, ils se construisent leur petit monde, s’adaptent à la vie en Hexagone. J’en connais beaucoup qui pour rien au monde ne partiraient s’installer à Mayotte. Désormais pour eux leur vie est ici. Quand quelqu’un a grandi ici, a toute sa famille et ses amis ici, je me demande ce qu’il va chercher à Mayotte, à moins qu’il n’y aille que pour des vacances. Je crois que le mal est déjà fait. Ces aides sociales dont tout le monde rêve, auraient dû être accessibles à Mayotte depuis le début des années 1990, date à laquelle les Mahorais ont commencé à émigrer en masse à la Réunion. Maintenant, si cette arlésienne de minima sociaux, arlésienne puisque ça fait longtemps qu’on les attend en vain, arrive, il faut s’attendre juste à beaucoup de chômeurs et des analphabètes comme à la Réunion où beaucoup de jeunes ont quitté les bancs de l’école et refusent de travailler pour cause de prestations sociales. Rien de plus. La mythologie selon laquelle les Mahorais qui sont en France vont y retourner est à déconstruire. »

Enfin, la non intégration des Mahorais à la société de la terre d’installation crève les yeux. Déjà les parents et leurs enfants ne parlent pas la même langue et ne partagent pas les mêmes valeurs. Les enfants ne maîtrisent pas du tout le mahorais et leurs parents pratiquent mal le français. Du coup, le courant ne passe pas. Autre fait marquant, les repas ne se prennent pas en famille. Et à l’heure des repas, la télévision, les jeux vidéo et la chaîne stéréo remplacent les conversations. Pour ce qui est des valeurs, les parents ont démissionné de leur rôle d’éducateurs, tellement ils sont tourmentés par leurs soucis de chômeurs ou d’ouvriers payés au rabais. Du coup les enfants n’ont pas de repères : ni Mahorais par la religion musulmane ni par la langue et ni par la culture des parents ni Français par les valeurs républicaines transmises par l’école, une école dont, certains, à 16 ans se font exclure car non obligatoire/facultative. Par conséquent, certains enfants perdent à 16-18 ans les aides sociales. A Marseille, le nombre de ménages mahorais est de 1 293. Le nombre de personnes par ménage est en moyenne de 4,1 personnes. Plus de 28 % de ces ménages sont composés de 6 personnes ou plus contre seulement 14 % comprenant plus de quatre enfants de moins de 18 ans. Enfin, les parents qu’on a eu à rencontrer avaient au minimum 3 enfants, comme si plus d’enfants signifiait plus de prestations sociales. Conscients que c’est grâce à eux que l’Etat verse à leurs parents des prestations sociales, les enfants considèrent peu l’autorité parentale. Et du moment où ils perdent les droits sociaux, ces enfants préfèrent la rue au foyer familial »

Voilà où passe notre argent

10/08/2016

Rodrigue as tu du coeur?

 « Un soufflet, l’insolent en eut perdu le vie », et Rodrigue trucida le père de Chimène.

Où est-il le temps où on considérait qu’un soufflet entrainait le déshonneur ? Maintenant on nous fusille, on nous égorge, on nous explose, on nous écrase et que font les Français ? Ils gémissent, allument des bougies, entassent des fleurs, et embrassent ceux qui sont à l’origine de leur malheur. Le terrorisme ce n’est pas l’islam, pas d’amalgame, le « vivre-ensemble ».

On leur ouvre même nos églises ce qui leur permet de venir reconnaître les lieux avant de les transformer en mosquées. Certains font semblant de pleurer avec nous, la « takiya », et combien se réjouissent de tous ces crimes.

Autrefois on payait des pleureuses pour les enterrements, maintenant tout le monde pleure, probablement une conséquence de la féminisation de la société : la pleurnicherie alors qu’il faudrait la guerre. Maintenant que l’Islam pousse de toutes parts pour nous faire adopter ses mœurs, on se demande comment financer cette religion au nom d’un impossible « Islam de France ». L’islam est multiple, sans structure, donc impossible à contrôler.

Bien sur tous les musulmans ne sont pas des terroristes, mais tous les terroristes sont des musulmans et on juge l’arbre à ses fruits, c’est par l’islam qu’ils ont été formés et poussés. Certains tuent d’autres insidieusement veulent que l’on vive comme eux.

C’est aux musulmans qui veulent être français, il y en a, de réagir, de dénoncer les radicalisés, les imams prêchant le djihad, de s’intégrer.

Maintenant il faut arrêter l’immigration extra européenne, ne plus donner automatiquement la nationalité française mais exiger un engagement, supprimer la double nationalité, arrêter le regroupement familial, contrôler nos frontières, expulser les étrangers délinquants et clandestins, supprimer toutes les incitations sociales, CMU, AME.

Or que fait-on ? Les bateaux de l’organisation Frontex , chargés d’assurer la garde des frontières de l’Europe en Méditerranée  ainsi que d’autres bateaux armés par des ONG, vont récupérer les migrants au large de la Libye se rendant complices des passeurs et les acheminent à bon port en Europe alors qu’il faudrait les reconduire à leur point de départ et établir un blocus des côtes. En une seule journée 3400 migrants, venant pour la plupart de l’Afrique subsaharienne incapable de contrôler sa croissance démographique, ont été conduits en Italie.

En France, l’école a un rôle primordial à jouer, seulement il faut abandonner les repentances pour des crimes généralement imaginaires. Il faut reprendre l’enseignement de l’histoire de France sans omission, Charles Martel, les croisades, Louis XIV, la colonisation et ses bienfaits, enseigner de nouveau « le roman national » y compris « nos ancêtres les Gaulois". Ceux qui veulent devenir Français doivent adhérer à l’histoire de la France et l’adopter comme leur.

Et puis plutôt que de balader des militaires sur les trottoirs et dans les gares, ce qui ne sert à rien, il faut comme on le fit pendant la bataille d’Alger, reconquérir une à une les multiples casbah qui se sont créées dans et autour des villes, quartiers où la loi française ne s’applique plus, ou on agresse policiers, pompiers, médecins, bus et où prospèrent tous les trafics, drogues, armes… Quand on est en guerre on la fait avec les méthodes les plus efficaces au besoin en déplaçant les limites du droit.

Bien entendu cela nécessite la remise à niveau des moyens, renseignement, policiers, militaires et justice.

Commençons par n’accepter aucun accommodement, aucune dérogation, interdisons les abattoirs qui ne respectent pas les règles pour l’hygiène et la souffrance des animaux, les menus adaptés, les piscines pour femmes, les exigences médicales.

La France est agressée non seulement dans sa chair mais dans son âme, il faut réagir contre cette idéologie invasive, peut être est-il déjà trop tard.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.

27/07/2016

et Donald Trump est arrivé...

 

L’hypothèse de l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats Unis est maintenant plausible. Si cela advient voilà qui risque de changer la nature des choses surtout en Europe, la doctrine de Trump étant « America first » En particulier Trump s’indigne que le charge de la défense du monde libre par l’OTAN soit à 70% supportée par les Etats Unis et demande une meilleure répartition du genre 50/50 avec l’Europe. Il remet aussi en cause le principe fondateur de l’OTAN : l’automaticité de la défense de chaque Etat membre s’il est attaqué. Il évoque en particulier les Pays Baltes qu’il considère visiblement comme faisant partie de la « basse cour » russe et la Pologne. Il y a là de quoi réfléchir à l’utilité de l’OTAN et envisager une autre politique Européenne. Il est certain que la politique occidentale incarnée par l’OTAN s’est montrée agressive vis à vis de la Russie au point de faire resurgir des odeurs de guerre froide. Sans remonter à la guerre de Géorgie où les occidentaux avaient à l’évidence poussé le président Mikheil Saakachvili à une confrontation bien imprudente avec la Russie, on ne peut que constater que la révolution ukrainienne a été largement encouragée voire suscitée en particulier par un accord d’association proposée par l’Union Européenne. Depuis le retour de la Crimée dans le giron Russe et la révolte du Dombass ont entrainé l’imposition de sanctions à la Russie dont elle souffre certes mais également nuit à l’économie européenne. On ne compte plus les gesticulations agressives de l’OTAN, exercices en mer Baltique, crainte quelque peu paranoïaque de la Pologne et des Etats Baltes d’une agression Russe, tentative de débauchage des états de la zone d’influence russe, Moldavie, Biélorussie, renforcement de la présence militaire dans l’est de l’Europe et pour finir sommet de l’OTAN à Varsovie.

Dans ces conditions si les Etats Unis refusent d’assurer la sécurité inconditionnelle de l’Europe, on ne voit pas l’intérêt du maintien de l’OTAN qui nous entraine à des interventions pour la défense d’intérêts qui ne sont pas les nôtres, à mener une guerre à l’américaine toute en technologie, ce qui est couteux et peu efficace et à confier notre défense à une alliance dominée par les Etats Unis.
Ne vaudrait il pas mieux que l’Europe quitte l’organisation militaire de l’OTAN et réfléchisse à une défense autonome au prix d’investissements suffisants ?

La politique étrangère devrait également être revue et basée sur les intérêts européens. Pour neutraliser la menace russe le mieux serait d’enterrer la hache de guerre, de mettre une croix sur l’Ukraine et la Crimée où nous n’avons strictement rien à gagner, de respecter la zone d’influence russe, de lever évidemment les sanctions et de négocier des accords économiques avec la Russie

Les économies européennes et russes sont à l’évidence complémentaires et tout le monde a à gagner à des échanges fructueux.

Il faudrait bien entendu arrêter les négociations du traité transatlantique TAFTA qui transformerait définitivement l’Europe en protectorat américain.

Notons d’ailleurs que Donald Trump entend se rapprocher de Vladimir Poutine, ce qui d ‘ailleurs est déjà en cours dans la lutte contre l’Etat Islamique en Syrie et que le président russe faute d’un accord avec l’Europe a entrepris un rapprochement avec la Turquie dont l’évolution est pour le moins ambiguë.

Le Brexit en écartant de l’Europe l’allié le plus indéfectible des Etats Unis devrait faciliter cette évolution politique, c’est une opportunité à saisir.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

19/07/2016

Hallucinant : la journée de la déportation à Mayotte

On a célébré la journée de la Déportation à Mayotte ! Département où on ne doit même pas savoir ce qu’est un juif, ce n’est guère une ethnie comorienne. Il est vrai que comme partout on a joint le mensonge à l’incongruité : on célébrait « la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’Etat français » et on rendait « hommage aux « justes » de France » n’hésitant pas à affirmer que le régime de Pétain était responsable de la déportation de 75 000 « Juifs de France ».
Il est vrai que le message du Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Défense évoque « l’horreur nazie » mais si ce sont les nazis les coupables pourquoi en prendre la responsabilité ? Et pourquoi évoquer « certains nationalismes » qui ressurgiraient ? De quoi s’agit-il ?

Quant aux « justes » choisis par Israël ils servent de paravent aux traitements infligés par les juifs israéliens aux palestiniens : incarcérations arbitraires, construction d’un mur de séparation, spoliations, expropriations, colonisation galopante, démolition d’habitations.

Comment peut-on parler de racisme et d’antisémitisme dans les Comores africaines, sans évoquer les conflits tribaux et religieux qui ravagent le continent : au Rwanda, au Sud Soudan, au Cameroun, au Nigéria, en Somalie, au Mali, en Centrafrique, en RDC, en Libye…Il y a là un racisme implicite estimant que le massacre de juifs est plus grave que celui d’Africains.

Quand va-t-on tourner cette page vieille de plus de 70 ans alors que partout règnent les massacres ethniques et le terrorisme ?

Il est vrai que l’on célèbre aussi à Mayotte la journée de l’ « abolition de l’esclavage » alors que Mayotte, française depuis 1843, n’a jamais de notre fait été victime de l’esclavage, l'Île avait jusque là été soumise à la traite arabe À cette époque l'île avait environ 3 000 habitants presque exclusivement musulmans, dont la moitié était des esclaves. L’esclavage fut officiellement aboli trois ans plus tard en 1846 et les esclaves rachetés par la France à leurs propriétaires arabes pour 200 francs chacun.

Il faudrait adapter le « devoir de mémoire » au contexte local et ne pas célébrer n’importe quoi n’importe où.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com