Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2013

la traversée de Paris

« Jambier, 45 rue Poliveau », les écolos, - 2% de la population – ont encore sévi, on rétablit le couvre-feu, je n’ai plus le droit d’éclairer a giorno si ça me chante, encore une liberté perdue, nous voilà ramenés aux jours les plus noirs de notre histoire. Et pourquoi ? pour économiser une électricité surabondante pendant les heures creuses, pour ne pas gêner les chauves-souris, les hiboux, (choux, genoux,  joujoux, poux), et les grillons qui hantent les rues de nos villes à la vaine recherche d’une zone d’ombre. Ca permettra de fermer plus tôt Fessenheim qui ne demande qu’à produire du courant pendant encore vingt ans.  Reverrons nous les hirondelles à vélo faire régner, deux par deux, dans nos rues, l’ordre citoyen, la défense passive veiller à ce que les rideaux soient bien tirés, les patrouilles gestapistes vert de gris, venues de la Kommandantur khmer-vert. Entendrons nous les sirènes sonner le début et la fin du couvre-feu et reverrons nous les rafles policières aux petites lueurs de l’aube vers un Vel d’hiv des pollueurs ?

Il est des pays scandinaves où on laisse toujours une lumière allumée à la porte en signe d’accueil, loin des idées rancies de nos apôtres de la décroissance et de l’efficacité énergétique.

En attendant le transport clandestin de valises de cochon maintenant interdit pour raison de halal, de la rue Poliveau à la rue Lepic suivant les ombres mythiques de Gabin, Bourvil et de Funès ?  « Salauds de pauvres ». Pauvre France.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com