Google Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/07/2021

La pseudo dette de la France au Pacifique

De 1966 à 1996 la France a effectué 204 essais nucléaires à Mururoa et Fangataufa

Le Président Macron de passage en Polynésie assume la dette nucléaire pour les essais effectués à Mururoa et Fangataufa. Remarquons que le polynésiens sont Français et qu’il n’y a pas lieu de s’excuser auprès de compatriotes.

Quoiqu’il en soit le CEP a fait la richesse de la Polynésie au point que depuis la fermeture du centre, on verse annuellement l’équivalent d’un milliard de francs en compensation. Le choix de Mururoa a été fait parce que cet atoll inhabité est isolé : rien dans un rayon de 100 km, et 5 000 habitants dans un rayon de 1 000 km. Tureia quelque 300 habitants est à 130 km.

De 1966 à 1974, la France à procédé à 46 essais aériens sur barges ou sous ballons ou lancés d’avion.
Les 147 essais souterrains n’ont eu aucune conséquence autre que locale.
Les essais aériens étaient effectués uniquement avec une météo favorable pour que les retombées se dispersent dans des zones inhabitées
Le seul essai ayant pu avoir des conséquences est l’essai Centaure le 17 juillet 1974 où le vent ayant tourné, le nuage a survolé Tahiti, des pluies aggravant les retombées au sol.

Les taux de réactivité mesurés n’ont pas été supérieurs à six à sept fois la normale..

Une étude de l’INSERM a montré que, sur les 229 cas de cancers de la thyroïde recensés chez des Polynésiens entre 1981 et 2003, une dizaine serait attribuable aux retombées des essais nucléaires, avec potentiellement une dizaine d'autres cas pouvant apparaître dans le futur. On est loin des 110 000 cas annoncés par une étude américaine !

De nombreuses demandes d’indemnisation ont été déposées tant par le personnel du CEP que des populations locales la plupart ont été rejetées quelques unes ont été reconnues et ont donné lieu à indemnisation.

 

Écrire un commentaire