Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2016

La révolte des peuples.

L’étonnement manifesté après le référendum demandant la sortie de la Grande Bretagne montre combien la mémoire est courte ou fait semblant de l’être. Rappelons nous le Non français à 54% rejetant le texte de la Constitution européenne en 2005. Depuis on s’est bien gardé de consulter par referendum, le résultat étant trop incertain. Il semble que si le referendum était de nouveau organisé le Non l’emporterait à 62%, ce qui ne veut pas dire que les Français veulent quitter l’Europe mais qu’ils veulent une Europe autrement.

C’est dire combien le volonté des peuples a été méprisée voire contournée, le traité de Lisbonne voté par le parlement en 2008, rétablissant globalement les dispositions prévues par le projet de Constitution.

Il faut dire que l’Europe telle qu’elle a été réalisée à nos jours a de quoi décevoir. D’abord partant d’un groupe de six nations ayant une histoire commune : il couvrait grosso modo l’empire de Charlemagne, on est passé sans consulter personne à un magma de vingt huit pays n’ayant aucune histoire partagée mais des civilisations différentes. Qu’ont en effet de commun les pays scandinaves et baltes surtout protestants avec la Grèce et Malte, orthodoxe et catholique et surtout méditerranéens ? A l’incitation des Etats Unis voulant contenir la Russie, on en est venu à admettre des pays comme la Bulgarie, la Roumanie, avec le problème des Roms, et les Etats Baltes qui entretiennent une crainte irraisonnée de la Russie empêchant tout rapprochement avec ce pays.

Si on continue on va finir par admettre la Turquie et introduire le loup dans la bergerie. Quel intérêt à l’Europe à signer des accords d’association avec l’Ukraine – et y susciter une révolution – la Moldavie, la Géorgie sinon de compliquer les relations avec Moscou, le tout sous influence américaine.

L’Europe telle qu’elle a été constituée est devenue une dictature molle et technocratique aux ordres d’oligarques intouchables, omnipotents, auto-proclamés. L’Europe s’occupe de tout de la courbure des bananes et du gavage des oies, elle impose des normes pour beaucoup inutiles et se permet de faire juger et condamner les Etats membres par sa Cour de justice. Par contre elle a totalement échoué dans ses devoirs régaliens, elle a confié sa défense à l’Otan donc aux Etats Unis qui la financent à 75%, elle ne contrôle pas ses frontières extérieures ni intérieures, le chômage de beaucoup de pays dont la France n’a jamais été aussi haut et chaque pays se comporte suivant ses propres intérêts sans consulter personne. Rappelons nous Me Merkel invitant un million de migrants à s’installer en Allemagne déclenchant l’invasion se l’Europe centrale, puis négociant seule un accord contestable avec la Turquie d’Erdogan et cédant au chantage. Il n’y aurait pas eu les réactions salutaires, mais contestées par l’UE, de l’Autriche et de la Hongrie, le flot continuerait de se déverser. Pendant ce temps les bateaux de Frontex chargés de garder les frontières de l’Europe donnent la main aux passeurs libyens pour acheminer les immigrants.

Si bien que les peuples voient arriver des populations nouvelles qui entretiennent le terrorisme et veulent leur imposer leur mode de vie, ils finissent par se trouver étrangers chez eux au point de partir.

Les traités continuent à se négocier dans la plus grande opacité : après l’extension de l’UE vers l’Est sans concertation aucune on négocie actuellement le traité Transatlantique TAFTA qui mettra définitivement l’Europe sous dépendance américaine.

On en est surtout à éviter de consulter les peuples, le résultat d’un referendum étant pour le moins incertain dans nombre de pays, comme le Danemark, la Suède, les Pays Bas et même la France. Pour évier la contagion on veut maintenant punir l’Angleterre en rompant le plus rapidement possible nos liens avec ce pays alors qu’il faudrait prendre son temps, négocier et finalement conclure un traité d’association comme ceux que nous avons avec la Suisse et la Norvège.

On parle de constituer une Europe à deux vitesses centrée sur les six nations fondatrices sans voir que l’Allemagne rhénane et bavaroise, catholique, a récupéré la Prusse à la réunification et que l’Allemagne de Frau Merkel n’est plus celle de Herr Adenauer. De toute façon ce n’est pas plus d’intégration que demande les peuples mais le retour à des nations libres de leurs choix et de leur destin.

Le départ de l’Angleterre devrait conduire l’Europe à s’éloigner des Etats Unis – ce qui de toute façon arrivera si Donald Trump est élu – à assumer sa défense en dehors de l’Otan, à contrôler ses frontières, à assurer la sécurité contre le terrorisme, à protéger son marché intérieur par des droits de douane, à revoir ses alliances en se rapprochant de la Russie qui a des liens historiques avec l’Europe et évidemment, à changer complètement l’organisation politique de l’Europe qui ne s’occuperait que de ce que les nations ne peuvent régler seules.

L’Europe a une chance à saisir du départ de l’Angleterre.

 

22/06/2016

Toilet or not toilet.

Les Turcs étaient aux portes de Constantinople, le concile discutait du sexe des anges. Maintenant que le terrorisme islamique sévit dans tout le monde libre et chrétien, en particulier aux Etats Unis – souvenons nous du massacre d’Orlando – on y discute du sexe des toilettes. Le problème qui depuis quelque temps agite l’opinion américaine est de savoir quelles toilettes doivent utiliser les « transgenres », minorité cependant minuscule.

Les parlementaires de Caroline du nord avaient voté en urgence le 23 février une loi obligeant les usagers à utiliser les toilettes correspondant à leur " sexe biologique ". L’objectif de cette loi était de contrer un décret adopté la veille par la municipalité de Charlotte qui permettait aux transgenres d'utiliser les sanitaires du sexe auquel ils s'identifiaient.

Après la défaite enregistrée par les conservateurs sur la question du mariage homosexuel, une nouvelle ligne de front a été ouverte sur l’usage des toilettes. Alors que les gouverneurs républicains du Dakota du sud et de Géorgie choisissaient de bloquer cette législation jugée restrictive, le gouverneur de Caroline du sud, Pat Mc Crory, décidait de valider la loi votée par les élus de son Etat, suivi par son homologue du Mississipi. Comme de bien entendu, le choix du gouverneur de Caroline du Nord a été dénoncé par des artistes : Bruce Springsteen, Bryan Adams, Cindy Lauper ou encore le Cirque du Soleil ont annulé des représentations en représailles. Des entreprises ont fait de même, PayPal a renoncé à la création de 400 emplois à Charlotte, deutsche Bank 250 autres. Me  McCrory a réagi en limitant la portée de la loi aux établissements publics, un geste jugé insuffisant par ses détracteurs et les autorités fédérales qui demandent sa suppression.

Pour dramatiser encore la question, Loretta Lynch, ministre de la justice établit un parallèle avec les discriminations raciales : « Cette action a une portée dépassant nettement le cadre des toilettes, a-t-elle estimé. La dignité et le respect de nos concitoyens sont en jeu (…). Cette loi revient à infliger davantage d'indignité à une communauté qui a déjà souffert bien plus que son dû. » Rien moins. Si la justice suit madame Lynch et considère que la loi votée en Caroline du Nord est discriminatoire, l’Etat risque de perdre les milliards de dollars versés par l’Etat fédéral à l’Etat du sud.

Les partisans d’un usage libéral des toilettes, autorisant les « transgenres » à utiliser les toilettes correspondant au sexe auquel ils se sentent appartenir, seraient maintenant faiblement majoritaires, au point que Donald Trump le futur candidat républicain fait preuve d’ouverture sur la question.

Le gouvernement Obama, affirme que l’accès aux toilettes et aux vestiaires publics doit se faire selon le sexe auquel un élève s’identifie et non selon son sexe de naissance. Ces recommandations ne concernent que l’enseignement public, des écoles aux universités. Elles n’ont pas force de loi mais avertissent les autorités locales de l’enseignement public qu’elles risquent de perdre leurs subventions fédérales si elles ne s’y conforment pas.

Il n’empêche : une civilisation qui se mobilise pour un problème aussi trivial apparaît bien proche de disparaître. Comme Constantinople.

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

14/06/2016

Martinez et le code du travail.

Il nous la baille belle, Martinez, avec sa défense du code du travail, encore faudrait il qu’il le respecte ce qui n’est pas le cas. Si le droit de grève est formellement reconnu par le préambule de la constitution, il est quand même encadré par la loi.

D’abord la grève doit être dictée par des motifs professionnels, ce qui n’est pas le cas pour la SNCF, EDF, ou la RATP qui ne sont absolument pas concernés par la loi « travail » du fait de leurs statuts, il s’agit donc d’une grève politique.

La grève est strictement limitée à l’interruption du travail et ne saurait justifier des agissements illégaux à l’intérieur de l’entreprise. L’occupation des locaux par les grévistes est interdite, ils doivent quitter l’entreprise.

Le droit de grève implique aussi le droit de ne pas participer à la grève, l’installation de piquets de grève ou le blocage de l’entreprise sont interdits et susceptibles de sanctions, emprisonnement ou amende. Il est interdit de contraindre les salariés à participer à la grève par des menaces ou des manœuvres frauduleuses.

Pour les services publics et les entreprises chargées de la gestion du service public, un préavis est exigé précisant les motifs du recours à la grève et ses modalités.

On voit que partout Martinez a enfreint la loi, en bloquant les dépôts, les raffineries, en provoquant des grèves non motivées dans des entreprises comme la SNCF, ou EDF.

Il est fort mal placé dans ces conditions à exiger la suppression ou la modification de la loi « travail »

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

 

10/06/2016

Naïveté et inconscience.

Les Européens dans leur candeur naïve, se comportent comme les aides des passeurs libyens qu’ils prétendent éliminer. Sofia, l’opération militaire lancée en juin 2015 par l’Union européenne pour neutraliser les embarcations de migrants, se fait en fait la complice des passeurs qui assurent la traversée des migrants de la Libye vers l’Italie et l’Europe.

On estime à 800 000 le nombre de clandestins originaires de l’Afrique subsaharienne cherchant à quitter la Libye pour gagner l’Europe.

Alors que l’immigration par la Grèce est à peu près contenue grâce à la fermeture de la route des Balkans, l’immigration à partir de la Libye est en pleine croissance. En avril il y aurait eu quelque 9 000 passages, en mai 20 000. Il s’agit certes d’Erythréens, de Somaliens ou de Soudanais fuyant leur pays où règne la guerre civile, mais aussi de réfugiés économiques venant du reste de l’Afrique, Guinéens, Ivoiriens, Gambiens, Nigerians, Ghanéens…

Et c’est bien là le risque à long terme : la croissance démographique de l’Afrique est actuellement de 3% par an alors que la croissance économique n’est que de 1%, maintenant obérée par la baisse du prix des matières première, principale ressource de L’Afrique.

Pourtant l’aide extérieure à l’Afrique est considérable, de l’ordre de 35 milliards de dollars par an depuis 1960. L’UE a versé 25 milliards d’euros en 2010, 38 en 2015… Il faut ajouter les remises de dette et les aides privées, tout cela pour un résultat proche du néant.

Le chômage est en pleine croissance, en particulier chez les diplômés. Cette situation va perdurer tant que ne sera pas institué un contrôle des naissances, avant ce sera la submersion de l’Europe

Tout cela explique le désir d’émigration notamment vers le supposé eldorado européen. Pour la grande majorité des migrants ouest africains, la première étape est le Niger où ils sont pris en charge par des passeurs qui organisent le voyage transsahariens jusqu’en Libye. En 2015 quelque 100 000 migrants auraient transité par le Niger.

En Libye une autre chaine de passeurs prend le relai, suivant les antiques voies transsahariennes. Mais l’étape la plus importante et la plus difficile est le franchissement de la Méditerranée. Après avoir empilé les migrants dans de véritables entrepôts, les passeurs les entassent dans des embarcations délabrées et des pneumatiques pour gagner Lampedusa et Malte.

Jusqu’à il y a peu, la traversée était risquée et les naufrages nombreux, les embarcations étant surchargées. Maintenant les passeurs conduisent les migrants jusqu’à la limite des eaux territoriales libyennes et les abandonnent après avoir alerté les bateaux européens. Les bateaux de l’opération de Frontex, « Sofia », dont la mission est de neutraliser les embarcations de passeurs, se transforment en bons samaritains et après avoir récupéré les migrants les transportent en Europe se comportant ainsi en complice des passeurs.

A cela il faut ajouter les grandes âmes de l’Aquarius « bateau citoyen » affrété par l’association SOS Méditerranée qui se targue d’avoir sauvé 917 personnes d’une mort certaine. L’Aquarius a l’attention de passer l’été entre la Libye et la Sicile et fait appel à aide financière. « Nous sommes des messagers. Nous souhaitons partager avec nos donateurs les expériences que nous avons vécues en mer ». Braves gens, qui organisent l’invasion de l’Europe. Car tout cela crée un appel d’air de tous les migrants qui attendent de passer la Méditerranée.

Et pourtant les autorités Libyennes disent lutter contre l’immigration clandestine mais elles ne disposent que de faibles moyens.

Il est faux de considérer les migrants embarqués volontairement dans des embarcations et des pneumatiques surchargés comme des naufragés, sauf à les sauver quand ils sont réellement en danger, mais de toute façon il est irresponsable de les emmener en Europe. Il conviendrait au contraire de les ramener en Libye avec l’accord des autorités libyennes qu’il faudrait aider. C’est le seul espoir que le flot se tarisse.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

 

31/05/2016

Trahison,

Je ne sais ce qu’il faut penser de la loi « Travail » mais là n’est pas le problème. Ce que je sais c’est qu’en démocratie, c’est au Parlement de voter les lois et que, en l’occurrence, en ne renversant pas le gouvernement quand Vals a employé le 49-3, il a ratifié la loi « Travail » et que la seule façon d’y revenir est d’attendre les prochaines élections et de voter en conséquence.

Au cours de 37 années de carrière militaire au service de la France, jamais l’idée ne me serait venue de ne pas obéir au gouvernement légitime du pays.

Or que voit-on ? Un meneur, répondant au nom de Martinez, à la tête d’une organisation syndicale représentant 2,7% des salariés, a décidé de mettre à genoux l’économie française, se constituant en contre-pouvoir décidé de faire plier le gouvernement quels que soient les coûts et les moyens. Il ne s’agit d’ailleurs pas tellement de combattre une loi qui vraisemblablement, avec les navettes entre les Assemblées, ne sera jamais votée, mais de montrer que la CGT existe encore par son pouvoir de nuisance.

Utilisant des méthodes staliniennes – la grève dans les raffineries décidée par la CGT, n’est jamais soumise au vote – Martinez pourrit la vie de ses concitoyens en les privant d’essence, de transports en commun voire d’électricité.

Le plus curieux dans cette affaire est que la CGT, comme les autres syndicats, vit de subventions de l’Etat qu’on serait bien inspiré de supprimer.

La SNCF, l’EDF et la RATP que la CGT appelle à la grève ne sont en rien concernées par cette loi, protégées qu’elles sont par des statuts d’un autre âge.

Ayant atteint moi même un âge avancé, je peux dire que Martinez qui fut communiste s’il ne l’est pas encore, me rappelle Maurice Thorez qui déserta en 1939, Henri Martin qui sabota son bateau partant pour l’Indochine, Georges Boudarel, commissaire politique dans un camp d’officiers français prisonniers du Vietminh et Maurice Audin qui participa à la bataille d’Alger au coté du FLN, une longue lignée de traîtres que ne dépare pas Martinez. Autrement dit, il est lui même un traître d’autant que la France est en état d’urgence sous menace terroriste.

Puis-je suggérer que la CGT soit dissoute et interdite et que Martinez soit embastillé et jugé pour trahison.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com