Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2016

Europe:le désamour

Un événement est passé inaperçu et est pourtant révélateur : le 30 octobre, la Moldavie votait pur élire son président. Igor Dodon, ouvertement prorusse, a failli être élu au premier tour avec 48,2% des suffrages, il le sera surement au second le 13 novembre.

Evidemment la Moldavie c’est seulement 3,5 millions d’habitants mais elle est l’enjeu d’une lutte d’influence entre l’occident et la Russie.

Jusqu’à maintenant la Moldavie regardait vers l’Europe avec laquelle elle avait signé un accord d’association en 2014 avec l’espoir d’être intégrée. Igor Dodon voudrait lui rejoindre l’Union économique eurasienne pilotée par Moscou.

Si on ajoute à ce revirement le Brexit, l’évolution rapide de la Turquie vers une dictature islamique – et pourtant on n’a pas arrêté les négociations pour l ‘admission dans l’Union Européenne - on constate que l’UE n’a plus le pouvoir d’attraction qu’elle avait jusqu’ici en particulier auprès des pays ayant appartenu à l’Union Soviétique.

Il est très probable qu’un referendum envisagé en Islande, conduirait à un refus.

Il est vrai que si elle ne se réforme pas profondément cette construction va vers l’explosion. La crise migratoire n’a pas été ressentie de la même façon par tous : alors que l’Allemagne de Me Merkel, pour des raisons de démographie et peut être de bons sentiments, ouvrait largement ses portes, la Hongrie, l’Autriche fermaient leurs frontières. La France qui n’arrive pas à gérer l’arrivée de nombreux clandestins qualifiés de « réfugiés politiques » a fermé ses frontières avec l’Italie. L’Italie et la Grèce n’arrivent pas à endiguer le flux migratoire.

L’Europe se révèle incapable de défendre ses frontières extérieures

Et maintenant Donald Trump parle de refermer le parapluie sous lequel l’Europe s’abrite inconsidérément, sans faire l’effort nécessaire pour sa défense.

Partout apparaissent des mouvements nationalistes souvent antieuropéens, en Pologne, en Hongrie, en Autriche, en Allemagne, aux Pays Bas, en France, que l’élection américaine ne peut qu’encourager.

L’Europe technocratique telle qu’elle a été conçue va vers des jours difficiles.

 

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

07/09/2016

TTIP ou Tafta

J’avoue ne pas être un européiste convaincu, du moins dans la forme actuelle de l’Europe, mais l’affaire du Traité transatlantique de libre-échange (TTIP ou Tafta) me conforterait dans mes opinions anti bruxelloises.
Ce traité est en négociation depuis des années, dans la plus grande opacité, par la Commission de Bruxelles, qui en a reçu mandat –paraît-il- des 28 pays membres.

Si les négociations trainent tellement c’est par ce que les Etats Unis ne veulent rien lâcher, en particulier ils ne consentent pas à ouvrir leurs marchés publics réservés aux entreprises américaines. Les litiges seraient soumis à des tribunaux d’arbitrage que Washington refuse de réformer, dépendant d’arbitres privés au lieu de juges publics.

On accuse aussi les Etats Unis de vouloir nous imposer leurs normes, bœuf aux hormones, poulet au chlore, OGM etc…

Les agriculteurs européens seraient confrontés à une concurrence de l’agriculture industrielle américaine moins chère et largement subventionnée.

Les services publics seraient en principe exclus du champ de la libéralisation mais personne ne définit avec précision ce qui relève du « service public »

Quoi qu’il en soit personne ne peut évaluer les conséquences de cet accord que dans ces conditions il est sage de ne pas signer. La France vient d’ailleurs de déclarer qu’elle allait demander d’arrêter les négociations sur ce projet.

Même position de l’Allemagne, dont le ministre de l’économie a estimé que les discussions avaient de facto échoué.

Ajoutons à cela le Brexit qui sort la Grande Bretagne de la négociation du traité, on ne voit pas l’intérêt de continuer.

Et bien, Jean Claude Juncker, président de la Commission européenne, a déclaré que Bruxelles « continuera de négocier » le mandat de la Commission européenne pour le faire restant pleinement valable. « Nous allons continuer à négocier, d’autant que nous pensons que ces accords de libre échange sont de la plus grande importance ». Ainsi la Commission, organisme non élu, se moque de la volonté des peuples et se déclare prête à boucler l’accord avant la fin de l’année et celle du mandat de Barack Obama.

On retrouve le même mépris des opinions publics au sujet des négociations d’admission de la Turquie dans l’Europe, dont personne ne veut mais qui ferait bien plaisir aux américains.

Il ne reste plus qu’à espérer l’élection de Mr Trump qui permettrait peut être à l’Europe de sortir du giron américain et d’assumer enfin sa défense et sa politique extérieure.
Quoiqu’il en soit l’Europe dans sa forme actuelle ne peut plus exister.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

 

29/06/2016

La révolte des peuples.

L’étonnement manifesté après le référendum demandant la sortie de la Grande Bretagne montre combien la mémoire est courte ou fait semblant de l’être. Rappelons nous le Non français à 54% rejetant le texte de la Constitution européenne en 2005. Depuis on s’est bien gardé de consulter par referendum, le résultat étant trop incertain. Il semble que si le referendum était de nouveau organisé le Non l’emporterait à 62%, ce qui ne veut pas dire que les Français veulent quitter l’Europe mais qu’ils veulent une Europe autrement.

C’est dire combien le volonté des peuples a été méprisée voire contournée, le traité de Lisbonne voté par le parlement en 2008, rétablissant globalement les dispositions prévues par le projet de Constitution.

Il faut dire que l’Europe telle qu’elle a été réalisée à nos jours a de quoi décevoir. D’abord partant d’un groupe de six nations ayant une histoire commune : il couvrait grosso modo l’empire de Charlemagne, on est passé sans consulter personne à un magma de vingt huit pays n’ayant aucune histoire partagée mais des civilisations différentes. Qu’ont en effet de commun les pays scandinaves et baltes surtout protestants avec la Grèce et Malte, orthodoxe et catholique et surtout méditerranéens ? A l’incitation des Etats Unis voulant contenir la Russie, on en est venu à admettre des pays comme la Bulgarie, la Roumanie, avec le problème des Roms, et les Etats Baltes qui entretiennent une crainte irraisonnée de la Russie empêchant tout rapprochement avec ce pays.

Si on continue on va finir par admettre la Turquie et introduire le loup dans la bergerie. Quel intérêt à l’Europe à signer des accords d’association avec l’Ukraine – et y susciter une révolution – la Moldavie, la Géorgie sinon de compliquer les relations avec Moscou, le tout sous influence américaine.

L’Europe telle qu’elle a été constituée est devenue une dictature molle et technocratique aux ordres d’oligarques intouchables, omnipotents, auto-proclamés. L’Europe s’occupe de tout de la courbure des bananes et du gavage des oies, elle impose des normes pour beaucoup inutiles et se permet de faire juger et condamner les Etats membres par sa Cour de justice. Par contre elle a totalement échoué dans ses devoirs régaliens, elle a confié sa défense à l’Otan donc aux Etats Unis qui la financent à 75%, elle ne contrôle pas ses frontières extérieures ni intérieures, le chômage de beaucoup de pays dont la France n’a jamais été aussi haut et chaque pays se comporte suivant ses propres intérêts sans consulter personne. Rappelons nous Me Merkel invitant un million de migrants à s’installer en Allemagne déclenchant l’invasion se l’Europe centrale, puis négociant seule un accord contestable avec la Turquie d’Erdogan et cédant au chantage. Il n’y aurait pas eu les réactions salutaires, mais contestées par l’UE, de l’Autriche et de la Hongrie, le flot continuerait de se déverser. Pendant ce temps les bateaux de Frontex chargés de garder les frontières de l’Europe donnent la main aux passeurs libyens pour acheminer les immigrants.

Si bien que les peuples voient arriver des populations nouvelles qui entretiennent le terrorisme et veulent leur imposer leur mode de vie, ils finissent par se trouver étrangers chez eux au point de partir.

Les traités continuent à se négocier dans la plus grande opacité : après l’extension de l’UE vers l’Est sans concertation aucune on négocie actuellement le traité Transatlantique TAFTA qui mettra définitivement l’Europe sous dépendance américaine.

On en est surtout à éviter de consulter les peuples, le résultat d’un referendum étant pour le moins incertain dans nombre de pays, comme le Danemark, la Suède, les Pays Bas et même la France. Pour évier la contagion on veut maintenant punir l’Angleterre en rompant le plus rapidement possible nos liens avec ce pays alors qu’il faudrait prendre son temps, négocier et finalement conclure un traité d’association comme ceux que nous avons avec la Suisse et la Norvège.

On parle de constituer une Europe à deux vitesses centrée sur les six nations fondatrices sans voir que l’Allemagne rhénane et bavaroise, catholique, a récupéré la Prusse à la réunification et que l’Allemagne de Frau Merkel n’est plus celle de Herr Adenauer. De toute façon ce n’est pas plus d’intégration que demande les peuples mais le retour à des nations libres de leurs choix et de leur destin.

Le départ de l’Angleterre devrait conduire l’Europe à s’éloigner des Etats Unis – ce qui de toute façon arrivera si Donald Trump est élu – à assumer sa défense en dehors de l’Otan, à contrôler ses frontières, à assurer la sécurité contre le terrorisme, à protéger son marché intérieur par des droits de douane, à revoir ses alliances en se rapprochant de la Russie qui a des liens historiques avec l’Europe et évidemment, à changer complètement l’organisation politique de l’Europe qui ne s’occuperait que de ce que les nations ne peuvent régler seules.

L’Europe a une chance à saisir du départ de l’Angleterre.