Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2016

TTIP ou Tafta

J’avoue ne pas être un européiste convaincu, du moins dans la forme actuelle de l’Europe, mais l’affaire du Traité transatlantique de libre-échange (TTIP ou Tafta) me conforterait dans mes opinions anti bruxelloises.
Ce traité est en négociation depuis des années, dans la plus grande opacité, par la Commission de Bruxelles, qui en a reçu mandat –paraît-il- des 28 pays membres.

Si les négociations trainent tellement c’est par ce que les Etats Unis ne veulent rien lâcher, en particulier ils ne consentent pas à ouvrir leurs marchés publics réservés aux entreprises américaines. Les litiges seraient soumis à des tribunaux d’arbitrage que Washington refuse de réformer, dépendant d’arbitres privés au lieu de juges publics.

On accuse aussi les Etats Unis de vouloir nous imposer leurs normes, bœuf aux hormones, poulet au chlore, OGM etc…

Les agriculteurs européens seraient confrontés à une concurrence de l’agriculture industrielle américaine moins chère et largement subventionnée.

Les services publics seraient en principe exclus du champ de la libéralisation mais personne ne définit avec précision ce qui relève du « service public »

Quoi qu’il en soit personne ne peut évaluer les conséquences de cet accord que dans ces conditions il est sage de ne pas signer. La France vient d’ailleurs de déclarer qu’elle allait demander d’arrêter les négociations sur ce projet.

Même position de l’Allemagne, dont le ministre de l’économie a estimé que les discussions avaient de facto échoué.

Ajoutons à cela le Brexit qui sort la Grande Bretagne de la négociation du traité, on ne voit pas l’intérêt de continuer.

Et bien, Jean Claude Juncker, président de la Commission européenne, a déclaré que Bruxelles « continuera de négocier » le mandat de la Commission européenne pour le faire restant pleinement valable. « Nous allons continuer à négocier, d’autant que nous pensons que ces accords de libre échange sont de la plus grande importance ». Ainsi la Commission, organisme non élu, se moque de la volonté des peuples et se déclare prête à boucler l’accord avant la fin de l’année et celle du mandat de Barack Obama.

On retrouve le même mépris des opinions publics au sujet des négociations d’admission de la Turquie dans l’Europe, dont personne ne veut mais qui ferait bien plaisir aux américains.

Il ne reste plus qu’à espérer l’élection de Mr Trump qui permettrait peut être à l’Europe de sortir du giron américain et d’assumer enfin sa défense et sa politique extérieure.
Quoiqu’il en soit l’Europe dans sa forme actuelle ne peut plus exister.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

 

Les commentaires sont fermés.