Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2017

"Le nationalisme c'est la guerre"

Reprenant une déclaration de François Mitterand, le Président Hollande a affirmé « le nationalisme c’est la guerre », le patriotisme aussi, je pense, qui en est sa forme affirmée, un peu teintée de pétainisme.

Ainsi quand les Allemands se sont pointés à nos frontières en 1939 en recherche d’un Lebens Raum bien compréhensible, il eut fallu les accueillir voire aller les chercher au nom de la « tolérance » et du « vivre ensemble ». Les 26 millions de Russes morts pour défendre la Rodina seraient morts pour une cause condamnable.

Il est vrai que maintenant partie prenante d’un quasi quatrième Reich sous la houlette de la Fuehrerin Angela, notre situation ne serait peut être guère différente après avoir digéré le nazisme comme le communisme a été digéré.

Peut être aurions nous évité une invasion autrement pernicieuse, ces millions de maghrébins et d’africains qui veulent nous imposer l’islam, une religion de chameliers arriérés qui n’a réussi nulle part à quoi que ce soit sauf à créer le désordre.

Imaginons ce que serait le monde sans la civilisation héléno-chrétienne qui après l’endormissement de la Chine, a tout inventé, tout découvert et développé une culture qui est devenue une culture mondiale. Imaginons vivre sans Bach, sans Molière, sans Rembrandt, sans nos cathédrales.

Et pourtant des politiciens ouvrent les écluses à une population de plus en plus nombreuse qui refuse de s’assimiler et provoque le désordre et la mort.

Au début du siècle précédent, on pouvait déclarer, « à bas la calotte » « le cléricalisme voilà l’ennemi » et expulser les congrégations, maintenant pour le moindre mot sur l’islam et l’islamisme on se fait condamner pour « islamophobie », je n’augure rien de bon de l’avenir de notre pays.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

13/03/2015

Islamophobie?

Encore une mosquée vandalisée en France. Encore de l’islamophobie ?

Le bizarre est qu’il s’agit d’une mosquée de Mayotte, département français dont plus de 95% de la population est musulmane. On y chôme le jour de l’Aïd, on y observe le ramadan, tous les matins les muezzins appellent à la prière et les enfants fréquentent l’école coranique.

Et pourtant le 27 février les citoyens mécontents, armés de marteaux et de pioches ont transformé la mosquée de M’tsangamouji, qu’ils avaient eux mêmes construite en une salle des fêtes à demi ouverte en abattant un mur.

La raison de cette colère ? Les fidèles se sont aperçus que des prêcheurs radicaux utilisaient la mosquée pour tenir des propos « qui ne sont pas les nôtres et qui injurient le rôle de la femme dans notre société »

Ces nouveaux prêcheurs avaient déjà été chassés de Doujani, une autre petite ville de l’île, ils avaient une lecture du Coran totalement répressive, proche du chiisme.

Il faut dire que Mayotte est une société de type matriarcal - ce sont les femmes qui possèdent les maisons - elles ont un rôle très important y compris politique. Vouloir s’en prendre aux femmes passe très mal.

Depuis plus d’un an Mayotte est aux prises avec des poussées de fièvre radicale. En octobre dernier, en plein coeur de Mamoudzou, une cérémonie a rassemblé des dizaines d’enfants, qui ont défilé militairement, reprenant un chant employé par les membres de l’Etat islamique. Par ailleurs, plusieurs Mahorais sont déjà partis faire le djihad en Syrie.

Les média vous ont ils informés de la destruction de cette mosquée ? Il y a là pourtant un exemple qu’on pourrait imiter dans d’autres régions françaises.

 

http://dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com 

 

 

.

 

 

18/08/2013

Poitiers, le retour

A Trappes ne jeune moukère voilée se plaint d’une agression à l’évidence inventée, au cours de laquelle deux hommes l’auraient menacée d’un couteau et arraché son voile et voilà une trentaine de femmes voilées dans la rue pour une marche contre l’islamophobie.

Egalement à Trappes des émeutes avaient suivi le contrôle d’identité d’une jeune convertie portant le voile intégral au mépris de la loi.

A Vénissieux 200 personnes rassemblées dans la mosquée des Minguettes pour protester contre un attentat qui n’a jamais eu lieu et qui n’’aurait probablement jamais eu lieu, manifestent contre l’  « islamophobie » et s’étonnent de l’absence du ministre.

Constamment, dans toute la France les musulmans protestent, maintiennent la pression et veulent imposer leurs habitudes religieuses et alimentaires.

Dans certains quartiers toutes les boucheries sont halal, à Trappes on exigeait la fermeture des restaurants pendant le ramadan, sans parler des menus spéciaux dans les cantines scolaires, des exigences médicales dans les hôpitaux

Yasmina déclare : « on ne peut plus vivre avec la peur au ventre » sait elle que de nombreux Français de souche ne s’aventurent plus depuis longtemps dans de nombreux quartiers des grandes villes, qu’on se fait rançonner dans le RER, égorger à Marseille. Que des pompiers se font caillasser quand ils viennent porter secours.

L’islamophobie, c’est vrai, elle se développe un peu partout, les Français se sentent agressés non seulement physiquement mais moralement et ne veulent pas changer leurs façons de vivre pour adopter des coutumes qui ne sont pas de chez eux.

« Désormais, on a peur de sortir. Pourquoi est-ce si difficile pour les gens de voir des femmes qui couvrent leur corps ? C'est un choix. Il faut que l'on respecte notre façon de nous habiller. " Et bien non ce n’est pas à nous de nous adapter.

Le problème est que cette pression est de plus en plus insupportable et qu’il y aura forcément une réaction soit par la loi soit un jour par des émeutes.

Il faudra malheureusement aller jusqu’à l’épreuve de force si nous voulons rester chez nous.